La cache 3. « Il partait de zéro ». Quand la conversion est une adoption

473_001Dans La cache il y a le récit de la conversion du grand-père. Un peu comme l’auteur, je reste perplexe devant la conversion, c’est un phénomène qui m’intrigue, que je ne comprends pas à priori, il me faut des explications. Et Christophe Boltanski en donne une, qui me parle beaucoup et qui fait par ailleurs écho à d’autres conversions, actuelles, souvent commentées et peu comprises me semble-t-il, conversions à l’islam, sur fond de jihadisme et d’émigration. Étienne Boltanski se convertit donc au catholicisme entre les deux guerres :

Mon grand-père s’est converti. Au cours de sa trente-et-unième année. Dans la force de l’âge. Il ne s’agit donc pas d’une erreur de jeunesse ni du pari pascalien à l’approche de la mort. Encore célibataire, promis à une belle carrière, dans une France insouciante et festive, celle des années folles, il n’était pas mû par des intérêts ou des circonstances. Aucun mariage à l’église en vue, ni de menace particulière. Du moins, pas encore. Un monde pacifique et prospère semblait s’ouvrir à lui. Rien ne l’obligeait à accomplir un tel acte. On ne peut même pas invoquer l’action de forces surnaturelles […] (p. 240).

Pourquoi se convertit-on ? Qu’est-ce qui pousse un juif à devenir catholique à la veille de la guerre ? Quelle est la logique de la conversion, son objectif, sa signification ? Christophe Boltanski donne une réponse à la fois intime et historique à ces délicates questions. Il explique que la conversion de son grand-père n’est pas un passage d’une religion à une autre, mais une entrée en religion. Pas de traces, en effet, dans la culture léguée à Étienne Boltanski, de judaïsme ; pas de mémoire juive, pas de lieux fréquentés ou de rituels assurés, pas de liens communautaires. L’immigration a rompu les amarres religieuses. Être juif, c’est seulement, explique l’auteur, une identité imposée, « creuse ».

Sa démarche était voulue sincère, réfléchie. Étant non-croyant et dénué de toute culture religieuse, j’ai du mal à la comprendre, plus encore à en parler. Je ressens même une gêne à aborder ce sujet qui m’évoque aussitôt, par un mélange d’ignorance et d’effroi, des volutes d’encens, des prières scandées d’une voix monocorde, comme des formules magiques, des corps tordus, prosternés, des bouches et des mains collées à des chapelets, à des croix, tout un fatras mystérieux et charnel qui devrait m’émouvoir et dont je ne perçois que le ridicule. Il y a aussi de la honte. Né juif, Étienne Boltanski devint catholique. Abandonner sa foi, donc ses frères, s’apparente à une trahison. Circonstance aggravante : il déserta à la veille du pire, comme s’il en avait eu le pressentiment, pour rallier le camp adverse, une église en guerre contre les siens toujours considérés comme tueurs de Dieu. Lui, un lâche ? Un renégat ? Reproche injuste qui fait fi du contexte de l’époque, du traumatisme de toute une génération de parias, d’immigrés fuyant les persécutions, ayant tout laissé derrière eux y compris leur ombre pour se fondre dans leur nouveau pays d’accueil.

Il ne changea pas de religion, il en adopta une. Dans ce domaine, il partait de zéro. Son appartenance au judaïsme tenait à une absence, un prépuce manquant, symbole de l’alliance de son peuple avec le Très-Haut. Il ne pratiquait aucun culte. Il n’était sans doute jamais rentré dans une synagogue, sinon au huitième jour de sa naissance, pour sa brit milah. Il ignorait tout de la loi de ses ancêtres, de leurs traditions, de leurs rituels. Il était juif, conscient de l’être depuis la révélation de sa mère, avenue de Villiers, désigné comme tel par des billets anonymes, des réflexions désobligeantes et des regards entendus. Lui-même ne s’en cachait pas. Il l’assumait sans la moindre hésitation. Il n’en tirait ni orgueil ni honte. Jamais il n’envisagea de modifier son nom. Mais cette identité qui s’imposait à lui était creuse. Elle ne renvoyait à rien. Ses parents avaient coupé tous les fils qui les rattachaient à leur communauté d’origine (p. 240-242).

La différence entre changer de religion et en adopter une est immense. C’est la différence entre passer d’un plein à un plein et d’un creux à un plein. La conversion semble remplacer une identité creuse par une identité pleine. Alors je comprends bien la conversion, et je peux imaginer le pourquoi du phénomène, sans rien en savoir cependant, car c’est un geste qui appartient irréductiblement à son auteur. Mais l’explication par le vide me semble juste, très juste. Et transposable.

Crédit : certificat de baptême, 1923, sur le site de vente Delcampe.net

Cite this article as: Marie-Anne Paveau, 22/02/2016, "La cache 3. « Il partait de zéro ». Quand la conversion est une adoption," in La pensée du discours [carnet de recherche], https://penseedudiscours.hypotheses.org/14428, consulté le….


Marie-Anne Paveau

Enseignante-chercheuse en analyse du discours à l’université Paris 13

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Catherine Ruchon dit :

    La conversion comme une adoption, oui je la comprends cette conversion-là. Se faire appartenir à quelque chose, un pays, une religion, une inscription topologique. Je me demande si c’est pas le même mouvement qui stoppe l’errance, lorsque l’on pose pied dans un pays pour s’y enraciner.

    • Marie-Anne Paveau dit :

      oui sans doute, je suis d’accord – j’ai bien aimé cette idée que la conversion était un début en quelque sorte et pas un changement – une manière de remplir quelque chose qui se manifeste comme trop vide