Jean-Max Gaudillière, Leçons de la folie 2. Quand l’autre est aboli

Françoise Davoine et Jean-Max Gaudillière ont animé alternativement pendant une quarantaine d’années un séminaire à l’EHESS dans le cadre du CEMS, intitulé « Folie et lien social« . Jean-Max Gaudillière, mort en 2015, parlait sans notes mais Françoise Davoine en prenait ; elle a transcrit les séances de son mari et vient de publier sept premiers séminaires sous le titre Leçons de la folie.

Le deuxième séminaire de l’ouvrage est consacré à Gaetano Benedetti, psychiatre et psychanalyste italien ayant consacré sa carrière à la psychothérapie de la schizophrénie. Il est l’auteur d’un des rares ouvrages sur cette question, La mort dans l’âme, publié en 1995 et réédité en 2010 sous le titre Psychothérapie de la schizophrénie. Existence et transfert. On trouvera la présentation de ce livre et du travail de Gaetano Benedetti dans un article très informé de Martin Reca, « Présentation de l’approche psychothérapique pour les patients schizophrènes de Gaetano Benedetti » (Reca 2011). Patrick Faugeras a publié en 2003 Rencontre avec Gaetano Benedetti. L’expérience de la psychose, qui contient entre autres les « Entretiens de Riehen » où figurent de riches informations sur le travail du clinicien italien.

Dans le séminaire qu’il consacre à Gaetano Benedetti, Jean-Max Gaudillière insiste sur deux points : la redéfinition de la folie et la position de l’analyste avec le patient schizophrène.

De la folie comme outil d’exploration

La folie n’est pas la conséquence [d’une] catastrophe, à découvrir comme un document archéologique immobilisé dans le psychisme des personnages, qui permettrait à un Viollet le Duc écrivain ou analyste, de reconstruire l’original à partir de ses ruines. Ce n’est pas un paysage ruiné dont il faudrait restituer la forme première, mais une dynamique à visée d’inscription. […]

La folie est un outil d’exploration de ce qui aurait pu avoir lieu sans cet effacement. Échappées de l’orbite des garants du symbolique, des images survivantes tournent en rond, maintenues hors de l’histoire, en dehors de tout autre qui puisse en répondre. […]

Benedetti affirme que ces manifestations cliniques, dans leur forme de retrait, d’agressivité et de fragmentation, ne sont pas des déficits par rapport à la norme. Elles n’existent que par rapport à un autre, qu’elles cherchent à faire exister, singulièrement, dans le transfert.

Selon lui, la situation psychothérapeutique permet de rendre compte de ce qui se passe là où l’autre est aboli.

Jean-Max Gaudillière, 2020, Leçons de la folie, Séminaire 2, Paris, Hermann, p. 54.

« Là où l’autre est aboli ». Dans la folie, mais aussi, dans une moindre mesure, dans certaines névroses, il n’y a pas d’autre, mais une inexistence laissée dans le silence ou colmatée par l’hyperactivité, le remplissage désespéré des espaces sans épaisseur d’être par les systèmes et les vérités générales. « C’est de l’autre, avec l’autre, en sa réponse et son appel, que l’humanité de l’homme se constitue et se détermine », écrit Patrick Faugeras dans son texte sur Gaetano Benedetti. Quand cette humanité fait défaut, alors la folie se met à parler à « un autre sans foi ni loi pour qui l’autre n’existe pas », explique jean-Max Gaudillière. Comment l’analyste peut-il se saisir de cette parole, que peut-il en faire ?

« Être avec ». Un sujet transitionnel

La réponse de Gaetano Benedetti, c’est être avec le malade, c’est-à-dire pratiquer « l’interférence de l’inconscient entre le patient et l’analyste », notamment par la coïncidence (pratique décrite dans le précédent billet). Cette interférence, il l’appelle « sujet transitionnel » :

L’inconscient dont il parle n’est pas celui du refoulement formulé par Lacan comme le discours de l’Autre, puisque l’écroulement de la parole fait qu’il n’y a pas d’autre, ni grand ni petit. On ne peut pas dire non plus que la folie aurait une clef pour ouvrir la petite valise de l’analyste, ou la boîte à scarabée, beetle, de notre sphère privée à propos de laquelle Wittgenstein déclare : « Même si cette boîte contenait quelque chose que nous serions seuls à connaître, la chose dans la boîte n’a pas de place dans un jeu de langage, même pas comme un quelque chose, car la boîte pourrait être vide »1. En revanche, l’inconscient retranché de la chaîne symbolique, peut produire un sujet transitionnel à partir d’interférences dans le transfert.

1. Wittgenstein L., Investigations philosophiques, § 293.

Jean-Max Gaudillière, 2020, Leçons de la folie, Séminaire 2, Paris, Hermann, p. 54.

Être avec le malade, le fou, c’est aller entendre et recueillir sa parole là où elle est, hors de lui-même :

La dynamique psychotique accule l’analyste à des contradictions étranges […]. Wittgenstein en donne un exemple quand il affirme, dans les Notes sur l’expérience privée1, « qu’on ne choisit pas la bouche qui dit j’ai mal aux dents ». Il énonce par là la dissolution des limites du sujet en cas de folie et de trauma, où le lieu de l’affect peut être dans le corps d’une autre personne.

1. Wittgenstein L., 1982, Notes sur l’expérience privée et les Sense data, Bramepan, Trans-Europe Express.

Jean-Max Gaudillière, 2020, Leçons de la folie, Séminaire 2, Paris, Hermann, p. 57.

Cette dissolution des limites du sujet, Gaetano Benedetti la voit comme une « existence négative », révélant les ruptures du lien social tant au niveau de l’histoire personnelle qu’à celui de l’histoire collective. Et pour Jean-Max Gaudillière, le transfert où se développe un sujet transitionnel est le lieu même de la création du lien social sur le site même de sa destruction : c’est le lieu où l’analyste devient cet autre auquel le psychotique s’adresse en vain, puisqu’il refuse de lui répondre, en s’insérant dans son existence négative par le dialogue. L’analyste est celui qui parle avec le fou, ou plus exactement celui avec lequel le fou accepte de parler. « C’est le patient, dit Jean-Max Gaudillière, qui rend l’autre analyste et non l’analyste qui fait de lui une structure, voire une maladie » (p. 63).

  • Benedetti Gaetano, 1995, La Mort dans l ’âme. Psychothérapie de la schizophrénie : existence et transfert, traduction Patrick Faugeras, Toulouse, Érès, réédition 2010, Psychothérapie de la schizophrénie : existence et transfert.
  • Faugeras Patrick, 2003, Gaetano Benedetti. L’expérience de la psychose, Toulouse, Érès.
  • Reca Martin, 2011, « Présentation de l’approche psychothérapique pour les patients schizophrènes de Gaetano Benedetti. À propos de la réédition en France de son œuvre principale, La Psychothérapie de la schizophrénie. Existence et transfert (Érès, 2010) », L’information psychiatrique, 2011/1 (Volume 87), p. 31-36, https://www.cairn.info/revue-l-information-psychiatrique-2011-1-page-31.htm

Crédit : Anthony Easton, 2007, Traffic Sign and Shadow, abstraction, compte de l’auteur sur Flickr, CC

Cite this article as: Marie-Anne Paveau, 31/07/2020, "Jean-Max Gaudillière, Leçons de la folie 2. Quand l’autre est aboli," in La pensée du discours [carnet de recherche], https://penseedudiscours.hypotheses.org/17998, consulté le….


Marie-Anne Paveau

Enseignante-chercheuse en analyse du discours à l'université Paris 13

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search