Série d’automne. Discours de place

Assieds-toi à ta place, et l’on ne te fera pas lever (Cervantès)

Les places, c’est une des choses qui nous séparent le plus, et nous dressent même les uns contre les autres. Entre ceux qui tiennent les leurs, parce qu’on les leur a léguées ou offertes, et ceux qui ont lutté pour les prendre ou seulement les esquisser, petits espaces éternellement fragiles, la différence restera. Il n’est pas sûr que la place héritée soit forcément une propriété positive. Être assigné à celle qu’on n’a pas choisie et qui pèse sur notre existence comme un couvercle n’est pas forcément plus confortable qu’éprouver l’anxiété de ne jamais en avoir, et d’errer dans les espaces de la vie dans une marginalité permanente et douloureuse.

Sur cette question, on peut écouter parler la langue, qui dispose d’un riche répertoire pour dire la place de la place. Être à sa place, ou ne pas y être, rester à sa place, être déplacé, dans son comportement ou ses paroles, mais aussi dans ses espaces de vie, trouver sa place, remettre à sa place, être remplacé, perdre sa place. La place est à ce point importante que le terme déplacement, appliquée à des humains ou des populations entières, nomme un phénomène toujours douloureux : le déplacement, c’est une sorte de désarticulation de l’être dans le monde, éprouvé par les migrants, les exilés, les nomades, les errants. Les sans place fixe. Mais le déplacement, c’est aussi l’intrusion, l’invasion, le viol, l’inceste, la confusion qui ne reconnaît pas la place de l’autre, fût-elle dessinée à la craie sur un bout de trottoir. Si la sociologie a bien parlé des places tenues, c’est la psychanalyse qui me semble dire le mieux ce que nous fait la dé-place et la sans-place. En tout cas, c’est d’elle, hors des livres, que j’ai le plus appris de cette affaire, et c’est à elle que je dois sans doute d’avoir pris l’habitude d’écouter ce que j’appelle les discours de place : des discours qui, explicitement mais le plus souvent implicitement, construisent des notions faisant appel à des cadres préalables de la place. Combien de déplacements derrière les plaintes les plus banales ? La place est ainsi une sorte de forme cognitive et psychique première, un prédiscours, qui produit des formes discursives secondes déclinant presque à l’infini les variantes de cette notion fondatrice.

Les billets de cette saison constitueront des réflexions un peu errantes (déplacées ?), sur ces formes secondes qui mettent en discours différentes manifestations de la place dans nos vies. À partir de textes variés, philosophiques, littéraires, de sciences humaines ou autres, j’essaierai de suivre et de décrire les caractéristiques du « discours de place ».

Crédit photo : « Sous les pieds I », M.-A. Paveau, Fontainebleau, octobre 2010

Pour citer ce billet : Paveau M.-A., 30 septembre 2012, « Série d’automne. Discours de place« , La pensée du discours [Carnet de recherche], consulté le…

Prochain billet. Discours de place 1. Origines


Marie-Anne Paveau

Enseignante-chercheuse en analyse du discours à l'université Paris 13

Vous aimerez aussi...

4 réponses

  1. Caroline Muller dit :

    J’attends ces billets avec impatience.

  2. Daphné Vialan dit :

    Ca me fait penser à ce que dit Hannah Arendt sur l’espace public…
    Une petite citation retrouvée en passant : «le domaine public, monde commun, nous rassemble mais aussi nous empeche, pour ainsi dire de tomber les uns sur les autres. Ce qui rend la société de masse si difficile à supporter, ce n’est pas, principalement du moins, le nombre de gens ; c’est que le monde qui est entre eux n’a plus le pouvoir de les rassembler, de les relier, ni de les séparer. Etrange situation qui évoque une séance de spiritisme au cours de laquelle les adeptes, victimes d’un tour de magie, verraient leur table soudain disparaitre, les personnes assises en face les unes des autres n’étant plus séparées, mais n’étant plus reliées non plus, par quoi que ce soit de tangible.»
    J’ai hate de lire les prochains billets ! A bientôt,

    • Marie-Anne Paveau dit :

      très belle citation merci beaucoup ! Arendt est une philosophe éternelle – les tables qui disparaissent, quelle image forte de l’ambiguïté de ce qui nous sépare-lie, une place vide entre les gens en quelque sorte – si vous avez la référence, je suis preneuse – merci encore

      • Daphné Vialan dit :

        J’ai retrouvé la référence : Condition de l’homme moderne, Calmann-Lévy, 1983, pp. 92-93 !