« Amener du Comorien » : de l’emploi déshumanisant de l’article partitif

Dans un précédent billet, « “Le blanc du noir“. De l’emploi oppressif du nom propre », j’avais essayé de montrer qu’il existait un emploi dévalorisant et néocolonialiste du nom propre, quand la célébrité d’un.e noir.e par exemple ne trouvait de formulation qu’à travers le modèle du.de la blanche (un summum ayant été atteint avec « l’ancienne black Lara Fabian » qualifiant Beyoncé sous la plume du journaliste David Caviglioni).

Le nom propre n’est pas le seul élément langagier qui puisse servir à l’oppression ou la stigmatisation selon les contextes et l’article partitif en est un, quand il détermine des noms d’animé.e.s humain.e.s par exemple. Le récent « Il amène du Comorien » d’Emmanuel Macron (02.06.2017), qui, pour être président de la République, n’en est pas moins utilisateur de formes grammaticales du mépris humain, est un exemple éclatant, si je puis dire, de la manière dont un déterminant peut construire la déshumanisation.

Car le partitif, dont les formes, petit rappel scolaire sont du, de la et des, comme dans « du fromage », « de la farine » et « des lentilles » a pour caractéristique de construire le nom déterminé en substance massive ou non comptable, souvent consommable (comparer par exemple un pain et du pain, un tissu et du tissu).

Que se passe-t-il quand le partitif détermine un nom animé humain ? eh bien, l’humain.e est présenté.e comme une substance massive non comptable, et généralement consommable, sort le plus souvent réservé, dans l’ordre spéciste qui est encore le nôtre, aux animaux (du veau, de la volaille, des crevettes). Dire « du Comorien », c’est présenter les habitant.e.s des Comores sous l’angle de la quantité massive et continue, sans individualisation possible, sans reconnaissance du caractère unique de chaque être humain. C’est présenter les habitant.e.s des Comores, et tout particulièrement les migrant.e.s, sous la forme d’une masse indiscernable, et ça s’inscrit dans la pire mémoire discursive de la massification ségrégationniste et parfois génocidaire de l’humain. C’est une confusion dans les ordres d’existence, une marque d’humiliation et une rupture de l’égalité entre les membres de l’espèce humaine.

« Amener du Comorien » vient s’insérer dans un petit corpus d’expressions lexicalisées du racisme ou de l’objectification des humain.e.s : casser du noir chez Patrick Sébastien, mais aussi casser du juif, casser du bougnoule, et, dans un autre contexte de pouvoir (c’est-à-dire qu’il s’agit d’expressions de dominé.e.s et non plus de dominant.e.s, ce qui empêche la symétrie des expressions), casser du flic, casser du nazi ; on peut y ajouter des expressions comme y a d’la meuf rencontré dans des énoncés au sexisme plus ou moins humoristique ; le bouffer du curé de l’anticléricalisme du début du XXe siècle est bien connu et on trouve aussi bouffer du criminel chez San-Antonio, du lycéen et de la dactylo chez Hervé Bazin (ces deux derniers exemples chez Englebert 1995).

Les petits rires satisfaits qui accompagnent ce bon mot du président Macron sont éloquents : flatteries des courtisans, exhibition de son savoir par le président (« mais je connais la différence entre une tapouille et un kwassa-kwassa, qu’est-ce que vous croyez »), en même temps que de sa virtuosité rhétorique (le bon mot est construit sur un présent de vérité générale qui en fait une maxime, elle-même nourrie de l’humour cultivé et assuré de celui qui le formule le doigt levé). Bref, on est en plein humour de dominant, sur le dos de celleux qui, colonisé.e.s et paupérisé.e.s, n’ont pour horizon de survie qu’un kwassa kwassa mortifère. À Mayotte, les kwassas kwassas, on les appelle les « bateaux de la mort ». Et de fait les migrant.e.s en meurent, parfois. Trop souvent.

Références

Englebert Annick, 1996, « L’article partitif : l’évolution des conditions d’emploi », Langue française, 109, 9-28.
Paveau Marie-Anne, 22/07/2016, « « Le blanc du noir ». De l’emploi oppressif du nom propre, » in La pensée du discours [carnet de recherche], https://penseedudiscours.hypotheses.org/14558

Crédit : « Sauvetage d’un kwassa-kwassa », publié sur http://wongo.skyrock.com/3059735749-COMORES-Mayotte-LA-GENDARMERIE-FRANCAISE-SECOURT-UN-KWASSA.html

Cite this article as: Marie-Anne Paveau, 03/06/2017, "« Amener du Comorien » : de l’emploi déshumanisant de l’article partitif," in La pensée du discours [carnet de recherche], http://penseedudiscours.hypotheses.org/15200, consulté le….

Marie-Anne Paveau

Enseignante-chercheuse en analyse du discours à l'université Paris 13

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. carlos dit :

    Très belle analyse. C’est amusant, et un peu en marge du thème traité, mais votre référence à l’opposition comptable/massif, m’a rappelé mes cours de sémantique à la Sorbonne avec Robert Martin au début des années 90. Puis j’ai vu votre CV et me suis rendu compte que vous avez sans doute suivi les mêmes …

  2. Cornlia dit :

    N’oublions pas également que Mayotte EST une île des Comores, et que les gens qui se déplacent entre elles ne sont donc PAS des « migrants » (sauf pour la loi colonialiste française) mais des gens avec des liens familiaux proches.
    On a réussi à transformer des Maorais en suppôts du FN, en diffusant ces discours racistes et xénophobes que des gens complètement aliénés par les promesses de la République (qui ne resteront que des promesses, demandez aux Antilles, en Guyane, en Océanie) gobe comme des « pommes de France ».
    Le « bon mot » cache de fait un autre mensonge. Celui de la France colonisatrice qui continue à se comporter en colonisatrice, les mots de son président le confirment.