Pour une postlinguistique 8. Ce que (se) disent les plantes. Interactions végétales

« J’ai perdu mon temps ; la seule chose importante dans la vie, c’est le jardinage », Sigmund Freud cité par Francis Hallé, dans Plaidoyer pour l’arbre.

Parler de communication et d’interaction végétale, de langage des plantes ou de production de sens par les plantes n’est pas métaphorique. Les travaux en phytosémiotique, neurobiologie végétale ou bio-acoustique, comme les observations des forestier.e.s et des botanistes prennent tout à fait au sérieux l’idée d’une production langagière des plantes. Les linguistes devraient en faire autant, au lieu de dépenser beaucoup de temps et d’énergie à tracer et retracer des frontières disciplinaires qui séparent les êtres du monde.

Dans ce billet, je voudrais détailler les modes de communication des plantes et rendre compte des arguments qui justifient de parler d’un véritable langage des plantes. Avec toujours cette question-fil rouge qui guidait déjà les précédents billets : comment, dans le travail de la linguistique, sur le plan théorique et méthodologique, intégrer le langage des plantes ? Comment rendre les sciences du langage accueillantes aux discours d’autres êtres que les humain.e.s ?

La communication végétale : les sens des plantes

Dans son article « Devenir plante », Karen Houle résume « la matrice question-réponse typique sur les plantes » dans les recherches sur les modes de communication végétale :

  1. Comment les plantes communiquent-elles ? principalement, mais pas seulement, par le COV (composé organique volatile) « qui est une sorte d’empreinte chimique faite de peut-être 100 composés chimiques différents, qu’elles restituent à l’état de repos »
  2. Pourquoi les plantes communiquent-elles  ? Essentiellement parce que « la communication est la réponse immunitaire d’une plante »
  3. « Pourquoi une plante devrait « communiquer » ? En réaction à une invasion étrangère, en tant que mécanisme protecteur. »
  4. « Dans quelle direction va le signal ? De l’intérieur des plantes individuelles, vers l’extérieur ».
  5. « Où la communication survient-elle ? Sur la surface des cellules de la fleur et de la feuille grâce à des composants chimiques qui ont voyagé par voie aérienne » (Houle 2012 : 187).

Les travaux de Richard Karban, Stefano Mancuso, Robert Raguso, Anthony Trewawas et d’autres ont montré que les plantes possèdent les cinq sens des animaux humains et non humains, assortis de quinze sens supplémentaires. Je détaille ici l’odorat, l’ouïe et le toucher.

Les signaux chimiques

Le parfum des plantes est loin de n’être qu’une joie de jardinier.e et un bonheur de parfumeur.se ; il est surtout un mode de communication, dont les unités distinctives, si l’on peut dire, sont les COV (en anglais VOC : Volatile Organic Compound). Robert Raguso, un des spécialistes de l’étude de ces composés, parle, dans un article significativement intitulé « Speaking in Chemical Tongues » (co-écrit avec Andre Kessler), d’un « langage chimique » qui dote les plantes d’une certaine agentivité :

The study of plant VOCs is a rapidly growing field and is reviewed frequently (Raguso 2008; Heil and Karban 2010; Farré-Armengol et al. 2013). Here we take a fresh look at the emerging patterns in this field, united by the ideas that plants take active agency in their own survival and reproduction and do so through an ancient chemical language shared with bacteria, fungi, and animals (Raguso 2017, chap. 2).

Stefano Mancuso et Alessandra Viola expliquent en détail pourquoi ces composés constituent à leur avis les mots d’une véritable langue, qui nous reste très largement inconnue :

Mais à quoi sert donc l’odorat, dans le monde végétal ? Les plantes utilisent sans cesse les « odeurs », ou, pour le dire en termes savants, les molécules dites « composés organiques volatils biogéniques » (COVB), afin de recevoir des données sur leur environnement et de communiquer entre elles ou avec les insectes. Toutes les odeurs exhalées par les végétaux, par exemple le romarin, le basilic, le citron ou la réglisse, équivalent à des messages précis : ce sont les « mots » des plantes, leur vocabulaire. Chez elles, des millions de composés chimiques différents fonctionnent comme les signes d’une véritable langue, dont nous savons, hélas, encore trop peu. Notre seule certitude, c’est que chacun de ces composés véhicule des messages explicites : des avis de danger imminent, l’expression d’une attraction ou d’une répulsion, et beaucoup d’autres choses encore (Mancuso, Viola 2018 : chap. 3).

Peter Wohlleben évoque le cas de l’acacia, dont les feuilles sont convoitées par les girafes : « Pour se débarrasser de ces prédateurs très contrariants, explique-t-il, les acacias augmentent en quelques minutes la teneur en substances toxiques de leurs feuilles. Dès qu’elles s’en rendent compte, les girafes se déplacent vers les acacias voisins » (Wohlleben 2017). Le mécanisme est assez lent, comme toute communication dans le monde végétal, mais les signaux sont bien envoyés et reçus, et le mécanisme de défense fonctionne.

Tomate, chenilles et cannibalisme

Stefano Mancuso et Alessandro Viola donnent l’exemple d’un composé volatile particulier, le  jasmonate de méthyle, « une molécule produite par de nombreuses plantes en situation de stress et porteuse d’un énoncé on ne peut plus clair : « Je ne vais pas bien. » » (Mancuso, Viola 2018 : chap. 3). Ce composé ne se contente pas d’émettre un message, il produit aussi des réactions en permettant par exemple aux plants de tomates de se défendre de l’attaque de chenilles : il les rend cannibales, c’est-à-dire qu’il les pousse à se manger entre elles au lieu de manger les plants. Le processus est expliqué dans ce billet de Gentside (regarder la très courte vidéo).

On comprend que les COV ne produisent pas seulement du sens, mais également des interactions avec les animaux, comme le montre aussi l’exemple du maïs :

Lorsque la Diabrotica virgifera les agressait en déposant ses larves à proximité de leurs racines, les vieilles variétés de maïs sécrétaient une substance nommée « cariophylline », dont la seule fonction consistait à appeler à l’aide les nématodes, de petits vers très friands de ces mêmes larves qui, en les mangeant, libéraient du même coup la plante de son parasite (Mancuso, Viola 2018 : chap. 3).

Malheureusement, les modifications des variétés ont fait perdre à cette plante cette capacité de défense, et par conséquent son agentivité autonome. Les exemples de ce type sont multiples dans les travaux de neurobiologie végétale : « De nombreuses plantes recourent d’ailleurs à cette stratégie pour se défendre : elles demandent des renforts aux antagonistes de leurs agresseurs, qu’elles appellent à l’aide à travers la diffusion de substances chimiques volatiles et qu’elles récompensent ensuite du soutien obtenu » (Mancuso, Viola 2018, chap. 3).

Les signaux sonores. Les avancées de la bio-acoustique

Si les plantes n’ont pas d’oreilles, elles sont cependant dotées de conducteurs qui leur permettent de percevoir les vibrations : « La terre, expliquent Stefano Mancuso et Alessandra Viola, est en effet un conducteur d’une telle qualité que la possession d’oreilles en devient inutile : les vibrations sonores peuvent y être captées par toutes les cellules d’une plante grâce à la présence de canaux mécano-sensibles […]. Chez les végétaux, l’ouïe n’est donc pas concentrée en un seul organe, comme chez l’homme, mais répandue un peu partout, de même que leurs autres sens » (Mancuso, Viola 2017 : chap. 3). Des expériences avec de la musique ont été faites et le résultat montre que les plantes y sont sensibles ; elles n’entendent pas les sons, mais les fréquences sonores, et l’on sait maintenant que les « les plus basses (entre 100 et 500 hertz), favorisent la germination de leurs graines, leur croissance d’ensemble et l’allongement de leurs racines. Les plus hautes, en revanche, ont des effets inhibiteurs » (Mancuso, Viola 2017 : chap. 3). Dans un article sur la « communication interspécifique en Amazonie occidentale », Christina Callicot montre que la chanson permet une communication entre les humain.e.s et les plantes (Callicot 2017). Ces expériences ont également mis au jour des phénomènes de « phonotropisme », les racines des plantes se tournant vers ou se détournant de l’origine de certaines fréquences sonores.

Enfin il semble que les plantes utilisent les vibrations pour communiquer entre elles. Des recherches récentes et encore exploratoires menées en Italie, en Angleterre et en Australie, dirigées par Monica Gagliano notamment, dans la perspective de la bio-acoustique, ont montré que les racines de certaines plantes émettent des cliquetis (pour le moment le phénomène est nommé clicking), involontaires mais non dénués de sens : il est donc possible d’envisager qu’elles communiquent entre elles, ce qui constituerait une révolution dans notre perception et notre conception des plantes (Gagliano et al. 2012). Suzanne Simard, spécialiste d’écologie forestière, consacre ses recherches depuis tente ans à ce phénomène, et explique comment les arbres se parlent, notamment par les vibrations :

**********

Le toucher : de la timidité des cîmes

J’aborde pour finir sur les sens des plantes la question du toucher, et je renvoie à la bibliographie en fin de billet pour des informations sur la vue, le goût et les autres capacités sensorielles végétales. Les plantes « sont capables de communiquer par relation tactile (le plus souvent avec leurs racines, mais parfois aussi avec leur partie exposée à l’air), ou encore en prenant des positions particulières par rapport à leurs voisines », expliquent encore Stefano Mancuso et Alessandra Viola (2017, chap. 3). Le mimosa pudica, par exemple, ferme ses feuilles quand on le touche ; les plantes carnivores se referment quand elles sentent qu’une proie s’est posée sur elles ; les plantes grimpantes tâtent les branches ou les tiges les plus solides avant de s’y enrouler, ce qui montre qu’il existe aussi une fonction active du toucher, observée aussi chez certaines racines qui, dans leur développement, sont capables de contourner les obstacles après les avoir poussés un moment.

Cette aptitude au toucher a été également démontrée depuis longtemps sur les arbres : le botaniste français Francis Hallé (né en 1938), qui a longtemps travaillé sur les canopées des forêts tropicales dans le cadre du Radeau des cîmes, a pu observer que dans une forêt, les cîmes ne se touchent pas. Nommé « timidité des cîmes » (la timidité est un concept botanique), ce phénomène concerne une centaine d’espèces dans le monde, qui savent, donc, qu’elles ont des voisins (Hallé 2005).

Les systèmes de transmission et de reconnaissance

Qui dit langage ou communication dit canal de transmission. Il se trouve que les plantes possèdent des canaux de transmission car elles sont dotées d’un système vasculaire qui leur permet d’acheminer des signaux électriques et chimiques :

Imaginons maintenant que les racines d’un arbre, par exemple un chêne ou un très haut séquoia, s’aperçoivent s’aperçoivent soudain qu’il n’y a plus d’eau disponible dans le sol. En informer les feuilles devient alors un impératif, car si les stomates restaient ouverts et continuaient à laisser passer la transpiration, la plante pourrait mourir très vite. Face à ce péril mortel, le message à transmettre revêt donc une importance fondamentale et doit être délivré dans les plus brefs délais. Pour s’en assurer, la plante recourt d’abord à un signal électrique qui parvient très vite aux feuilles et provoque la fermeture des stomates. Ce signal électrique ayant cependant, abstraction faite de sa rapidité, l’inconvénient d’être trop succinct, la plante envoie en parallèle des signaux chimiques et hormonaux qui transitent par le système vasculaire et prennent plus de temps pour arriver jusqu’aux feuilles. Dans le cas d’arbres très hauts, le voyage peut même durer plusieurs jours mais, en contrepartie, les feuilles ont la garantie de recevoir une information plus complète (Mancuso, Viola, 2018 : chap. 3).

Peter Wohlleben fait le même constat dans la forêt de hêtres qu’il entretient depuis plusieurs dizaines d’années. Les arbres multiplient les signaux grâce à leurs canaux de transmission multiples et doublent les messages aériens vers les feuilles par des messages chimiques et électriques vers les racines :

Les arbres évitent de se reposer sur la seule voie des airs, qui ne garantit pas que tous les voisins aient vent du danger. Ils préfèrent assurer leurs arrières en envoyant aussi leurs messages aux racines qui relient tous les individus entre eux et travaillent avec la même efficacité, qu’il pleuve ou qu’il vente. Les informations sont transmises chimiquement mais aussi, ce qui est plus surprenant, électriquement, à la vitesse d’un centimètre par seconde (Wohlleben 2017 : chap. 2).

Mais les arbres communiquent également chimiquement par des réseaux de racines comme le forestier le montre à propos d’une souche apparemment morte depuis des dizaines d’années, mais en fait maintenue en vie par un réseau de champignons ou des liens racinaires directs (Wohlleben 2017).

Les plantes sont dotées de système plus sociaux, analogues aux systèmes de parenté humains, puisque plusieurs chercheur.e;s affirment qu’il existent des familles, des parents et des enfants chez les plantes : « Il ne fait désormais plus aucun doute que les plantes sont capables de reconnaître leurs parentes et que, d’une manière générale, elles se montrent beaucoup plus amicales avec elles qu’avec les étrangères », expliquent Stefano Mancuso et Alessandra Viola, qui décrivent des expériences faites sur des plantes-mères et des plantes-filles :

Les trente plantes filles de mères différentes se sont conduites comme prévu : elles ont produit un nombre considérable de racines, afin d’occuper le terrain et d’assurer leur approvisionnement alimentaire et hydrique au détriment des autres. Les trente plantes filles de la même mère, au contraire, bien que dans l’obligation elles aussi de coexister sur un espace restreint, ont produit un nombre de racines nettement inférieur, et privilégié le développement de leur partie exposée à l’air. On a donc constaté chez elles une activité exempte de tout esprit de compétition, en conséquence de leur proximité génétique (Mancuso, Viola 2018 : chap. 4).

Peter Wohlleben décrit également les systèmes de parenté qui existent chez les arbres. Il explique que les jeunes arbres n’ont pas de liberté de développement, coiffés par les « mères-arbres » qui les coupent de la lumière nécessaire à leur croissance. Les forestiers parlent d' »éducation » des jeunes arbres par leurs parents, ce que les chercheur.e.s confirment : une croissance lente en début de vie permet en effet une longévité importante et les jeunes arbres sont donc volontairement frustrés de lumière, mais correctement alimentés par des transferts de sucres et d’éléments nutritifs par els racines (Wohlleben 2017 : chap. 6).

Le langage des plantes est-il un langage ?

Pour terminer cette exploration du langage des plantes, il me faut examiner la question critique et cruciale de la légitimité à parler de langage. Elle est la même que pour les animaux, à ceci près que, les linguistes ne s’étant pas encore intéressé.e.s aux plantes, le débat n’existe pas explicitement, mené par les seul.e.s biologistes à l’intérieur de leur discipline.

Je rappelle les arguments de la philosophie et de la linguistique pour une spécificité humaine du langage et par conséquent contre l’idée d’un langage animal :

– la distinction signe/signal : le signe comme le signal sont articulés en un signifiant et un signifié, mais le signe se combine avec d’autres pour former une chaîne syntagmatique, ce qui n’est pas le cas du signal ;

– la double articulation du langage : dans le langage humain, les sons dénués de sens s’articulent entre eux pour former des unités minimales douées de sens (les morphèmes) qui s’articulent entre elles pour former des énoncés ; les systèmes de communication animaux et végétaux ne fonctionnent pas de cette manière ;

– le dialogue : la communication humaine permet le dialogue entre locuteur.trice.s, qui se déroule de manière imprévisible, contextuelle et créative, ce que ne permettent pas les langages animaux et végétaux ;

– la créativité : le langage humain permet la néologie, le jeu de mots, le mot d’esprit, la littérature, etc. alors que le langage animal est considéré comme régi par l’instinct et le langage végétal par la nécessité ;

– le métadiscours : les humain.e.s ont la capacité de parler de leur parole, de produire du discours sur leur discours, ce qui n’est pas le cas des animaux et des végétaux.

Si l’on conserve cette méthode comparative, et que l’on définit les langages non humains à partir des spécificités du langage humain (en continuant d’ailleurs à désigner l’animal et le végétal par le terme non-humain), on arrive à une caractérisation par manque qui exclut évidemment les langages animaux et végétaux. Mais les chercheur.e.s en biologie végétale, comme certains éthologues et spécialistes du langage animal, proposent un point de vue décentré de l’humain et observent les productions sémiotiques et langagières végétales à partir des plantes elles-mêmes, et non à partir des réalisations humaines. Ils relèvent alors, comme Monica Gagliano et al. « their strikingly ‘talkative’ nature and the eloquent diversity of their volatile vocabulary » (Gagliano et al. 2012 : 3). Richard Karban explique comment le point de vue anthropocentré de la linguistique, qui dessert notre connaissance des interactions végétales, a été dépassé depuis les définitions de Chomsky :

Among linguists and animal behaviorists, there is general consensus that language constrains the information that can be communicated. Noam Chomsky (1965) argued that the biologically determined structure of the human brain constrained our use of language and that all of the world’s languages share a uniquely human universal grammar. This notion was modified by Marshall McLuhan (1962, 1964), who argued that the technology of communication affects the information content of the message. Researchers studying animal communication also believe that the receiver’s basic biology restricts the cues it can perceive and the nature of the “language” that it uses (Otte 1974; Bradbury and Vehrencamp 1998) – (Karban 2017 : chap. 1)

C’est sans doute Monica Gagliano qui actuellement est la chercheuse la plus en pointe sur le langage végétal, et celle qui théorise le mieux son approche, estimant que nous faisons fausse route en prenant le silence des plantes pour une absence de langage. Sa méthode est de défaire le dualisme nature/culture qui sépare langage humain et végétal :

On the one hand, I bring the human world closer to nature by showing that much of human language is instinctual and by virtue of its very “materiality,” closer than we think to the language of nonhuman others. On the other hand, by showing the greater complexity of nonhuman communication and thus elevating it closer to human language, I attempt to bring nature closer to the human world via, ultimately, the medium of a more universal understanding of language (Gagliano 2017 : chap. 4)

Parler de vocabulaire des plantes, n’est, encore une fois, pas métaphorique, et Robert Raguso et Andre Kessler considèrent que les composés volatiles (au nombre de plusieurs milliers) sont des mots formant des phrases adaptables aux contextes :

For these reasons, we chose in this chapter to survey these chemical pixels as words and phrases in a universal plant volatile language, not as formal linguists but as ecological tourists with a small and incomplete Berlitz guide. We have discovered some versatile chemical words in the form of conventional volatiles (e.g., methyl salicylate, caryophyllene, linalool), whose biological roles vary with dosage and context, as well as physical scale (Raguso 2008) (Raguso 2017 : chap. 2).

On n’est donc pas si loin des critères humains du langage, et l’observation montre que les plantes, elles aussi, pratiquent l’intercompréhension, la négociation des sens à partir de signes conventionnels :

Plants and pollinators, in particular, seem to have reached a mutual understanding of this interactive language, a kind of covenant where the meaning of colors, shapes, and scents together with the rules that govern these meanings are constantly negotiated, agreed upon, and embodied by the plant and its pollinators as part of their coevolutionary dialogue. In this sense, they do not differ considerably from any human gestures, including our spoken words; these, too, are perceptible material symbols “representing” the real things (or referents) of the world and to which a meaning is assigned and collectively agreed upon for a message to be shared among individuals (Gagliano 2017 : chap. 4).

Les chercheur.e.s que je mentionne ici n’ont donc pas la même position qu’Eduardo Kohn dans Comment pensent les forêts (Kohn 2018) : alors que ce dernier étant la notion de signe du symbole à l’indice et à l’icone pour asseoir sa théorie du sens des forêts, passant de Saussure à Peirce, illes travaillent à l’intérieur même de la la linguistique saussurienne/chomskyenne reposant sur le seul symbole. Leurs arguments sont donc plus forts que ceux d’Eduardo Kohn, et il me semble que l’on dispose désormais d’un corpus suffisant de recherches pour abandonner définitivement l’exception humaine en matière de langage. Je laisse le mot de la fin à Richard Karban, qui synthétise les acquis de la neurobiologie végétale en ce qui concerne le langage, et qui pourra servir d’appui à l’intégration du langage des plantes dans le programme d’une postlinguistique :

In summary, considerable evidence has accumulated invalidating the old notion that plants are unable to perceive environmental cues and respond in ways that increase their fitness. In fact, plants respond to cues from distant tissues from the same individual, from other individuals, and even from different species. While plants have much less ability to communicate than animals, the more developed disciplines of animal behavior and linguistics have much to offer the nascent field of plant communication. Although we know little about the “language” of plants, it appears to be extremely complex, using many different modalities (visual, electrical, chemical cues) and capable of conveying sophisticated information about both past and future events (Karban 2017 : chap. 1).

Références

  • CALLICOTT Christina, 2017, « Communication interspécifique en Amazonie occidentale : la musique comme forme de communication entre les plantes et les humains », trad. de l’anglais par E. Caccamo & S. Levesque, Cygne noir 5, http://www.revuecygnenoir.org/numero/article/callicott-communication-interspecifique-en-amazonie
  • GAGLIANO Monica, 2017, « Breaking the Silence: Green Mudras and the Faculty of Language in Plants », in GAGLIANO Monica, RYAN John C., and VIEIRA Patrícia (Eds.), The Language of Plants: Science, Philosophy, Literature, chap. 1, Minneapolis, University of Minnesota Press, chap. 4.
  • GAGLIANO Monica, RYAN John C., and VIEIRA Patrícia (Eds), 2017, The Language of Plants. Science, Philosophy, Literature, Minneapolis, University of Minnesota Press.
  • GAGLIANO Monica, MANCUSO Stefano, ROBERT Daniel, 2012, Towards understanding plant bioacoustics, Trends in Plant Science 17-6 : 323-325.
  • HALLÉ Francis, 2005, Plaidoyer pour l’arbre, Arles, Actes Sud.
  • KOHN Eduardo, 2017 [2013], Comment pensent les forêts, trad. Grégory Delaplace, Paris, Zones sensibles.
  • HOULE Karen L.F., 2012, « Devenir-plante », trad. Anne Querrien, Chimères 76, p. 183-194.
  • KARBAN Richard, 2017, « The Language of Plant Communication (and How It Compares to Animal Communication) » in GAGLIANO Monica, RYAN John C., and VIEIRA Patrícia (Eds.), The Language of Plants: Science, Philosophy, Literature, chap. 1, Minneapolis, University of Minnesota Press, chap. 1.
  • MANCUSO Stefano, VIOLA Allessandra, 2018 [2013], L’intelligence des plantes, trad. de l’italien Renaud Temperini, Paris, Albin Michel.
  • RAGUSO Robert A., KESSLER Andre, 2017, « Speaking in Chemical Tongues: Decoding the Language of Plant Volatiles », », in GAGLIANO Monica, RYAN John C., and VIEIRA Patrícia (Eds.), The Language of Plants: Science, Philosophy, Literature, chap. 1, Minneapolis, University of Minnesota Press, chap. 2.
  • WOHLLEBEN Peter, 2017, La vie secrète des arbres, trad. de l’allemand Corinne Tresca, Paris, Les arènes.

Crédits : photographies Marie-Anne Paveau

Cite this article as: Marie-Anne Paveau, 10/09/2018, "Pour une postlinguistique 8. Ce que (se) disent les plantes. Interactions végétales," in La pensée du discours [carnet de recherche], https://penseedudiscours.hypotheses.org/16672, consulté le….

Marie-Anne Paveau

Enseignante-chercheuse en analyse du discours à l'université Paris 13

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.