Le féminisme de 16h34. Mondanité et dépolitisation

Les Glorieuses ont lancé aux « Françaises », puis aux « travailleuses de France » dans une version corrigée, un appel à cesser le travail aujourd’hui à partir de 16h34, sur le modèle de l’action des Islandaises le lundi 24 octobre. C’est la date théorique à laquelle les femmes en France, moins payées que les hommes à travail égal, travailleraient gratuitement. Il faut préciser qu’il s’agit dans le texte d’un appel indirect, basé sur un constat hypothétique (« si les femmes… elles pourraient »), d’un rappel de l’action des Islandaises, et d’une déclaration de solidarité (« nous nous joignons »).

7 novembre 2016 16h34
A partir du 7 novembre prochain à 16h34 (et 7 secondes), les femmes travailleront “bénévolement”. Si les femmes étaient payées autant que les hommes, elles pourraient s’arrêter de travailler le 7 novembre à 16h34.

Inspirons nous des Islandaises
Lundi 24 octobre dernier, des milliers d’Islandaises ont quitté leur lieu de travail à 14h38. Ce geste symbolique a pour vocation de montrer leur mécontentement vis-à-vis des inégalités salariales (14% d’écart salariale). C’est un signal fort et nous nous joignons à cette protestation.

Ce texte a été très largement interprété comme un appel à « cesser le travail » et même à « la grève », relayé par quasiment tous les médias sans exception, sans analyse critique ni examen des conséquences, et sans regard, visiblement, sur le stupéfiant cliché des gambettes en jupe et talons roses, vite remplacé cependant sous les critiques de féministes qui n’ont pas les lunettes du genre dans leur poche.

capture-decran-2016-11-06-a-09-50-04

capture-decran-2016-11-06-a-09-51-19

En matière de cliché des gambettes, soit dit en passant, @Sabrina__Lili nous rappelle opportunément à quel point il a la vie dure :

Le succès mondain de cet appel vient de ce qu’il est essentiellement… mondain. Un événement Facebook plus qu’une réalité de terrain, un coup de com plus qu’une véritable démarche égalitariste, aucune dimension politique. Le voir en une de Libé est totalement déprimant, même si ce journal ne nous fait plus descendre dans la rue depuis longtemps. D’abord parce qu’on attend quand même encore un peu du journalisme qu’il questionne les choses, et en particulier ce qu’on entend par militantes féministes, et ensuite parce que l’illustration repose sur un beau contresens : l’icône féministe issue de l’affiche de propagande pour le travail We can do it (voir l’histoire complexe de ce visuel dans ce très bon article de Wikipedia et ce travail de recherche) représente exactement le contraire de ce qu’elle est censée signifier.

Beaucoup de mondanité donc, du « féminisme choupi » comme le dit cet article de Slate de Nadia Daam, qui est bien le seul qu’on ait pu lire ce matin sur le versant un peu critique et sérieux, et pas beaucoup de militantisme, mais surtout aucun discours ni aucun geste politique. On n’est pas loin du feminism washing. Et comme on pouvait s’y attendre quand les initiatives sont dépolitisées et médiatisées, des ministres du Gouvernement actuel appuient le mouvement, Laurence Rossignol, Najat Vallaud-Belkacem. Et pourtant, ce mouvement pose de sacrés problèmes.

cwot3_pxuaegwpn

C’est un appel bien léger : pas de préparation, pas de contact préalable avec les associations féministes et les syndicats, pas de caisse de grève ni de préavis (de toute façon les Glorieuses n’est pas un syndicat donc l’appel est juste théorique). Le commentaire de Genre! sur sa page Facebook est éclairant sur cet aspect.

C’est un appel bien bourgeois : Morgane Merteuil rappelle très justement le CV des organisatrices, largement dominé par la com, l’événementiel, les médias (ici la page de l’équipe). La webourgeoisie lance des campagnes en ligne : marketing partout, politique nulle part.

C’est un appel bien franco-ethnocentré : le terme Françaises a été modifié, on l’a vu, mais c’était bien celui employé au départ, comme le montre le visuel. Quel genre de féministes emploient ce terme pour rassembler, sans sourciller et même en réfléchissant professionnellement aux mots employés ? Mwasi a bien raison de souligner à quel point cette opération est « hors sol ».

C’est un appel bien peu politique, comme le montrent les initiatives parfois dérisoires qui fleurissent, par exemple cet appel au port d’un vêtement rouge, qui reconduit le cliché femme = fringues ; il faut vraiment lire les commentaires de deux travailleuses qui signalent qu’elles ne peuvent en rien déroger à leur tenue de travail. Cette initiative vient du Salon des dames, épinglé à juste titre par l’article de Nadia Daam sur Slate : aller sur le site est une expérience un peu surréaliste, où tout est véritablement mondain, au sens le plus social-bourgeois-friqué du terme.

capture-decran-2016-11-07-a-09-51-54

Sur Les Glorieuses, la page « Panthéon », qui liste les « inspirations » de l’équipe, ne manque pas non plus d’intérêt : la liste est un mélange vaste, varié et sans commentaire particulier, confirmant l’impression d’un œcuménisme dépolitisé.

capture-decran-2016-11-07-a-09-52-33

Et c’est enfin un appel bien mal assumé : dans une interview étonnante à Terrafemina, l’une des co-fondatrices, Alix Heuer, se défausse des responsabilités des Glorieuses, insistant sur la seule « mobilisation en ligne » (c’est moins clair que ça dans le texte initial) et démontrant par ses propos la mondanité de l’affaire. À la question finale de la journaliste lui demandant ce qu’elle fera aujourd’hui à 16h34, elle répond :

Je vais poster un tweet, un message sur Facebook, changer ma photo de profil…Et à 16h34, je vais aller à République. C’est facile pour moi, je suis en freelance… Je n’ai pas l’arrogance de croire que c’est le cas de tout le monde ! Je ne sais pas du tout comment ça sera, s’il va y avoir du monde, si je vais y rester une heure ou toute la nuit. Je n’ai aucune idée de ce qui va se passer et ça me plaît ! Et puis j’ai envie d’aller dans la rue, même s’il y a seulement 5 personnes avec moi, c’est l’occasion de parler avec elles, de savoir ce qu’elles pensent de tout ça.

« J’ai envie d’aller dans la rue »… Bref, les Glorieuses ne semblent pas bien savoir de quoi elles parlent et pire, ce qu’elles font. C’est du féminisme de média et de marketing, sans vision sociale, raciale, économique. C’est bobo-mondain, c’est pas glorieux.

À 16h34, ça serait plus utile de faire un don à une association ou un collectif qui fait vraiment des choses pour les femmes, d’apporter des produits d’hygiène (surtout tampons et serviettes) aux femmes sans abri, d’acheter des livres militants, d’ouvrir des pages d’information militante (comme par exemple : Féminicides par compagnons ou ex), ou toute autre  action politique, même infime.

Cite this article as: Marie-Anne Paveau, 07/11/2016, "Le féminisme de 16h34. Mondanité et dépolitisation," in La pensée du discours [carnet de recherche], http://penseedudiscours.hypotheses.org/13325, consulté le….

Marie-Anne Paveau

Enseignante-chercheuse en analyse du discours à l'université Paris 13

Vous aimerez aussi...

20 réponses

  1. Sofy dit :

    Tout à fait d’accord avec le fond de cette article. Je me faisais la réflexion suivante en entendant à la radio des personnalités trouver dommage que « l’appel ne soit pas plus suivi » : savent-il que les salariés doivent être couverts par un préavis de grève au sein de leur entreprise pour se permettre de faire cette démarche ? et qu’ici, à part de la communication et uniquement de la communication, aucune disposition n’a été prise en ce sens au niveau national qui aurait pu être relayée dans les entreprises ?
    bref il semble en effet évident que ceux/celles qui ont eu cette idée sont totalement déconnecté(e)s des réalités des salariés.
    Sans compter, si cela avait été fait, la porte ouverte aux remarques type « ah ben ça tombe bien, c’est l’heure pour vous d’aller chercher les mômes/faire les courses » ou je ne sais quel cliché du genre
    Après, qu’on ait envie d’aller prendre l’air en bonne compagnie à 16h34, je peux comprendre, mais je ne pense vraiment pas qu’on serve la cause féministe avec ce genre d’opération de com/coquille vide… au contraire

  2. Sur le fond je suis d’accord. Cela n’a pas été pensé pour toutes (et tous), a été désorganisé et il y aurait très certainement d’autres actions efficaces à mener (efficaces sur le long terme). J’étais la première à fustiger une journaliste qui parlait de grève insolite, comme si l’inégalité salariale était insolite, en invitant quelqu’un pour en parler à peu près 15 secondes sans vraie discussion de fond. J’aurais aimé avoir des chiffres argumentés sur l’impact sur l’économie des inégalités salariales entre autres.

    Cependant je pense clairement que le fait que la date et l’heure soient marquées sont importantes et font réfléchir et pas uniquement les bobos. C’est fort et symbolique de s’en rendre compte et dans les instances politiques (Mairie de Paris, Sénat) on a marqué le coup même si c’est d’une courte interruption de séance. J’ai espoir que les pouvoirs publics prennent un peu plus en compte ce facteur dans le futur. Et si ça permet à certain-e-s d’être un poil sensibilisé-e-s à cette question c’est un pas un avant.

    Et on est dans un monde de communication et de buzz médiatique et quand on voit quelques fois les buzz qui ressortent pour des choses anecdotiques faites ou dites qui n’ont pour effet que de détourner des sujets de fond, je ne suis pas mécontente que ce buzz là puisse avoir un impact de sensibilisation sur un sujet tellement grave. J’espère que cela sera réitéré les années suivantes avec de vraies actions de fond et une mobilisation générale.

    • Marie-Anne Paveau dit :

      merci de votre commentaire – je vous trouve convaincante malgré mes réserves sur la dimension politique de l’événement, merci beaucoup !

  3. Helena dit :

    Je trouve très triste ce genre d’article.
    Au lieu de vous réjouir que ce combat touche un public de femmes beaucoup plus large que le mot « féminisme », vous vous livrez à des critiques personnelles (être ouvrière, c’est bien, les études de communication, c’est mal).
    Au lieu de vous réjouir que ce combat soit médiatisé, vous regrettez qu’il manque de profondeur et vous reprochez aux Glorieuses le message repris en Une de Libé.
    Au lieu de célébrer ces femmes qui se battent avec leurs mots et leurs habits (car on sent la critique vestimentaire dans cette photo des fondatrices du Salon des Dames), vous opposez bourgeoises et ouvrières.
    Au lieu de vous dire que tout le monde n’a peut-être pas ni l’envie, ni l’appétence ou même l’idée de se livrer aux mêmes analyses politiques d’intersectionnalité des luttes que vous, vous regardez le verre à moitié vide. Ces divisions, ces critiques, cette désolidarisation est dommage pour nous toutes et pour les générations à venir.

    • Marie-Anne Paveau dit :

      il est amusant votre commentaire, il est soigneusement construit de manière tout à fait normative : vous me dites ce qu’il aurait fallu faire, comme si c’était la seule posture possible – j’aurais préféré des arguments qui permettent de discuter – je ne suis vraiment pas sûre que ce mouvement soit un « combat », comme vous dites, c’est là tout le sens de mon billet – et que tout le mode n’ait pas « envie ou l’appétence » de penser à l’intersectionnalité, et que le féminisme reste donc non inclusif, excluant de fait de nombreuses femmes, c’est ça que je trouve très triste pour ma part

  4. Laure dit :

    Saba, vous dites que Mme Paveau intellectualise la chose, pourtant, je trouve la critique très simple. Quand vous êtes une femme précaire, que vous cumulez les emplois, que vous n’avez pas de solutions de garde pour vos enfants par manque de moyens, c’est impossible de rejoindre un tel mouvement qui ne propose aucune sécurité à celles qui arrêteraient de travailler. C’est un constat très simple, et pas besoin d’être une intellectuelle pour arriver à le comprendre.

    Bénédicte, selon vous, cet article critique sans proposer, je ne suis pas d’accord avec vous sur ce point, car la propositions se trouve dans la critique. Plus précisément lorsque Mme Paveau reproche aux Glorieuses de n’avoir pas pensé à contacter les syndicats, ou du moins à se préparer matériellement, pour que les plus précaires d’entre nous puissent se joindre au mouvement. Or, « pas de caisse de grève ni de préavis »! De plus, il y a toujours eu des grèves quasi entièrement féminines: grèves des aides-soignantes, grèves des femmes de chambres, grèves des femmes de ménages, etc… Pourquoi ne pas dialoguer avec ces femmes? Faire comme si il n’y avait eu que les Islandaises (qui à mon avis, ont dû avoir besoin de poser un préavis, mais c’est à vérifier), quand chaque année ces mobilisations, peu relayés par les sites féministes branchés, prouvent bien le mouvement social des femmes lié au travail est actif!
    Il y a des solutions pratiques à une avancée féministe collective sur la question du travail, quand on est bourgeoise: soutenir matériellement la régularisation des sans-papiers, donner aux caisses caisses de grève des grévistes des secteurs très féminisés, essayer de s’organiser avec toutes les femmes qui travaillent dans sa boîte, même celles employées par des sous-traitants,…

    • Marie-Anne Paveau dit :

      merci de votre commentaire, qui apporte des informations précieuses et des approfondissements à mon texte – c’est vrai qu’il faudrait faire une sorte de liste de toutes les actions possibles dan la perspective d’un contact entre différentes classes

  5. Marie dit :

    Des millions de personnes ont appris grâce à cette initiative que les femmes étaient payées 15% de moins que les hommes, et les débats (de plus ou moins bonne foi) ont permis de diffuser aussi l’information sur les causes structurelles (qui sont aussi signe d’une société sexiste) et l’écart résiduel (imputable à la discrimination).
    C’est peut-être bourgeois, çe ne vous plait pas parce que ça ne correspond pas à vos codes et à votre politique, et que -horreur suprême- ça ne vient pas de vous, mais des millions de femmes ont découvert cet écart salarial dont elles sont victimes et des millions d’hommes ont découvert que oui, c’est important, et que non, les femmes ne l’acceptent pas. Et pour ma part je viens de découvrir par votre article le profil de ses initiatrices. En fait je m’en fiche, leur action « com » a servi la cause mais assez peu leur propre nom, que personne n’aura retenu.

    Alors voilà, des millions de femmes adhèrent à ce genre de campagne soft qui limite les risques sociaux et matériels qu’elles devraient prendre dans une action plus politisée. Toute manifestation plus forte tomberait à plat parce non, aujourd’hui les femmes n’ont pas les moyens ni l’envie de prendre le risque de dégrader leur situation déjà pas terrible en faisant vraiment grève.

    • Marie-Anne Paveau dit :

      l’information est en effet très importante, mais elle peut être diffusée à très large échelle sans être excluante – or cette campagne n’a pas anticipé ses effets, qui ont des conséquences dans la réalité, car elle n’est pas inclusive : elle n’est pas le fruit d’une réflexion politique, ce qui est nécessaire au militantisme féministe comme à tout militantisme – votre remarque « horreur suprême- ça ne vient pas de vous » est infondée, sans pertinence et inutilement agressive

    • MARTI dit :

      Belle analyse; faire évoluer les mentalités par tous moyens, et là sans déclencher toutes les procédures, la médiatisation à pourvu à l’ impact désiré, sans mettre en péril des emplois de plus en plus précaires.

  6. Saba dit :

    L’article est très intéressant est juste, même si je pense qu’il est très sévère vis-à-vis de l’initiative. L’initiative serait mondaine, mais il faut bien se rendre compte que l’important est de mobiliser, qu’importe les failles (d’autant que ça voudrait dire qu’on ne peut jamais communiquer entre « classes » différentes). Intellectualiser pour critiquer et refuser en bloc cette initiative c’est aussi l’empêcher de briser les différences sociales: chose nécessaire si l’on veut pouvoir avancer dans cette cause. Il faut être conscient des failles sans refuser tout.

    • Marie-Anne Paveau dit :

      merci de votre commentaire – je suis d’accord avec vous sur l’importance de mobiliser, de faire connaître les réalités des inégalités de salaire – mais moins d’accord quand vous dites « qu’importe les failles » : il me semble possible de lancer un mouvement qui soit inclusif, c’est-à-dire qui ne laisse pas de côté toutes les femmes qui n’ont tout simplement pas accès aux outils de cette mobilisation – et la critique est aussi un moteur de discussion, la preuve !

  7. Benedicte dit :

    D’accord avec vous mais beaucoup de critiques que je ne comprends pas et qui me semble des mots clef pour discréditer une initiative :
    ‘marketing », « bobo », « webourgeois » etc.
    Ce n’est qu’à la fin que vous détaillez quelques actions que vous privilégiez. J’aurais préféré que vous passiez plus de temps sur ces dernière et moins à critiquer les concepts de bourgeois et de com qui a mon sens ne font pas avancer l’action et peuvent avoir l’effet opposé (si on s’identifie à ces milieux, on sera tentés de ne rien faire car sentiment d’être pas crédible / inutile par avance).
    En revanche, l’analyse des couvertures des médias est bienvenue.

    Bonne journée

    • Marie-Anne Paveau dit :

      merci de votre commentaire – je pense qu’on peut très bien appartenir à un milieu bourgeois et pratiquer un militantisme inclusif, puisque c’est de cela qu’il est question dans mon texte : ma critique porte sur le fait que ce mouvement ne tient pas compte des situations sociales, économiques, des femmes racisées, précaires, etc., qui ne sont pas du tout en situation de se joindre à ce mouvement, même en ligne – c’est vrai qu’il y aurait beaucoup d’autres exemples à citer, mais ce n’était pas vraiment l’objet de mon texte

  1. 07/11/2016
  2. 07/11/2016

    […] des études de genre, atomise l’initiative de 16h34 dans un billet de blog intitulé Mondanité et dépolitisation : bourgeois, léger, mal assumé et peu politique, l’appel ne serait rien de plus […]

  3. 07/11/2016

    […] des études de genre, atomise l’initiative de 16h34 dans un billet de blog intitulé Mondanité et dépolitisation : bourgeois, léger, mal assumé et peu politique, l’appel ne serait rien de plus […]

  4. 07/11/2016

    […] véhiculer elles-mêmes des clichés sexistes (il y a une fille en jupe rose sur la photo de l’événement du […]

  5. 08/11/2016

    […] Un article sur l’événement improvisé du 7 novembre qui donne à réfléchir. […]