« Les émotions du.de la chercheur.se ». 28 mars, Paris 13, équipe Pléiade

Les émotions du.de la chercheur.se. Partages et traitements pluridisciplinaires entre subjectivité et réflexivité

Atelier épistémologique de l’équipe Pléiade

animé par Marie-Anne Paveau

Vendredi 28 mars 2014, 9h30 – 12h30

Ce second atelier annuel de l’axe 1 de l’équipe Pléiade « Penser les pluridisciplinarités. Épistémologies et pratiques » s’interrogera sur la manière dont le.a chercheur.se en sciences humaines construit une position scientifique qui tient compte de ses émotions et de son système de valeurs. Cette question, anciennement traitée en anthropologie et en ethnologie, est plus récemment prise en compte en histoire, et encore quasiment impensée en sciences du langage, sauf dans des secteurs spécifiques comme la sociolinguistique et l’interactionnisme. Elle ouvre des questionnements importants, notamment autour de la neutralité de la science et de la conception de la connaissance. Les chercheur.se.s qui interviendront dans cette matinée, un historien et trois linguistes analystes du discours, essaieront de penser la nature et le rôle du « désir épistémologique » et des « émotions scientifiques » à travers leurs terrains respectifs.

Informations pratiques

Vendredi 28 mars 2014, 9h30-12h30, Université de Paris 13 Sorbonne Paris Cité, UFR LSHS, salle D 300, 2e étage
Pour venir à Paris 13, 99, av. J.-B. Clément, Villetaneuse : gare du nord départ banlieue en surface, arrêt gare d’Epinay-Villetaneuse puis bus 156, 354 ou 356, arrêt Université Paris 13

Programme

François PEREA, Université de Montpellier 3, UMR Praxiling

Corpus sensibles / chercheurs sensibles : quelques aspects méthodologiques, relationnels et institutionnels

Mon parcours de chercheur est jalonné de corpus que l’on qualifie de « sensibles ». Il est notamment marqué par des rencontres avec des « objets » de recherche qui sont des personnes, des sujets, côtoyés au long cours et réduits, dans l’analyse, à un symptôme ou un stigmate  (« l’alcoolique » par exemple). De plus, certaines de ces recherches se déploient dans des espaces incontournables d’un point de vue anthropologique  mais peu valorisés voire critiqués dans le paysage scientifique des sciences du langage (l’ivresse, la jouissance…) ce qui entraîne certaines réactions institutionnelles affectant le chercheur.

De ce point de vue, corpus sensible renvoie tout autant aux conditions de la recherche qu’aux subjectivités en présence (l’enquêté, le chercheur, la communauté universitaire…) et à leurs émotions. La recherche s’en trouve imprégnée et le chercheur doit adapter, sortant parfois des cadres préétablis, sa démarche méthodologique et éthique, comme il doit gérer, auprès de ses collègues et de l’institution, une image de lui-même et de sa recherche affectées par ces espaces sensibles.

Références
Desclaux A., 2008, « L’éthique médicale appliquées aux sciences humaines et sociales : pertinence, limites, enjeux et ajustements nécessaires », dans Bulletin de la Société de Pathologie Exotique, vol. 101, no 2.
Baude O. (coord.), 2006, Corpus Oraux. Guide des bonnes pratiques, éd. Presses universitaires Orléans / CNRS éditions.
Doucet H., 2010, « De l’éthique de la recherche à l’éthique en recherche », dans Ethique publique, vol. 12, n°1.
Laurens S.  et Neyrat F., 2010, Enquêter : de quel droit ? Menaces sur l’enquête en sciences sociales, éd. du Croquant.
Perea F. et Morenon J., 2009, Langage et clinique de l’alcoolisme, Presses universitaire de la Méditerranée.

Roux S., 2010, « La transparence du voile : critique de l’anonymisation comme impératif déontologique », dans Enquêter : de quel droit ? Menaces sur l’enquête en sciences sociales

Informations sur François Perea
– page personnelle Praxiling Montpellier 3 : http://www.praxiling.fr/perea-francois.html
– site personnel : http://www.pling.fr/
– l’HDR de François Perea à Paris 13 : http://penseedudiscours.hypotheses.org/12753

 ***

Ivan JABLONKA, Université de Paris 13, EA Pléiade

Écrire l’histoire des siens

Dans quelle mesure l’historien peut-il assumer sa part de subjectivité et d’individualité, pour s’inscrire dans une filiation non pas intellectuelle, comme il est courant, mais biologique ? Un essai de biographie familiale peut constituer à la fois une expérience micro-historique recourant au changement d’échelles et une réflexion sur les exigences de distance et de réflexivité qui s’imposent au chercheur. Il permet également de mettre en évidence les vertus épistémologiques de l’émotion.

Références
De Waal, Edmund, The Hare With Amber Eyes. A Hidden Inheritance, Londres, Random House, 2010 (trad. La Mémoire retrouvée, Paris, Albin Michel, 2011).
Dewerpe, Alain, Charonne, 8 février 1962. Anthropologie historique d’un massacre d’État, Paris, Gallimard, 2006.
Friedländer, Saul, Quand vient le souvenir…, Paris, Seuil, 1978.
Jisheng, Yang, Stèles. La Grande Famine en Chine, 1958-1961, Paris, Seuil, 2012 (2008).
Marrou, Henri-Irénée, De la connaissance historique, Paris, Seuil, 1954.
Mendelsohn, Daniel, The Lost. A Search for Six of Six Million, New York, HarperCollins, 2006 (trad. Les Disparus, Paris, Flammarion, 2007).
Morin, Edgar, Vidal et les siens, Paris, Seuil, 1989.
Nora, Pierre (dir.), Essais d’ego-histoire, Paris, Gallimard, 1987.
Ricœur, Paul, Histoire et vérité, Paris, Seuil, coll. « Points Essais », 1955.
Stora, Benjamin, Les Trois Exils. Juifs d’Algérie, Paris, Hachette littératures, 2008.

Informations sur Ivan Jablonka
– page personnelle Pléiade-CRESC : http://bit.ly/1hj9H3i
– page personnelle La vie des idées : http://www.laviedesidees.fr/_Jablonka-Ivan_.html

– à propos de son ouvrage Histoire des grands-parents que je n’ai pas eus : Ivan Jablonka, fils d’orphelin | L’Histoire http://bit.ly/1hj9ptm

 ***

Catherine RUCHON et Marie-Anne PAVEAU, Université de Paris 13, EA Pléiade

Le discours rapporté, une réponse à la violence du viol et du deuil

L’analyse du discours, parce qu’elle travaille sur des corpus empiriques et non fabriqués, peut parfois se pencher sur des discours difficilement audibles et/ou lisibles sur le plan éthique, émotionnel ou moral. On présentera ici des travaux impliquant deux types de violence, le deuil et le viol.

Catherine Ruchon présentera une réflexion sur le discours médical tel que le rapportent les parents endeuillés. La violence de ces discours n’est perceptible que par cet effet ricochet du discours rapporté, effet qui se répercute sur la chercheuse, par un effet de projection et une forme d’empathie. Cette empathie semble ouvrir une voie d’accès aux émotions éventuellement perçues et transmises par les agents énonciateurs des corpus analysés.

Catherine Ruchon s’appuiera notamment sur les travaux de Catherine Kerbrat-Orecchioni pour exposer la difficulté (l’impossibilité ?) d’« observer » l’émotion dans un corpus et sur le concept de « bonheur conversationnel » d’Antoine Auchlin pour aborder le thème du malentendu discursif.

Marie-Anne Paveau observera un corpus natif en ligne ayant trait au viol, le tumblr Project Unbreakable, consacré, de manière tout à fait spécifique et singulière, à la parole rapportée des violeurs : sur ce blog sont publiées des photographies représentant des femmes (ou des hommes, très minoritaires) tenant une pancarte où elles ont rapporté les paroles de leur violeurs pendant leur viol. Les marques très explicites de discours rapporté, comme les guillemets ou les jeux typographiques, encadrent leur désir ou besoin de parler dans un but de réappropriation du pouvoir sur leur corps notamment (Butler 2002, 2004) et leur volonté de protéger les autres femmes par la publication douloureuse de leur parole. Devant ce corpus, qui relève d’une parole produite en ligne par des corps-discours (Paveau 2014), la chercheuse doit faire quelque chose de son émotion, de sa souffrance empathique, de  sa colère et de son dégoût également.

Références
Auchlin Antoine, 1991, « Le bonheur conversationnel : fondements, enjeux et domaines », Cahiers de linguistique française, N°12, Genève, Université de Genève : 103-126.
Auchlin Antoine, 2000, « Grain fin et rendu émotionnel subtil dans l’observation des interactions : sur le caractère « trans-épistémique » des attributions d’émotions », dans Plantin, Doury et Traverso (eds), Les émotions dans les interactions, Lyon, Presses Universitaires de Lyon, coll. « Éthologie et psychologie des communications » : 197-207.
Butler J., 2002 [1997], La Vie psychique du pouvoir. L’Assujettissement en théories [The Psychic Life of Power], préface de Catherine Malabou, traduction de Brice Matthieussent, Paris, Leo Scheer.
Butler J., 2004 [1997], Le Pouvoir des mots. Politique du performatif [Excitable Speech: A Politics of the Performative], traduction de Charlotte Nordmann avec la collaboration de Jérôme Vidal, Paris, Editions Amsterdam.
Kerbrat-Orecchioni Catherine, 2000, « Quelle place pour les émotions dans la linguistique du XXe siècle ? », dans Plantin, Doury et Traverso (eds), Les émotions dans les interactions, Lyon, Presses Universitaires de Lyon, coll. « Éthologie et psychologie des communications » : 33-74.
Paveau M.-A. 2014 (à par.), « Quand les corps s’écrivent. Discours de femmes à l’ère du numérique », dans Bidaud É. (dir.), Recherches de visages. Une approche psychanalytique, Paris, Hermann.

Informations sur Catherine Ruchon

– carnet de recherche : http://materdolorosa.hypotheses.org/

Informations sur Marie-Anne Paveau

– page personnelle Pléiade-CENEL : http://bit.ly/1gwSSjK

– carnet de recherche : http://penseedudiscours.hypotheses.org/

 


Marie-Anne Paveau

Enseignante-chercheuse en analyse du discours à l’université Paris 13

Vous aimerez aussi...