Série de printemps. Les événements discursifs moraux

3736784591_5d1b8eda0aMa série de printemps est consacrée au thème du livre qui va sortir dans quelques semaines : Langage et morale. Une éthique des vertus discursives. Je ferai sans doute un jour l’histoire de ce manuscrit, tant elle est emblématique de l’état de l’édition en sciences humaines actuellement et de la quasi-impossibilité de publier de la linguistique, à laquelle on reproche éternellement son jargon et sa complexité et, je le suppose, de n’intéresser personne. En attendant, je présente et je prolonge en même temps, en analysant de nouveaux énoncés, le contenu de l’ouvrage.

Depuis ses origines, la linguistique se définit comme une science non normative, et elle s’est d’ailleurs construite contre la norme prescrite par la grammaire traditionnelle : en aucun cas les sciences du langage n’ont vocation à expliquer comment parler correctement, ou joliment, et toute axiologie qui porterait sur les façons de parler est tenue à l’écart de l’analyse linguistique des énoncés (1). Cette exclusion peu questionnée est intériorisée dans l’enseignement et la recherche sous la forme de l’idéal objectiviste. Je dis « peu questionnée », car la linguistique est, en France en tout cas, une discipline assez peu réflexive, en dehors de certains de ses secteurs (voir le § « La narration des “histoires subjectives”). Peu de chercheurs en effet posent des questions liées à leur statut par rapport aux objets qu’ils observent et aux individus auprès desquels ils mènent des enquêtes. L’extériorité et la distance par rapport à ses corpus et objets est d’ailleurs souvent présentée comme une qualité de la recherche. On trouve en revanche des interrogations de ce type en sociolinguistique, en anthropologie linguistique, et dans certains secteurs de la discipline ayant affaire à des « corpus sensibles », mais ce n’est pas la règle. J’ai déjà plusieurs fois abordé cete question sur le carnet Espaces réflexifs, où mes références en la matière sont essentiellement sociologiques et anthropologiques (Bourdieu, Caratini), psychanalytiques (Devereux) ou philosophiques (Engel).

L’axiologie, en particulier morale, sera donc écartée de l’analyse linguistique : si une dimension morale apparaît, ce sera celle qui est exprimée dans le sens des énoncés, et donc à travers une analyse lexicale et sémantique. C’est le thème, défini par Benveniste, de la subjectivité dans le langage, qui ouvre vers des recherches sur les évaluations en langue et en discours. On trouvera alors des analyses sur la valeur morale de certains mots et discours, construite par les énonciateurs, ce qui est une affaire de sens et d’énonciation (par exemple le vocabulaire du bien et du mal, le discours axiologique, la forme du jugement de valeur). Mais on n’en trouvera pas sur la dimension morale de l’acte d’énonciation, qui répondrait à la question : peut-on dire tout dire ? peut-on dire qu’un génocide est une bonne chose ? que le suicide est une mode ? qu’une tentative de viol est un aimable troussage ?  À cette question, les linguistes répondent : sur le plan syntaxique, oui si l’énoncé est bien formé, ou non, s’il est agrammatical, car il y a des règles, mais sur le plan des contenus, oui, on peut dire tout ça, car… ce n’est pas le problème de la linguistique. Et c’est vrai : en linguistique les mots n’ont pas de valeur, qu’elle soit morale ou esthétique d’ailleurs et il n’y a pas plus de mots jolis que de mots corrects (2), pas plus de mots laids que de mots immoraux. La seule valeur des mots est, dans la perspective saussurienne, dans le fait d’acquérir leur sens de leurs relations avec les autres. D’autres, en analyse du discours en particulier, répondent non, et avancent des notions comme la responsabilité énonciative des locuteurs, ce qui revient, me semble-t-il, à user de sa subjectivité et ses convictions morales personnelles.

Je ne suis pas d’accord avec ces deux réponses et cette question, pouvoir tout dire ou pas, a été la mienne dans cet ouvrage, avec le désir d’impliquer la linguistique dans l’interrogation éthique (3), mais en évitant de passer par les subjectivités personnelles ou collectives d’ailleurs, des analystes eux-mêmes. Mission impossible ? oui, si j’étais restée dans le champ des sciences du langage pour trouver mes inspirations : je serais retombée perpétuellement sur l’exclusion de l’axiologique. Mais la pluridisciplinarité permet justement de ne pas rester coincé dans de trop modestes périmètres, et d’aller chercher ailleurs des respirations de la pensée.

Ma réponse à la question est non, on ne peut pas tout dire. C’était celle de Foucault d’ailleurs dans L’ordre du discours, mais sur un autre plan, celui de la description des systèmes de pouvoir. Cette réponse cependant n’est qu’une vaste question : si on ne peut pas tout dire, sur le plan de l’éthique, et que cette norme trouve un fondement linguistique, alors comment la discipline du langage va-t-elle décrire et justifier ce qui se dit et ce qui ne se dit pas ? Pour répondre il faut construire un dispositif théorique pour le moment absent des sciences du langage.

Mais pour établir une réflexion sur la dimension morale des énoncés sans partir de critères subjectifs, qui seraient forcément orientés par les systèmes normatifs et idéologiques des analystes, je suis partie des réalités discursives elles-mêmes, les « événements discursifs moraux » : ce sont des discours qui ont déclenché des débats métadiscursifs de nature morale ou comportant des éléments moraux, c’est-à-dire jugeant certains discours comme nuisibles à autrui, et parfois susceptibles d’une sanction juridique. Mes critères sont alors intersubjectifs, reposant sur des normes collectives stabilisées qui ont produit un discours lui-même collectif (et non universel). Quand André Léonard, archevêque de Malines-Bruxelles, déclare en mars dernier, à propos de l’homosexualité, que les chrétiens doivent « assumer cette situation dans une forme de célibat, comme on le fait dans beaucoup d’autres cas », il déclenche une indignation morale qui se manifeste par de nombreux discours de protestation, relayés par la presse ; cette indignation est même concrétisée le mois d’après par une action physique de la part du groupe Femen Belgique, déclenchant à son tour une indignation morale, d’un autre type, comme l’avait fait le happening à Notre Dame de Paris en novembre 2012. Quand un journaliste révèle que le Syndicat de la magistrature, lieu social et professionnel plutôt marqué par la justice et le respect des droits, entretient un « mur des cons » et la culture discursive qui l’accompagne (sur le fameux mur, une affichette dit : « Avant d’ajouter un con, vérifiez qu’il n’y est pas déjà »), un discours d’indignation s’élève : ce mur est comparé à une « liste noire », un responsable de syndicat exprime son «  son dégoût et son effarement », l’Institut pour la justice souligne « l’indécence morale » de la présence d’un père de victime sur le mur et deux « cons » épinglés décident de porter plainte pour injure. Ces deux ensembles de discours sconstituent des événements discursifs moraux, qui disent au linguiste qu’il y existe une composante éthique des discours, et qu’il peut donc se pencher sur la question.

Mais la question, épineuse, c’est d’abord de savoir comment intégrer l’éthique à la théorie linguistique. D’où une cascade d’interrogations : y a-t-il une explication de nature linguistique à l’indignation morale suscitée par ces énoncés ? peut-on poser la question morale à l’analyse du discours ? quel équipement théorique et méthodologique peut nous permettre de faire ce travail ? c’est la fréquentation des chemins de la philosophie morale, de la philosophie de la connaissance, de l’épistémologie des sciences sociales et des sciences cognitives dans leur versant socio-culturel qui m’ont amenée à proposer une réponse à cette difficile et passionnante question (voir les références en fin de billet).

À partir de l’analyse d’événements discursifs moraux, je propose d’élaborer la notion de vertu discursive, définie comme une disposition des agents-locuteurs (énonciateur et co-énonciateur dans un même processus) à produire des énoncés ajustés aux valeurs admises dans une société à une époque et dans un lieu donné. L’ajustement est triple : à la décence discursive concernant les relations entre les agents ; à la vérité du monde telle qu’elle est formulée et acceptée par une société ; à la mémoire discursive dans laquelle se dessinent les discours d’une société. Pour élaborer la notion de vertu discursive, je suis passée par le concept de vertu épistémique, qui a été pour moi une source lumineuse de réflexion et de connaissance. Je détaillerai ce cheminement et la nature de la vertu discursive dans un des billets de la série.

En attendant, je proposerai dans le premier billet la description et l’analyse d’un petit événement discursif moral récent, qui fait se rencontrer une vieille tricoteuse gouailleuse et l’ami puissant d’un président…

Cheminement pour construire une éthique des vertus discursives (tous les textes sont en ligne sur HAL, sauf l’ouvrage à paraître et le dernier article)

Paveau M.-A., 2009 : « Vices et vertus du discours universitaire. Une perspective éthique », Actes du colloque international Les discours universitaires : formes, pratiques, mutations, Paris, L’Harmattan, p. 111-124.
Paveau M.-A., 2009 : « Peut-on dire n’importe quoi ? Langage et morale », Le français aujourd’hui 167, p. 105-113.
Paveau M.-A., 2012 : « Les diseurs de vérité ou de l’éthique énonciative », Cahiers de recherche de l’École Doctorale en Linguistique française 6, Numéro spécial Hommage à Camillo Marazza, coordonné par Mariagrazia Margarito et Enrica Galazzi, Milan, Lampi di Stampa, p. 197-212.
Paveau M.-A., 2013 (à par. juin), Langage et morale. Une éthique des vertus discursives, Limoges, Éditions Lambert-Lucas.
Paveau M.-A., 2013 (sous presse), « L’éthique des paradigmes. Mémoire et démémoire scientifique », in Maria Zaleska (dir.), Rhétorique de la critique dans le discours académique, Wydawnictwo Uniwersytetu Warszawskiego, Warszawa, p. 55-80.
Paveau M.-A., 2013 (sous presse), « Théorie du discours et philosophie morale », Actes du colloque international Le rapport éthique au discours (Université de Montpellier 3, avril 2011), Berne, Peter Lang, p. 81-97.

Notes

1. C’est l’un des grands malentendus à propos de la linguistique : dans le sens commun, un linguiste est celui qui corrige les fautes (« Ah, vous êtes linguiste ? alors il va falloir que je fasse attention à ce que je dis ») et qui dit si les mots existent ou non (« Et bravitude, c’est français ou pas ? »). Il doit également parler dix langues dont l’araméen, le kikuyu et le volapuk, mais c’est une autre question.
2. Autre malentendu : la conception normative, voire puriste de la langue, qui repose sur une vision anthromorphique de la langue, dont le « corps » doit rester intouché (par l’emprunt, le néologisme et le changement de sens) et dont la perfection doit être entretenue, sur le modèle classique (éviter les expressions « plébées » et « basses »).
3. Suivant la tradition de la philosophie analytique, et à suite de Ruwen ogien et Monique Canto-Sperber par exemple, j’emploie éthique et morale comme synonymes.

Crédit : « Moral Hazard », jcbear2, 2009, galerie de l’auteur sur Flickr, CC.

Pour citer ce billet. Paveau M.-A., 29 avril 2013, “ Les événements discursifs moraux“, La pensée du discours [Carnet de recherche], http://penseedudiscours.hypotheses.org/?p=10052, consulté le…

Prochain billet. Les événements discursifs moraux 1. Le maire et la tricoteuse. 


Marie-Anne Paveau

Enseignante-chercheuse en analyse du discours à l'université Paris 13

Vous aimerez aussi...