La coupe du monde de linguistique : prononcer correctement « Mbappé » et se la jouer « tranquilovsky »

Les discours sportifs pendant cette coupe du monde de football sont émaillés de moments linguistiques, en particulier phonétiques. Il y a eu d’assez nombreuses réactions à la prononciation des patronymes issus de langues africaines de certains joueurs. Et un délicieux petit événement interlinguistique impliquant un supporter mexicain créant un mot russe à la mode latino-américaine.

Non, on ne dit pas « Aime-Bappé » ! Quand la prononciation est politique

Les noms de Mbappé, N’Golo Kanté et Nzonzi font l’objet de discours qui sont à la fois métalinguistiques (le langage parle du langage, ici de la prononciation) et politiques (la mauvaise prononciation est assimilée à quelque chose qui ressemble, sinon à du racisme, du moins à un occidentalocentrisme mal placé). Le reproche porte sur la vocalisation des M et N initiaux, que plusieurs commentateur.trice.s, surtout sur le « Black Twitter« , épinglent avec humour ou colère.

Certain.e.s donnent une dimension politique à ces prononciations fautives en signalant que ces erreurs concernent l’exotisme, voire l’africanité des joueurs, perçus comme d’irréductibles « autres ». Le 26 juin 2016, le journaliste Cyril, @JustSeeReal sur Twitter, avait publié à l’occasion de l’Euro une première vidéo sur la question, désormais épinglée sur son compte :

*****

*****

Quelques mois après, en novembre 2017, il en propose une version augmentée, qui se partage beaucoup en ce moment. Il y compare notamment les prononciations des noms Mbappé et Mladenovic, soulignant que le deuxième ne pose pas de problème aux commentateurs français et en concluant que le premier leur semble trop « exotique ». Il conseille alors aux commentateurs de « décoloniser leur imaginaire », ce qui constitue une interprétation proprement politique de la prononciation des noms :

*****

*****

Et c’est un argument que l’on retrouve fréquemment dans les commentaires sur la question : les efforts de prononciation sont faits pour les noms européens, pas pour les noms africains.

Il se trouve que les instances internationales et les pays d’accueil des championnats s’occupent de cette question phonétique et proposent des guides de prononciation des noms des joueur.se.s. En 2014, le Brésil avait mis en ligne un guide de prononciation et à l’époque c’était le nom de Griezmann qui posait problème ; L’UEFA a aussi son document ; et l’on trouve pour l’actuelle coupe du monde un intéressant petit guide sonore espagnol qui ne donne malheureusement qu’incomplètement les prononciations des joueurs français, et pas celle de Mbappé, N’Golo Kanté et Nzonzi. De nombreux sites sans lien avec le football et ses instances internationales fournissent également des guides de prononciation souvent collaboratifs, où l’on retrouve les noms des joueur.se.s.

Non, on de dit pas « Ène-Golo Kanté » ! Quand la prononciation est républicaine

On peut aussi lire une politisation en sens inverse, du côté de l’universalisme républicain. Le 6 juillet, Le Monde Afrique publie une chronique de Sarah-Jane Fouda intitulé « Kylian Mbappé, N’Golo Kanté… Vous n’aurez plus d’excuses si vous prononcez mal leurs noms« . Cette chronique est à ma connaissance la seule sur le sujet dans un grand média, et elle est donc devenue une sorte de référence. La rédactrice explique que les préoccupations phonétiques ne sont pas nouvelles dans le foot, et que, cette année, ce sont Mbappé, N’Golo Kanté et Nzonzi qui sortent mal des bouches des commentateurs (et des supporters et des gens ordinaires, ajouterais-je, en me mettant moi-même et quelques autres dans la critique), le M ou le N initial étant vocalisé en [εm] ou [εn] :

Malgré la rectification de 2014 et les leçons de phonétique de l’UEFA, les commentateurs sportifs français continuent lors de cette édition en Russie à écorcher des patronymes et des prénoms de joueurs de la sélection française. « Kylian Ème-bappé », « Ène-golo Kanté », « Ène-zonzi », entend-t-on ânonner à la télévision comme à la radio. Diantre ! Des Français ne peuvent-ils pas dire correctement des noms français ? Allez encore après cela faire la leçon aux anglophones ou aux hispaniques ! Plus d’un mérite le bonnet d’âne.

Toute la suite de l’article se fonde sur l’idée qu’il s’agit de « noms français » et que les erreurs de prononciation sont dues à des erreurs de français, « niveau maternelle, moyenne et grande section », sur une petite musique puriste qui fleure un peu ses blouses grises et son tableau noir (emploi de ânonner, bonnet d’âne). La chroniqueuse, identifiée en fin d’article comme « consultante en communication, spécialiste du discours et de l’argumentation. Elle enseigne la logique informelle à l’Université Paris-III Sorbonne-Nouvelle », rappelle la prononciation du [n], déclare dans un paragraphe un peu obscur que les noms concernés ne sont pas africains, car le français est une langue de mémoire et que ces noms sont transcrits de langues africaines (j’avoue ne pas bien comprendre la logique de cet enchaînement). Considérant que « des Français doivent savoir prononcer des noms français », elle termine sa leçon de prononciation comme si Mbappé, N’Golo et Nzonzi n’étaient pas différents de Martin ou Bernard (qui sont les noms « français » les plus courants) : « Dès lors, le son « nnn » précédera toujours les syllabes go et lo pour N’Golo, les syllabes zon et zi pour Nzonzi. Plus d’excuses en prononçant mal ces noms-là […]. »

Quand la prononciation est une question… linguistique

Il faut quand même maintenir, comme le font Cyril et d’autres internautes sur Twitter, qu’il s’agit bien de noms africains, linguistiquement parlant, et la transcription phonétique en français n’y change rien. Le nom n’étant pas la chose, les joueurs peuvent tout à fait être français en portant des noms issus de langues étrangères, sans évidence phonétique pour un francophone ; les Français d’origine polonaise en savent quelque chose.

Car la question est un petit peu plus compliquée qu’une simple compétence de classe de primaire : en français, la loi d’enchaînement des sons est [consonne + voyelle], du type ca-fé, ma-tin, c’est la définition de la syllabe, base de la prononciation du français. Deux consonnes peuvent tout à fait se suivre, majoritairement quand l’une d’elle est liquide ou sifflante, ce qui équivaut à un enchaînement assez facile pour une bouche habituée au français (la langue) : cramé, clavicule, stade, premier, etc. Il existe en revanche une « loi des trois consonnes » qui, sauf exception, rend impossible en français un enchainement de ce type (on ne peut pas enchainer par exemple [plm] ou [ktp], mais il existe des [str] comme dans strates ou  strophes). Pour les noms Mbappé, N’golo et Nzonzi, on a deux consonnes initiales, qui constituent un enchaînement peu habituel en français, un peu déroutant même. Il est bien sûr tout à fait possible de les enchaîner, mais c’est un peu contre-intuitif, comme on dit en linguistique, surtout en initiale : [mb], pas facile, ce sont deux bilabiales (prononcées avec les deux lèvres), donc il faut répéter la même articulation deux fois de suite ; [ng] et [nz], pas facile non plus. Ça passe mieux quand on a un appui vocalique antérieur, comme dans les exemples donnés dans cet article également morigénateur : je m’bats,  je m’barre, Rambo, Samba, come back. Et l’apostrophe de N’Golo associée à la capitale du G sont tentatrices, avouons-le : on a bien envie de scinder les sons, de faire deux syllabes et donc de vocaliser le [n].

Finalement, comme toujours, ce sont les individus concernés qui peuvent le mieux parler d’eux-mêmes et on peut écouter ici Kylian Mbappé prononcer son nom :

On pourrait presque dire que le M initial disparaît ; en fait il est extrêmement réduit, au profit du [b] : il y a match entre deux bilabiales, le [b] se qualifiant haut la main. Et pour une bonne prononciation par une journaliste de la 6, félicitée par Afroleaks, on clique par ici.

Quand la linguistique est politique

Il y a quelque chose de bizarre à vouloir effacer le fait que ces noms sont issus de langues qui n’ont pas le même système phonétique que le français, sauf à vouloir aligner la francité de la langue et la francité des gens, dans une sorte d’universalisme phonétique très Troisième République, très Blanquer en effet, puisque le ministre est cité par la rédactrice de la chronique du Monde. Évidemment, tout est dans la polysémie du mot français : Mbappé est un nom français, oui, si on veut, s’il s’agit de la nationalité, non, s’il s’agit de la langue. Et alors ? Quel est le problème de souligner l’extraordinaire melting-pot linguistique constitué par les patronymes français (la nationalité) issus de l’étranger (les langues) ? Aucun, si on se situe dans une perspective qui reconnaît à chacun ses particularismes, et si on tient compte de la longue histoire des migrations et de la colonisation ; un gros, visiblement, si on est un.e universaliste un peu rigide sur les bords, pour le.a.quel.le doit primer l’homogénéité politique de la république une et indivisible. En tout cas, l’africanité de l’équipe de France est régulièrement pointée lors des succès des bleus, comme le montre cette petite collection recueillie sur Twitter et Facebook :

Et voilà comment la prononciation des patronymes, la question des bilabiales et de l’enchaînement des consonnes se transforment en problème politique. Qui a dit que la linguistique était une discipline technique et ennuyeuse ?

Pour terminer sur une note irénique, on peut se délecter du néologisme interlinguistique de ce supporter mexicain tentant de séparer des supporters russes. Ses exhortations avec « Tranquilo, tranquilo » restant lettre morte, il tente « Tranquilovsky, tranquilovsky ! », et, miracle de la performativité des sons autochtones, le calme se fait.

Edit 21 juillet : le magazine Sofoot fait sa une de juillet sur Mbappé et le désormais célèbre Tranquilovski (avec un i à la française).

Cite this article as: Marie-Anne Paveau, 13/07/2018, "La coupe du monde de linguistique : prononcer correctement « Mbappé » et se la jouer « tranquilovsky »," in La pensée du discours [carnet de recherche], https://penseedudiscours.hypotheses.org/15734, consulté le….

Marie-Anne Paveau

Enseignante-chercheuse en analyse du discours à l'université Paris 13

Vous aimerez aussi...