[Communication] « Le préconstruit. Généalogie et déploiements d’une notion plastique », 09.04.2015

Capture d’écran 2015-04-21 à 19.20.37

Le 9 avril dernier, j’ai participé à une très passionnante et sympathique journée d’étude sur le préconstruit, organisée par les membres d’un labo junior de l’université Jean Moulin, le groupe Écho, qui prépare un ouvrage de référence sur la question prévu pour 2016 chez Garnier. La journée a été précédée par un séminaire doctoral en 2013-2014, Formes et fonctions du préconstruit. Ma communication portait sur la généalogique théorique de la notion de préconstruit dans l’analyse du discours dite française.

L’argument de la journée d’étude

Sur la gamme théorique allant du donné au construit, de l’inné à l’acquis, concepts largement investis par la réflexion scientifique traditionnelle, le préconstruit offre un terrain d’exploration fécond. Ce terme est le seul permettant de recouper des phénomènes proches touchant nos jugements, représentations et faits de langue : poncif, stéréotype, préjugé, lieu commun, idée reçue, cliché, a priori, topos, doxa, archétype, locution figée, etc. Ces notions consistent toutes à véhiculer des formes et des contenus déjà construits mais dont la source n’est pas ou plus identifiable. Contrairement à la citation, dont la source est connue, le préconstruit échappe à une telle identification : pétri de mémoire, répété à l’envi, son origine a pourtant été perdue. Mémoire sans conscience de l’origine, le préconstruit, renvoie au fonctionnement de l’inconscient collectif. Lire la suite…

Communication : « Le préconstruit. Généalogie et déploiements d’une notion plastique »

Résumé. Dans sa lignée marxofreudienne, le préconstruit se pose au croisement du discours, de l’inconscient et de l’idéologie (Henry 1975, Pêcheux 1975), dans un dispositif théorique complexe et historiquement situé où figurent également l’interdiscours, l’intradiscours et le discours-transverse. Comme toutes les notions à succès, le préconstruit s’est échappé de ce système pour être (re)pensé et (re)travaillé, parfois à la lueur d’une lignée épistémique parallèle (le préconstruit de Grize : 1976), dans d’autres environnements épistémiques différents (pré-asserté, puis préconstruit chez Culioli : 1978, 1999) ou sous des approches renouvelées par des apports externes (prédiscours chez Paveau : 2006). Il rencontre également des notions affines produites à partir d’autres cadres de référence (par exemple éthos prédiscursif chez Maingueneau : 1999). Cette communication retracera la généalogie des déploiements de cette notion en montrant sa rentabilité théorique et méthodologique dans l’analyse du discours francophone.

Sommaire

Introduction

  • Il y a préconstruit et préconstruit
  • Les lieux du préconstruit, son analysabilité linguistique
  1. La sémantique discursive de l’analyse du discours dite « française » : préconstruit, interdiscours, intradiscours (Pêcheux, Henry, Fuchs)
  2. Préconstruit, pré-asserté, prélexical (Pêcheux & Culioli), présupposé (Ducrot)
  3. Définitions : du pré-construit au préconstruit
  4. Formes syntaxiques : constructions relatives, constructions adjectives, nominalisations
  5. Le préconstruit est un effet (idéologique)
  6. Évolution : du préconstruit au prédiscours, l’apport de la cognition sociale
  7. Le préconstruit culturel de J.-B. Grize, vers la représentation
  8. L’éthos préalable ou prédiscursif chez R. Amossy et D. Maingueneau

Conclusion. Le préconstruit n’existe pas dans la nature

Diaporama

 

 

 

 

Références bibliographiques

  • Amossy R. (dir.), 1999, Images de soi dans le discours. La construction de l’ethos, Lausanne-Paris, Delachaux et Niestlé.
  • Culioli A., Fuchs C., Pêcheux M., 1970, Considérations théoriques à propos du traitement formel du langage, Paris, Dunod, Documents de linguistique quantitative 7.
  • Fuchs C., Pêcheux M., s.d. (1971 ?), La détermination : relatives et déterminants, mémoire s.l.n.d., 46 p. dactylographiées (incomplet, 2 premiers chapitres).
  • Gobert F., 2001, Glossaire bibliographique des sciences du langage, Paris, Panormitis.
  • Grize J.-B., 1978, « Schématisation, représentations et images », in Stratégies discursives, 1978, Actes du colloque du Centre de Recherches linguistiques et Sémiologiques de Lyon, 20-22 mai 1977, Lyon, PUL, p. 45-52.
  • Grize J.-B., 1998, « Logique naturelle, activité de schématisation et concept de représentation », Cahiers de praxématique 31, p. 115-125.
  • Henry P., 1975, « Constructions relatives et articulations discursive », Langages 37, p. 81-98.
  • Henry P., 1977, Le mauvais outil. Langue, sujet et discours, Paris, Klincksieck.
  • Maingueneau D., 2002, « Problèmes d’ethos », Pratiques 113-114, p. 55-67.
  • Maldidier D., (prés.), 1990, L’inquiétude du discours. Textes de M. Pêcheux, Paris, Éditions des Cendres.
  • Maldidier D., 1993, « L’inquiétude du discours. Un trajet dans l’histoire de l’analyse du discours : le travail de Michel Pêcheux », Semen 8, http://semen.revues.org/4351
  • Marandin J.-M., 1993, « Syntaxe, discours. Du point de vue de l’analyse du discours », Histoire Épistémologie Langage, XV-2, p. 155-177.
  • Paveau M.-A., 2006, Les prédiscours. Sens, mémoire, cognition, Paris, Presses Sorbonne nouvelle.
  • Paveau M.-A., 2007 : « Discours et cognition. Les prédiscours entre cadres internes et environnement extérieur », Corela (Cognition, Représentation, langage), http://corela.revues.org/1550#tocto1n3
  • Pêcheux M., 1975, Les Vérités de La Palice. Linguistique, sémantique, philosophie, Paris, Maspero.
  • Pêcheux M., Haroche C. et Henry P., 1971, « La sémantique et la coupure saussurienne », Langages 24, repris in Maldidier, 1990, p. 133-153.

Marie-Anne Paveau

Enseignante-chercheuse en analyse du discours à l'université Paris 13

Vous aimerez aussi...