Appel à articles. Race et discours, Revue Itinéraires

Appel à articles

Revue Itinéraires. Littérature, textes, cultures

Par solidarité avec le mouvement de protestation actuel soutenu par la revue Itinéraires, la date limite de proposition de résumé est repoussée au 15 mars 2020

Coordinatrices

Gloria FRANÇA, professeure en linguistique et analyse du discours, Universidade Federal do Maranhão, GEPEDIS (Grupo de Estudos e Pesquisas em Discursos, Interseccionalidades e Subjetivações), Brésil

Yosra GHLISS, doctorante en analyse du discours, Université Paul Valéry-Montpellier 3, GRASS (Groupe de Réflexion Autour des Savoirs Situés) & LHUMAIN (Langage, Humanités, Média·tions, Apprentissage, Interaction, Numérique)

Gnenonsegouet Noelle GLÉO, doctorante en analyse du discours, Université Paris 13, EA Pléiade

Marie-Anne PAVEAU, professeure en sciences du langage, Université Paris 13, EA Pléiade

Argumentaire

1. Travailler avec la race

Ce numéro s’inscrit dans un mouvement actuel, de moins en moins minoritaire mais toujours controversé dans le contexte français, de prise de conscience par les chercheur.e.s de l’importance de la race dans les existences humaines. Par travail avec la race, nous entendons la manière dont les expériences de vie et les formes sociales sont déterminées par le critère racial : « La question raciale tout comme la question économique sont des questions sociales. Nous ne sommes pas passés de la “question sociale” à la “question raciale” pour la simple et bonne raison que le racial est social » (Célestine, Hajjat, Zevounou 2019).

Le mot et la notion de race sont assumés comme tels dans cet appel, ce qui implique une prise de position, formulable de la manière suivante : la race existe car elle est traduite en termes de rapport de domination et de hiérarchisation, dans des dispositifs sémiotiques et des configurations discursives. C’est ce que posait Colette Guillaumin il y a déjà 40 ans en écrivant que la race « est aujourd’hui, au XXe siècle, une réalité juridique, politique, historiquement inscrite dans les faits, et qui joue un rôle effectif et contraignant dans les société concernées” (Guillaumin 2016 [1981] : 209).

Travailler avec la race en analyse du discours implique de reposer la question du sujet. Penser un sujet situé, c’est le penser dans toutes ses conditions, comme sujet genré, classé socialement, situé politiquement, marqué culturellement, déterminé par l’âge, etc. mais aussi racialement : le sujet du discours est aussi, entre autres, un sujet racial. Alors que les recherches existantes en linguistique se font quasi-exclusivement sur les sens et usages du mot race, ou sur les marqueurs du discours raciste, nous proposons de travailler la production des énoncés avec ou à partir de la race.

2. État de la question

La situation française est particulière par rapport à d’autres aires géographiques et culturelles, comme les États-Unis ou le Brésil par exemple, où la race est une catégorie usuelle mobilisée dans la vie sociale et la recherche. Dans le contexte français, l’emploi même du mot race est toujours débattu, comme le montre un numéro récent de la revue Mots. Les langages du politique, intitulé “Dire ou ne pas dire la race aujourd’hui” (Devriendt, Monte, Sandré 2018), interdit (le mot a été supprimé de la Constitution française en juillet 2018) ou soupçonné de produire du racisme, dans une mise en équivalence entre le mot et la chose. Que « les races n’existent pas » a désormais en France le statut d’évidence ou d’« argument d’autorité » (Belkacem, Direnberger, Hammou, Zoubir 2019) ; mais, comme le dit Norman Ajari de manière critique, c’est aussi un « mantra » (Ajari 2019).

Des travaux de plus en plus nombreux interrogent cette affirmation. Colette Guillaumin avait ouvert la voie dès 1981 : « Non, la race n’existe pas. Si, la race existe. Non, certes elle n’est pas ce qu’on dit qu’elle est, mais elle est néanmoins la plus tangible, réelle, brutale des réalités » (Guillaumin 2016 [1981] : 211 ; ital. de l’auteure). Elle considérait la race comme un signifiant, et proposait dès 1972 le terme de racisation (Guillaumin 1972 : 161), largement repris depuis tant dans les milieux militants et scientifiques. Un peu plus de 30 ans plus tard, un champ de recherches important s’est développé, notamment en histoire (N’Diaye 2008, Schaub 2015), en philosophie (Dorlin 2006, 2009 dir., Boggio Ewanjé-Epée & Magliani-Bellkacem 2012 et 2012 dir., Bessone 2013, Bentouhami-Molino 2015, Ajari 2016, 2019), en sociologie (Guénif-Souilamas 1999, 2005, Guénif-Souilamas & Macé 2004, Dhume 2010), en info-com (Cervulle 2013, Cervulle & Freitas 2015), en science politique (Vergès 2017, 2018).

Dans le champ des approches contextuelles du langage c’est-à-dire en analyse du discours, en sociolinguistique, dans les linguistiques interactionnelles, toutes approches qui conçoivent le sens comme une production située et non comme une donnée langagière simplement contextualisée, la réflexion porte, on l’a dit, sur la race comme mot ou comme discours. Dans le numéro 116 de Mots, la question abordée, qui s’inscrit dans une interrogation anciennement posée par la revue dans les n° 18 (1989) et 33 (1998) notamment, maintient le travail sur la race ou plus exactement sur ses expressions lexicales et discursives et reste aux portes du travail avec la race ; il situe en outre le numéro dans une perspective normative (dire ou ne pas dire) à laquelle il est encore difficile d’échapper. L’introduction au numéro fournit une recension très complète des travaux traitant des « usages lexicaux et discursifs de la “race” » et portant sur « des discours racistes, antiracistes, racialisants ». La perspective est donc celle des usages du mot et de la notion de race, et non celle de la race comme lieu d’expérience et par conséquent comme point d’origine de la parole, même si Émilie Devriendt signale dans un autre texte la nécessité d’“analyses sémantiques, énonciatives et argumentatives des discours de l’antiracisme postcolonial envisagés pour eux-mêmes” (Devriendt 2018). La perspective dominante en analyse du discours reste l’approche de la race dans les discours racistes ou racialisants, comme le montre par exemple un collectif publié en 2012 sur le « discours politique identitaire », cette désignation étant reformulée par les expressions discours racialisant, discours raciste, identités discursives racialisantes (Hailon, Richard, Sandré coord. 2012).

En marge de cette approche, de rares chercheur.e.s ont choisi de travailler avec la race comme point d’énonciation et paramètre de production/réception des discours. Il faut d’abord citer la thèse de Gloria França, Genre, race et colonisation : la brésilianité dans le regard touristique en France et au Brésil, préparée dans les deux pays, à partir de l’analyse du discours dite française. Rédigée en portugais et soutenue au Brésil, elle met en place une approche intersectionnelle (França 2018). Dans une perspective sociolinguistique, Suzie Telep pose la question à travers la notion de « whitisation symbolique », ensemble de pratiques langagières et sémiotiques consistant, pour des sujets racialisés, à occidentaliser leur manière de parler et de se présenter, notamment sur le plan phonostylistique (Telep 2017, 2018, 2019). Des productions récentes abordent la question de la race dans le traitement des discours (França 2019, Gleo 2019, Paveau 2019a, 2019b), et, parmi les travaux en cours, il faut mentionner la thèse de Noelle Gnenonsegouet Gléo, « Discours (afro)féministes. Pour une articulation entre intersectionnalité et discursivité », qui concerne les terrains ivoirien, sénégalais et français.

Cette intégration de l’intersectionnalité en analyse du discours a été largement amorcée par le travail épistémologique accompli à partir du genre par Noémie Marignier (2016, 2017, 2018 codir.), Anne-Charlotte Husson (2018, 2018 codir.), Marie-Anne Paveau (2018) et, dans une perspective plus socio- et anthropologique, Luca Greco (2014 et 2015 coord.). L’analyse du discours au Brésil a entamé ce travail depuis quelques années, comme le montrent une série de travaux (par exemple França 2017, 2019, Cestari 2015, França (dir.) 2018, Cestari, Nogueira 2019, Elias de Oliveira 2019, Zoppi-Fontana 2017, Modesto 2018a, 2018b), se développant à partir de l’analyse du discours de tradition française. L’ouvrage récent de Gabriel Nascimento ouvre plus largement la linguistique à la question raciale (Nascimento 2019).

3. Objectifs du numéro. Race et discours

Nous ne souhaitons pas développer la conception de la race comme construction sociale, largement mobilisée et désormais mise en critique par la sociologie notamment, mais souhaitons la dépasser en la problématisant pour la perspective discursive. L’approche constructiviste présente le risque d’évacuer la catégorie elle-même, qui sera donc plutôt envisagée comme un rapport de domination et de hiérarchisation sociale, manifestant dans l’actualité des sociétés des fonctionnements coloniaux, ce que signifie l’expression race sociale : « Ainsi, parler de races sociales, c’est d’abord pointer la singularité du lien social médié par ces différences ; c’est appréhender les modalités à travers lesquelles il a pris la forme d’une polarisation sociale spécifique délimitant, en termes de race, des groupes statutaires. J’entends par là des groupes sociaux dont les relations hiérarchisées sont l’expression de dispositifs d’assignation et de contrainte principalement politiques, de l’imposition de normes et autres distinctions symboliques, autrement dit par un statut plus ou moins explicitement institutionnalisé, qui ne relève pas nécessairement de l’ordre économique (Khiari 2009 : 21 ; ital. de l’auteur). Dans cette perspective, il faut aussi parler de blanchité (ou blancheur), ce qui « ne signifie pas faire des Blancs un groupe culturellement ou biologiquement homogène, mais renvoie à une position de pouvoir dans un régime racial hiérarchisé » (Delgado Hoch 2012 : 22). Nous définirons la blanchité comme « hégémonie sociale, culturelle et politique blanche à laquelle sont confrontées les minorités ethnoraciales » (Cervulle 2013 : 15).

Au-delà d’un rapport social ou politique, la race peut être considérée comme une essence, dans une définition renouvelée. Pour Norman Ajari, il existe une essence noire, définie comme une « historicité profonde », qui dote un individu racisé d’une « puissance de signifier », c’est-à-dire de « la possibilité de se présenter dans l’espace public en tant que Noir (ou Arabe, ou musulman) afin d’y faire valoir ses intérêts collectifs […] au premier rang desquels le droit à une vie digne d’être vécue » (Ajari 2019, Introduction). La race, comme rapport de domination, schéma discursif, expérience et mémoire, est donc constitutive du sujet, ce qui permet de parler de sujet racial ; elle apparaît ainsi comme un point d’énonciation (Paveau 2019a). Mais les travaux des chercheuses du black feminism autour de la notion d’intersectionnalité empêchent désormais de penser les déterminations sociales de manière discrète (Crenshaw 1991, puis Hill Collins & Bilge 2016) : les oppressions de race, de classe et de genre sont articulées les unes aux autres. En France, Elsa Dorlin a largement montré comment les catégories de sexe et de race, définies comme des schémas cognitifs et discursifs, s’auxiliaient l’une l’autre pour construire des hégémonies et des stigmatisations (Dorlin 2006). La race ne constitue donc pas un rapport social et politique en tant que tel, mais elle est prise dans un réseau de dominations qui s’articulent et s’étayent.

4. Cadres de la réflexion et pistes possibles

L’objectif de ce numéro est de penser le discours avec la race. Par discours, nous entendons toute production sémiotique verbale ou hybride regardée dans son environnement écologique de production, c’est-à-dire in situ, à partir des coordonnées expérientielles, sociales, politiques, économiques, géographiques, etc., des locuteur.trice.s.

Penser le discours avec la race signifie développer une activité discursive à partir d’un point de vue qui intègre le critère racial comme un rapport de domination sociale et politique, un lieu de colonialité, une mémoire expérientielle du sujet et une puissance de signifier. Les articles attendus adopteront cette perspective, qu’elle soit celle du.de la chercheur.e, et/ou celle de l’énonciateur.trice producteur.trice des énoncés ou signes pris comme objets du travail. Les cadres épistémologiques intégreront la notion d’intersectionnalité, y compris dans ses discussions et renouvellements, et pourront mobiliser l’épistémologie du point de vue, et/ou les perspectives postcoloniale et décoloniale. Les cadres disciplinaires attendus sont ceux de l’analyse du discours, de la sociolinguistique, des études textuelles et de la littérature. Les perspectives matérialistes et intersectionnelles sont les bienvenues, comme les approches pluri- et transdisciplinaires intégrant les sciences de l’information et de la communication, les études visuelles, l’anthropologie, la philosophie (liste ouverte).

On accueillera des articles qui s’éloignent des travaux mobilisant la race en tant qu’elle est un objet énoncé (travaux sur les discours ou les mots racistes et antiracistes, sur le mot race employé dans différents discours, etc.), mais qui interrogent la race comme point d’énonciation d’une expérience mise en discours. On pourra aborder par exemple : les activités lexicologiques des personnes concernées ; plus largement, les activités linguistiques profanes dans le cadre de la vie quotidienne, de la recherche ou du militantisme ; la question du lieu d’énonciation (lieu d’expérience subjective), dans le sens que les féministes noires brésiliennes donnent au terme lugar de fala (Gonzalez, Hasenbalg 1982, Ribeiro 2017, França 2019) ; la race comme point d’identification et de désidentification (Munoz 1999, França, 2018, 2019) ; les phénomènes d’appropriation, de destitution ou d’oppression discursive (Paveau 2016) ou au contraire de resignification discursive (Paveau 2019b) ; les modifications sémantiques liées aux positions énonciatives antiracistes politiques (décoloniales, racisées), relatives par exemple à l’universalisme, aux Lumières, à l’indigénité (Bouteldja, Khiari 2012, Sibony 2019) ; les questions liées aux langues parlées, refoulées, réapprises, imposées (Calvet 1974, Iveković 2007, Harchi 2016).

Références

  • Abbou Julie, Arnold Aron, Marignier Noémie (coord.), 2018, dossier « Le genre, lieu discursif de l’hétérogène », Semen 44.
  • Ajari Norman, 2016, « Frantz Fanon : poétique de l’actualité et critique de la culture », dans Cervulle Maxime, Quemener Nelly, Vörös Florian, Matérialismes, culture et communication tome 2, Paris, Presses des mines, p. 248-260.
  • Ajari Norman, 2019, La dignité ou la mort. Éthique et politique de la race, Paris, La découverte.
  • Belkacem Lila, Direnberger Lucia, Hammou Karim, Zoubir Zacharias, 2019, « Prendre au sérieux les recherches sur les rapports sociaux de race », Mouvements. Des idées et des luttes, http://mouvements.info/prendre-au-serieux-les-recherches-sur-les-rapports-sociaux-de-race/
  • Bentouhami-Molino Hourya, 2015, Race, cultures, identités : une approche féministe et postcoloniale, Paris, Puf.
  • Bessone Magali, 2013, « Sans distinction de race » ? Une analyse critique du concept de race et de ses effets pratiques, Paris, Vrin.
  • Boggio Éwanjé-Épée Félix, Magliani-Belkacem Stella, 2012, Les féministes blanches et l’empire. Paris, La Fabrique.
  • Boggio Ewanjé-Epée Félix, Magliani-Belkacem Stella, 2012 (coord.), Race et capitalisme, Paris, Syllepse.
  • Bonnafous Simone, Taguieff Pierre-André. (éds), 1989, Mots 18, Racisme et antiracisme. Frontières recouvrements.
  • Bonnafous Simone, Herszberg Bernard, Israel Jean-Jacques (coord.), 1992, « Sans distinction de… race », Mots 33.
  • Bonnafous Simone, Fiala Pierre, 1992, « Est-ce que dire la race en présuppose l’existence ? », Mots 33, p. 11-22.
  • Bouteldja Houria, Khiari Sadri, 2012, Nous sommes les indigènes de la République, Paris, Éditions Amsterdam.
  • Calvet Louis-Jean, 1974, Linguistique et colonialisme. Petit traité de glottophagie, Paris, Payot.
  • Célestine Audrey, Hajjat Abdellali, Zevounou Lionel, 2019, « Rôle des intellectuel·les, universitaires ‘minoritaires’, et des porte-parole des minorités », Mouvements. Des idées et des luttes, http://mouvements.info/role-des-intellectuel%C2%B7les-minoritaires/
  • Cervulle Maxime, 2013, Dans le blanc des yeux. Diversité, racisme et médias, Paris, Éditions Amsterdam.
  • Cervulle Maxime, 2017, « Exposer le racisme. Exhibit B et le public oppositionnel », Études de communication 48, http://edc.revues.org/6775
  • Cervulle Maxime, Freitas Franck, 2015 (dir.), « Techno-racismes », POLI 10.
  • Cestari Mari, França Gloria (dir.), 2018, « Raça, gênero e brasilidade: discursos, identificações, subjetividades », Littera Online v. 9, n. 17, UFMA, http://www.periodicoseletronicos.ufma.br/index.php/littera/article/view/10391
  • Cestari Mari, Nogueira Luciana, 2018, « Análise de discurso e militância política », In Ramos Fabio, Baldini Lauro, Análise de discurso e materialismos: prática política e materialidades, vol 2, Campinas, Pontes.
  • Chekkat Rafik, Delgado Hoch Emmanuel (dir.), 2012, Race rebelle. Luttes des quartiers populaires des années 1980 à nos jours, Paris, Syllepse.
  • Crenshaw Kimberle, 2005 [1991], « Cartographie des marges : Intersectionnalité, politiques de l’identité et violences contre les femmes de couleur », dans les Cahiers du genre, no 39, 2005 (publication originale : « Mapping the Margins: Intersectionality, Identity Politics, and Violence against Women of Color », Stanford Law Review, 1991, vol. 43, no 6, p. 1241–1299)
  • Delgado Hoch Emmanuel, 2012, « “Fumeur karlouche égale maquereau manouche”. Note sur la race, la blancheur et les quartiers populaires », dans Chekkat Rafik, Delgado Hoch Emmanuel (dir.), Race rebelle. Luttes des quartiers populaires des années 1980 à nos jours, Paris, Syllepse, p. 19-28.
  • Dhume Fabrice, 2010, « De la race comme un problème. Les sciences sociales et l’idée de nature ». Raison Présente, Nouvelles Editions Rationalistes, p. 53-65. 
  • Devriendt Émilie, 2018, « Usages de race dans les discours antiracistes ou non-racistes », in Calabrese Laura, Veniard Marie, Penser les mots, dire la migration, Louvain-la-Neuve, Academia.
  • Devriendt Émilie, Monte Michèle, Sandré Marion (dir.), 2018, « Dire ou ne pas dire la “race” en France aujourd’hui », Mots 116.
  • Devriendt Émilie, Monte Michèle, Sandré Marion, 2018, « Analyse du discours et catégories “raciales” : problèmes, enjeux, perspectives », Mots 116, p. 9-37.
  • Dorlin Elsa, 2006, La matrice de la race. Généalogie sexuelle et coloniale de la Nation française, Paris, La découverte.
  • Dorlin Elsa (dir.), 2009, Sexe, race, classe : pour une épistémologie de la domination, Paris, Puf.
  • Elias de Oliveira Sheila, 2019, « Lugar de fala: uma ideia como contra-discurso », In Venturini Maria Cleci, Loremi Loregian-Penkal, Witzel Denise (orgs). Linguística na contemporaneidade. Interfaces, memórias e desafios, Campinas, Pontes.
  • França Gloria, 2017, « Por lentes de gênero e raça: análise de discursos sobre uma brasilianidade », In Zoppi Fontana Monica, Ferrari Ana Josefina (org.), Mulheres em Discurso: identificação de gênero e práticas de resistência, vol. 2, Campinas, Pontes Editores, p. 81-98.
  • França Gloria, 2018, Gênero, raça e colonização: a brasilidade no olhar do discurso turístico no Brasil e na França [Genre, race et colonisation : la brésilianité dans le regard touristique en France et au Brésil], thèse de doctorat, cotutelle Brésil-France, Unicamp-Paris 13.
  • França Gloria 2019, « Liberdade Quilombola : lieu de parole, identités noires et production des savoirs, communication au colloque La production du savoir : formes, légitimations, enjeux et rapport au monde, Nice, 19 et 20 septembre 2019.
  • Gléo Gnenonsegouet Noelle, 2019, « “Leur féminisme n’est pas le nôtre”. Critique des usages et pratiques militantes et luttes sociales minoritaires (2014-2018) », communication au colloque La production du savoir : formes, légitimations, enjeux et rapport au monde, Nice, 19 et 20 septembre 2019.
  • Gonzalez Lelia, Hasenbalg Carlos, 1982, Lugar de negro, Rio de Janeiro, Editora Marco Zero Limitada.
  • Greco Luca (coord.), 2014, Recherches linguistiques sur le genre : bilan et perspectives, Langage et société 148.
  • Greco Luca (coord.), 2015, Genre, langage et sexualité : données empiriques, Langage et société 152.
  • Guénif-Souilamas Nacira, Macé Éric, 2004, Les féministes et le garçon arabe, La Tour d’Aigues, L’Aube.
  • Guénif-Souilamas Nacira, 2003 [1999], Des « beurettes» aux descendantes d’immigrants nord-africains, Paris, Hachette Pluriel.
  • Guénif-Souilamas Nacira, 2005, « La réduction à son corps de l’indigène de la République », in Bancel Nicolas éd., La fracture coloniale. La société française au prisme de l’héritage colonial, Paris, La Découverte, p. 199-208.
  • Guillaumin Colette, 1972, L’idéologie raciste. Genèse et langage actuel, Nice, Institut d’études et de recherches interethniques et interculturelles.
  • Guillaumin Colette, 2016 [1981], « ”Je sais bien mais quand même” ou les avatars de la notion de “race” », dans Sexe, race et pratique du pouvoir. L’idée de nature, Paris, Éditions iXe, p. 201-211.
  • Hailon Fred, Richard Arnaud, Sandré Marion (coord.), 2012, Le discours politique identitaire, Le discours et la langue 3.1.
  • Harchi Kaoutar, 2016, Je n’ai qu’une langue, ce n’est pas la mienne, Paris, Pauvert.
  • Hill Collins Patricia, Bilge Sirma, 2016, Intersectionality, Cambridge, Polity Press.
  • Husson Anne-Charlotte, 2018, Les mots du genre. Activité métalinguistique folk et constitution d’un événement polémique, thèse de doctorat, Université Paris 13.
  • Husson Anne-Charlotte et al. dir (GenERe), 2018, Épistémologies du genre. Croisement des disciplines, intersection des rapports de domination, Lyon, ENS Éditions.
  • Iveković Rada, 2007, « Langue coloniale, langue globale, langue locale », Rue Descartes, 58-4, p. 26-36.
  • Khiari Sadri, 2009,  La contre-révolution coloniale, de De Gaulle à Sarkozy, Paris, La Fabrique.
  • Marignier Noémie 2016, Les matérialités discursives du sexe. La production du genre dans les discours sur les sexes atypiques, thèse de doctorat, Universités Paris 13 et Sorbonne nouvelle.
  • Marignier Noémie 2017, « Les “énonciations de privilèges“ dans le militantisme féministe en ligne : description et critique », Argumentation et analyse du discours 18, http://journals.openedition.org/aad/2309
  • Modesto Rogério, 2018a, « Você matou meu filho » e outros gritos: um estudo das formas da denúncia, thèse de doctorat, Unicamp.
  • Modesto Rogério, 2018b, « Interpelação ideológica e tensão racial: efeitos de um grito », Littera Online 17, http://www.periodicoseletronicos.ufma.br/index.php/littera/article/view/10378
  • Muñoz José Esteban, 1999, Disidentifications, Minneapolis-Londres, University of Minnesota Press.
  • Ndiaye Pap, 2008, La Condition noire. Essai sur une minorité française, Paris, Gallimard.
  • Nascimento Gabriel, 2019, Racismo linguístico: os subterrâneos da linguagem e do racismo, Belo Horizonte, Ed. Letramento.
  • Paveau Marie-Anne, 22/07/2016, « « Le blanc du noir”. De l’emploi oppressif du nom propre », in La pensée du discours [carnet de recherche], https://penseedudiscours.hypotheses.org/14558
  • Paveau Marie-Anne, 2018, « Le genre : une épistémologie contributive pour l’analyse du discours », in Husson A.-C. et al. dir., Épistémologies du genre. Croisements des disciplines, intersections des rapports de domination, Lyon, ENS Éditions, p. 79-95.
  • Paveau Marie-Anne, 2019a, « De la race comme point d’énonciation. Norman Ajari, La dignité ou la mort. Éthique et politique de la race », in La pensée du discours [carnet de recherche], https://penseedudiscours.hypotheses.org/18002
  • Paveau Marie-Anne, 2019b, « La resignification. Pratiques technodiscursives de répétition subversive sur le web relationnel », Langage & société 167, p. 111-141.
  • Paveau Marie-Anne, 2019c, « La pluralité des modes de discours. Pour un décentrement de l’analyse du discours », conférence au colloque L’analyse du discours entre description, geste critique et intervention, Université de Poitiers, 13-15 novembre 2019.
  • Ribeiro Djamila, 2017, O que é lugar de fala? Belo Horizonte (MG): Letramento; Justificando ; traduction française : 2019, La place de la parole, trad. du brésilien Paula Anacaona, Paris, Anacaona.
  • Schaub Jean-Frédéric, 2015, Pour une histoire politique de la race, Paris, Seuil.
  • Sibony Michèle, 2019, « Vers une figure juive décoloniale », texte de l’intervention à l’Appel du Bandung du nord, 15 mai 2018, http://bandungdunord.webflow.io/
  • Telep Suzie, 2017, « Pour une approche pluridisciplinaire du langage : le cas du whitisage chez des migrants camerounais à Paris », Espacestemps.net, p. 1-15, https://www.espacestemps.net/articles/approche-pluridisciplinaire-langage-cas-whitisage-chez-migrants-camerounais-a-paris/
  • Telep Suzie, 2018, « ‘‘Moi je whitise jamais.’’ Accent, subjectivité et processus d’accommodation langagière en contexte migratoire et postcolonial », Langage et Société 165, p. 31-49.
  • Telep Suzie, 2019, « Whitiser, c’est parler comme un Blanc ». Langage, subjectivité et postcolonialité chez des militants afrodescendants d’origine camerounaise à Paris, thèse de doctorat, Université Paris-Descartes.
  • Vergès Françoise, 2017, Le Ventre des femmes : capitalisme, racialisation, féminisme, Paris, Albin Michel.
  • Vergès Françoise, 2019, Un féminisme décolonial, Paris, La Fabrique.
  • Zoppi Fontana Monica, 2017, « “Lugar de fala”: enunciação, subjetivação, resistência », Conexão Letras, 12-18, https://seer.ufrgs.br/conexaoletras/article/view/79457

Informations pratiques

Calendrier

  • 08/01/2019 : Lancement de l’appel à contribution
  • 15/03/2020 : Par solidarité avec le mouvement de protestation actuel soutenu par la revue Itinéraires, la date limite de proposition de résumé est repoussée
  • 15/03/2020 : Retour du comité de coordination
  • 15/10/2020 : Date limite réception d’article V1
  • 15/11/2020 : Envoi des articles pour évaluation
  • 15/12/2020 : Retour des évaluations
  • 15/02/2021 : Révision des articles et envoi V2

Publication prévue : juin 2021

Format de la proposition. Prénom, nom, coordonnées institutionnelles, adresse électronique, titre, résumé 3.000 signes maximum, 5 mots clés, 5 références bibliographiques, à envoyer à :

projet-discours@orange.fr

Crédit : Dan Buck, « AGreat Escape », 2007, compte de l’auteur sur Flickr, CC BY 2.0


Marie-Anne Paveau

Enseignante-chercheuse en analyse du discours à l'université Paris 13

Vous aimerez aussi...