[Parution] Langage et morale. Une éthique des vertus discursives

arton1856Marie-Anne Paveau, 2013, Langage et morale. Une éthique des vertus discursives, Limoges, Lambert-Lucas

Préface de Sophie Moirand

Présentation sur le site de l’éditeur

Table des matières

Description :

Cet ouvrage traite de la dimension morale des énoncés. Dans le sens commun, il existe de bons et de mauvais énoncés, identifiés selon une morale sociale relative aux époques et aux cultures : tout locuteur européen maîtrisant les codes discursifs de son environnement sait que, en principe, l’insulte, la diffamation ou le mensonge sont de « mauvais » énoncés alors que le compliment, la « gentillesse » ou la réponse généreuse à une demande d’aide ou d’information sont de « bons » énoncés.

Dans les disciplines savantes qui s’occupent du langage et de la parole, il n’existe rien de tel : la question morale n’appartient pas au programme de la linguistique, de l’analyse du discours ou de l’analyse conversationnelle ; la morale semble l’affaire des philosophes. Pourtant, le développement des travaux en éthique et en épistémologie depuis une soixantaine d’années ont considérablement modifié la définition des catégories de pensée. Pour le courant pragmatiste et pour l’épistémologie des vertus, qui se situent dans la lignée aristotélicienne, la vertu morale et la vertu intellectuelle sont enchevêtrées, et même parfois confondues : l’honnêteté par exemple, peut-être considérée comme une vertu intellectuelle et morale tout en même temps.

C’est à partir de ces deux courants philosophiques que l’on élabore la notion de vertu discursive, assortie de celles d’ajustement, de décence et de réflexivité discursives, afin de dessiner les linéaments d’une théorie morale du discours. À partir de l’étude de nombreux exemples contemporains (années 2000) d’événements discursifs moraux, c’est-à-dire de débats déclenchés à partir d’un mot ou d’une phrase ayant suscité une indignation morale, on avance qu’un énoncé témoigne d’une vertu discursive quand il est ajusté à ses environnements, en particulier aux critères de décence qui y ont cours, et quand il témoigne de la réflexivité discursive de son producteur.

Points de vente

L’ouvrage est disponible à la vente en ligne, sur commande ou en librairie (par exemple librairie Compagnie à Paris).


Marie-Anne Paveau

Enseignante-chercheuse en analyse du discours à l'université Paris 13

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 24/06/2013

    […] parleur qui me fascine depuis longtemps, et à laquelle j’ai consacré plusieurs pages dans Langage et morale, le whistleblower. J’ai également parlé de cette figure dans la toute première série de […]