Défendre le droit d’exister des Palestinien·ne·s dans ses pratiques de recherche

Dans ce billet je voudrais répondre à une question apparemment simple mais souvent trop vite réglée par des déclarations de principe : qu’est-ce que ça veut dire, concrètement, dans une recherche située, défendre le droit d’exister des Palestinien·ne·s ? Ou, plus largement, ça veut dire quoi, concrètement, dans les réalités des gestes de la recherche, pratiquer une recherche située qui repose sur des engagements ? Ma réponse est un ensemble de propositions ouvertes, qui sont appuyées sur l’arrière-plan de l’analyse du discours, mais ne s’y réduisent pas.

La lutte des luttes

La « cause palestinienne », comme on la nomme souvent, n’est pas une simple cause. Je veux dire qu’il ne s’agit pas d’un combat ou d’un engagement politique comme un autre, parce qu’elle concentre la défense de ce qu’il y a de plus fondamental dans la lutte pour la défense de l’humanité : le droit d’exister, de disposer des conditions d’une vie décente, de circuler, d’être reconnu·e, d’être des sujets. Cela ne veut pas dire évidemment que d’autres luttes n’ont pas ce statut, mais la Palestine a acquis un statut de lutte des luttes, comme l’inscrivent dans nos connaissances communes ces phrases devenues maximes, investies d’une sagesse des révolutions qui concurrence celle des nations : celle de Nelson Mandela bien sûr, qui circule beaucoup, sous forme d’affiche ou de vignette numérique : « We know too well that our freedom is incomplete without the freedom of Palestinians » ; mais aussi ce titre d’un ouvrage d’Angela Davis : Freedom Is a Constant Struggle. Ferguson, Palestine and the Foundations of a Movement (Davis 2016).

Le mot Palestine est devenu un nom de mémoire (Paveau 2008) car ce simple toponyme, au départ un nom qui désigne seulement un lieu (un « désignateur rigide », comme dit la théorie logiciste), s’est chargé au fur et à mesure des décennies de plusieurs couches de sens : sens de l’expérience et de l’histoire (la Nakba, les intifadas, l’établissement des colonies juives, les destructions des villages, des oliveraies, les restrictions de circulation, tous les événements liés à la pression coloniale d’Israël), sens des engagements et des combats pour sa libération, son autodétermination, son existence, sens des valeurs fondamentales que ce combat recèle.

C’est en sédimentant dans son nom même cet ensemble dense et lourd d’expériences et d’événements que la Palestine est devenue la lutte des luttes, ce qui veut dire qu’elle est aussi devenue une métaphore possible de l’engagement. En recherche, si l’on défend une conception de la science intégrée dans la vie et la société, si l’on déclare pratiquer une recherche à partir d’un positionnement, si l’on souhaite tenir compte, dans l’élaboration de la pensée, des réalités et des expériences humaines, alors il me semble qu’on doit pratiquer une recherche située lestée d’une dimension politique (Haraway 2007 [1988]). Politique, dans cette perspective, ça veut dire : pour le bien de la cité, pour la vie bonne en société, pour le respect de la vie de chacun.e, pour l’égalité de tou·te·s, et, par conséquent, contre les inégalités, les oppressions, les dominations, les exclusions. Et la Palestine, dans la situation contemporaine, c’est l’oppression des oppressions, la domination des dominations.

Et pourtant, de Palestine, dans les recherches engagées en France, que je préfère appeler situées, nulle trace, ou si peu. En avril-mai 2021, une « crise israélo-palestinienne », comme disent la presse et l’article ainsi nommé de Wikipédia, est déclenchée par la décision d’expulsion de quatre familles palestiniennes dans un quartier de Jérusalem, Cheikh Jarrah. Depuis des mois, de nombreux·ses chercheur·e·s situé·e·s, travaillant dans les champs de ou soutenant les études postcoloniales, décoloniales (j’utilise le terme au sens le plus englobant, sans choix théorique particulier parmi les divers positionnements de la théorie décoloniale), les études sur la race, les études de genre, les perspectives intersectionnelles et pluriversalistes, multipliaient réactions, pétitions, tribunes de presse, threads nourris pour défendre les libertés académiques menacées par la stigmatisation de « l’islamo-gauchisme » rassemblant dans un pêle-mêle informe toutes ces approches. Mais sur l’agression israélienne contre les habitant·e·s de Cheikh Jarrah et les violences importantes et mortelles qui s’en sont suivies pendant plusieurs semaines (256 morts et 2000 blessés palestinien·ne·s, 13 morts et 114 blessés israélien·ne·s), en France, rien. Pas de pétition, pas de tribune, pas de thread enflammé, pas de critique de l’oppresseur, pas de soutien aux victimes. Les chercheur·e·s du postcolonialisme, de la décolonialité, du racisme systémique, ceux et celles même qui travaillent tant à la décolonisation des esprits, des savoirs, des politiques et des comportements, ne semblent pas intégrer la Palestine dans leur travail situé. Sauf exception : quelques tweets, quelques commentaires, une tribune.

Mettre en œuvre la dimension politique du savoir

Si l’on se situe dans une épistémologie décentrée, pluriverselle, décoloniale, qui remet en cause les dominations épistémiques, et accepte l’idée que les savoirs se construisent à partir de plusieurs centres, traditions et épistémès (Grosfoguel 2010), si l’on pratique une recherche située qui produit des savoirs émancipateurs (Gérardin-Laverge et Collier 2020), alors la contestation des dominations politiques s’impose, les catégories n’étant pas discrètes : le savoir est politique et la politique est liée à la constitution des savoirs. Mais ça veut dire quoi exactement dans le travail de recherche ? Pour moi, pratiquer une recherche située qui contribue à la défense du droit d’exister des Palestinien·e·s implique de mettre en œuvre les cinq principes suivants :

L’alignement scientifique-politique. J’appelle alignement scientifique-politique le fait d’accorder le contenu de ses travaux et ses prises de position, publiques ou non, à propos d’événements qui concernent directement ses objets de recherche, sans sélection. On ne peut pas s’inscrire dans une épistémologie située et déclarer que la recherche scientifique a des objectifs d’amélioration du monde sans poser des actes concrets pour soutenir cette conception. On ne peut pas prononcer des conférences et produire des articles sur les formes de la domination coloniale, ou de toute domination, et se taire, en tant que chercheur·e, sur ce que signifie, scientifiquement, le fait que les Palestinien.ne.s soient attaqué·e·s dans leur droit à l’existence. L’alignement scientifique-politique assure la cohérence et la congruence du travail de recherche.

L’objectivité forte. Cette notion proposée par Sandra Harding, dans un article célèbre, « Rethinking Standpoint Epistemology: What is Strong Objectivity« , récemment traduit en français (Harding 2021 [1993]), postule que la meilleure version de l’objectivité scientifique est celle qui intègre les conditions sociales objectives des chercheur·e·s comme point de départ de leur recherche. Elle explique que « partir de ces situations déterminées et objectives au sein d’un ordre social quel qu’il soit donne lieu à des questionnements critiques éclairants qui n’émergent pas d’une réflexion initiée depuis la vie des groupes dominants » (2021 : 149). C’est donc le choix de produire une connaissance située qui permet une objectivité forte, exigeant que « le sujet de connaissance soit placé sur le même plan critique et causal que les objets de connaissance. Ainsi ”l’objectivité forte” exige ce que nous pouvons appeler une ”réflexivité forte” » (2021 : 179). Cette réflexivité forte amène donc le·a chercheur·e à intégrer ses points de vue (standpoints), au sens social du terme, c’est-à-dire les positions à partir desquelles il ou elle pense (et non ses opinions, ses goûts ou ses idéologies) à ses pratiques de recherche.

Le pluriversalisme théorique. Le pluriversalisme, c’est l’idée que les savoirs, les idées et les théories s’élaborent à partir de plusieurs centres (l’Amérique latine, l’Inde, l’Afrique…), et non à partir d’un centre unique qui se diffuserait dans le monde entier, en vertu d’une colonialité du savoir (Lander 1993) : les dominations concernent aussi les savoirs et aucun choix théorique n’est exempt de sa propre situation sociale et politique. Pratiquer le pluriversalisme théorique implique d’interroger les dominations épistémiques de plusieurs manières. Tout d’abord, interroger les sacralisations : les références dites « incontournables », les « classiques », les théories imposées comme mainstream, adulées parfois, qui sont encore majoritairement « occidentales » (européennes et étatsuniennes) ; ensuite remettre en cause l’applicationnisme, qui permettrait à une théorie de traiter n’importe quel objet, en vertu de sa toute-puissance supposée et, finalement, de son universalité (par exemple, traiter une question concernant les réalités du Sud global avec des outils forgés sur les réalités européennes) ; enfin, résister à la domination centralisatrice de l’anglais, promouvoir, dans la mesure du possible (je sais que mes propres références ici ne sont pas complètement congruentes avec cet objectif) les publications dans la langue des chercheur·e·s et de leurs enquêté·e·s, favoriser les traductions dans d’autres langues que l’anglais, de manière à tenter de rééquilibrer la situation de la publication scientifique. Le pluriversalisme théorique ne se réduit pas à citer ou mentionner des auteur·e·s non dominant·e·s, qui ne doivent pas servir de caution scientifique-politique, mais suppose une compréhension des pensées considérées comme non centrales, un travail ou un retravail des notions à la lumière des propositions considérées comme non centrales.

L’asymétrie méthodologique. J’appelle asymétrie méthodologique le fait d’assumer, dans l’élaboration d’un terrain, d’un jeu de données ou d’un corpus, une asymétrie quantitative et qualitative. L’asymétrie quantitative concerne par exemple, dans les disciplines du texte et du discours, dans le cadre de l’analyse d’une polémique binaire, le nombre d’énoncés à recueillir pour illustrer les deux positions antagonistes ; les dominant·e·s ont toujours un meilleur accès à la parole que les dominé·e·s, leurs énoncés seront donc toujours plus nombreux, et le corpus sera donc structurellement et légitimement asymétrique. Fabriquer un corpus symétrique pour satisfaire à une norme idéale légitimée par l’idée d’une objectivité scientifique ou d’une neutralité axiologique n’a guère de sens. L’asymétrie qualitative concerne, comme son nom l’indique, la qualité des données recueillies. En analyse du discours, les travaux mainstream sur la presse d’information par exemple, concernent souvent les « grands » journaux (le trio Libé-Le Monde-Le Figaro), parce que ce sont « les plus intéressants », ai-je souvent entendu dire. Les autres journaux, les gratuits en particulier, plus populaires, plus tournés vers les événements que les analyses, moins riches en grandes plumes, semblent moins dignes d’intérêt. La « richesse » et l’intérêt des discours est du côté des dominant·e·s. Le rapport avec la Palestine doit peut-être être explicité, c’est celui du rapport de force particulièrement inégal avec l’état d’Israël depuis 1948. Comme les moyens d’expression et les moyens d’exister tout court des Palestinien·ne·s, les énoncés des dominé·e·s seront toujours moins nombreux, moins puissants, moins publics parce que moins publiés, moins bien articulés, moins audibles en un mot.

La justesse lexicale. J’appelle justesse lexicale le fait d’employer des termes, en particulier des dénominations d’animé·e·s, conformément à une certaine vérité du monde, reconnue collectivement, à la mémoire discursive portée par ces dénominations et enfin à un principe de décence discursive (j’ai parlé dans Langage et morale de vertu discursive pour nommer le principe qui rassemble ces trois critères – Paveau 2013). Cela implique de pratiquer une forme de care lexical, de faire attention aux mots qu’on emploie, surtout pour nommer les autres que soi, surtout dans des situations asymétriques, de violence, d’oppression. La justesse lexicale implique par exemple de ne pas reconduire ou inscrire dans le lexique des versions inégales voire oppressives du monde ou au contraire des versions qui effacent ces oppressions : fuir les symétrisations lexicales comme, et l’exemple est bien connu, le fameux conflit israélo-palestinien ; abandonner cet américain·e si persistant à l’université et en recherche, qui inscrit la domination dans la langue en y effaçant les autres réalités géographiques que les États-Unis. La justesse lexicale implique aussi de nommer les autres conformément à leur « self definition« , que Patricia Hill Collins définit comme « a journey from internalized oppression to the ‘free mind' » (Collins 1990) : il n’est pas sûr que le terme arabes israéliens soit pertinent pour les citoyens palestinien·ne·s d’Israël (voir le tweet d’Adam Elmahrek ci-dessous) ; il n’est pas sûr non plus que le mot Anglo-Saxon qui, en plus d’être inexact, porte une charge raciste, soit bien juste pour désigner… mais qui, exactement ? La justesse lexicale engage aussi le respect des récits des autres, et évite leur négation comme le montre par exemple Gilbert Achcar et, plus généralement, une importante littérature sur la « guerre des mots » à propos de la question palestinienne (Achcar 2009 et voir aussi la bonne mise au point dans l’article « Guerre des mots dans le conflit israélo-palestinien » sur Wikipédia).

Travailler dans le cadre d’épistémologies situées, féministes, antiracistes, décoloniales, soutenir la lutte des luttes, cela implique un agir de la recherche : ça ne doit pas être un vain mot pour un·e chercheur·e d’adopter un cadre épistémologique ; au contraire, notre programme de pensée se trouvera renforcé si l’on assume de se prendre soi-même au mot, de se prendre à ses propres mots.

Références

  • Achcar Gilbert, 2009, Les Arabes et la Shoah. La guerre israélo-arabe des récits, Arles, Actes Sud.
  • Collins Patricia Hill, 1990, Black Feminist Thought: Knowledge, Consciousness and the Politics of Empowerment, NY, Routledge.
  • Davis Angela, 2016, Freedom Is a Constant Struggle. Ferguson, Palestine and the Foundations of a Movement, Chicago, Haymarket Books.
  • Gérardin-Laverge Mona, Collier Anne-Claire, 2020, “Circulation et production des savoirs.”, Terrains/Théories 11, http://journals.openedition.org/teth/2588
  • Grosfoguel Ramón, 2010, « Vers une décolonisation des “uni-versalismes” occidentaux : le “pluri-versalisme décolonial”, d’Aimé Césaire aux zapatistes », traduit par Natacha Filippi et Emmanuel Hoch Delgado, dans Achille Mbembe et al., Ruptures postcoloniales, Paris, La Découverte, p. 119-138.
  • Haraway 2007 [1988], « Savoirs situés : la question de la science dans le féminisme et le privilège de la perspective partielle », traduit par Denis Petit et Nathalie Magnan, dans Manifeste Cyborg et autres essais, Anthologie établie par Laurence Allard, Delphine Gardey et Nathalie Magnan, Paris, Exils, p. 107-142.
  • Harding 2021 [1993], « Repenser l’épistémologie du positionnement : qu’est-ce que “l’objectivité forte” ? », traduit par Charlie Brousseau, Thomas Crespo et Léa Védie, dans Garcia M. (ed.), Philosophie féministe. Patriarcat, savoir, justice, Paris, Vrin, p. 129-187.
  • Lander Edgardo (ed.), 1993, La Colonialidad del Saber: Eurocentrismo y Ciencias Sociales. Perspectivas Latinoamericanas. Buenos Aires: Clacso, p. 201-245.
  • Paveau Marie-Anne, 2008, « Le toponyme, désignateur souple et organisateur mémoriel. L’exemple du nom de bataille », Mots. Les langages du politique, 2008/1 (n° 86), p. 23-35, https://www.cairn.info/revue-mots-2008-1-page-23.htm
  • Paveau Marie-Anne, 2013, Langage et morale. Une éthique des vertus discursives, Limoges, Lambert-Lucas.

Crédit : « We know too well », Contemporary Bart, 2014, The Palestine Posters Project Archives, https://www.palestineposterproject.org/poster/we-know-too-well

Cite this article as: Marie-Anne Paveau, 01/07/2021, "Défendre le droit d’exister des Palestinien·ne·s dans ses pratiques de recherche," in La pensée du discours [carnet de recherche], https://penseedudiscours.hypotheses.org/18014, consulté le….

Marie-Anne Paveau

Enseignante-chercheuse en analyse du discours à l'université Paris 13

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search