Énoncés sexistes

♦ Dans une thèse de linguistique de 2009, on trouve les exemples suivants, présentés et travaillés ensemble :
(1) Dans son énervement, Pierre étrangla sa femme
(2)
Dans son avarice, Pierre ne donnait jamais un sou à son fils

♦ Dans le Petit Robert de la langue française, l’exemple unique donné pour illustrer le verbe s’amouracher est le suivant :
Elle s’est amourachée de son professeur de tennis

♦ Dans Paris Match, novembre 2006 – article intitulé « Beyoncé. Itinéraire d’une enfant gâtée » (chapô)
Elle est tellement belle qu’on ne peut pas imaginer qu’elle compose elle-même ses albums vendus à des dizaines de millions d’exemplaires. Alors que sort son nouveau disque, Match vous raconte l’histoire de cette Black American princess

♦ Dans des annales de concours d’entrée dans les écoles d’orthophonie, on demande de trouver la faute dans l’énoncé suivant et de la corriger :
Paulette D., premier adjoint du maire démissionnaire a été élue par ses paires maire du Perray.
Réponse : il faut écrire pairs

♦ Sur un mur de Facebook le 2 septembre 2010 (orthographe conservée…) :
J’ai rien contre les nymphomanes, ça se soigne comme les hérotomanes.

♦ Sur un blog de Médiapart, quotidien en principe engagé, progressiste et promouvant l’égalité :
« Emission sur France musique, hier matin. Le journaliste, anglais, mais parlant un français bien meilleur que ne l’est mon anglais,  s’excuse auprès de ses auditeurs de passer « de Charybde » – qu’il prononce « cha  » et non « ka », comme il se doit ;  bon, on ne peut pas lui demander, en plus, de savoir comment ça se prononce – « en Scylla » ; sa co-présentatrice, française, ouvre de grands yeux, que je suppose ravissants, et demande la traduction de cette curieuse expression – où va-t-il trouver tout ça ? – Oh, cela veut dire : « sauter du coq à l’âne. »
Belle et involontaire illustration du sens réel de cette formule, et que tout ce petit monde, qu’on pourrait  croire un peu cultivé, ignorait royalement : tomber de mal en pis ! » (Billet de Patrick Rodel, 5 Novembre 2010)

♦ Variations amusantes sur la crémière, son beurre et son c…
–  Formes originelles machistes : « Vouloir le beurre, l’argent du beurre et le sourire de la crémière » ; « … et le cul de la crémière » ; « …et le cul de la fermière »
– Variante féministe : « Vouloir le beurre, l’argent du beurre et le fils de la crémière »
– Variante « beure » trouvée sur Facebook (graphies conservées) : « Le beure, l’argent du beure, la Beurette et et la bonne Humeurre »
– Autres variantes : par exemple ici et ici

♦ Emploi du terme potiche, dans le tweet d’un sociologue par ailleurs (pourtant ? apparemment ?) préoccupé des questions de genre, à propos des participants à une réunion de présentation d’un logiciel libre :
#ubuntuparty quand je parle de diversité je parlais de genre, de race et de classes sociales. (peu de femmes, mais pas de potiches par ex.)

♦ Les femmes et la technique : une incompatibilité ontologique ?
‎ »J’ai tenté de promouvoir des femmes au maximum, bien que nos dossiers soient très techniques. » (Stéphane Le Foll, actuel ministre PS de l’agriculture) – (collecte d’Anna Svenbro sur Facebook)