Les justicier.e.s du graffiti

diashow_story_image_207941_1462267649_127Il existe des justicier.e.s des écritures urbaines, des Zorros du graffiti, des Fantômettes du tag. Alors que les corrections puristes portant sur l’orthographe et la grammaire, si fréquentes dans les espaces publics physiques et dans les univers discursifs numériques, constituent une forme de violence normative, que formule bien l’expression Grammar nazi, il y a certaines corrections humanistes et bienveillantes que l’on aimerait bien voir se multiplier.

Le geste correctif est toujours un geste d’annulation : une production verbale (des mots, des phrases et des discours à l’école, des textes chez les éditeurs, des paroles dans la vie courante) est pointée comme fautive, puis reprise et recouverte par une version présentée comme correcte. Il y a donc toujours une violence de la correction, infligée à partir d’une position de surplomb, et le.a corrigé.e a plutôt raison de se sentir humilié.e, voire effacé.e sous le pouvoir de cellui qui détient les normes. Mais le dispositif est situé, comme toujours, et il faut préciser que la violence est également ressentie par le.a correcteur.trice qui justifie son geste en faisant appel à des valeurs d’ordre et de respect. Le discours puriste est en effet toujours peu ou prou un discours esthétique et moral, fondé sur des jugements de valeur et pas seulement (ou pas toujours) sur des considérations linguistiques ou techniques.

Dans les exemples dont je parle ici, la norme est celle de l’humanisme et des valeurs positives de la tolérance et du respect, contre des « fautes » qui sont des transgressions de l’harmonie commune par l’apologie du nazisme, du racisme et de l’exclusion. Le geste correctif inverse donc son potentiel violent pour devenir un geste de restauration de l’humanité. Mais évidemment, ce geste pourra être ressenti comme une violence corrective par les auteur.e.s des graffitis ou affichettes pro-nazis.

La chasseuse de graffitis nazis : trente ans de corr(ll)ection

Entfernung Naziparolen

Irmela Mensah-Schramm est née en 1945. Depuis trente ans, elle arpente les rues de Berlin pour repérer les tags et affichettes pronazis, racistes ou homophobes, munie de son petit sac en tissu portant l’inscription « Gegen nazis ». Elle les photographie (coLLection) et ensuite elle les bombe ou les arrache (coRRection). Son archive ferait rêver plus d’un.e historien.ne, ou d’un.e linguiste: 130.000 pièces !

Elle se nomme elle-même « nettoyeuse politique » et elle a sur son activité un intéressant discours sur le regard : pour elle, ne rien faire, c’est « regarder ailleurs » (comme l’explique cet intéressant article), et on ne peut s’empêcher bien sûr de penser à ceux qui, entre 1939 et 1945, et pas seulement en Allemagne, ont effectivement regardé ailleurs.
Elle a fait l’objet d’un documentaire en 2011, The hate destroyer, dont on peut suivre toute l’élaboration à travers le journal des deux réalisateurs et dont voici le trailer :

Son travail a également fait l’objet d’une exposition à Wiesbaden entre janvier et avril dernier, où l’on peut voir des exemples de sa cueillette, qui ont d’ailleurs été vendus, ce qui constitue un retournement intéressant du discours de haine, une forme de resignification habilitante.

Capture d’ecran 2016-07-30 à 09.09.09

Les graffeur.e.s de la resignification : richesse esthétique de la croix gammée

Dans un style différent, mais avec les mêmes objectifs, des graffeurs allemands détournent les croix gammés taguées sur les murs de Berlin pour en faire des motifs inoffensifs : lapins de bande dessinée, moustiques naïfs, fleufleurs, chats mignons, Rubik’s cubes, Sudokus, tout les motifs sont bons pour littéralement absorber le motif de la svastiska. Il s’agit en effet, non pas de recouvrir la croix, comme le fait Irmela Mensah-Schramm, mais de reprendre le motif géométrique pour l’intégrer à une autre composition. C’est donc d’une véritable correction qu’il s’agit, effectuée à partir de la création et de l’humour, à partir de mots d’ordre d’inversion comme : « Answering messages of hate with love ». Les graffeurs se comparent eux-même aux ghostbusters, donnant à leur action un petit parfum héroïque de justice urbaine.

Lancé fin avril par IBO Omari et ses amis, graffeurs attachés au magasin Legacy BLN Graffiti, et fédéré par le hashtag #paintback, le mouvement s’est amplifié et a été rejoint par de nombreux graffeurs (voir le reportage d’Arte du 26 juillet dernier). Détail intéressant : les inverseurs de croix gammée demandent toujours l’autorisation aux propriétaires des murs avant de graffer, ce qui distingue cette action de leurs autres activités artistique : on est autant dans le geste citoyen négocié que dans la création artistique. Ibo Omari, a également fondé une association au nom emblématique, Les héritiers culturels (Die Kulturellen Erben) : l’héritage se veut celui des cultures d’origine des jeunes des différents quartiers de Berlin, dans une perspective de tolérance et d’intégration. Petit florilège des réalisations, collecté sur internet :

L’homme qui rend les tags lisibles

Je termine ce billet par un exemple un peu différent, qui n’engage pas de question historique ou idéologique, mais une approche ludique de la typographie et un discours implicite sur le tag. À Rennes, un artiste réécrit les tags pour les rendre lisibles : Mathieu Tremblin repeint les murs tagués en écriture manuscrite et remet les tags à leur place dans des typographies classiques d’imprimerie. Son projet est intitulé « Tag clouds », a commencé en 2010, mais n’a reçu de notoriété que très récemment grâce à un post de Reddit, explique cet article. Par définition, le tag n’est pas un message destiné à être compris mais une signature, une marque, un écrit conniventiel ; son illisibilité lui est donc naturelle, et même nécessaire. Le travail de cet artiste constitue donc une réflexion amusante sur les écritures urbaines, sur la fonction de l’écriture, sur la relation entre écriture manuscrite et tapuscrite, sur la culture du street art, sur la norme typographique et sur les écritures numériques. On rêve de le voir réécrire les pichaçao des villes brésiliennes

Cite this article as: Marie-Anne Paveau, 01/08/2016, "Les justicier.e.s du graffiti," in La pensée du discours [carnet de recherche], https://penseedudiscours.hypotheses.org/14758, consulté le….

Marie-Anne Paveau

Enseignante-chercheuse en analyse du discours à l'université Paris 13

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Hayez dit :

    Bonjour. Je découvre votre blog par le biais de votre article sur le Burkini.

    A propos de tag, même si c’est un peu à l’écart de vos centres d’intérêts, l’étymologie renvoie à la taxe que les grecs (ou romains ?) Demandaient. Elle-même renvoi aux tamgas turco-irano-mongol. Ces tamgas sont des marques d’identité de clans, leurs usages étaient de les placer sur le bétail et les chevaux mais surtout sur des pierres marquants l’espace attribué aux clans.
    Ces tags nazis dessinent un territoire qui grignote un espace public.

  2. Noemie C dit :

    Très interessant! Un autre exemple d il y a quelques jours : http://www.midilibre.fr/2016/07/25/quelques-lettres-qui-font-la-difference,1371236.php