Pour une postlinguistique 5. Un réalisme qui n’a plus peur de l’agentivité des choses

« Le réel, c’est non pas ce qu’il nous arrive d’en penser, mais ce qui reste inchangé par ce que nous pouvons en penser. » (Peirce, Collected Papers 8.12, cité par Tiercelin 2017 : 17)

Les linguistes auront sans doute reconnu dans ce titre une paraphrase du titre d’un article de Paul Siblot, « Une linguistique qui n’a plus peur du réel », qui pourrait emblématiser l’esprit de la praxématique, courant de la linguistique reposant sur la prise en compte de la réalité sous la forme de la praxis dans l’analyse des discours (Siblot 1990). Mais la praxématique n’est pas « sortie », si l’on peut dire, du logos et n’a pas sauté le pas du postdualisme, faute, peut-être, de ne pas avoir suffisamment remis en cause, d’une part, la nature symbolique du signe linguistique pourtant remplacé par le praxème et d’autre part, conséquemment, la distinction d’ordre entre sens et référence (voir le développement de cette critique dans Paveau 2007). Dans ce billet, j’essaie de proposer une conception de la réalité, et donc, une théorie du réalisme qui puisse fonder une approche linguistique soucieuse de co-intégrer le langage et le monde, le règne humain et non-humain. Dans la suite de travaux antérieurs (Paveau 2012a et b), j’explore les théories philosophiques du réalisme de manière à en retravailler certains aspects pour en faire des contributeurs à mon approche écologique (N.B. : je ne fais pas de philosophie, mais j’essaie de penser des contributions philosophiques à ma discipline, les sciences du langage).

Postlinguistique et réalisme

Une approche postlinguistique considère, on l’a vu dans un précédent billet sur La vie des choses, qu’il faut étendre la conception du signe à l’icone et à l’indice, et ne plus la restreindre au symbole, ce qui implique une conception scalaire, et non plus dualiste de la relation entre sens et référence : le sens porté par les formes langagières, et les références du monde, sans être du même ordre, appartiennent au même monde, dans un continuum composite, ce qui implique de compter les choses du monde, objets naturels et artefactuels, et animaux non humains, comme des producteurs de sens. Mais il faut se doter d’une théorie de la réalité du monde qui permette d’attribuer aux choses et aux êtres non humains des capacités sémantiques. Il n’est en effet pas suffisant de simplement leur attribuer des affordances, celles-ci ayant besoin d’un fondement philosophique pour résister à la critique habituelle de leur fabrication par les humain.e.s.

Je ne vais pas passer en revue les différentes conceptions du réalisme, ce qui me mènerait à une mise au point encyclopédique qui n’est pas l’objet de ce billet. Je voudrais présenter la conception du réalisme qui selon moi, est la plus adaptée à fonder une agentivité des choses et des êtres non humains, de manière à leur attribuer un rôle contributif dans la production des discours. Je reprends ici la démarche que j’avais adoptée dans Langage et morale. Une éthique des vertus discursives (Paveau 2013), où je proposais que les valeurs morales aient le statut de realia intégrées dans les environnements du discours, à partir du réalisme moral et de la position d’Hilary Putnam sur la porosité des faits et des valeurs (Putnam 2004).

Pour aller vite, et sans rentrer dans les nombreuses options possibles, le.a réaliste pense trois choses :

– le monde, ou « l’ameublement du monde », selon l’expression de Russel, existe, c’est-à-dire des choses, des propriétés, des relations, des événements, etc. ;

– le monde existe indépendamment de mon esprit et de la connaissance que l’on peut en avoir ;

– le monde existe en dehors des représentations que j’en ai.

S’ille intègre à sa réflexion la question de la vérité, ille peut aussi penser que la nature et le fonctionnement des réalités du monde peuvent constituer des preuves de la vérité de sa théorie. Il y a donc un lien entre réalité et vérité.

Ma question ici est de savoir si l’on peut donner à cette réalité un statut qui lui confère la possibilité d’un certain mode d’action, ce que je j’appelle une agentivité. Si, comme l’ont montré James Gibson et Don Norman dans le cadre de la théorie des affordances, les objets sont sémantiquement intentionnels, si comme le pense Eduardo Kohn, les forêts pensent, et si, comme le disent Emanuele Coccia et Peter Wohlleben, les plantes dialoguent, il faut fonder cette activité non humaine en théorie, de manière à asseoir et solidifier ces affirmations. Sur ce point comme sur d’autres, les sciences du langage, et en particulier l’analyse du discours, ne se suffisent pas à elles-mêmes, et il faut s’équiper d’une conception du réalisme qui permette de fonder une approche écologique des discours. Parmi les différentes conceptions du réalisme travaillées actuellement, il me semble que c’est le réalisme dispositionnel qui est le plus à même de le permettre.

Le réalisme dispositionnel

Les dispositions constituent un ensemble d’entités comme la puissance, le pouvoir, la capacité, l’habitude, la faculté ou la cause, qui ont été rejetées par la philosophie des sciences du XXe siècle. La critique est ancienne, et se trouve emblématisée dans le fameux sarcasme de Molière sur « la vertu dormitive de l’opium » dans Le malade imaginaire. Mais les dispositions ont été réhabilitées depuis les années 1970 par certains philosophes de la connaissance (chez les anglophones Mellor 1974, Ellis & Lierse 1994, Mumford 1998, entre autres, et en France Engel 1996, Kistler 2005, Kistler et Gnassounou dir. 2007 et surtout Tiercelin 2011, 2017). Pascal Engel explique ce retour :

Certains ont voulu redonner à ces entités une part du lustre qu’elles avaient perdu, et ils ont essayé de défendre la thèse selon laquelle les dispositions, les pouvoirs ou les capacités sont réelles et ont un statut ontologique à part entière. Ils ont en particulier pris conscience du fait que la notion de disposition est étroitement liée à celles de cause, de loi, et même de probabilité dans certaines des interprétations de ces notions, mais aussi qu’elle est essentielle pour l’analyse de certains états mentaux “dispositionnels” comme les croyances et les désirs, ainsi que des perceptions, ce qui les a conduits à ressusciter la distinction classique entre les qualités premières et les qualités secondes des objets. Mais ils n’ont pas voulu non plus ressusciter purement et simplement l’ancienne doctrine des “pouvoirs” et des “natures” ou ce que l’on pourrait appeler un “essentialisme des dispositions”. Les efforts de ces philosophes les ont conduits à accorder une forme de réalité aux dispositions sans les restituer dans leurs anciennes prérogatives ontologiques (Engel 1996 : 2).

Mais qu’est-ce qu’une disposition ? C’est une propriété d’un objet ou d’une autre entité dotée d’un pouvoir causal. Les exemples traditionnels sont la propriété d’être « dur » ou « soluble » ou « fragile » pour un objet, propriété qui explique certains de ses comportements : le diamant permet de couper parce qu’il est dur, le sel  parce qu’il soluble, et la fragilité d’un verre sera la cause de sa brisure. Même chose pour des propriétés psychologiques comme l’irrascibilité ou la colère. Toutes les propriétés des entités ne sont pas dispositionnelles et la forme du verre, la couleur du sel, l’âge du colérique ou la taille de l’irrascible ne sont pas des propriétés dispositionnelles. Pour qu’il y ait disposition, il faut qu’il y ait pouvoir causal expliquant un comportement.

C’est chez Claudine Tiercelin que je trouve la définition du réalisme dispositionnel la plus aboutie et celle qui convient le mieux à mon projet. Déjà défini dans Le ciment des choses paru en 2011, le réalisme dispositionnel est détaillé dans un article de 2017. À partir de la conception de Peirce, Claudine Tiercelin le décrit de la manière suivante :

1) Un réalisme dispositionnel scolastique. Il y a des universaux réels, lesquels s’entendent avant tout, non pas comme des universaux platonistes indépendants non instanciés (réalisme métaphysique), mais en un sens plutôt aristotélicien ou scotiste : le réel se définit comme ce qui signifie quelque chose de réel.
2) Un réalisme dispositionnel sémantique. Il nous faut d’abord élucider le sens de nos concepts, en particulier, le concept de causalité, et déterminer aussi le sens de nos attributions dispositionnelles.
3) Un réalisme dispositionnel. Il vise des propriétés réelles et non de simples prédicats.
4) Un réalisme dispositionnel scientifique. Il s’agit d’une hypothèse abductive appelée par la nécessité explicative de la science, et qui présuppose aussi que certains universaux sont réels.
5) Un réalisme dispositionnel scientifique et métaphysique, proche, à bien des égards, d’une forme de réalisme structurel relationnel*, mais qui invite à une redéfinition et de l’essence et des lois. Un tel réalisme dispositionnel est essentialiste bien que non substantialiste : « l’essence » y est moins vue comme une quidditas* statique, une pure espèce naturelle, un simple faisceau d’habitudes, que, de manière plus « mince », comme un aliquid* habituel ou dispositionnel (Tiercelin 2017 : 24).

Ces cinq points correspondent aux problèmes posés par les dispositions, parmi lesquels les 2 et 3 concernent tout particulièrement ma question.

– la dimension sémantique : définir la causalité revient pour moi à définir le type d’agentivité des objets et êtres non humains, autrement dit leur mode de parole (pour les animaux) ou de contribution à la production des discours (pour les objets naturels et artificiels)

– la réalité des dispositions : les dispositions des entités sont-elles réelles, c’est-à-dire inscrites intrinsèquement dans l’ontologie des entités concernées, ou sont-elles d’une autre nature, par exemple simplement de l’ordre de la possibilité ? Je ne vais pas rentrer dans cette discussion mais choisir d’emblée la thèse de la réalité intrinsèque des dispositions (défendue notamment par Armstrong 1973, Mellor 1974, Mumford 1998), qui me permet de fonder l’attribution aux objets naturels et artificiels d’une agentivité discursive. Jean-Mathias Fleury explique que « Mumford insiste tout particulièrement sur le fait que les dispositions ne se réduisent pas simplement à des unités d’explication. Elles doivent être considérées comme des propriétés réelles sur lesquelles surviennent les lois physiques », citant ensuite son analyse :

Les dispositionalistes s’efforcent de se passer des lois de la nature en fondant les nécessités naturelles dans les propriétés instanciées des individus elles-mêmes. Le modèle de propriétés instanciées alors obtenu, c’est celui de pouvoirs réels de se comporter de telle ou telle manière. Il est également utile de les décrire en tant qu’aptitudes ou capacités, ce qui permet de penser les dispositions comme des médiations causales entre des événements. Ainsi, il nous reste bien des nécessités naturelles, mais sans que nous soyons obligés de souscrire à l’idée de loi générale reliant entre elles des classes d’événements. Contrairement aux nécessités générales impliquées par ces lois, la nécessité naturelle advient au niveau des propriétés d’un particulier. Ce n’est pas en vertu d’une loi générale que le sucre se dissout quand il est plongé dans un liquide, c’est en vertu d’un état particulier ou d’une propriété instanciée possédée par l’échantillon (Mumford 1998 : 221, cité par Fleury 2017 : § 16).

Un essentialisme dispositionnel mince

Attribuer une réalité aux propriétés dispositionnelles comporte un risque d’essentialisation des entités concernées ; dans une perspective discursive, c’est un problème puisque cela va à l’encontre des bases épistémologiques de l’analyse du discours, qui sont la dimension sociale (au sens le plus large) des discours, leur caractère situé, c’est-à-dire dépendant de nombreux facteurs subjectifs et relationnels, leur fonctionnement dialogique, c’est-à-dire relatifs aux autres discours contemporains et passés, conscients et non conscients. Que l’agentivité des choses dépende de leur essence n’est donc pas acceptable, c’est même contraire à la définition même de l’agentivité. Mais la réflexion de Claudine Tiercelin sur l’essentialisme est intéressante pour l’analyse du discours, puisqu’elle propose un « essentialisme mince » :

Mais pourquoi privilégier cette forme d’essentialisme dispositionnel mince ? Et comment l’entendre ? Car il faut être clair sur le sens de ce fundamentum des réalités dispositionnelles ainsi mises en avant. C’est plutôt qu’il vaut mieux la prendre comme telle, dans son essentialité pure, ni universelle, ni singulière, envisager donc l’essence (ou, pour parler comme Avicenne, la « Nature Commune ») dans sa neutralité, dans son indétermination ou indifférence positive à toute détermination possible ultérieure (2017 : 25). […] Partant, être réaliste, ce n’est ni hypostasier des essences platoniciennes, ni développer un essentialisme simplement dénué de la forme substantielle aristotélicienne : c’est d’abord savoir distinguer réalité logique et communauté réelle, préserver l’irréductibilité de la Nature Commune qui, en soi, n’est ni universelle, ni singulière, bien qu’elle soit universelle dans l’esprit, et singulière dans les choses extérieures à l’esprit (2017 : 26).

Elle développe ce statut médium entre l’universel et le singulier en définissant la réalité d’une chose comme un ensemble d’habitudes :

[…] même si (comme le soutiennent tant Duns Scot que Peirce) les essences matérielles sont dispositionnelles, il ne s’ensuit pas nécessairement que toutes les propriétés dispositionnelles soient essentielles. Que « X soit dur » n’est pas nécessairement essentiel à X, même si la dureté est une propriété dispositionnelle qui a le pouvoir causal de faire que X se comporte de telle ou telle manière prévisible. Plus spécifiquement, nous pouvons identifier la nature réelle d’une chose (la « signification » du concept de cette chose) avec l’ensemble complet des habitudes qui régissent son comportement (en ne distinguant plus dès lors l’essence et les accidents de la chose) – (Tiercelin 2017 : 26).

Au bout du compte, l’essence est redéfinie d’une manière intéressante pour l’approche postlinguistique et la description de l’agentivité des objets naturels et artificiels ainsi que des êtres non humains : elle est une « habitude de comportement » :

Tout d’abord, à la conception trop statique de l’essence, telle que la définit Scot, ou au concept de comportement d’une chose, il faut substituer le concept d’habitude de comportement : c’est cela qui constitue la nature intelligible ou essence réelle de la chose (CP 2.664, 1910). Une telle habitude est une disposition générale qui affecte la manière dont un objet tendrait à se comporter dans certains types de circonstances (Tiercelin 2017 : 27).

À partir de cette conception réaliste des dispositions, il est possible de mettre en rapport disposition et affordance, disposition et production de sens, disposition et agentivité. Reconnaître aux objets et aux animaux des habitudes de comportement selon les circonstances, c’est leur reconnaître une forme d’autonomie sociale et, dans certaines conditions, sémantiques : les comportements produisent du sens, par l’intermédiaire des symboles, mais aussi des icones et des indices.

Le réalisme dispositionnel me semble donc une théorie du réel pertinente pour fonder une approche postlinguistique, qui ouvre les potentialités agentives et sémantiques aux objets naturels et artificiels ainsi qu’aux êtres non humains, les animaux. La prise en compte des dispositions permet de déplacer les centres en refusant l’anthropocentrisme et d’invalider les hiérarchies en contestant la supériorité de l’humain.e dans la production de signes langagiers.

Références

  • Armstrong, 1973, Belief, Truth and Knowledge, Cambridge: Cambridge University Press.
  • Ellis Brian D. & Lierse Caroline, 1994, « Dispositional Essentialism », Australasian Journal of Philosophy, 72: 27-45.
  • Engel Pascal, 1996, « Dispositions, contrefactuels et potentialités », Journée Les modalités en philosophie, Université de Caen, inédit, disponible sur la page personnelle de l’auteur : https://www.unige.ch/lettres/philo/enseignants/pe/Engel%201996%20Dispositions%20contrefactuels%20et%20potentialites.pdf
  • Fleury Jean-Matthias, 2017, « Réalisme dispositionnel et lois de la nature », dans Forces et dispositions : L’ontologie dynamiste de Leibniz à l’épreuve des débats contemporains, Paris, Collège de France, en ligne : http://books.openedition.org/cdf/4615
  • Gnassounou Bruno, Kistler Max, 2005, Causes, pouvoirs, dispositions en philosophie. Le retour des vertus dormitives, PUF/Editions ENS rue d’Ulm.
  • Kistler Max, 2005, « L’efficacité causale des propriétés dispositionnelles macroscopiques », dans Gnassounou Bruno et Kistler Max (éds.), Causes, pouvoirs, dispositions en philosophie. Le retour des vertus dormitives, PUF/Editions ENS rue d’Ulm, 115-154.
  • Mellor David H., 1974, « In defense of dispositions », Philosophical Review 83, 157-181.
  • Mumford Stephen, 1998, Dispositions, Oxford: Oxford University Press.
  • Paveau Marie-Anne, 2007, « Discours et cognition. Les prédiscours entre cadres internes et environnement extérieur », Corela (Cognition, Représentation, langage), HS « Contextes, discours, cognitions », https://journals.openedition.org/corela/1550
  • Paveau Marie-Anne, 2012a (dir.), « Texte, discours, interactions. Nouvelles épistémologies », Semen 34, https://journals.openedition.org/semen/9713
  • Paveau Marie-Anne, 2012b, « Réalité et discursivité. D’autres dimensions pour la théorie du discours », Semen 34, http://journals.openedition.org/semen/9748
  • Paveau Marie-Anne 2013, Langage et morale. Une éthique des vertus discursives, Limoges, Lambert-Lucas.
  • Putnam H., 2004 [2002], Fait/Valeur : la fin d’un dogme et autres essais, trad. M. Caveribère et J.-P. Cometti, Paris-Tel-Aviv, Éditions de L’éclat.
  • Siblot Paul, 1990, « Une linguistique qui n’a plus peur du réel », Cahiers de praxématique 15, http://journals.openedition.org/praxematique/3158
  • Tiercelin Claudine, 2011, Le ciment des choses. Petit traité de métaphysique scientifique réaliste, Paris, Ithaque.
  • Tiercelin Claudine, 2017, « Pourquoi le pragmatisme implique le réalisme », Cahiers
    philosophiques 150, p. 11-34.

Crédit : Papaver somniferum, 1885, Public Domain, Wikimedia Commons

Cite this article as: Marie-Anne Paveau, 01/08/2018, "Pour une postlinguistique 5. Un réalisme qui n’a plus peur de l’agentivité des choses," in La pensée du discours [carnet de recherche], https://penseedudiscours.hypotheses.org/15662, consulté le….


Marie-Anne Paveau

Enseignante-chercheuse en analyse du discours à l'université Paris 13

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.