Mettre la hache 1. « Un sujet full hype »

mettrelahache_c1_web[Avertissement : ce livre porte sur l’inceste]

Après Le beau danger de Michel Foucault (dialogues avec Claude Bonnefoy) et L’étoile mystérieuse de Frank Eskenazi, j’entame la troisième série de « lectures heureuses » de ce carnet. Le principe est toujours le même : je présente un extrait et j’essaie d’expliquer pourquoi il m’a particulièrement frappée et la lecture que j’en fais.

Je lis en ce moment Mettre la hache de Pattie O’Green, ovni littéraire, hapax autobiographique, merveille d’invention scripturale, typographique, et graphique, également puisque le livre est illustré de très beaux dessins de Delphine Delas. L’environnement des deux premières lectures heureuses était particulier puisqu’il s’agissait de lectures de voyage, en Amérique latine. Pour Mettre la hache, c’est aussi un voyage, vers l’autre Amérique cette fois ; l’auteure est québécoise, je suis allée chercher son livre dans une librairie montréalaise et nous avons aussi passé un joli moment ensemble, son livre, elle et moi.

L’entrée dans un livre est évidemment toujours un moment important de la lecture et Pattie O’Green fait de son incipit une sorte de cyclone textuel dans lequel on reste pris, tourbillonnant dans les mots de l’auteure sans qu’aucune sortie de texte ne soit possible.

NB : J’ai choisi pour certains billets de cette série de présenter des photographies du livre pour respecter les spécificités typographiques qui sont partie intégrante de la mise en texte.

DSC_1115

Pattie O’Green, 2015, Mettre la hache. Slam western sur l’inceste, Montréal, Éditions du remue-ménage.

C’est le premier chapitre, il s’intitule « leur robe de chambre en ratine bleue ». Je ne savais pas ce qu’était la ratine et j’ai cherché, c’est un tissu de laine, un peu bouclé, comme du tissu éponge mais en laine. Ce premier chapitre joue sur plusieurs plans d’énonciation et le résultat produit est celui, sur moi en tout cas, d’une sorte d’attention sidérée, d’intérêt choqué.

Dans ce texte, Pattie 0’Green hybride trois points de vue. D’abord, le corps du texte résume de manière douloureusement ironique les propos d’un locuteur médiatisé dont l’identité est cachée (« et je ne te dirai pas qui »), qui semble présenter l’inceste comme une mode, « un sujet full hype », dont les écrivaines « profitent », « pour faire du cash ». À l’intérieur de ce point de vue, il y en a un autre, celui de l’ironie, si on considère, sous l’angle linguistique et énonciatif, l’ironie comme une mention, c’est-à-dire le fait de mentionner un point de vue contradictoire avec la situation, décalé par rapport à la situation, et qui produit un effet d’antithèse (c’est la thèse de Sperber et Wilson dans un célèbre article, « Les ironies comme mentions« , paru en 1978). L’ironie, en effet, n’est pas exactement dire le contraire de ce qu’on pense (définition pratique mais inexacte), ce qui relèverait du seul énoncé, mais c’est plutôt mettre en scène une sorte d’autre énonciateur qui aurait un point de vue étrange, invalide ou même délirant sur la situation, ce qui nous place au plan de l’énonciation. Pour Ducrot, l’ironie est une forme de polyphonie, l’effet sur le lecteur ou le récepteur étant assuré par une décalage voire une opposition entre deux points de vue contradictoires qui sont énoncés simultanément (Ducrot 1985). Ici, c’est une vision inhabituelle, presque anormale et scandaleuse de l’inceste : c’est hype, c’est vendeur, ça rapporte d’avoir été violée (par son père essentiellement). Pattie O’Green ne lésine pas sur l’ironie, elle en imprègne largement son texte, en particulier dans la vision fictive du début : « c’est vrai que cette journée-là, justement, j’ai vu passer au moins trois filles avec des cotons ouatés avec des faces de loup dessus et sur lesquels était imprimé « I LOVE INCEST » en rose fluo » (p. 9).

Et puis il y a, surtout, le troisième point de vue, le poing de vue en quelque sorte, les lignes en intertitre. Et le sous-titre du livre, « Slam western sur l’inceste », prend tout son sens car l’écriture se fait performance, le tournoi poétique se réalisant si l’on peut dire entre les différentes énonciations. Dans ces brèves lignes que leurs capitales grasses rendent saillantes aux yeux des lecteur.trice.s, se dit le récit du viol en première personne, en une seule phrase, segmentée en groupes brefs, sans ponctuation. En suivant ce fil narratif-là, on comprendra, touche par touche, invention graphique par invention graphique, page après page, que ces filles en rose qui aiment l’inceste, c’est le fantasme du père, c’est la fiction du père, c’est la réalité du père. La perversion, très exactement la perversion. Un sujet full hype.

Références

Sperber Dan, Wilson Deirdre, 1978, «Les ironies comme mentions», Poétique 36 : 399-412.

Ducrot Oswald, 1985,  « Esquisse d’une théorie polyphonique de l’énonciation » dans Le Dire et le dit (chap. 8), Paris, Les Éditions de Minuit, p. 171-233.

Pour citer ce billet. Paveau M.-A.,  2015, “Mettre la hache 1. « Un sujet full hype »“, La pensée du discours [Carnet de recherche], http://penseedudiscours.hypotheses.org/13914, consulté le…


Marie-Anne Paveau

Enseignante-chercheuse en analyse du discours à l’université Paris 13

Vous aimerez aussi...