Les prédiscours

PAVEAU M.-A., 2006, Les prédiscours. Sens, mémoire, cognition, Paris, Presses Sorbonne nouvelle, 252 p.


Une partie du livre est en ligne sur Google livres : lire ici

Sommaire

Avant-propos

Chapitre 1. Pourquoi les prédiscours ?

1.1. Des données préalables : questions de terminologie
1.1.1. Usages de prélangagier et prélinguistique
1.1.2. Prédiscours et prédiscursif

1.2. Des données collectives : le postulat de l’intersubjectivité

1.3. Nature et formes du collectif. Quelques repères
1.3.1. La doxa
1.3.2. Le collectif
1.3.3. Le partage
1.3.4. Le commun

1.4. Traitements du sens préalable en sciences du langage
1.4.1. Le traitement lexico-phraséologique : les figements
1.4.2. Le traitement pragmatique : la compétence encyclopédique
1.4.3. Le traitement pragmatico-logique : la présupposition
1.4.4. Le traitement cognitif : schémas et cadres
1.4.4.1. Les organisateurs mentaux
1.4.4.2. Les schèmes d’image du réalisme expérientiel
1.4.4.3. La théorie du prototype
1.4.4.4. Les cadres sociaux de l’activité humaine

1.5. Aperçu de la question en philosophie de l’esprit et en sciences sociales
1.5.1. La croyance : structures, fétiches et légendes
1.5.2. Préjugés et préjugements : le mythe de la tabula rasa
1.5.3. Catégories et représentations sociales
1.5.4. Stéréotype et stéréotypisation
1.5.5. Prénotions et méthodologie profane

Chapitre 2. Positions en sciences du langage

2.1. La préconstruction du sens en discours
2.1.1. Le préconstruit de la sémantique discursive
2.1.1.1. Préconstruit et interdiscours
2.1.1.2. Traces du préconstruit comme effet dans l’intradiscours
2.1.1.3. Préconstruit, assujettissement et universel
2.1.2. Préconstruit culturel et schématisation

2.2. Importations philosophiques : autour du sens commun
2.2.1. La pragmatique des normes
2.2.2. L’épistémologie interactionnelle
2.2.3. Le sens commun est-il un concept linguistique ?

2.3. Un renouvellement de la sémantique cognitive : l’archéologie sémantique
2.3.1. Expérientialisme historique et catégorisation collective
2.3.2. La nécessité de l’histoire
2.3.3. Capital sémantique et positions de croyance

Chapitre 3 : La mémoire en discours

3.1. La notion de mémoire collective
3.1.1. La dimension constructiviste de la mémoire collective
3.1.2. La communautarisation de l’expérience
3.1.3. La construction de l’expérience temporelle

3.2. La mémoire en analyse du discours
3.2.1. La mémoire sémantique dans la construction du discours
3.2.2. L’invention de la mémoire discursive
3.2.3. Dialogisme et mémoire interdiscursive
3.2.3.1. Mémoire des mots, mémoire des dires
3.2.3.2. Les lieux d’inscription des « rappels mémoriels »
3.2.4. Histoire du discours et étymologie sociale
3.2.4.1. Archive et événement linguistique
3.2.4.2. Mots témoins d’histoire et usages socio-politiques

3.3. Une mémoire cognitivo-discursive
3.3.1. La mémoire comme processus dynamique
3.3.1.1. Mémoire et catégorisation : la production des discours
3.3.1.2. Itinéraires de mémoire : distribution et association
3.3.1.3. Les liens de la mémoire : le sens des discours
3.3.2. Mémoire et dé-mémoire
3.3.2.1. La disponibilité du passé : dé-baptême et nivellement
3.3.2.2. La dé-mémoire discursive : question d’éthique ou de sémantique ?

Chapitre 4. Pour une théorie des prédiscours

4.1. Les cadres prédiscursifs collectifs. Définition
4.1.1. Collectivité : une co-élaboration entre l’individu et la société
4.1.2. Immatérialité : une prédiscursivité tacite
4.1.3. Transmissibilité : communicabilité encyclopédique et lignée discursive
4.1.4. Expérientialité : organisation et prévision
4.1.5. Intersubjectivité : critères véri-relationnels
4.1.6. Discursivité : manifestations langagières

4.2. La localisation des prédiscours : une cognition distribuée
4.2.1. La tête est aussi dans le monde
4.2.2. Les outils de la technologie discursive

4.3. Les théories spontanées de la morale discursive
4.3.1. Théories et pratiques : défauts d’application
4.3.2. La théorie positive
4.3.3. La théorie négative

4.4. Remarques de méthode : corpus, échantillons

Chapitre 5 : Lignées discursives

5.1. La mémoire de la langue
5.1.1. L’étymologisme ou l’autorité des mots primitifs
5.1.2. Le lexicologisme ou l’économie des échanges sémantiques
5.1.2.1. Le soulignement métadiscursif
5.1.2.2. Le commentaire lexicologique spontané
5.1.2.3. Ce qu’il faut bien appeler : la loi de la langue
5.1.3. Le lexicographisme ou le dictionnaire amoureux

5.2. La mémoire des anciens : l’énonciation patrimoniale
5.2.1. L’appel à la sagesse collective
5.2.2. L’appel aux pères

5.3. Les noms de mémoire : usages discursifs du nom propre
5.3.1. Le nom propre et ses sens : un désignateur flasque ?
5.3.2. Références, mémoires, énonciations. L’exemple du toponyme
5.3.3. Le nom propre lieu d’une mémoire cognitivo-discursive

Chapitre 6 : Mondes partagés

6.1. La deixis encyclopédique
6.1.1. Deixis encyclopédique marquée
6.1.2. Deixis encyclopédique non marquée

6.2. Les interrogations génériques

6.3. Usages de la modalité épistémique
6.3.1. Les formes de l’évidence
6.3.2. La déclaration épistémique
6.3.3. La contrainte épistémique

Chapitre 7 : Organisateurs textuels-cognitifs

7.1. La typologie
7.1.1. De la raison graphique à la raison textuelle
7.1.2. Typologie et axiologie
7.1.3. Légitimité, identité, altérité : l’outil typologique

7.2. La métaphore
7.2.1. Un préconstruit à l’origine du sens
7.2.2. Khmers rouges et révolution culturelle : la métaphore totalitaire

7.3. L’antithèse
7.3.1. L’antithèse formelle : la réduction binaire
7.3.2. L’antithèse culturelle : la querelle des Anciens et des Modernes
7.3.3. L’antithèse historique : vieille culture et nouveaux Barbares

Discours et cognition : une nouvelle perspective en analyse du discours ?

Références bibliographiques

Index des auteurs cités

Index des notions

Index des expressions analysées