[Intervention colloque] Analyse de quelques discours de réaction aux études décoloniales en France

Colloque La production du savoir : formes, légitimations, enjeux et rapport au monde, Université de Nice, 19 et 20 septembre 2019

Marie-Anne Paveau, Université Paris 13, EA 7338 Pléiade

Une panique décoloniale ? Analyse de quelques discours de réaction aux études décoloniales en France

Voir la page du colloque et le programme

Résumé

Cette communication voudrait rendre compte de la panique décoloniale qui saisit actuellement une partie de la recherche et de la presse française. Par panique décoloniale, j’entends un événement discursif à dimension sociomorale et politique (Paveau 2013) qui construit l’épistémè décoloniale en ennemie de la pensée française à travers des dispositifs typiques du discours pamphlétaire (métaphore de l’invasion, dangers lexicaux, déni d’objectivité, etc. – voir Paveau 2019). Mon approche est épistémologique et discursive. Je travaillerai dans une perspective qualitative à partir d’un corpus de discours contemporains (2018 et 2019) émanant de chercheur.e.s, d’intellectuel.le.s et de journalistes (tribunes et articles de presse, tweets, posts et articles sur les réseaux sociaux numériques, productions verbo-iconiques comme les vignettes ou les gifs).

Je proposerai d’abord une brève synthèse du corpus scientifique décolonial (auteur.e.s, aires géographiques, idées-force, lexique, dimension politique), à partir des notions d’« ignorance asymétrique » proposée par Chakrabarty 2009 dans le cadre des études postcoloniales et de « racisme épistémique » issue de Grosfoguel 2010 dans celui du décolonialisme. J’identifierai ensuite les points de panique des détracteur.e.s de cette épistémè, qui se fixent notamment sur certains mots-concepts construits sur les bases lexicales race (racialisation, racisation, racisme d’état/systémique), islam (islamophobie, féminisme islamique) ou négro– et afro– (négrophobie, afrodescendant.e, afropéen.ne, afroféminisme). Je terminerai en montrant  que ces points de panique correspondent aux verrous épistémiques de la pensée dualiste, universaliste et occidentalocentrée dont le modèle domine la culture française (Paveau 2018), et que ce modèle est lui-même imprégné d’une dimension idéologique et politique insue de ou déniée par ses promoteur.e.s mais repérable à travers des traces discursives de cadres préalables explicitables.

Plan de l’intervention

Présentation

1. La notion de panique décoloniale.

2. Une série d’exemples 2018-2019

3. Les points de panique. Formes lexicales et discursives

  • 3.1. Mots-arguments / noms de mémoire
  • 3.2. Insertion dans catégorie prototypique
  • 3.3. Mémoire discursive
  • 3.4. Amalgames et associations

4. Les points de blocage épistémiques

  • 4.1. Neutralité/objectivité du savoir
  • 4.2. Universalisme
  • 4.3. Hégémonie de l’âge/statut

Pour conclure : panique décoloniale et désobéissance épistémologique

La société politique globale émergente, y compris les luttes des immigrés qui rejettent l’assimilation et promeuvent la décolonisation, porte l’héritage de Bandung. Pendant la Guerre froide, la décolonisation n’était ni communiste ni capitaliste. Au début du XXIe siècle elle n’est ni réoccidentalisation ni désoccidentalisation, mais décolonialité. La décolonialité suppose la désobéissance épistémologique, car la pensée frontalière est par définition la pensée en extériorité, dans l’espace et le temps que l’auto-narration de la modernité inventa en guise d’extériorité pour légitimer sa logique coloniale propre (Mignolo 2013).

Références

  • Ajari Norman, 2019, La dignité ou la mort. Éthique et politique de la race, Paris, La Découverte.
  • Angenot Marc, 1982, La parole pamphlétaire. Typologie des discours modernes, Paris, Payot.
  • Arnold Nicole, Dougnac France et Tournier M., 1995, « Chronique lexicale des évènements politiques », dans Histoire de la langue française 1914-1945, Paris, CNRS Éditions, p. 207-267.
  • Chakrabarty Dipesh, 2009 [2000], Provincialiser l’Europe. La pensée postcoloniale et la différence historique, trad. de l’anglais (EU) O. Ruchet et N. Vieillescazes, Paris, Éditions Amsterdam.
  • Courtine Jean-Jacques, 1981, « Quelques problèmes théoriques et méthodologiques en analyse du discours. À propos du discours communiste adressé aux chrétiens », Langages 62, « Analyse du discours politique », Paris, Larousse, p. 9-128.
  • Chaumont Jean-Michel, 2012, « Présentation. Entre paniques et croisades : sociologues et claims-makers », Recherches sociologiques et anthropologiques 43-1, http://journals.openedition.org/rsa/836
  • Grosfoguel Ramon, 2010, « Vers une décolonisation des “uni-versalismes” occidentaux : le “pluri-versalisme décolonial”, d’Aimé Césaire aux zapatistes », in Achille Mbembe et al., Ruptures postcoloniales, La Découverte « Cahiers libres », p. 119-138.
  • Husson Anne-Charlotte, 2016, « Les hashtags militants, des mots-arguments », Fragmentum 48, p. 105-127.
  • Kleiber Georges, 1990, La Sémantique du prototype. Catégories et sens lexical, Paris, PUF, 2e édition en 1999.
  • Kosovsky Sedgwick Eve, 2008 [1990], Épistémologie du placard, trad. Maxime Cervulle, Paris, Éditions Amsterdam.
  • Lander Edgardo (dir.), 1993, La colonialidad del saber:
    eurocentrismo y ciencias sociales. Perspectivas latinoamericanas
    , Buenos Aires: CLACSO.
  • Marignier Noémie, 2017, « “Gay ou pas gay ?” Panique énonciative sur le forum jeuxvideo.com », in Gauthier, M. & Mercier, E. (dir.), « Intimités numériques » Genre, sexualité & société 17 [En ligne], http://gss.revues.org/3964
  • Mignolo Walter, 2013, “Géopolitique de la sensibilité et du savoir. (Dé)colonialité, pensée frontalière et désobéissance épistémologique”, Mouvements 73, p. 181-190.
  • Ogien Ruwen, 2004, La panique morale, Paris, Grasset.
  • Paveau Marie-Anne, 2006, Les prédiscours. Sens, mémoire, cognition, Paris, Presses Sorbonne nouvelle.
  • Paveau Marie-Anne, 2013, Langage et morale. Une éthique des vertus discursives, Limoges, Lambert-Lucas.
  • Paveau Marie-Anne, 2018, série de billets “Pour une postlinguistique” in La pensée du discours [carnet de recherche], https://penseedudiscours.hypotheses.org/category/15-printemps-2018-pour-une-postlinguistique
  • Paveau Marie-Anne, 08/03/2019, “La panique décoloniale,” in La pensée du discours [carnet de recherche], https://penseedudiscours.hypotheses.org/17859
  • Quijano Aníbal 2007, « « Race » et colonialité du pouvoir », Mouvements 51-3, p. 111-118.
  • Rosch Eleanor, 1977, « Human categorization », Studies in Cross-Cultural Psychology, vol. I, Neil Warren, (ed.), New York, Academic Press, p. 1-42.
Cite this article as: Marie-Anne Paveau, 21/09/2019, "[Intervention colloque] Analyse de quelques discours de réaction aux études décoloniales en France," in La pensée du discours [carnet de recherche], https://penseedudiscours.hypotheses.org/16962, consulté le….

Marie-Anne Paveau

Enseignante-chercheuse en analyse du discours à l'université Paris 13

Vous aimerez aussi...