Les poings d’Ahed Tamimi ou de la vidéo comme unité de sens

« Nous ne savons que trop bien que notre liberté est incomplète sans la liberté des Palestiniens, sans la résolution des conflits au Timor, au Soudan et dans d’autres parties du monde » (Nelson Mandela, discours prononcé dans le cadre de la « Journée internationale de solidarité avec le peuple palestinien » le 4 décembre 1997)

En août 2014 nous avions écrit, Frank Eskenazi et moi-même, un billet sur Farah Baker, « Guess what, les yeux de Gaza », qui twittait activement à partir de son compte « Guess what » sous le nom de Farah Gazan en direct de l’offensive israélienne sur Gaza.

Mon intérêt pour Farah Gazan était triple : humain car c’était une adolescente géniale et remarquable, dans la lignée des enfants-chercheur.e.s qui m’intéressent depuis longtemps, linguistique-numérique car son usage de Twitter était novateur, produseur même, et politique bien sûr car on ne répétera jamais assez avec Mandela, comme je le fais ici en renouvelant l’exergue du billet sur Farah Gazan, que « notre liberté est incomplète sans la liberté des Palestiniens ».

Compte Twitter de Farah Gazan en juillet 2014

L’arrestation d’Ahed Tamimi : une apparition médiatique

Ces derniers jours, une nouvelle figure d’adolescente héroïque est apparue dans les médias mainstream, en particulier français, celle d’Ahed Tamimi, arrêtée par l’armée israélienne dans la nuit du 18 au 19 décembre. Ahed Tamimi est une figure bien connue en Palestine car elle milite depuis le berceau ou presque, comme le montrent abondamment les photos diffusées par les médias et les réseaux sociaux. Elle est reconnue comme une véritable interlocutrice sur la question de la paix en Palestine : elle était invitée au Parlement européen en septembre dernier, et précédemment en Afrique du Sud et en Turquie ; elle a reçu plusieurs prix liés à la paix ; une visite aux États-Unis prévue en 2017 a été annulée pour cause de visa refusé. Mais elle est seulement découverte par les grands médias dits « occidentaux » ces jours-ci et présentée un peu partout dans la presse, comme le montre cette courte vidéo dans un article du Monde, « La jeune activiste palestinienne Ahed Tamimi arrêtée par l’armée israélienne à la suite d’une vidéo virale » (20.12.2017).

Vidéo publiée dans Le Monde le 22.12.2017

Elle m’intéresse pour les mêmes raisons que Farah Baker, humaine, linguistique-sémiotique-numérique et politique. Sur le plan linguistique, ce sont les modalités de l’expression de sa colère qui m’intéressent, son langage corporel, mais aussi les usages numériques de la vidéo dont elle fait l’objet et qu’elle utilise tout en même temps, et la manière dont les militant.e.s et les médias s’en servent pour ico(ô)niser la jeune fille. Contrairement à Farah Baker, elle milite assez peu sur les réseaux d’écriture (je veux dire où l’écrit pilote l’expression, dans des dispositifs néanmoins plurisémiotiques, j’y reviendrai) : 35 tweets seulement sur son compte Twitter  @AhedALTamimi à la date du 22 décembre 2017 (pour une inscription en 2015), une page Facebook publique très peu fournie et non mise à jour depuis 2014 et pas de bouton d’abonnement sur son compte Facebook personnel qui reste donc fermé même si ses publications sont publiques. En revanche elle est présente en ligne via l’image fixe et la vidéo, comme le montre une recherche sur Youtube qui donne environ 2 000 résultats, la recherche Google image ainsi que Google vidéo sur son nom, et une recherche sur Instagram avec le hashtag #ahedtamimi qui donne environ 950 résultats.

La vidéo : innombrabilité et imprévisibilité des circulations numériques natives

Si Farah Gazan utilisait le tweet comme unité distinctive de production du sens, pourrait-on dire, dans le cas d’Ahed Tamimi, c’est la vidéo. Le titre du Monde ci-dessus le dit bien : c’est à la suite de la diffusion virale de la vidéo et non de son action proprement dite que la jeune fille a été arrêtée. Ce n’est pas la protestation IRL de la jeune fille qui dérange Israël, mais le fait qu’en deux jours la vidéo soit sortie des sphères militantes palestiniennes et israéliennes pour prendre une dimension mondiale.

L’innombrabilité et l’imprévisibilité du web sont en effet des alliées de la cause palestinienne impossibles à combattre pour un état ou pour quiconque d’ailleurs (sur ces deux notions voir Paveau 2017, entrées « Corpus numérique natif » et « Imprévisibilité discursive »). À l’innombrabilité première des contenus, s’ajoute une innombrabilité secondaire qui est celle des commentaires et des partages, déclenchant eux-mêmes des commentaires et des partages, etc. L’innombrabilité du web, c’est-à-dire le fait que les contenus circulent en nombre infini et de manière exponentielle, est liée à sa relationalité : sur le web, tous les énoncés sont reliés par la structure algorithmique de leur production et de leur mise en lecture (de leur écrilecture), et tous les fils relationnels sont et restent ouverts ; les contenus sont des relations. La manière dont ces contenus sont partagés, par les usager.e.s mais surtout par les logiques algorithmiques, et les lieux de ces partages sont par ailleurs imprévisibles : on ne peut que remonter les traces sur le web, jamais les prédire. La seule action possible alors, en effet, est IRL, comme une arrestation. Mais il y a fort à parier qu’elle déclenche un effet Streisand immédiat, et c’est peut-être d’ailleurs déjà fait.

De l’image à l’icône, un langage vidéographique

Un des traits saillants de la construction de l’image d’Ahed Tamimi, ce sont ses poings et, dans une moindre mesure ses cris (et quelques doigts également…) ; je dis « dans une moindre mesure » car les images se regardent aussi de façon muette, les cris rendent parfois les paroles incompréhensibles et enfin l’arabe n’est pas compris par tou.te.s. L’image qui suit de 2012 (Ahed a alors 12 ans) fait partie d’une série très largement diffusée actuellement, correspondant à une action elle aussi largement filmée et diffusée sur Youtube dans cette vidéo.

Dans les images tournées en 2017, la jeune fille bouscule et frappe des soldats (ici en mai 2017) :
 Vidéo publiée sur la chaîne Youtube de Media Adil site d’information malais le 17 mai 2017
La vidéo qui la fait arrêter la montre également bousculer mais aussi gifler des soldats de Tsahal :
 Vidéo publiée sur la chaîne Youtube de La Repubblica le 20 décembre 2017
 
Ces images diffusées en masse actuellement sans chronologie (2012 et 2017 se mélangent) construisent l’icônisation de la jeune fille. Cette construction est assurée par les médias, mais également par les militant.e.s palestinien.ne.s et, selon le discours de la droite israélienne, par la jeune fille elle-même et sa famille, au sein d’une pratique présentée comme habituelle. Le nom donné à cette pratique est intéressant : Pallywood, mot valise formé de la première syllable du mot palestinian et des deux dernières de Hollywood, sur le modèle de Bollywood, plaçant ainsi la cause palestinienne du côté du cinéma sentimental et du spectacle coloré, du décor de carton-pâte et des maquillages exagérés, et peut-être aussi du divertissement féminin (un exemple d’emploi sur la page Facebook de défense de l’image d’Israël StandWithUs ou sur le fil Twitter #pallywood). Une variante de la dénonciation de la « propagande » de l’ennemi ? La référence cinématographique est assez présente dans le cas d’Ahed Tamimi, puisqu’elle est surnommée Shirley Temper par ses détracteurs. Ce surnom associe à la fois le jeune âge (Shirley Temple est l’une des plus célèbres enfant-stars du monde) et le « caractère » ou le « tempérament », forcément vif voire mauvais pour caractériser la jeune fille aux colères politiques. Il dénonce un jeu d’actrice et une gestion de star system, celui d’un « Pallywood » mensonger, mais on peut aussi, comme le fait par exemple France Info dans ce reportage sur la jeune fille, détailler plus tranquillement le dispositif de gestion de son image mis en place par sa famille notamment. La mise en scène n’invalide pas forcément les actes d’Ahed Tamimi : il serait naïf de croire en effet que les justes causes ne sont que candeur et pureté, toute protestation politique étant organisée et scénarisée, la mise en scène étant techniquement nécessaire à l’efficacité de l’action.

De ce fait, on est vite passé de l’image fixe ou animée au dessin stylisé, de la photo à l’icône, de l’icone à l’icône en quelque sorte, comme le montre cet échantillon :

 

 

 

Graphismes recueillis sur Instagram, à partir de la recherche #ahedtamimi

Le langage graphique pilote alors le sens, et l’expression verbale devient presque ancillaire : ce sont les signes visuels et éventuellement les cris que le monde entier décrypte, et non (ou non seulement pour les arabophones) les paroles de la jeune fille en arabe. Cette idée de pilotage du sens par l’image est défendue depuis le début des années 1990 par W.J.T. Mitchell (théorie du pictorial turn, Mitchell 1992), et elle me semble une clé théorique extrêmement efficace pour rendre compte du fonctionnement du sens en ligne. La viralité du web a d’ores et déjà transformée Ahed Tamimi en mème, et son image est désormais incrustée dans notre mémoire numérique, c’est-à-dire notre mémoire tout court, puisque les univers numériques sont partie intégrante de nos mondes.

Du genre dans la résistance

Mais cette comparaison souligne aussi le genre d’Ahed Tamimi, qui est important dans la construction de son personnage, sous différents aspects : parce que, comme le souligne Gideon Levy, Israël se laisse rendre « fou de rage » par une petite fille lumineuse armée de ses seuls poings, symbole inverse de l’image habituelle du terroriste palestinien au couteau sombre et dangereux (il faut observer les tee-shirts d’ado portés par Ahed Tamimi) ; parce que les notions de liberté, de libération et de démocratie sont, dans un imaginaire désormais mondialisé et sans doute appauvri, mais qui parle au plus grand nombre parce qu’il constitue une doxa, souvent incarnées par des femmes (statue de la liberté, Marianne guidant le peuple…) ; et là, ce ne sont plus les tee-shirts qui parlent, mais le keffieh et le drapeau palestinien portés et brandis ; et aussi, et surtout, parce que le genre d’Ahed Tamimi rencontre dans son iconisation le genre de Tsahal, qui apparaît comme féminin. Sur certains clichés en effet, les chevelures palestinienne et israélienne semblent se répondre, il y a un affrontement de femme à femme, et l’on comprend que la protestation ne s’adresse pas seulement à la virilité traditionnelle des armées, mais, d’une manière stéréotypée, à un ensemble plus large qui impliqueraient d’autres solidarités.

Photo de Haim Schwarczenberg publiée sur The Express Tribune le 20 décembre 2017

Ce type de face-à-face fait d’ailleurs l’objet d’une stylisation graphique ironique, dans laquelle Ahed Tamimi et l’actrice israélienne Gal Gadot (qui incarne Wonder Woman dans le film de Patty Jenkins) sont mises en comparaison avec l’implicite du soutien affiché de Gal Gadot à l’armée israélienne, qui a fait polémique au moment de la sortie du film  :

Graphisme recueilli sur Instagram, à partir de la recherche #ahedtamimi

Pour conclure : l’intifada des gifles ?

C’est l’expression de Gideon Levy dans une tribune d’opinion d’Haaretz le 21 décembre, « A Girl’s Chutzpah: Three Reasons a Palestinian Teenage Girl Is Driving Israel Insane » : « Peut-être que l’intifada des gifles réussira là où toutes les autres méthodes de résistance, violentes et non violentes, ont échoué. » Nous sommes le 23 décembre, il est question d’un maintien en détention de la jeune fille jusqu’au 25. On ne sait pas quels seront les effets du langage des poings d’Ahed Tamimi sur le processus de paix et la reconnaissance du droit des Palestinien.ne.s. Mais en tout cas, l’icône est désormais inscrite dans le répertoire des résistances, soigneusement redocumentée par les robots du web qui lui donnent une perpétuité imprévue.

Références

  • Mitchell William J. Thomas, 1994, Picture Theory : Essays on Verbal and Visual Representation, Chicago, The University of Chicago Press.
  • Paveau Marie-Anne, 2017, L’analyse du discours numérique. Dictionnaire des formes et des pratiques, Paris, Hermann.
Cite this article as: Marie-Anne Paveau, 23/12/2017, "Les poings d’Ahed Tamimi ou de la vidéo comme unité de sens," in La pensée du discours [carnet de recherche], https://penseedudiscours.hypotheses.org/15470, consulté le….

Marie-Anne Paveau

Enseignante-chercheuse en analyse du discours à l'université Paris 13

Vous aimerez aussi...