« Badass ». Petite note lexicoculturelle. [Dérangeantes dégenreuses 5/6]

On lit et on entend de plus en plus souvent le terme badass, dans les énoncés en anglais mais également en français, appliqué de manière flatteuse à une femme, souvent en contexte de militantisme ou de sympathie féministes. « Quelle fille badass fictive es-tu ?« , titre madmoiZelle.com, en sous-titrant : « Les filles badass inspirent les créateurs de films et séries. Mais laquelle te ressemble le plus ? » ; « Badass, jourd’la femme », titre le site canadien de musique Camuz pour la journée des femmes en mars 2010, publiant cette image :

badass-jour-d039la-femme-11719

Dans une première approximation, une femme badass, ou une badass tout court, serait une femme remarquable pour ses qualités de courage, de force et d’énergie, jusqu’au défi ou la transgression parfois, voire la violence, traits et qualités plutôt attribués aux hommes en général. Le blog Fritinancy. Names, brands, writing, and the language of commerce, tenu par Nancy Friedman, titrait en 2012 que l’année avait été bonne pour le terme badass et pour le A-word en général, dans un billet intitulé « A Good Year for « Bad-Ass ».

Le terme est également en train d’entrer dans le langage familier en français, comme d’autres mots anglais, selon un mécanisme morphologique et lexicologique tout à fait banal et très ancien : l’emprunt. Le mot fait en effet partie des listes qui sont régulièrement dressées par les défenseur.e.s du français ou les observateur.trice.s des évolutions lexicales, comme dans ce « Top 15 des mots anglais que les Français utilisent sans raison valable« , qui aligne en juin 2013 black, just, post, fake, customiser, pitch, legging, life, night, tribute to, caddie.

La prononciation ne pose pas de problème en français puisque la suite phonétique [badas] est très simple à prononcer et correspond à la loi d’enchaînement des consonnes et des voyelles du français. C’est plutôt le sens qui résiste, et qui fait tout l’intérêt de ce mot, particulièrement en contexte féministe, et sous l’angle du genrage et dégenrage des femmes.

Un emprunt à l’anglais, linguistique et culturel

The New Partridge Dictionary of Slang and Unconventional English publié par Tom Dalzell et Terry Victor en 2013 donne les deux entrées suivantes :

bad ass, noun : a tough, fearless person, US, 1956.

Extraits des exemples : « that bad-ass Two-Gun Pete » (Bruce Jackson 1970), « Texans are thought of pretty highly as badasses » (Bruce Jackson 1972)

bad ass, adjective : excellent, orthy of respects, tough, US 1955. Originally black usage but now more widely known

Extraits des exemples : « a truly badass movie », « those bad-ass boys », « badass stuff »

Le Wictionnaire francophone distingue les sens du mot comme nom et adjectif, le nom conservant le sens étymologique de « mauvaise personne » et l’adjectif acquérant les connotations positives, avec la traduction un peu sixties de « sensass » (choisie j’imagine pour la rime ?) :

badass, adjectif

  1. (Argot) (États-Unis) Qualifie une personne possédant certaines qualités à un degré hors normes.
    • What saved him was his badass lawyer.
      Ce qui l’a sauvé, c’est son avocat sensass.

Le Wictionnary anglophone distingue pour le nom un sens dévalorisant et valorisant :

badass ‎(plural badasses)

  1. (US, slang, negative connotation, vulgar) A mean or belligerent person; a person with unpleasantly extreme attitudes, behavior or appearance.
    Don’t mess with that guy, he’s a real badass.
  2. (US, youth slang, positive connotation, vulgar) A person considered impressive due to extreme attitudes, behavior or appearance.

Mais il n’attribue que le sens valorisant à l’adjectif :

badass ‎(comparative more badass, superlative most badass)

  1. (US, slang) Having extreme appearance, attitude, or behavior that is considered admirable.
    That tough guy looks badass.

Il donne d’ailleurs comme synonymes cool et awsome.

L’Urban Dictionary, dictionnaire participatif de la culture underground, propose plusieurs entrées, dont badass seul (7 définitions, qui concernent surtout les hommes, comme la 2), badass women (1 définition) et badass bitch :

Capture d’écran 2015-12-21 à 11.25.35

Capture d’écran 2015-12-21 à 13.39.03

Capture d’écran 2015-12-21 à 13.32.09

Capture d’écran 2015-12-21 à 13.40.03

On voit que la définition de badass women est le calque exact de badass féminisé, ce qui signale évidemment, de manière ludique dans ce dictionnaire spontané, l’origine stéréotypée masculine des traits de la femme badass.

Il serait vain de chercher pour le moment une définition ou pire, une traduction du terme badass dans les documents lexicographiques car le terme est à la fois argotique ou familier, encore senti comme étranger et sémantiquement instable. Il est beaucoup plus intéressant d’aller scruter les emplois du mot en discours, pour désigner des femmes, et ils sont particulièrement nombreux, tant en anglais qu’en français.

Un stéréotype contemporain : cinéma, politique, sport

C’est sans doute au cinéma que l’on trouve le plus de personnages féminins qualifiés de badass, cette figure étant construite par des anthologies, des listes, des best-of, qui contribuent à fixer le stéréotype de la femme due à cuire en en présentant des figures de référence. le magazine Madmoizelle propose par exemple une « Ode à ces personnages féminins badass aux poings nerveux et cheveux courts » avec la présentation suivante :

Un des nombreux clichés entretenus par Hollywood est celui du personnage féminin badass, rock’n’roll, à fond dans la provocation et la violence (qui cache généralement un cœur d’or).

Même si on est presque en 2015, le cinéma et les séries télé ont toujours du mal à présenter des personnages féminins aussi badass que les plus grands héros d’action chargés en testostérone sans se péter quelque peu la margoulette en chemin.

Souvent, il s’agit de clichés ambulants, qui surjouent l’agressivité mais cachent au fond d’elles une blessure, une faille que seul l’Homme, le grand, avec un H majuscule saura découvrir et guérir. Les femmes badass selon Hollywood sont peu bavardes, souvent bravaches, mais n’attendent que de se fouler la cheville pour être prises en charge par le torse musclé d’un mâle pourvu si possible d’une barbe de trois jours.

L’article mentionne successivement les personnages de Domino Harvey, chasseuse de primes jouée dans le film du même nom par Keira Knightley, de la prostituée Gail (jouée par Rosario Dawson dans Sin City), de Kara « Starbuck » Thrace, femme de guerre dans Battlestar Galactica, et de Cameron Howe, programmeuse dans la série Halt and Catch Fire. Toutes ont des cheveux courts, des activités plutôt dévolues aux hommes et un rapport explicite à la violence et au sexe. Elles sont séduisantes pour tous les genres, comme le signale l’humour de la journaliste autour de la bisexualité.

Capture d’écran 2015-12-21 à 15.29.18

Dans le même ordre idée, on trouvera aussi « 20 héroïnes Badass de la SF au cinéma« , « Les 10 héroïnes les plus badass de tous les temps » sur le blog féministe Barbieturix (Ellen Ripley, Sarah Connor et Clarice Sterling en tête de classement) ou encore « Action Women: Derezzed« , montage de la youtubeuse Clara Darko à partir de 61 films. Ce type de palmarès abonde en ligne, directement issu de la culture du web qui facilite techniquement l’élaboration des hit parades, des playlists ou des best of, dans le cadre plus large de la culture du mash-up. Mais la facilité technique produit à son tour des effets sur la représentation des femmes et des discours dans la culture féministe : la figure de la badass est largement sortie du web.

Si elle semble63e36649b221b21c0f6ebad05ebd2171 en cours de naturalisation au cinéma, il en est de même en politique, en particulier aux États-Unis. La figure de la femme politique audacieuse et résistante, appuyant son action politique sur la force et la puissance, est bien représentée par exemple par Hillary Clinton et la sénatrice du Texas Wendy Davis, connus pour sa spectaculaire obstruction parlementaire en 2013 (elle avait parlé 11 heures d’affilée sans interruption ni digression). À cette occasion, un mème avait circulé sur les réseaux, qui résume bien à la fois la valorisation du terme comme de la figure de la badass (wimps : mauviettes).

Enfin le sport est aussi un milieu privilégié pour l’épanouissement de la badass et les médias ne se privent pas d’utiliser le terme, par exemple dans cette anthologie de Dangerous mind, intitulée « Don’t mess with these hot mamas: Vintage photos of badass Roller Derby Girls« . Et la consécration du terme, suivie peut-être de son entrée officielle dans les dictionnaires, viendra peut-être de l’emploi du terme par Barak Obama lui-même, à propos d’une équipe de football féminine :

Avant de conclure cette petite note lexico-culturelle, je mentionne le terme kickass, qui accompagne parfois badass ou le remplace, avec un sens analogue (par exemple dans cette anthologie : Top 10 Kickass Female Movie Characters Who Weren’t Overly Sexualized). Terme à observer également pour la saisie des évolutions contemporaines des représentations des femmes autrefois dites « fortes » ou « maîtresses femmes ».

Pour conclure : la badass est l’avenir du dégenrage…

Le terme badass commence à qualifier plus ordinairement des femmes qui ont pratiqué en pionnières ou pratiquent actuellement un métier d’homme : « Badass female engineers are shutting down sexist trolls », titrait par exemple il y a quelques mois le site Mashable rendant compte de la campagne de valorisation des métiers techniques chez les femmes qui se déploie sous le hashtag .  Et le site Buzzfeed propose cette anthologie de « 12 femmes historiques extrêmement badass« , qui aligne une obstétricienne, une alpiniste, une pianiste, une abolitionniste et activiste pour le droit des femmes, la célèbre mathématicienne Ada Lovelace, l’économiste et historienne Beatrice Potter Webb, une journaliste-aviatrice, une journaliste d’investigation, la première romancière, etc. Ces listes sont intéressantes pour les informations qu’elles apportent, mais aussi, et surtout, pour la relecture de l’histoire et du présent qu’elles proposent, relecture attentive au destin des femmes. Ça n’est donc pas étonnant qu’il y existe désormais une sorte de « devenir badass », désirable et valorisé, et objet d’un savoir faire transmissible. C’est en tout cas une interprétation que l’on peut donner à cette sorte de tutoriel présenté par l’actrice Kristen Stewart sous l’égide du magazine Elle étatsunien, « How To Be A Badass » :

Cite this article as: Marie-Anne Paveau, 21/12/2015, "« Badass ». Petite note lexicoculturelle. [Dérangeantes dégenreuses 5/6]," in La pensée du discours [carnet de recherche], https://penseedudiscours.hypotheses.org/14306, consulté le….

 

 

 

 

 


Marie-Anne Paveau

Enseignante-chercheuse en analyse du discours à l'université Paris 13

Vous aimerez aussi...