Mettre la hache 4. « Yucky killers de mélodie du bonheur »

Orange birdJ’ai mis du temps à comprendre le sens de chiller. Comme j’étais au Québec au moment de la lecture, j’ai interrogé les locuteurs natifs :-), mais sans succès la première fois : un linguiste de l’université de Rimouski n’a pas pu m’éclairer. Mais une jeune docteure de Sherbrooke m’a donné une explication : chiller, ça voudrait dire « traîner », « glander », « se détendre », dans un registre un peu familier. Je ne suis toujours pas sûre de bien comprendre le sens du titre de ce chapitre 7, chiller veut peut-être dire autre chose, de plus violent, mais je n’ai pas cherché plus avant, ce brouillard sémantique fait partie de ma lecture, et je l’aime comme ça. Cette opacité du sens est d’ailleurs récurrente pour moi dans le livre, surtout dans le passage que j’ai choisi ici : beaucoup de code switching, beaucoup de tournures orales (la triple répétition de « tout le temps », l’élision de certaines voyelles marquée par l’apostrophe), d’anglais argotique ; c’est pour moi, francophone de France qui parle le français normé de l’Île-de-France, une petite musique étrangère, exotique même. J’ai une pratique argotique, j’en ai même plusieurs, entre le parler des casernes, le lexique des Français d’Afrique, les couleurs du 9.3 et l’argot parisien à la Michel Audiard, mais le français familier du Québec reste agréablement étrange pour moi. C’est une perception de lecture d’ailleurs renforcée par mon souvenir de la voix, de la diction et de l’accent de l’auteure.

Hache4jpg

Pattie O’Green, 2015, Mettre la hache. Slam western sur l’inceste, Montréal, Éditions du remue-ménage, p. 71-73.

Si la musique de la forme me touche, c’est aussi qu’elle porte la violence du fond, de manière inextricable. La métaphore des lionnes dans l’estomac qui court dans tout ce passage est intensifiée par la pratique de la capitale, marque du livre tout entier. Tou.te.s les anxieux.ses.s du monde ont une manière de nommer leurs symptômes, souvent nichés dans l’estomac (ou ailleurs, car l’anxiété n’a aucune frontière, elle est partout chez elle), mais l’image des lionnes « sans pitié » qui « se pieutent » et qui parlent est évidemment inédite. Devant elles, envahie par elles, « la » free bird use de toutes les langues pour tenter de les chasser. D’une classique alternance codique, on passe alors à une sorte de babélisme réactif, un plurilinguisme furieux parsemé d’un soupçon d’ironie : le passage cité se termine par un mystérieux smiley.

Sortie des normes du langage, appropriation d’un autre langage, celui qui fournira la révolte et l’empowerment. Bye bye. Pour que revienne l’oiseau libre de chanter la mélodie du bonheur.

Crédit : Fa-Tima’s Colorznshapes, “Orange bird”, 2011, album “Digital Heart”, compte de l’auteure sur Flickr, CC BY-NC-ND 2.0

Pour citer ce billet. Paveau M.-A.,  2015, “Mettre la hache 4. « Yucky killers de mélodie du bonheur », La pensée du discours [Carnet de recherche], http://penseedudiscours.hypotheses.org/13926, consulté le…

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Marie-Anne Paveau

Enseignante-chercheuse en analyse du discours à l'université Paris 13

Vous aimerez aussi...