Argumentations fantastiques

♦ Au début de ma carrière en 1997, les premiers téléphones portables arrivent en cours. Quand celui d’une étudiante a sonné pour la première fois dans un amphi, j’ai fait une remarque. L’étudiante concernée a eu cette réponse qui m’a laissée sans voix :
« Mais madame, c’est pas de ma faute si on m’appelle ! »

♦ Dans la rue, en 2009 : une voiture mal garée dépasse sur la chaussée et empêche les voitures de circuler. La première bloquée est un imposant quatre-quatre noir et rutilant comme on en voit à Paris ; son conducteur, restant assis au volant, klaxonne et proteste. La seconde est une voiture de ville banale ; son conducteur sort et parvient à déplacer la voiture qui fait obstacle. Sans doute énervé par la passivité du premier, il lui lance :
« C’est vraiment pas la peine d’avoir une voiture pareille si vous arrivez pas à passer n’importe où ! »

♦ Jolie question d’une petite fille, avec une belle occurrence de puisque :
« Puisque les feuilles tombent des arbres, comment y sont-elle montées ? »

♦ Dialogue dans le métro entre deux ados (une fille et un garçon) qui parlent du travail scolaire en classe de première :
« Elle : avant j’travaillais pas, j’foutais rien, et alors ça c’est mal passé. Maintenant, j’ai compris, je travaille. Et ça marche ! »

♦ Énoncé attrapé au vol rue d’Avron, novembre 2010, d’un homme à un autre, les deux autour de 45 ans :
« Ah, t’avais qu’à pas t’en prendre une aussi belle ! »

♦ Dialogue de voisinage, Paris, Novembre 2010 :
– Voisin 1 : « Bonjour, je suis désolé de vous déranger mais le son chez vous est vraiment très fort, est-ce que vous pourriez baisser un peu s’il vous plaît ? »
– Voisin 2 : « Mais, c’est qu’une télé ! »

♦ Énoncé attrapé au vol à Marseille, homme au téléphone devant la volée de marches de la gare, 10.12.2010 :
« Je suis devant les grands escaliers là, avec les marches qui descendent »

♦ Sur la page de présentation Facebook d’Obscure Précaire, cette fantastique citation :
« Déjà qu’on est pauvres, on va pas en plus se priver! ». Mémé (caviar et champagne à volonté à l’apéro le 1er juin)

♦ Robert, 22 ans, sans travail, sans domicile, sans rien, interviewé dans Télérama en novembre 2010 :
« Je ne sais pas pourquoi ma mère n’a jamais accepté que je sois autonome »
« La nuit, pour passer le temps, je faisais des mathématiques, du Bled. Trois heures de Bled pour trouver le sommeil. J’aimais ça »

♦ Libération, 10 février 2011, article « «Terminator», le surnom de la rectrice de Lille », un manifestant lillois à propos du vice-président du Conseil régional
« Un bon gaulliste bien né ne ferait pas ce genre de connerie ».

♦ Sur le blog Le top des produits pour bébé, titre d’un billet du 23.02.2011
« Un enfant, ce n’est pas comme la bière, ça n’aime pas la pression »

♦ Rapporté par @jugedadouche sur Twitter le 22.03.2011, assorti de la mention « véridique » :
Dans le cabinet du JE, le père à son fils : « tu mens tout le temps ! Qu’est-ce qu’on va faire de toi ?! Avocat ? »

♦ Rapporté par @Me_Fantomette sur Twitter le 23.07.2011 :
Les clients qui appellent le week-end sur le portable et précisent : « Je ne veux pas vous déranger pendant votre semaine de travail ». 

♦ Un commentaire à un billet de Pierre Mounier sur Homo numericus, intitulé « Internet 2012. Que reste-t-il de notre révolution ? », 26.01.2012, à propos de la fermeture de Megaupload :

« la roue a été inventée par un feignant qui n’a pas touché un sous de droits d’auteur. »

♦ Dialogue délicieux relevé par P. (septembre 2012) :

L’adjointe — Vous mettez votre alliance à la main droite ?

La mariée — Je suis orthodoxe.

L’adjointe — Vous écrivez des deux mains alors !

♦ Le concierge de C. Est un logicien hétérodoxe :

Sur François Hollande: « Il défait tout ce que les autres ils avaient pas fait avant » (septembre 2012).