Coquilles, lapsus et inventions

♦ Le Figaro, 01.02.2008, dossier « Sciences médecine » (en jargon linguistique, on appelle ça un « h étymographique », c’est en général une marque d’hypercorrection)
« Hépathite B : deux laboratoires mis en examen »

Confié par un collègue et ami enseignant en psychologie cognitive. Jeune doctorant, il donne son premier cours en amphi ; impressionné, il ne sait comment commencer et décide de dire simplement ce qu’il va faire. Il déclare :
« Bonjour, eh bien, je vais vous donner mon corps ».

Dans un manuel d’entraînement aux concours d’entrée en école d’orthophonie, un lieu qui fabrique de l’insécurité linguistique, donc de l’hypercorrection, un « h » particulièrement mal placé :
« Dans la liste suivante, reliez les exemples aux figures de réthorique correspondantes »

♦ En cours de Master 1 sur « norme linguistique et norme sociale », je présente les règles de féminisation des noms de métier et je donne les exemples fameux des noms masculins ordinaires qui deviennent très connotés sexuellement au féminin (entraîneur, coureur, masseur, etc.). Dialogue :
– Moi : vous voyez, un coureur désigne un coureur cycliste ou quelqu’un qui fait de la course à pied, alors qu’une « coureuse » est tout de suite marqué. Pour marquer le nom au masculin, il existe une expression spécifique : coureur de jupons.
– Un étudiant : Eh oui madame, alors que les femmes c’est toujours des coureuses de pantalons (novembre 2010).

♦ Entendu à Autun dans les années 1930, transmission familiale :
« Elle a l’habillement, mais elle a pas le parlement »

♦ Lapsus du présentateur du JT de TF1 le 22.12.2010 :
Laurent Gbagbo ne veut toujours pas relâcher le pouvoir, euh, lâcher le pouvoir.

♦ De la coupe à la cour, entendu dans le métro, février 2011
« N’en jetez plus, la cour est pleine »

♦ Dans le métro ligne 4, 6 avril 2011
« En raison de travaux sur la ligne 4, le train ne marquera pas l’arrêt à la station Strasbourg-Saint-Denis. Veuillez nous excuser pour la gêne occasionnelle »

♦ Sur Fox News le 1er mai 2011, date de l’annonce de la mort de Ben Laden, une incroyable coquille Ousama devient Obama. The Daily What titre : « Terrible Typo of the Day ». Entre coquille et lapsus, comment décider ?

♦ Sur Twitter, le linguiste Hugues de Chanay s’énerve (à juste titre) sur le purisme aussi ridicule que fautif d’un locuteur de France Musique qui a donné l’heure de cette manière : « Elles sont huit heures ». Je lui réponds qu’il pourrait écouter NRJ… Sa réponse à ma réponse contient un très joli lapsus tapoti (30.12.2011, 11h30) :
Au lieu d’écouter NRJ, je fais un fion pas possible en protestant sur Twitter, Fb, et en écrivant à France Musique & à Télérama

♦ Un petit dialogue… succulent rapporté par Didier Moulinier (qui tient aussi une rubrique de « Phrases parfaites« ) sur son compte FB le 8 mars 2012 :
Chez le boucher tout à l’heure :
– Je dis : Je voudrais une tranche de foie de veau, très fine svp (connaissant le prix…).
– Lui me fait : Oooh elle sera TRES TRES fine… : il n’y en a PAS.
♦ Échange post-comité de sélection :

Question : Le Sam, mai 08, 2010 at 07:32:55 +0200, Marie-Anne Paveau écrivit:

bonsoir à tous

pourriez-vous m’envoyer vos rapports avant demain soir dimanche svp, les candidats doivent pouvoir en disposer dès lundi : 411 et 480 :

IS, GAB et PA

Réponse :

Voilà mes rapports (411 et 480 mélangés, j’expère que ça ira).

à bientôt,

amicalement,

Pascal

♦ Tweet de @haselnut, entre lapsus et petite erreur de langue  :

♦ Post sur la mort de Ridley Scott, avec une jolie confusion entre prendre et perdre :