« À bas bruit », un outil lexical de protection éthique

Le « Manifeste contre le nouvel antisémitisme » publié le 21 avril dans Le parisien fait polémique car il contient notamment une formule saillante dans les discours contemporains, épuration ethnique, qui apparaît dans la phrase suivante :

Il s’agit d’une épuration ethnique à bas bruit au pays d’Émile Zola et de Clemenceau.

La mémoire discursive de la formule épuration ethnique

De nombreuses réactions se sont focalisées à juste titre sur cette formule, pour l’approuver ou en critiquer l’emploi, et dans ce cas le plus souvent à partir de la situation des Rohingyas ou des Palestinien.ne.s (on peut en avoir un aperçu rustique en consultant le fil épuration ethnique sur Twitter par exemple). En analyse du discours, on connaît bien la formule épuration ethnique car il existe une thèse sur une expression analogue, purification ethnique, rédigée par Alice Krieg-Planque (Krieg-Planque 2003). Ce travail rend compte exhaustivement de l’histoire et de l’emploi de la formule, et de ses analogues épuration ethnique et nettoyage ethnique, nées pendant la guerre en ex-Yougoslavie, vers 1992, origine apparemment absente des mémoires des débatteur.ses.s contemporain.e.s. L’ouvrage est parfaitement adéquat pour se faire une opinion de la légitimité ou de l’illégitimité de cette formule appliquée au « nouvel antisémitisme » qui se développerait en France actuellement.

Car les débats portent bien sur la légitimité de l’emploi, et construisent un intéressant événement discursif moral, c’est-à-dire le surgissement d’un ensemble de discours portant sur les valeurs des mots et de leurs emplois par rapport à la réalité du monde, à la mémoire des emplois antérieurs et à la décence discursive (trois notions développée dans Paveau 2013 pour définir la vertu discursive) : pour certain.e.s, cet emploi est pertinent, révélateur et vertueux, constituant une révélation bénéfique à la société ; pour d’autres il est déplacé et même insultant pour des populations qui ont fait ou feraient l’objet d’une « vraie » épuration ethnique (on trouve par exemple disproportionné, outrancier, grotesque, une honte dans les discours indignés par cet emploi sur le fil Twitter précité).

On a là un cas typique de mémoire discursive (Paveau 2006) : une expression chargée d’une épaisseur de sens, de valeurs et de références à des événements, accumulée au cours de ses emplois dans l’histoire (ici le projet militaire serbe au cours de la guerre en ex-Yougoslavie en 1992) est employée à propos d’un autre événement dans un autre lieu et à une autre époque en vertu d’une analogie perçue ou d’une intention polémique (les assassinats et déménagements de juif.ve.s en France en 2018), et ce télescopage produit de puissants effets de discours. S’ils provoquent le rejet, l’emploi est alors qualifié d’amalgame et de détournement de sens ; s’ils recueillent un accord, l’emploi fait nomination et construction de la réalité, délivrant alors une mise en forme du réel.

À bas bruit, un protecteur lexical

Parmi tous les textes que j’ai lus ces derniers jours sur cette affaire de mémoire discursive, seul à ma connaissance celui de Claude Askolovitch insiste sur le complément à bas bruit qui accompagne la forme épuration ethnique. Dans un long article de Slate publié le 23 avril et intitulé « Le «manifeste contre le nouvel antisémitisme», une logique dévastatrice », il en signale un emploi antérieur par Alain Finkielkraut :

Je lis, dans ce texte, à propos de l’exode des juifs de quartiers populaires, l’expression suivante: il s’agirait d’une « épuration ethnique à bas bruit ». L’expression m’en rappelle une autre, aussi dérangeante, l’« année de Cristal à bas bruit » inventée par Alain Finkielkraut pour évoquer les violences antisémites en 2002. Ces mots qui évoquent les crimes de guerre ou contre l’humanité. L’euphémisation (bas bruit, basse intensité) n’est qu’un artefact pour qu’on comprenne bien le message : l’ennemi nouveau, musulman, nous nie absolument.

Effectivement, Alain Finkielkraut emploie année de cristal à bas bruit dans un ouvrage de 2002, L’imparfait du présent (Finkielkraut 2002 : 247), moment où se manifestent également de nombreux discours à propos de la violence antisémite. Mais que veut dire exactement cette expression, à bas bruit ? est-elle l’antonyme de à grand bruit ? en fait, nous dit le TLFI, il s’agit d’un terme de médecine :

MÉD. Début de l'objet 1 de la requête (Syntagme défini)À bas bruit.Fin de l'objet 1 de la requête (Syntagme défini) Sans se révéler extérieurement ou à l’examen. Un virus … séjourne … à bas bruit dans les centres nerveux (MAY ds F. WIDAL, P.-J. Teissier, G.-H. Roger, Nouv. traité de méd., fasc. 4, 1920-24, p. 57).

À bas bruit : comme un virus, invisible, indétectable, sans se manifester ni se faire remarquer. Il y a donc une contradiction à former des expressions associant le complément à bas bruit et des segments aussi sémantiquement explicites, violents et spectaculaires que épuration ethnique (désignant une politique concertée, appliquée à grande échelle, et appuyée sur des forces militaires ou violentes et une idéologie) et année de cristal qui est un calque de nuit de cristal (désignant un événement extrême parfaitement documenté dans l’histoire du Troisième Reich). Les deux expressions désignent donc des phénomènes parfaitement visibles et le texte du manifeste mentionne d’ailleurs les assassinats et les déplacements de familles juives en Île-de-France, déplacements chiffrés, correspondant à des événements tangibles et comptables. Ces associations avec à bas bruit font donc quasiment oxymore. Comme aucun segment langagier n’est dépourvu de sens, il faut bien attribuer une fonction à cette caractérisation pseudo-médicale : mais laquelle ?

Plus qu’une euphémisation, comme le suggère Claude Askolovitch, je propose d’y voir une sorte de protecteur lexical comme il existe des protecteurs gastriques, puisque nous sommes dans le médical : à bas bruit servirait à protéger son substantif support des accusations d’amalgame et de scandale lexical, et à permettre finalement l’emploi d’expressions qui peuvent transgresser les mémoires discursives (la formule épuration ethnique ayant une histoire lexicale longue, de Bosnie en Birmanie, en passant par le Rwanda et d’autres lieux où se manifeste le fantasme de la pureté ethnique), les évaluations de la réalité (la catégorie épuration ethnique étant définie et par conséquent réservée à un certain nombre de phénomènes) et la décence discursive (les victimes d’épuration ethnique pouvant se sentir agressées verbalement par cet emploi qui ne leur semblerait pas adéquat à leur expérience). À bas bruit servirait alors à tenir les deux bouts lexicaux et idéologiques de la violence de l’épuration d’une part, et de manifestations plus mineures (quantitativement ou qualitativement) de violence d’autre part.

À bas bruit permettrait de radicaliser, si l’on peut dire, un phénomène, de le transformer en événement extrême tout en lui conservant ses allures de virus tranquille. Il fonctionnerait comme un outil lexical de protection éthique, permettant de dire l’extrême radical sans le dire. Dans un article sur la mesure de l’antisémitisme contemporain, « Mesurer l’antisémitisme contemporain : enjeux politiques et méthode scientifique« , Samuel Ghiles-Meilhac propose une étude minutieuse, circonstanciée et extrêmement documentée du discours sur l’augmentation des actes antisémites autour de 2000 (Ghiles-Meilhac 2015). Il explique à quel point la question est complexe, plurielle, croisant de nombreux facteurs et mobilisant de nombreuses représentations. « L’appréciation de l’intensité et le dénombrement des formes d’hostilité à l’égard des juifs forment, au XXIe siècle en France, un enjeu de politique et un point de clivage partisan », précise-t-il au début de son article (2015, § 5). Le discours sur l’antisémitisme est donc, entre autres, un discours politique, ce qui justifie sans doute la nécessité de protecteurs lexicaux, qui ont pour mission de tapisser certaines formules radicales d’une couche d’acceptabilité. Mais la radicalité ou l’emporte-pièce ne peuvent être de mise sur cette question, conclut-il, et les protecteurs lexicaux n’y pourront sans doute rien :

Pour rendre compte de la multitude de facteurs, parfois paradoxaux et contradictoires, qui composent l’antisémitisme, la recherche scientifique fait face à une complexité perturbante qu’il est impossible de résumer simplement avec des jugements absolus ou des analogies historiques définitives (Ghiles-Meilhac, 2015, § 68).

Références

Crédit : « Planet of the chairs », fdecomite, 2009, compte de l’auteur sur Flickr, CC

Cite this article as: Marie-Anne Paveau, 24/04/2018, "« À bas bruit », un outil lexical de protection éthique," in La pensée du discours [carnet de recherche], https://penseedudiscours.hypotheses.org/15551, consulté le….

Marie-Anne Paveau

Enseignante-chercheuse en analyse du discours à l'université Paris 13

Vous aimerez aussi...