Joyeux Noël ! Images ironiques en ligne

On dit que l’humour est la politesse du désespoir ; l’ironie est peut-être celle de la colère et de la protestation. L’ironie de Noël n’a évidemment pas commencé avec la naissance des réseaux sociaux mais ils en sont un vecteur particulièrement efficace, entre rire et larmes, sourire et amertume.

Les réseaux accueillent celleux qui n’aiment pas Noël car c’est le temps des réjouissances obligatoires et des sociabilités problématiques : moins actifs semble-t-il actuellement, les hashtags #antinoël ou #JAimePasNoël ont permis il y a quelques années de formuler des sentiments restés enfouis sous la pression sociale de « l’esprit de Noël ». Les RSN accueillent celleux qui ne fêtent pas Noël parce qu’illes sont juifs, musulmans, bouddhistes ou hindous, parce qu’ils sont précaires ou sans domicile, parce qu’ils s’en foutent, parce qu’ils militent ou manifestent, parce que les Champs-Élysées pavoisés au Ferrero rocher et au Nutella, ça vend de la grève plus que du rêve. Cela explique que les RSN hébergent, le temps d’un réveillon et d’une journée fériée, toute une série de posts et d’énoncés ironiques qui soulignent l’artificialité et l’absurdité de la liesse de fin d’année.

Le souhait Joyeux Noël ! entre alors dans une construction ironique, qui consiste à produire un énoncé décalé voire absurde par rapport à la situation. L’ironie, c’est en effet, dans la perspective devenue classique d’Oswald Ducrot (1984), une forme de polyphonie : il s’agit de faire parler dans son énoncé une autre voix qui dirait quelque chose de non conforme à la logique, souvent en opposition à la situation contextuelle. C’est une forme particulière d’humour ; dans l’ironie, il faut qu’il y ait décalage énonciatif. Les exemples classiques de « vous êtes aimable » ou « c’est du propre » en illustrent bien le mécanisme. Dans les exemples dont je vais parler ici, l’énoncé absurde ou fantaisiste qui entre en conflit avec le souhait « Joyeux Noël », explicite ou implicite et la liesse collective est une image, et l’ensemble forme donc un technographisme (Paveau 2019). Sur une quinzaine d’exemples recueillis dans les quelques jours précédents, on peut faire une (toute) petite typologie. Comme toujours, elle est issue de mes propres comptes Twitter et Facebook, donc sans prétention à la généralisation ; c’est un exemple.

L’ironie écologique

Mona Chollet a publié un post ironique dès le 21 décembre en utilisant la tournure « Et un joyeux Noël » :

1. Publication de Mona Chollet le 21.12.2019. La culture intensive des sapins

L’article porte sur la culture intensive des sapins dans le Morvan, avec utilisation de pesticides dont l’épandage fait disparaître les abeilles de cet apiculteur suffisamment désespéré pour prendre son fusil. Le « et » qui précède le souhait de Noël est intéressant car il est consécutif (il équivaut à « et donc »), et c’est lui, avec l’image et le contenu de l’article, qui déclenche l’ironie : « vos sapins de Noël massacrent la nature, et donc, passez un joyeux Noël », écrit en substance Mona Chollet ; l’ironie réside dans cette causalité farfelue et amère. L’absence de point d’exclamation, lexicalisé dans le souhait de Noël ordinaire, renforce cet effet.

L’ironie politique

J’écris ce billet sans doute parce que j’ai moi-même publié un post ironique de Noël (25.12), avant de remarquer que ça n’avait rien d’original et que je m’inscrivais dans une sorte de micro-genre :

2. Publication de Marie-Anne Paveau le 25.12.2019. Les camps de travail chinois

L’article sur le site de France Inter explique que des Britanniques ont trouvé des messages d’appel à l’aide dans des cartes de vœux fabriquées en Chine, émanant de prisonniers de camps de travail. En ajoutant le hashtag #KillJoy, emprunté à l’expression feminist killjoy, c’est-à-dire « féministe rabat-joie » popularisée par Sara Ahmed, elle-même employée auto-ironiquement chez les féministes, j’ai sans doute voulu marquer l’ironie du post et ses effets contraires à la joie de Noël, explicitée par l’illustration.

Cette ironie killjoy se retrouve dans d’autres publications, appuyées sur les thèmes du gouvernement néo-libéral (3) d’Emmanuel Macron, des grèves contre la réforme des retraites (4) ou de l’État répressif (5).


3. Publication du 25.12.2019. Le « nouveau monde » d’Emmanuel Macron

*****

4. Publication de Denis Robert du 25.12.2019. Grève contre la réforme des retraites

*****

5. Publication de Charlotte de Bruges, 25.12.2019. Le sapin de Noël policier

L’ironie palestinienne

Mais c’est sans doute sur la Palestine que les posts ironiques sont les plus nombreux, pour des raisons géographiques, politiques, religieuses, parce que Bethléem est en Cisjordanie, parce que la liberté de circulation des Palestinien.ne.s recule d’année en année, parce que le contraste entre l’esprit de Noël célébré au niveau mondial et la destruction progressive de la Palestine est de plus en plus criant en même temps qu’il est occulté. Les images ironiques se succèdent d’année en année, toutes plus fines et intelligentes, et toutes plus douloureuses. L’article de la géographe Elisabeth Vallet sur visionscarto.net en fournit un large échantillon en 2014 (hors du schéma [Joyeux Noël + image] abordé ici), dont la fameuse carte postale de Banksy de 2012 :

6. Banksy 2012, l’arrivée à Bethléem

L’artiste vient de produire une nouvelle œuvre militante, exploitant l’ironie de Noël en Palestine :

7. Banksy 2019, crèche de Noël

En voici quelques images ironiques, publiées ou republiées en 2019 :

8. Merry Christmas au pied du mur, une des images les plus diffusées

*****

9. Merry Christmas from Bethlehem

Comme l’explique Élisabeth Vallet, cette iconographie ironique se banalise : « Ce qui est sans doute le plus dérangeant, c’est que le mur appartient maintenant à l’univers des cartes de vœux. Même si cela reste ironique, il s’inscrit progressivement et inexorablement dans l’imagerie populaire. Si l’ironie s’efface pour laisser la place à l’art, cela correspond implicitement à une certaine forme d’acceptation » (2014, en ligne).

D’autres images, qui n’ont pas encore le statut de carte de vœux, et qui gardent donc leur valeur protestataire, prennent le relais, et l’image ironique de Noël concerne aussi, cette année, la Syrie :

10. Merry Christmas from Maaret Allnuman (Syrie)

Alors, en attendant le réveillon du jour de l’an, préparons nos images protestataires…

11. Happy new year ! Marco De Angelis, 2018, The cartoon Movement

Références

Cite this article as: Marie-Anne Paveau, 26/12/2019, "Joyeux Noël ! Images ironiques en ligne," in La pensée du discours [carnet de recherche], https://penseedudiscours.hypotheses.org/18237, consulté le….

Marie-Anne Paveau

Enseignante-chercheuse en analyse du discours à l'université Paris 13

Vous aimerez aussi...