« Les ficelles du prof », Delphine Regnard pour Enseignant en cherchant. Vases communicants de mai 2012

Publier ici, sur le carnet de Marie-Anne est un grand honneur pour moi car je trouve son carnet très beau et très riche. A publier ici, je me rends compte à quel point on peut habiter un blog, je remarque la présence de son auteure ici. Je vais donc essayer, puisque nous devons vasecommuniquer d’écrire quelque chose de mon cru, en essayant de ne pas croire que je suis devenue chercheuse moi aussi ! Vous pouvez retrouver Marie-Anne sur mon carnet, Enseignant en cherchant, dans un très beau texte sur l’orthographe.

Je rebondis doublement en écrivant ce billet sur le carnet de Marie-Anne. Premier rebond d’ordre réflexif : à l’image de la spirale de la villa (cf le carnet correspondant : Espaces réflexifs), j’ajoute ici celle de la ficelle ; second rebond : il s’agira ici de techno, de langagier, de psychanalytique, de TICE…enfin, je vais essayer.

Je suis en train de lire le livre de J.-L. Rinaudo, Tic, Éducation et psychanalyse (ici) dont j’apprécie particulièrement deux métaphores : la boîte de compas et la ficelle. La boîte de compas de son père que celui-ci offrit à l’auteur à son entrée au collège, signifiant par là symboliquement un passage mais le lestant d’un outil moins pratique que celui des copains. J’aurai je pense toujours à l’oreille ce que mon propre père m’a répété à l’envi, et continue de répéter à la génération d’après : « un bon ouvrier doit avoir de bons outils. » Or mon père est un ouvrier, il était fraiseur, mon père – et cette proclamation dans la cour de l’école a toujours été du meilleur effet. J’ai toujours ressenti comme un pansement cette expression qui permettait à mon père, par la généralisation du nom « ouvrier », d’accéder à un groupe social valorisé grâce au redoublement de l’adjectif « bon ». D’autre part, j’ai toujours compris, aussi, cette expression comme possiblement « inversable » : si l’on a de bons outils, on peut donc être un bon ouvrier. Donc, même si on est/on nait ouvrier, on peut accéder à cette catégorie du « bon ». Ce que je fis. « Bonne élève ». Qui n’a pas écrit cela en commentaire dans un bulletin ou prononcé cette parole (précieuse ?) lors d’un conseil de classe ou d’un rendez-vous de parent ? Bonne élève car bien outillée, intellectuellement bien sûr. Mais il me semble qu’il est très important aussi de chercher à donner les bons outils : non pas la dernière tablette, mais les procédures qui feront le bon ouvrier. Le discours de certains sur le manque de moyens, discours qui permet d’évacuer la prise en main des TICE me semble trop rapide.

Compas (image wikimedia)

Si bien que la lecture de cette anecdote du compas m’ouvre des perspectives pour comprendre cette passion que j’ai de réfléchir à ce que les TIC bouleversent (ou doivent bouleverser) dans l’enseignement. Le mot objet est central en éducation et permet de multiplier les métaphores… :

– Être prof, c’est être un être humain de façon parfois aigüe (en situation de conflit, d’échec, de remise en cause…) et non un objet, or si les TICE  provoquent encore des levers de boucliers, c’est qu’elles sont parfois senties comme des transformateurs. L’ordinateur va remplacer le professeur, le transformer en tapisserie (mais le texte (1) qu’il peut se laisser aller à débiter ne fait-il pas déjà de lui une tapisserie ?). L’objet remplace le sujet, c’est bien une voix passive, non ?

– Enseigner un objet à des élèves ? un objet (le cercle ?) ou l’apprentissage d’outils (le compas) ? inculquer ou éduquer ?

– Ce qui se résout avec la dernière proposition : être prof c’est considérer l’autre comme un sujet et non un objet. Donc, il ne sera pas sage et silencieux comme une image (objet), il ne restera pas en place (objet), il ne reflètera pas l’image de vous que vous voyez en lui (objet encore) mais se comportera comme un sujet et vous tâcherez d’accorder le verbe au pluriel, comme il se doit. Donc introduire un objet (l’ordinateur) ne doit pas permettre de transformer ni soi ni l’autre en objets. C’est encore une des pierres d’achoppement de l’intégration des TICE, ou de l’acculturation de la pédagogie aux TICE.

Image capturée sur le blog chemin de tables

Arrive alors la ficelle, objet transitionnel, qui permet à la fois d’éloigner de soi mais de ramener aussi à soi, donc de garder prise sur la situation. Les ficelles du métier (de prof), quelles sont-elles ? toutes celles qui vous permettent de faire progresser l’autre, bien sûr, pas de vous ériger en dispensateur éminent de savoir. Ça a l’air simple mais c’est de fait bien compliqué. J’ai remarqué que plus mes élèves sont faibles, plus ils me réclament des cours (id est des « leçons », des « textes ») tirés au cordeau, très écrits et ingurgitables. Et résister à cette tentation est parfois très difficile car il faut déployer une énergie et une imagination assez épuisantes. Donc, si je considère que l’ordinateur, la chose informatique, l’objet électronique, peut être une ficelle qui me permet : 1. D’éloigner les élèves de moi comme une maman cherche à apprendre à ses enfants à traverser la route seuls 2. De les accompagner dans leur envol et les retenir s’ils tombent 3. De lâcher la ficelle quand celle-ci sera trop courte – si c’est cela  les TICE (et non une corde qui étrangle et essouffle), il est temps de commencer une psychagoguè pour conduire les autres là où ils trouveront leur point de départ.

Mise à jour quelques heures plus tard

Je viens de tomber par hasard sur l’article que Xavier de La Porte consacre au texte récemment publié par N. Carr : « Nostalgie de la mèche » (à lire sur l’excellent site InternetActu, ici). Je trouve la coincidence trop saisissante pour ne pas la signaler ici. La conclusion du texte vient certainement nuancer ce que j’écrivais ci-dessus : celui qui tire la ficelle n’est peut-être pas celui qu’on croit. Cependant, elle conforte l’idée qu’il faut tendre cette ficelle, pour espérer rester nous aussi à flot.

(1) copié-collé du wiktionnaire : texte, du latin textus (« tissu », « trame (du récit) », « texte »), participe passé du verbe texere (« tisser », « tramer »). Le glissement sémantique entre le « tissu » et le « texte » se retrouve en français dans des expressions comme « trame du récit » ou « intrigue cousue de fil blanc ».

(2) adresse du blog chemin de tables : ici


Vous aimerez aussi...

5 réponses

  1. Mélodie dit :

    (début du commentaire chez Marie-Anne) bel échange !

  2. Marie-Anne Paveau dit :

    s’il y a un texte qui montre à quel point un prof considère l’autre comme un sujet, c’est bien le tien, delphine ! pour considérer l’autre comme un sujet, il faut sans doute s’être éprouvé soi-même comme sujet, et je donne à ce mot d' »éprouvé » son sens le plus fort : ce n’est pas être sujet que de traverser la vie les yeux clos et les bras fermés ; c’est l’être (l’être ?) que de s’être (être ?) laissé traverser, souvent à son insu et contre son gré, par les « épreuves » de la vie, qui sont souvent celles de l’autre, aux deux sens : éprouver l’autre et subir les épreuves dont l’autre nous charge – le méter de prof, c’est sans un de ceux qui nous obligent le plus à éprouver l’altérité, et quelle altérité : un élève, ce n’est pas rien comme autre, c’est un « très » autre, un pas comme nous… enseigner, c’est donc sans doute avoir cette disposition à se laisser toucher par ces épreuves, sans craindre qu’elles ne nous entament

    du coup, le rapport à l’objet est sans doute inclus dans cette disposition : pour moi, l’objet des tice (ordinateur, tablette, clavier, tous les objets de la technologie intellectuelle) n’est pas distingué du sujet mais en est un prolongement – j’ai l’impression que c’est un peu ce que tu veux dire avec la ficelle : finalement cette ficelle, c’est celle qui permet à l’objet de prolonger ton enseignement et d’outiller l’élève – j’ai l’impression que cette ficelle-objet est la prolongation de toi sujet – tu es un vrai cyborg, finalement ! – j’aime la référence à cet ouvrier bien outillé qu’a été ton père, et qui a tenu à transmettre cet amour de l’outillage à sa fille, je la trouve magnifique, et je trouve assez merveilleux, mais j’ai peur de faire une surinterprétation, que tu passes de ton père à tes élèves, inscrivant et installant en cela la filiation, le fil des générations, la ficelle généalogique – merci à toi et à tes vivantes ficelles

  1. 04/05/2012

    […] n’ai jamais abandonné la première posture. Je suis également très heureuse de la recevoir sur La pensée du discours, qu’elle vient enrichir de ses recherches enseignantes et de son enseignement […]

  2. 06/05/2012

    […] qui ici a chu. Or mon père est un ouvrier. « Et alors tous les accents circonflexes, vous les supprimez ? ». Il y a un courant d’air […]