Les événements discursifs moraux 5. Le sifflet vertueux du whistleblower

6528204337_87fe66a509Hier, c’était l’été, le printemps est donc fini et il faut songer à clore la série du même nom,  » Les événements discursifs moraux ».

Les événements des dernières semaines ont mis en exergue une figure de parleur qui me fascine depuis longtemps, et à laquelle j’ai consacré plusieurs pages dans Langage et morale, le whistleblower. J’ai également parlé de cette figure dans la toute première série de ce carnet, à l’automne 2010, Les diseurs de vérité, qui rassemblait d’autres « truth tellers » comme le messager ou le parrèsiaste. Le whisleblower est, à la lettre, celui qui émet un coup de sifflet pour dénoncer une infraction ; il existe des « internal whistleblowers », qui dénoncent des transgressions dans leur propre entreprise ou leur institution (par exemple Joe Darby et les tortures d’Abu Graïb en 2006), et des « external whistleblowers », comme Erin Brockovich, qui révèle en 1993 une affaire de pollution d’eaux potables en Californie et obtient de fortes indemnisations. On ne traduit pas whistleblower ni whistleblowing, et le terme de lanceur d’alerte, qui a été créé en français, désigne une autre réalité réalité discursive, qui ressortit plus à la prévention des risques, en particulier environnementaux, qu’à la dénonciation de malversations ; le terme ne peut donc servir de traduction à whistleblower. Pour une définition précise de cette figure, d’ordre juridique puisque les whistleblowers bénéficient dans certains pays de protections, et d’ordre scientifique puisqu’il existe une littérature anglophone assez fournie sur la question (États-Unis, Canada, Grande-Bretagne et Australie, essentiellement en philosophie, droit, science politique, sociologie, éthique médicale et psychologie), on peut se reporter à mon précédent billet et à mon ouvrage.

Il y a une quinzaine de jours, on apprenait que Edward Snowden, 29 ans, employé chez un sous-traitant de la NSA depuis quatre ans, était le fameux whistleblower qui avait révélé au public via le Guardian l’impressionnant programme de surveillance électronique PRISM des services secrets américains. Les États-Unis sont en effet en mesure d’avoir accès aux données détenues par Google, Facebook, YouTube, Microsoft, Yahoo!, Skype, AOL et Apple. Ce qui m’intéresse chez Edward Snowden, comme chez Bradley Manning et les « Catholic Whistleblowers » dont je vais parler plus bas, est évidemment de l’ordre du discours et concerne trois points : les modalités discursives des informations diffusées, le discours que les whistleblowers tiennent sur leur propre discours et leurs actes, et enfin le discours produit sur eux par les autres, en particulier par les instances mises en cause, entreprises ou gouvernements.

Modalités discursives du whistleblowing

Edward Snowden est informaticien, et ce sont les modalités de discours de sa profession, comme de son époque, qu’il utilise : il enregistre des fichiers sur quatre ordinateurs portables, et en envoie une partie à Glenn Greenwald journaliste du Guardian (en fait c’est plus complexe mais je passe sur les détails de ses prises de contact). Parmi eux, un fichier Power point destiné aux employés de la NSA ; on est donc dans de l’écrit numérique, transmis à distance, et ayant valeur de preuve, au nom de la crédibilité accordée au document écrit dans nos sociétés. Le whistleblower ne passera à l’oral qu’un peu plus tard, en accordant une interview à Glenn Greenwald, mais pour expliquer ses actes et décrire sa situation, et non pour le whistleblowing, qui reste exclusivement écrit et documentaire : c’est à l’écrit que l’on siffle. Bradley Manning avait pour sa part emprunté un circuit discursif numérique préconstruit et destiné à la transmission d’information compromettantes : Wikileaks et sa page de « submissions », comportant un lien vers une drop box sécurisée. Comme Edward Snowden, son discours passe également par l’écrit documentaire puisqu’il a transmis 150.000 notes diplomatiques. Mais il a également envoyé une vidéo classifiée, pour laquelle l’implicite de la preuve documentaire demeure : l’image fixe ou mobile élevée au statut de document est toujours plus crédible que le témoignage oral.

Les Catholic Whistleblowers sont un peu particuliers. D’abord, il s’agit d’un groupe (ils sont douze, des prêtres et des religieuses), ce qui est parfaitement inédit dans l’histoire du whistleblowing, qui ne comptait jusqu’à présent que des voix solitaires. Ensuite, ce sont des femmes et hommes de livres plus que d’écrans, de parole orale plus que d’écrit numérique, même s’ils ont un site internet. Ils émettent donc leurs « whistles » selon la littératie qui est la leur : ils écrivent des lettres (ils en ont écrit une au pape François en avril dernier) et se réunissent. Leur groupe a d’abord été un groupe de parole destinés à les soutenir eux-mêmes dans leurs expériences de discours publics, et c’est progressivement qu’il s’est transformé en lieu de pratique du whistleblowing. Maintenant, ils organisent des conférences et leur mode d’action est donc public, ce qui est sans doute rendu possible par le fait qu’ils constituent un groupe. En tout cas pour le moment, le pape François n’a pas répondu à leur lettre.

Le discours sur soi du whistleblower : le narcissisme moralisé

Glenn Greenwald remarque que parmi tous les whistleblowers connus, aucun n’a jamais vendu d’informations pourtant très avantageusement monnayables. Au contraire, tous ont pris des risques importants, et presque tout se sont considérablement appauvris, voire pire (les travaux sur les whistleblowers mentionnent les issues fréquemment dramatique du whistleblowing : pertes d’emploi, divorces, addictions, et, parfois, suicides). Il décrit ainsi leur système moral :

They did not act with any self-interest in mind. The opposite is true: they undertook great personal risk and sacrifice for one overarching reason: to make their fellow citizens aware of what their government is doing in the dark. Their objective is to educate, to democratize, to create accountability for those in power (The Guardian, 7 juin 2013).

Edward Snowden explique son geste ainsi : « I don’t want to live in a society that does these sort of things… I do not want to live in a world where everything I do and say is recorded. That is not something I am willing to support or live under. » (The Guardian, 9 juin 2013, interview d’E. Snowden).

Dans les réponses qu’il donne aux questions d’internautes le 17 juin (il faut lire ces passionnants échanges qui éclairent tant sur la personnalité de Snowden que sur les « attitudes » du gouvernement américain devant les paroles « non autorisées » de ses employés) il emploie les termes de truth, transparency and lie, qui sont des termes du vocabulaire moral.

Dans ses travaux de philosophie morale sur la figure du whistleblower, C.F. Alford appelle “narcissisme moralisé” (narcissism moralized) ce rapport que le whistleblower entretient au discours de vérité. Dans Whistleblowers : Broken Lives and Organizational Power, publié en 2001, il explique que le narcissisme peut constituer « une source profonde et puissante de moralité, menant certains Narcisses à sacrifier leurs biens humains pour une idée noble » (2001 : 78 ; ma traduction). Il y a donc chez les whistleblowers une pratique intense de la vertu discursive, en particulier en ce qui concerne l’ajustement de la parole à la vérité du monde. Ils sont donc des agents vertueux, trop vertueux, et souvent malgré eux, ce que révèle la tournure doublement négative commune à plusieurs d’entre eux selon les enquêtes d’Alford : « Je ne pouvais pas ne pas le faire ». C’est là que se niche le narcissisme, dans la conservation d’une image de soi acceptable et aimable.

Bradley Manning tient un discours analogue. Dans le témoignage qu’il a rédigé il y a quelques mois, il exprime à plusieurs reprises ce désir d’ajustement à la réalité que d’autres peuvent nommer « vérité » :

I felt this sense of relief by [WikiLeaks] having [the information]. I felt I had accomplished something that allowed me to have a clear conscience based upon what I had seen and what I had read about and knew were happening in both Iraq and Afghanistan everyday.

Et, comme les autres, et comme Wikileaks également, qui utilise souvent le mot sur son site, il mentionne la notion de vérité :

I always want to figure out the truth. Unlike other analysts in my section [or other sections], I was not satisfied with just scratching the surface and producing canned or cookie-cutter assessments. I wanted to know why something was the way it was, and what we could do to correct or mitigate the situation.

Les Catholic Whistleblowers quant à eux sont évidemment placés dans une sorte de vertu au carré puisque le whistleblowing est, dans une vision idéale du clergé tout du moins, une part de leur métier : lutter contre le « mal », le « péché », la souffrance infligée à autrui. Et les textes de leur site sont sans surprise saturés de vocabulaire moral. Mais ils ont également un souci d’image, un souci « narcissique » : « They say that their motivation is to make the church better and safer, and to show the world that there are good priests and nuns in the church. »

Un traître au cheval sellé

Ce n’est pas du tout la représentation qui se construit ailleurs, et évidemment dans les organismes, institutions ou groupes attaqués par le sifflet vertueux des diseurs de vérité. De nombreux observateurs décrivent une véritable méthode de diabolisation de la part du gouvernement américain, pays où la tradition du whistleblowing est fortement ancrée (mais elle l’est aussi dans le monde anglophone en général) :

Ever since the Nixon administration broke into the office of Daniel Ellsberg’s psychoanalyst’s office, the tactic of the US government has been to attack and demonize whistleblowers as a means of distracting attention from their own exposed wrongdoing and destroying the credibility of the messenger so that everyone tunes out the message (Glenn Greenwald, The Guardian, 7 juin 2013).

Les témoignages sont nombreux qui présentent le combat des whistleblowers comme des parcours du combattant pas toujours victorieux, et on peut lire sur ce point l’intéressant témoignage de Thomas Drake. L’accusation de trahison est la plus fréquente, aggravée en environnement militaire par celle de contact avec l’ennemi (même s’il s’agit d’un contexte de paix…). Cependant il me semble que la situation évolue, très certainement grâce au web, qui permet certaines désincarcérations : une pétition a été ouverte rapidement pour défendre Edward Snowden (A White House petition to pardon Edward Snowden), j’ai mentionné plus haut le site de soutien à Bradley Manning et signalé que pour la première fois, des whistleblowers avaient formé un groupe, ce qui est une modification structurelle importante.

Les travaux d’Alford, mais aussi de Bowden, Brown et Latimer, Faunce ou Lachman (voir la bibliographie du billet de 2010 et celle de l’ouvrage) soulignent le paradoxe du whistleblower : considéré comme un héros d’un côté, car il a travaillé pour le bien de la société et parfois pour la sauvegarde de la vie, il est, dans la pratique, isolé et mis à l’écart comme un facteur de trouble dans l’organisation sociale. Les représailles sont fréquentes, et les destins parfois tragiques, je le soulignais. Le whistleblower incarne le paradoxe du statut de la vérité elle-même dans toutes les sociétés, de l’Antiquité à nos jours, paradoxe que montre bien Foucault dans Le courage de la vérité : la vérité comme idéal éthique, mais évitée dans la pratique car facteur de rupture, de violence, de perturbation. Le sifflet vertueux du whistleblower sonne encore comme une dérangeante crécelle aux oreilles du plus grand nombre.

« Si tu aimes la vérité, tiens ton cheval sellé » est un proverbe que l’on trouve quasiment dans toutes les langues et toutes les cultures, sous des formes variées. C’est un sage conseil qu’a suivi Edward Snowden, qui a galopé jusqu’à Hong Kong, et qu’un Pégase moderne emportera bientôt en Islande.

Références

Alford C.F., 2001, Whistleblowers : Broken Lives and Organizational Power, Ithaca : Cornell University Press.
Foucault M., 2009, Le courage de la vérité. Le gouvernement de soi et des autres II, Cours au collège de France 1984, Paris, Gallimard Seuil.
Paveau M.-A., 2010, série « Les diseurs de vérité », La pensée du discours [Carnet de recherche], http://penseedudiscours.hypotheses.org/category/series-de-saison/1-automne-2010-les-diseurs-de-verite, consulté le…
Paveau M.-A., 2013, Langage et morale. Une éthique des vertus discursives, Limoges, Lambert-Lucas.

Crédit : « Uncle Sam says shhhhhh… », Bradley Manning Support, 2011, Flickr, CC

Pour citer ce billet. Paveau M.-A., 22 juin 2013, “Les événements discursifs moraux 5. Le sifflet vertueux du whistleblower“, La pensée du discours [Carnet de recherche], http://penseedudiscours.hypotheses.org/, consulté le…


Marie-Anne Paveau

Enseignante-chercheuse en analyse du discours à l'université Paris 13

Vous aimerez aussi...