Pour une postlinguistique 4. Biographies de choses au-delà de l’humain

Le sens commun des Occidentaux contemporains, construit sur diverses traditions
historiques en philosophie, en droit et dans les sciences naturelles, tend à opposer les « mots » et
les « choses ». Bien que cela n’ait pas toujours été le cas, même en Occident, ainsi que Marcel
Mauss le notait dans son fameux Essai sur le don, la tendance lourde à l’époque
contemporaine invite à considérer le monde des choses comme un monde inerte et muet, qui ne
peut être mis en mouvement et animé – en fait connaissable – que par des personnes et par leurs
mots (Arjun Appadurai, « Les marchandises et les politiques de la valeur », introduction à The social life of things. Commodities in cultural perspective).

À la suite du précédent, « La vie des choses, une épistémologie écologique« , ce billet présente quelques biographies d’objets qui peuvent fournir un point d’appui à l’intégration du non-humain dans les environnements pris en compte pour analyser les discours. La biographie d’objet est en effet un genre qui rend compte de l’agentivité et de l’historicité de l’objet, considéré dans ses connexions relationnelles et ses itinéraires sociaux, et non plus comme chose inerte outillant l’activité humaine ou participant juste de son décor.

La biographie d’objet. Pour le fétichisme méthodologique

La biographie d’objet est un outil méthodologique issu de la notion de vie sociale des objets proposée par Arjun Appadurai dans le collectif qu’il dirige en 1986, The social life of things. Commodities in cultural perspective (Appadurai ed. 1986). Pour Appadurai, la valeur des objets ne tient pas seulement à des critères économiques ou sociaux, mais tient aux objets eux-mêmes, aux messages qu’ils délivrent et aux actions auxquels ils participent. Il prône l’adoption d’un « fétichisme méthodologique » pour rendre compte de ce que font véritablement les objets dans la vie sociale :

Ainsi, même si, d’un point de vue théorique, les acteurs humains confèrent leurs significations aux choses, d’un point de vue méthodologique ce sont les choses-en-mouvement qui éclairent leur contexte humain et social. Aucune analyse sociale des choses (que l’analyste soit un économiste, un historien de l’art ou un anthropologue) ne peut éviter un niveau minimum de ce que l’on pourrait appeler du fétichisme méthodologique. Si nous tournons à nouveau notre attention vers les choses elles-mêmes, ce fétichisme méthodologique apporte un correctif partiel à la tendance de sociologiser à l’excès les transactions sur les choses, tendance que nous devons à Mauss, ainsi que Firth l’a noté naguère (Appadurai 1986 : 4).

C’est Lorraine Daston qui introduit ensuite la méthode de la biographie d’objet dans le collectif qu’elle dirige en 2000, Biographies of Scientific Objects (Daston ed. 2000), dans le cadre d’une « métaphysique appliquée » qui conteste la division traditionnelle entre perception et réalité et voudrait que l’histoire des sciences ne soit pas seulement une histoire de ce qui est connu, mais également de ce qui est. Accorder une agentivité aux objets c’est, comme le disent Antoine Hennion et Bruno Latour, revenir sur l’anti-fétichisme dominant dans les sciences humaines et sociales et cesser de penser que les objets ne sont que des projections de la société : « Les objets font quelque chose, et d’abord ils nous font » (Hennion, Latour 1993 : 9).

J’avais présenté des textes qui peuvent relever de la biographie d’objet dans une série de 2011, « Ce que disent les objets« , mais je n’avais pas utilisé cette catégorie. Il s’agissait de rendre compte du travail effectué avec une historienne dans le cadre d’une réflexion sur histoire et psychanalyse, et ce qui nous intéressait était surtout les fonctions des objets dans la mémoire, la transmission et le symptôme. Mais certains exemples entrent tout à fait dans le cadre de ma réflexion actuelle, comme le fameux texte de Laurent Thévenot sur le tiroir de son bureau,  ainsi que le travail de Saadi Lahlou sur les attracteurs cognitifs, que je vais reprendre ici (Paveau 2011).

Je présente ici deux descriptions d’objets, qui illustrent la manière dont on peut les faire contribuer à l’analyse des discours. Je les mentionne avec la notion dont ils sont les laboratoires, comme bases heuristiques au travail de définition de la postlinguistique concernée par les objets artefactuels : la biographie d’objet me semble en effet un genre de discours qui peut documenter une approche du fonctionnement discursif des objets. Elle s’articule avec les propositions linguistiques présentées dans le billet précédent, les prédiscours et les affordances, pour constituer un dispositif de saisie de la vie discursive des objets.

La canne d’Eduardo Kohn et la notion de « touts ouverts »

Demander ce qui va à quatre, puis deux, puis trois pattes évoque simultanément les héritages mêlés de notre animalité quadrupède et de notre humanité spécifiquement bipède et itinérante, de même que les différentes sortes de cannes que nous fabriquons et adoptons afin de traverser à tâtons nos vies marquées par la finitude – finitude que nous partageons avec tous les autres êtres et qui, dès lors, nous lie profondément à eux, comme l’observe Kaja Silverman (2009).

Un appui pour l’hésitant, un guide pour l’aveugle, la canne offre une médiation entre un frêle soi mortel et le monde qui s’étend au-delà. Ce faisant, elle permet de se représenter quelque chose de ce monde, d’une manière ou d’une autre. Dans la mesure où elles permettent à quelqu’un de se représenter quelque chose de ce monde, un grand nombre d’entités existent qui servent de canne à toutes sortes de sois. Non que ces entités soient nécessairement des artefacts. Non que ces différentes sortes de sois soient nécessairement humaines. En fait, outre la finitude, ce que nous partageons avec les jaguars et les autres sois vivants – qu’ils soient bactériens, floraux, fongiques ou animaux – est le fait que la façon dont nous nous représentons le monde environnant est d’une manière ou d’une autre constitutive de notre être.

Une canne nous oblige également à nous demander avec Gregory Bateson « où » exactement, le long de cette étendue solide, « est-ce que je commence ? » (Bateson 2000a, p. 465). En mettant ainsi en évidence la nature contradictoire de la représentation – soi-même ou monde ? chose ou pensée ? humain ou non ? –, la canne suggère qu’en méditant la question du sphinx nous pourrions parvenir à une compréhension plus profonde de la réponse d’Œdipe (Kohn 2017 : 26).

Les touts ouverts : une anthropologie du général

Admettre que la sémiose excède largement le symbolique nous permet de voir comment nous sommes amenés à habiter un monde au-delà de l’humain, en perpétuelle émergence. L’anthropologie au-delà de l’humain cherche à se dégager des contraintes de cette habitude particulière – le symbolique – qui fait de nous les êtres exceptionnels que nous pensons être. Le but n’est pas de minimiser les effets uniques de cette habitude, mais seulement de montrer à quel point ce tout qu’est le symbolique est ouvert à de nombreuses autres habitudes qui peuvent proliférer, et qui prolifèrent, dans un monde qui s’étend au-delà de nous. Le but, en somme, est de nous faire retrouver le sentiment de notre ouverture en tant que touts.

Ce monde au-delà de l’humain, auquel nous sommes ouverts, est davantage que quelque chose qui se tiendrait « là », car le réel est davantage que ce qui existe. De la même manière, l’anthropologie au-delà de l’humain cherche à déplacer légèrement notre point de repère temporel, pour porter notre regard au-delà de l’ici et maintenant de l’actuel (Kohn 2017, p. 102-103).

Finalement, il s’agit d’une anthropologie du général, car elle entend identifier les occasions dans lesquelles un nous qui dépasse les limites des corps individuels, des espèces, et même de leur existence concrète, s »étend au-delà du présent. Ce nous – et les mondes prometteurs qu’il nous enjoint à imaginer et à réaliser – est un tout ouvert (Kohn 2017, p. 104).

La machine à café de Saadi Lahlou et la notion d' »attracteur cognitif »

Appelons attracteur cognitif un ensemble d’éléments matériels et immatériels participant à une activité particulière, ensemble d’éléments qui se présentent simultanément à la perception du sujet. Nous posons que la perception conjointe de plusieurs éléments d’une même activité « attire » le sujet vers l’activité en question. Autrement dit : quand le sujet est mis en présence d’une bonne partie de la panoplie d’une activité donnée, il est « en condition » d’accomplir cette activité, et il a tendance « à s’y mettre ».

Prenons d’abord un exemple simple : un fruit, à l’heure du repas, pour un sujet qui a faim, représente un attracteur qui correspond à un processus potentiellement désiré. Mis en présence de l’attracteur (fruit, heure du repas, faim) le sujet tendra à exécuter une activité de prise alimentaire. Il exécute en l’occurrence un script préétabli désir/prendre/aliment/repas/ conformément à la représentation sociale du manger. L’exécution de ce script a émergé de la confrontation d’éléments provenant des deux tableaux : data (fruit, heure) et lata (faim, connaissance du script du goûter) dont la configuration forme un attracteur. Dans le cadre qui nous intéresse ici, le processus sera plutôt, par exemple, la rédaction d’un document, l’établissement un budget… Ce peut être aussi le maintien ou l’obtention d’états satisfaisants pour le sujet (être estimé de ses collègues, pratiquer une activité qui lui plaît, améliorer ses capacités…). Ces états se réalisent à travers des séquences d’actions du sujet sur/avec les objets et personnes qui l’environnent. Réciproquement, la présence des attracteurs correspondants tendra à déclencher l’activité en question.

Prenons un autre exemple (résumé d’observations venant du protocole S1) : un sujet Lucien interrompt son action en cours (rédaction d’un rapport), se lève, prend l’ascenseur et va à l’une des machines à café du bâtiment, située à un étage où il n’y a pas de bureaux mais seulement des archives.

Fortuitement, il y trouve deux collègues, Antoine et Bénédicte, debout à côté de la machine, en train de boire et de discuter. Au lieu de prendre le café et de redescendre avec son gobelet, comme il l’envisageait, Lucien engage une discussion anodine avec ses collègues Antoine et Bénédicte. Puis la discussion continue entre Lucien et Bénédicte, sur un projet T auquel Lucien et Bénédicte participent tous deux. Antoine retourne dans son bureau, tandis que Lucien et Bénédicte continuent pendant plusieurs minutes et prennent une décision sur la suite de leur projet.

Nous dirons que Lucien, qui partait avec la simple intention de prendre un café à la machine pour se détendre et de revenir continuer sa tâche, s’est fait capturer par un premier attracteur (collègue + machine à café >> discussion de couloir), puis par un second (collègue- Bénédicte-du-projet-T + discussion >> discussion sur le projet T). Là, c’est surtout des data qui ont été à la base de la configuration de l’attracteur initial (conversation). Mais le sujet y a contribué en apportant des lata, notamment sa tendance à percevoir Bénédicte, non pas comme « collègue présente devant la machine à café », mais Bénédicte comme « partie du projet T », qui ont modifié la situation et créé un autre attracteur (discussion sur le projet T). Un autre sujet que Lucien, qui ne serait pas impliqué dans le projet T, aurait eu peu de chances de tomber dans ce dernier attracteur. Les lata contribuent donc aussi de manière notable à orienter le cours de l’activité.

Il ne faut donc pas croire que les sujets répondent à des attracteurs de manière mécanique, comme des animaux conditionnés à un stimulus : ils construisent et modifient activement, et en général à plusieurs, ces attracteurs ; et ils en sont conscients (Lahlou 2000 : 89-90).

L’attracteur cognitif : une combinaison de choses qui « vont ensemble »

Uexküll disait : « un objet, c’est ce qui se meut ensemble » [cité par Lorenz, 1935, 1970 : 9]. L’objet est une structure qui perdure, du point de vue du sujet, à travers une série de variations ; c’est un invariant, ici sensori-moteur. Cette définition convient bien aux objets connexes, naturels ou vivants ; mais mal aux objets composés comme les panoplies, les nécessaires (de couture…), les équipements… Pour ceux-ci, ce ne sont plus les propriétés formelles (bonne forme, mouvement commun, etc.) qui sont déterminantes, mais leur connotation en terme d’activité, le fait qu’ils forment une configuration qui fait sens pour le sujet.

Pour nous, l’attracteur sera un invariant pragmatique, c’est-à-dire une combinaison de choses qui « vont ensemble » au cours d’une activité. Par « vont ensemble », nous n’entendons pas seulement une corrélation dans l’expérience ou la culture, mais une association orientée vers une fin, dans une direction : ils vont ensemble vers quelque chose. Cela dans la mesure où une activité est orientée temporellement, et qu’elle a donc une fin. C’est pourquoi l’attracteur tend vers quelque chose. L’attracteur est une sorte de champ énergétique dans l’entour, au sens où le passage de l’attention du sujet dans ce champ engendre une force intentionnelle (Lahlou 2000 : 92).

Références

  • Appadurai Arjun (ed.), 1986, The social life of things. Commodities in cultural perspective, Cambridge, Cambridge University Press.
  • Appadurai Arjun, 2009 [1986], « Les marchandises et les politiques de la valeur », introduction à Appadurai (ed.) 1986, trad. fr. Jean-Pierre Warnier, Sociétés politiques comparées 11, http://fasopo.org/sites/default/files/article2_n11.pdf
  • Bateson Gregory, 2000, « Form, Substance, and Difference », in Steps to an Ecology of Mind, Chicago, Chicago University Press, p. 454-471.
  • Hennion Antoine, Latour Bruno, 1993, « Objet d’art, objet de science. Note sur les limites de l’anti-fétichisme », Sociologie de l’art 6, p. 7-24, consulté en version d’auteur sur HAL.
  • Kohn Eduardo, 2017 [2013], Comment pensent les forêts, trad. Grégory Delaplace, Paris, Zones sensibles.
  • Lahlou Saadi, 2000, « Attracteurs cognitifs et travail de bureau », Intellectica, Paris, 2000/1, 30, p. 75-113.
  • Lorenz Konrad, 1970 [1935], « Le compagnon dans l’environnement propre de l’oiseau. Le congénère comme élément décisif du déclenchement des comportements sociaux », in K. Lorenz (éd.) Essais sur le comportement animal et humain. Les leçons de l’évolution de la théorie du comportement, trad. fr. C. et P. Fredet, Paris,  Editions du Seuil, 1970.
  • Paveau Marie-Anne, « Ce que disent les objets 4. Le tiroir de Laurent Thévenot », La pensée du discours [carnet de recherche], https://penseedudiscours.hypotheses.org/4783
  • Silverman Kaja, 2002, Flesh of my Flesh, Stanford, Stanford University Press.

Crédit : David Hodgson, « Man and Blue Hut », 2012, compte de l’auteur sur Flickr, CC BY 2.0

Cite this article as: Marie-Anne Paveau, 24/07/2018, "Pour une postlinguistique 4. Biographies de choses au-delà de l’humain," in La pensée du discours [carnet de recherche], https://penseedudiscours.hypotheses.org/15704, consulté le….

Marie-Anne Paveau

Enseignante-chercheuse en analyse du discours à l'université Paris 13

Vous aimerez aussi...