Foucault, Le beau danger 2. « J’ai transformé le bistouri en porte-plume »

8692147902_dc5ebe44afDans ce second extrait, Foucault aborde quelque chose de tu ou d’insu pour la plupart d’entre nous : les effets que nos travaux produisent sur les lecteurs, et en particulier les effets d’agressivité. Effets, car nous ne sommes perçus qu’à travers l’imaginaire de l’autre et le malentendu est structurel à la relation ; quand nous avons l’impression de notre douceur, l’autre nous dit que nous lançons des flèches. Cependant Foucault se reconnaît une sorte d’héritage, celui de la médecine paternelle, ce qui est très singulier chez lui : on sait en effet que pour Foucault, il n’y a pas de prédiscursivité, que le le discours est événement, surgissant à la surface du social. Et la comparaison par laquelle il finit par décrire l’écriture laisse pantois.

« Malgré tout, quelle que soit ma conversion, j’ai dû garder de mon enfance, et jusque dans mon écriture, un certain nombre de filiations qu’on doit pouvoir retrouver. Par exemple, ce qui me frappe beaucoup, c’est que mes lecteurs s’imaginent volontiers qu’il y a dans mon écriture une certaine agressivité. Personnellement, je ne l’éprouve absolument pas ainsi. Je crois n’avoir jamais attaqué réellement, nommément quelqu’un. Pour moi, écrire est une activité extrêmement douce, feutrée. J’ai comme une impression de velours quand j’écris. Pour moi, l’idée d’une écriture veloutée est comme un thème familier, à la limite du perceptif et de l’affectif, qui ne cesse de hanter mon projet d’écrire, de guider mon écriture lorsque je suis en train d’écrire, qui me permet à chaque instant de choisir les expressions que je veux utiliser. Le velouté, pour mon écriture, est une sorte d’impression normative. Je suis donc très étonné de voir que les gens reconnaissent plutôt en moi l’évcriture sèche et mordante. À la réflexion, je pense que c’est eux qui ont raison. J’imagine qu’il y a dans mon porte-plume une vieille hérédité du bistouri. Peuut-être après tout : est-ce que je trace sur la blancheur du papier ces mêmes signes agressifs que mon père traçait dans le corps des autres quand il opérait ? J’ai transformé le bistouri en porte-plume. Je suis passé de l’efficacité de la guérison à l’inefficacité du libre propos : j’ai substitué à la cicatrice sur le corps le graffiti sur le papier ; j’ai substitué à l’ineffaçable de la cicatrice l’effaçable et raturable de l’écriture. Peut-être même me faudrait-il aller plus loin. La feuille de papier c’est peut-être le corps des autres » (Foucault M., 2011 [1968], Le beau danger. Entretiens avec Claude Bonnefoy : 35-36).

Crédit : « Plumes », Frédéric Bisson, 2013, Galerie de l’auteur sur Flickr, CC


Marie-Anne Paveau

Enseignante-chercheuse en analyse du discours à l'université Paris 13

Vous aimerez aussi...