[CONFÉRENCE] « La pluralité des modes de discours. Pour un décentrement de l’analyse du discours », Poitiers, 15.11.19

Colloque international
L’analyse du discours entre description,
geste critique et intervention

Université de Poitiers
13-15 novembre 2019

Programme et livret des résumés


« La pluralité des modes de discours. Pour un décentrement de l’analyse du discours »
Marie-Anne Paveau
Université Paris 13, EA 7338 Pléiade

Résumé

Dans le paysage actuel de la recherche en sciences humaines et sociales, il semble nécessaire de repenser la fonction dite critique de l’analyse du discours en la subordonnant à un second décentrement du sujet de la recherche. Ce décentrement, de nature politique, peut se formuler dans les termes d’une prise en compte de la pluralité des modes de discours, qui emprunte à Descola et au concept de pluralité des modes d’être sa perspective non dualiste et écologique (Descola 2006, 2013).

Dans cette conférence, je présenterai d’abord une critique de la position « critique » qui qualifie fréquemment la posture épistémologique des analystes du discours comme des chercheur.e.s en SHS en général. J’essaierai de montrer les insuffisances de cette notion, les impasses subjectivistes auxquelles elle mène parfois (cas par ex. de la notion d’engagement présentée dans Koren dir. 2017), et les limites de ses héritages marxistes, qui maintiennent une conception sociale du social encore fermée aux paramètres du genre et de la race notamment (Paveau 2018, 2019a).

Je montrerai ensuite qu’une analyse de la pluralité des modes de discours nécessite des équipements épistémologiques et philosophiques qui dépassent la traditionnelle « boîte à outils » de l’analyse du discours et constituent des contributeurs efficaces à son dispositif théorique, équipements qui permettent : de travailler avec des sujets situés (Harding 1993) en activant la « vision des vaincus » (Wachtel 1971) ; de « provincialiser l’Europe » (Chakrabarty 2009) en défaisant son eurocentrisme, son « racisme épistémique » (Grosfoguel 2010) et son universalisme réducteur (Diagne 2013) ; de repenser la notion d’identité en réhabilitant un essentialisme nécessaire à la prise en compte de la pluralité des êtres et de leurs discours (Cervulle 2013, Ajari 2019).

Je proposerai enfin des outils théoriques permettant de travailler la pluralité des modes de discours de manière située, en évitant le savoir de suplomb de l’analyste du discours et le logocentrisme de la pratique courante de l’analyse du discours : les notions de vertu et de décence discursive (Paveau 2013), d’énonciation ventriloque et de destitution interprétative (Paveau 2017), de resignification et de droit lexical (Paveau 2019b), pourraient contribuer à une écologie du discours à fort coefficient politique.

Plan de l’intervention

1. Critique de la position critique

  • 1.1. Faiblesse de la position critique
  • 1.2. Les impasses subjectivistes de la posture d’engagement
  • 1.3. La réduction du social au social

2. Décentrement de l’AD. Équipements épistémologiques et philosophiques

  • 2.1. Épistémologie du point de vue. Sortir de l’objectivisme et du logocentrisme
  • 2.2. Études décoloniales. Défaire la colonialité du pouvoir, du savoir et de l’être

3. Décentrer : défaire la colonialité du discours

  • 3.1. Un outil critique. La destitution interprétative
  • 3.2. Une notion théorique. Lugar de fala/lieu de parole
  • 3.3. Une pratique discursive. La resignification pratique de décolonisation du discours

Références bibliographiques

  • Abbou, J., Arnold, A, Marignier, N. (dir.), 2018, « Le genre, lieu de l’hétérogène », Semen 44.
  • Ajari Norman, 2019, La dignité ou la mort. Éthique et politique de la race, Paris, La Découverte.
  • Boulbina Seloua Luste, 2018, Les miroirs vagabonds ou la décolonisation des savoirs (arts, littérature, philosophie), Paris, Les presses du réel.
  • Butler J., 2004 [1997], Le Pouvoir des mots. Politique du performatif, trad. C. Nordmann et J. Vidal, Paris, Editions Amsterdam.
  • Calabrese Laura, 2018, « Diversité, entre constat et injonction », dans Calabrese Laura, Veniard Marie (dir.), Penser les mots, dire la migration, Louvain, Academia-L’Harmattan.
  • Calabrese Laura, Veniard Marie, 2018 (dir.), Penser les mots, dire la migration, Louvain, Academia-L’Harmattan.
  • Canut Cécile, 2018, « On n’était rien que des aventuriers… Ceux qui meurent à cause de ce qu’ils désirent », dans Calabrese Laura, Veniard Marie, Penser les mots, dire la migration, Louvain, Academia-L’Harmattan.
  • Dhume Fabrice, 2012, « La question raciale : de la reconnaissance à l’effacement », dans Félix Boggio Éwanjé-Épée et Stella Magliani-Belkacem (coord.), Race et capitalisme, Paris, Syllepse, p. 51-66.
  • Descola Philippe, 2013, « Apologie des sciences sociales », La Vie des idées, 9 avril 2013, Essais & débats, https://laviedesidees.fr/Apologie-des-sciences-sociales.html
  • Dorlin Elsa, 2008, Sexe, genre et sexualités : introduction aux philosophies féministes, Paris, Presses Universitaires de France.
  • França Gloria, 2017, Genre, race et colonisation : la brésilianité dans le regard touristique en France et au Brésil, thèse de doctorat en analyse du discours, cotutelle Brésil-France, Unicamp-Paris 13.
  • Gonzalez Lelia, Hasenbalg Carlos, 1982, Lugar de negro, Rio de Janeiro, Editora Marco Zero Limitada.
  • Greco Luca, 2014, « Les recherches linguistiques sur le genre : un état de l’art », Langage et société 148, p. 11-29.
  • Greco Luca, 2015, « Présentation : la fabrique des genres et des sexualités », Langage et société 152, p. 7-16.
  • Grosfoguel Ramon, 2010, « Vers une décolonisation des “uni-versalismes” occidentaux : le “pluri-versalisme décolonial”, d’Aimé Césaire aux zapatistes », trad. Natacha Filippi et Emmanuel Hoch Delgado, in Achille Mbembe et al., Ruptures postcoloniales, La Découverte « Cahiers libres », p. 119-138.
  • Haraway Donna, 2007 [1984], « Manifeste cyborg: science, technologie et féminisme socialiste à la fin du XXe siècle » dans Le manifeste cyborg et autres essais : sciences – fictions – féminismes, trad. N. Magnan, anthologie établie par L. Allard, D. Gardey et N. Magnan, Paris, Exils éditeurs, p. 29-92.
  • Haraway Donna, 1988, « Situated Knowledges: The Science Question in Feminism and the Privilege of Partial Perspective »,Feminist Studies, vol. 14, No. 3, p. 575-599.
  • Harding Sandra, 1993, « Rethinking Standpoint Epistemology: What is Strong Objectivity? »  in L. Alcoff and E. Potter, eds., Feminist Epistemologies, New York/London, Routledge.
  • Harding S. (ed), 2004, The Feminist Standpoint Theory Reader. Intellectual & Political Controversies, London, Routledge.
  • Koren Roselyne (dir.), 2017, dossier « Analyses du discours et engagement du chercheur », Argumentation et Analyse du Discours 11, https://journals.openedition.org/aad/1515
  • Koren Roselyne, 2013, « Ni normatif ni militant : le cas de l’engagement éthique du chercheur », Argumentation et Analyse du Discours [En ligne], 11 | 2013, mis en ligne le 15 octobre 2013, consulté le 13 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/aad/1572
  • Lagorgette, Dominique. « « Le crime est dans l’oeil de celui qui regarde le dessin » : l’analyse linguistique pour les tribunaux dans les procès Siné (2009) », Langage et société, vol. 132, no. 2, 2010, p. 77-99.
  • Marignier Noémie, 2016, Les matérialités discursives du sexe. La construction et la déstabilisation des évidences du genre dans les discours sur les sexes atypiques, thèse de doctorat, Universités Paris 13-Paris 3.
  • Paveau Marie-Anne, 2017, « Le discours des vulnérables. Proposition théorique et politique », Cadernos de Linguagem e Sociedade 18.1, 135-157, http://periodicos.unb.br/index.php/les/article/view/1571/1384
  • Paveau Marie-Anne 2017, « Féminismes 2.0. Discours numériques de la génération connectée », Argumentation et analyse du discours 18, dossier « Nouveaux discours féministes », http://journals.openedition.org/aad/2345
  • Paveau Marie-Anne, 2018a, « Le genre : une épistémologie contributive pour l’analyse du discours », dans Husson A.-C. et al. dir., Le(s) genre(s). Définitions, modèles, épistémologie, Lyon, ENS Éditions, p. 79-95, https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01848971
  • Paveau Marie-Anne, 08/03/2019a, « La panique décoloniale, » in La pensée du discours [carnet de recherche], https://penseedudiscours.hypotheses.org/17859
  • Paveau Marie-Anne, 2019b, « La resignification. Pratiques technodiscursives de répétition subversive sur le web relationnel », Langage & société 167, p. 111-141.
  • Paveau Marie-Anne, 2019c, « Une panique décoloniale ? Analyse de quelques discours de réaction aux études décoloniales en France », communication au colloque La production du savoir : formes, légitimations, enjeux et rapport au monde, Université de Nice, 19 et 20 septembre 2019.
  • Puig de la Bellacasa Maria, 2013, Politiques féministes et construction des savoirs: « Penser nous devons » !, Paris, L’Harmattan.
  • Quijano Anibal, 1992, « Colonialidad y Modernidad/Racionalidad », Perú Indígena, vol. 13, no. 29.
  • Rabatel Alain, 2013, « L’engagement du chercheur, entre “éthique d’objectivité” et “éthique de subjectivité” », Argumentation et Analyse du Discours 11, http://journals.openedition.org/aad/1526
  • Raus Rachele (coord.), 2019, Partage des savoirs et influence culturelle : l’analyse du discours « à la française » hors de France, Essais francophones 6, Gerflint.
  • Spivak Gayatri Chakravorty, 2009, Les subalternes peuvent-elles parler ?, traduction de Jérôme Vidal, Paris, Editions Amsterdam.
  • Wachtel Nathan, 1971, La Vision des vaincus. Les Indiens du Pérou devant la Conquête espagnole (1530-1570), Paris, Gallimard.
  • Wermeck Jurema, 2005 [2000], « Ialodês et féministes. réflexions sur l’action politique des femmes noires en Amérique latine et aux Caraïbes », traduit du portugais (Brésil) par Jules Falquet, Nouvelles Questions Féministes 24, p. 33-49.

Marie-Anne Paveau

Enseignante-chercheuse en analyse du discours à l'université Paris 13

Vous aimerez aussi...