Pour une postlinguistique 7. En finir avec le zoocentrisme. Analyse du discours végétal

Sous le charme

  Si l’idée d’un discours animal paraît encore contre-intuitive à bien des linguistes et des chercheur.e.s en général, celle d’un discours végétal n’est sans doute pas envisageable pour la plupart d’entre elleux autrement que comme une fiction poétique. Pourtant, les recherches menées en biologie et neurobiologie végétale, physiologie, entomologie ou écologie forestière ces trente-cinq dernières années ont mis au jour l’existence d’une communication végétale interne (entre plantes) et externe (entre plantes et animaux) précisément documentée par d’importantes et nombreuses études de cas. Des publications marquantes sont sorties ces dix dernières années aux États-Unis, en Australie, en Italie, en Grande-Bretagne et en Allemagne principalement, qui ont définitivement installé l’intelligence et la communication végétale comme réalités naturelles attestées d’abord, et ensuite comme objets de recherche encore nouveaux mais désormais reconnus. Ces travaux pénètrent tout juste en France actuellement grâce à quelques traductions, de rares synthèses et les travaux de quelques chercheur.e.s. C’est à la description de ce champ de recherche passionnant et révolutionnaire qu’est consacré ce billet, avec l’objectif d’une intégration du discours végétal à la postlinguistique. Le suivant décrira plus précisément les aptitudes communicationnelles, sémantiques et, pour certain.e.s chercheur.e.s, langagières, des plantes.

« Plant blindness » : de l’aveuglement de la suprématie humaine

Cette expression veut exprimer un angle mort de notre point de vue sur le monde, dans lequel se trouvent les plantes, pourtant parties prenantes de notre environnement. Elle est en particulier utilisée par James Wandersee et Elizabeth Schussler qui la définissent dans un article de 1999 comme “the inability to see or notice plants in one’s own environment, leading to the inability to recognize the importance of plants in the biosphere and in human affairs” (Wandersee, Schussler 1999 : 84). Notre cécité aux plantes est inscrite de longue date dans notre conception de la pyramide des êtres, comme le rappellent Stefano Mancuso et Alessandra Viola dans L’intelligence des plantes. Cette image du début du XVIe siècle reproduite dans leur ouvrage fait clairement apparaître la place des plantes dans l’ameublement du monde : comme elles se contentent de « vivre », elle sont placées juste au-dessus des pierres, qui « sont », et en-dessous des animaux qui, eux, « sentent » :

La « pyramide des vivants » de Charles de Bovelles, tirée du Liber de sapiente (1509)

Les auteur.e.s estiment que notre conception des êtres est encore bien proche de cette classification hiérarchique du XVIe siècle, qui subordonne les règnes entre eux, à partir de l’indétrônable suprématie humaine. La scala naturae n’a guère bougé en effet dans les imaginaires et cette conception est bien inscrite dans les stéréotypes de la langue française : plante verte, pot de fleurs, état végétatif, autant d’expressions forgées à partir de la non-considération de la vie et de l’activité des plantes.

Cette cécité aux plantes est renforcée, dans un paradoxe qui n’est qu’apparent, par notre considération envers les animaux. Dans leur introduction au collectif The Language of Plants, Monica Gagliano, John C. Ryan, et Patricia Vieira expliquent que ce sont les animaux qui ont été privilégiés pour travailler sur la distinction humain vs non-humain dans une perspective évolutionniste :

Science has traditionally privileged the study of animals, in an attempt to pinpoint what distinguishes us from our closest relatives in the evolutionary scale. […] the study of animals has remained the central scientific concern. A quick survey of the scientific literature of the last five years reveals that, on average, only one paper is published on plants for every two published on animals. […] Theorists have referred to the emphasis on animals as “zoocentrism” and have argued that it reinforces the privileging of animals as sentient, intelligent, and mobile, at the same time as it contributes to the marginalization of plants as relatively passive life forms (Gagliano et al. (eds), 2017, introduction).

Cet intérêt pour les animaux, dont j’ai rendu compte dans le précédent billet, se développe en effet de plus en plus et peut être considéré, par rapport aux plantes, sous un angle critique. C’est par exemple le point de vue d’Emmanuele Coccia, qui déclare sans ménagement que « l’animalisme antispéciste n’est qu’un anthropocentrisme au darwinisme intériorisé : il a étendu le narcissisme humain au royaume animal (Coccia 2016 : 16). Mais cette conception commence heureusement à être remise en cause, et on se rend compte que, si les plantes peuvent vivre sans nous, l’inverse n’est absolument pas vrai, et que par ailleurs, notre disparition permettrait un retour rapide (à l’échelle de l’histoire de la planète) de la végétation sur terre :

Si les plantes disparaissaient de notre planète du jour au lendemain, notre survie ne se prolongerait pas, dans le meilleur des cas, au-delà de quelques mois, et il en irait de même, en très peu de temps, pour toutes les formes animales de vie supérieure. Si, au contraire, c’était nous qui devions disparaître, les plantes reprendraient en quelques années le contrôle de tout le territoire auparavant soustrait à leur emprise naturelle ; en à peine plus d’un siècle, la totalité des vestiges de notre civilisation plurimillénaire serait ensevelie sous de la verdure. Cela devrait suffire à nous donner la véritable mesure de la différence d’importance relative, en termes biologiques, des plantes et de l’homme (Mancuso, Viola 2018, chap. 2).

Cette projection de science spéculative connaît un certain succès actuellement, comme le montre cet extrait d’un documentaire produit par National Geographic, très partagé en ligne en août 2017 :

Que les plantes vivent et se développent alors que les humain.e.s ont disparu est dû à leur indépendance, pour leur nourriture notamment : elles sont autotrophes (subviennent elles-mêmes à leur nourriture), au contraire des humain.e.s et des animaux qui sont hétérotrophes (dépendent de l’extérieur pour leur nourriture). Cette force est cependant contrebalancée par une faiblesse importante, leur immobilité, qui est à l’origine de leurs systèmes de défense complexes et, on le verra, également de leurs modes de communication :

Immobiles et donc sujettes à la prédation des animaux, les plantes ont commencé par développer une sorte de « résistance passive » aux attaques venues de l’extérieur. Leur corps est ainsi formé selon une structure modulaire, où chaque partie est importante sans qu’aucune soit indispensable. […] Le premier de ces avantages tient ainsi à la capacité des plantes à être mangées sans pour autant subir des dommages trop graves. […] Chez les plantes, les fonctions ne sont pas liées aux organes. En d’autres termes, elles respirent sans poumons, se nourrissent sans bouche et sans estomac, se tiennent debout sans squelette et sont en mesure de prendre des décisions même sans cerveau (Mancuso, Viola 2018, chap. 2).

Critical plant studies. Comment pensent les plantes

Hortensia

Ces trente-cinq dernières années se sont développés des travaux destinés à comprendre les plantes « in their own terms », comme le disent Gagliano et al. dans leur introduction au collectif The Language of Plants. Autrement dit, les plantes ont été considérées comme des êtres possédant leur propre organisation, leurs modes de vie, leurs défenses et, au bout du compte une véritable agentivité. L’ensemble de ces travaux constitue le champ des critical plant studies, tout à fait comparable aux animal studies avec lesquelles elles présentent de nombreuses analogies :

Critical plant studies (also known as human–plant studies or, simply, plant studies) has emerged as a broad framework for reevaluating plants, their representations, and human-plant interactions, much as human-animal studies developed in the 1990s in response to the animal ethics debates coalescing during the two previous decades (Gagliano et al. eds 2017, Introduction).

Les travaux sur l’intelligence et la communication des plantes commencent au début des années 1980, marquées par un article pionnier de l’Allemand Martin Krampen sur les processus de signal interne et externe des plantes, article intitulé « Phytosemiotics » et paru dans la revue Semiotica (Krampen 1981). Martin Krampen (1929-2015) a été l’un des premiers à travailler sur les signaux végétaux et il est considéré comme le fondateur de la phytosémiotique, branche de la biosémiotique. Les années 1980 et 1990 ont été marquées notamment par les premiers travaux du britannique Anthony Trewawas (né en 1939), qui a récemment publié une synthèse importante, Plant Behaviour and Intelligence (Trewawas 2014). Il y défend l’idée d’une intelligence et même d’une conscience des plantes, y décrit les formes d’intelligence végétale qui se passent de cerveaux, et montre les différents modes d’auto-organisation et de communication des végétaux. Les années 2000 et 2010 voient se développer les travaux dans différents pays, les chercheur.e.s les plus notables étant Richard Karban aux États-Unis, Stefano Mancuso en Italie, František Baluška en Allemagne, Dov Koller en Israël-Palestine, tous auteurs d’ouvrages personnels ou collectifs importants sur la question de l’intelligence, de la communication et/ou du langage des plantes, dont je parlerai dans le prochain billet. Désormais le champ est vaste et de nombreux.se.s chercheur.e.s y travaillent, comme l’Australienne Monica Gagliano qui développe la question du langage végétal en étudiant les sons (plant bioacoustics) et étend la question de la cognition au règne végétal.

Forêt du Morvan

En France, on a du mal à trouver des synthèses de ce type : l’ouvrage récent et médiatisé du philosophe Emmanuele Coccia, La vie des plantes, est une réflexion générale qui ne contient pas d’études empiriques, mais constitue plutôt une sorte de plaidoyer pour la reconnaissance de l’intelligence des plantes à partir des travaux des anglophones (Coccia 2017) ; pour des travaux plus directement liés au comportement des plantes, et reposant sur des expériences de terrain, il faut citer le botaniste Francis Hallé (né en 1938), qui travaille depuis longtemps sur les forêts et en particulier l’écosystème de la canopée forestière, mais n’est pas spécialisé dans l’intelligence ou la communication végétales ; François Bouteau, actuellement enseignant-chercheur à l’université Paris-Diderot, est spécialiste d’écophysiologie cellulaire végétale à partir des plantes et des algues, et travaille partiellement sur la communication des plantes, notamment sur leurs modes de réponse au stress. Il existe des équipes de recherche sur les plantes et les arbres, comme l’UMR PIAF à Clermont-Ferrand (Physique et Physiologie Intégratives de l’Arbre en environnement Fluctuant), ou le Laboratoire de recherche en sciences végétales à Toulouse, mais rien de comparable, en termes de publications d’ouvrages et de collectifs de référence, à l’équipe internationale de neurobiologie végétale créée et dirigée par Stefano Mancuso à Florence. En France, la recherche sur les végétaux reste confidentielle et les informations sur l’intelligence des plantes semblent passer plutôt par la traduction d’ouvrages grand public (Un an dans la vie d’une forêt de George Haskell (2014) et La vie secrète des arbres de Peter Wohlleben (2017) ont été d’importants succès éditoriaux) et des documentaires comme L’esprit des plantes de Jacques Mitsch (2010) ou L’intelligence des arbres de Julia Dordel et Guido Tölke (2017).

Les travaux sur l’intelligence végétale ont pour objectif d’expliquer comment pensent les plantes, et comment elles communiquent, en produisant du sens. Pour cela, les chercheur.e.s impliqué.e.s décentrent la conception ordinaire du langage, la délivrant des contraintes que lui prescrivent le présupposé de sa nature exclusivement humaine. La philosophe Karen Houle résume bien la nature du problème :

Les plantes, en fait, communiquent à l’intérieur d’une espèce et entre les espèces par d’autres médias que l’air et les différentes régions au-dessus du sol. Des signaux chimiques, mécaniques, électriques voyagent sous la terre. […] Nous avons supposé naturellement que la communication nécessite des oreilles, animales ou humaines, pour capter les vibrations ; et un œil d’aigle, ou des bâtons et des cônes, pour recevoir la lumière, et en particulier des bouches, des palais, des langues pour émettre des signaux sonores. Et naturellement nous supposons que si une communication réelle se produit, elle sera entre et à travers des êtres avec ces éléments corporels, ceux qui habitent la partie de la biosphère que nous communicants habitons : dans l’air, au-dessus de la terre, hors de l’eau, dans nos territoires écologiques (Houle 2012 : 192).

Ce que montre l’étude du langage végétal, ce sont d’autres modalités de production de signaux et de signes, de messages et d’interaction ; d’autres modèles que ceux du langage humain, une autre temporalité et d’autres spatialités. Rendez-vous dans le prochain billet pour découvrir comment (se) parlent les plantes…

Références

N.B. : l’absence de pagination dans certaines citations vient du format Kindle

  • COCCIA Emmanuele, 2016, La vie des plantes. Une métaphysique du mélange, Paris, Payot et Rivages.
  • GAGLIANO Monica, RYAN John C., and VIEIRA Patrícia (Eds), 2017, The Language of Plants. Science, Philosophy, Literature, Minneapolis, University of Minnesota Press.
  • GAGLIANO Monica, 2017, « Breaking the Silence: Green Mudras and the Faculty of Language in Plants », in GAGLIANO Monica, RYAN John C., and VIEIRA Patrícia (Eds.), The Language of Plants: Science, Philosophy, Literature, chap. 1, Minneapolis, University of Minnesota Press.
  • HASKELL George David, 2014, Un an dans la vie d’une forêt, trad. de l’anglais Thierry Piélat, Paris, Flammarion.
  • HOULE Karen L.F., 2012, « Devenir-plante », trad. de l’anglais Anne Querrien, Chimères 76 : 183-194.
  • KRAMPEN Martin, 1981, « Phytosemiotics », Semiotica 36 : 187-209.
  • MANCUSO Stefano, VIOLA Allessandra, 2018 [2013], L’intelligence des plantes, trad. de l’italien Renaud Temperini, Paris, Albin Michel.
  • TREWAWAS Anthony, 2014, Plant Behaviour and Intelligence, Oxford, Oxford University Press.
  • WANDERSEE James H., SCHUSSLER Elisabeth E., 1999, “Preventing Plant Blindness,” American Biology Teacher 61, no. 2 : 82-86.
  • WOHLLEBEN Peter, 2017, La vie secrète des arbres, trad. de l’allemand Corinne Tresca, Paris, Les arènes.

Crédit : photographies Marie-Anne Paveau

Cite this article as: Marie-Anne Paveau, 02/09/2018, "Pour une postlinguistique 7. En finir avec le zoocentrisme. Analyse du discours végétal," in La pensée du discours [carnet de recherche], https://penseedudiscours.hypotheses.org/16228, consulté le….

Marie-Anne Paveau

Enseignante-chercheuse en analyse du discours à l'université Paris 13

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.