Une linguistique symétrique pour penser le discours

Ce texte est la première version d’une communication présentée le 4 mai 2010 à l’université de Strasbourg, à l’occasion de la première d’un ensemble de trois journées d’étude consacrée aux dépassements des frontières disciplinaires dans le domaine des sciences cognitives. Ces journées sont organisées par Romy Sauvayre du Laboratoire Cultures et Sociétés en Europe (link).

La linguistique symétrique postule que les unités non linguistiques participent pleinement à l’élaboration de la production verbale, au sein d’un continuum entre verbal et non verbal, et non plus une opposition (Paveau 2009). C’est une perspective nouvelle pour la linguistique, issue de son articulation avec les acquis de la cognition sociale (je détaille cette articulation dans Paveau 2007), et inscrite dans la philosophie du discours que je défends depuis quelques années (Paveau 2008, 2010a, 2010b).

La symétrie : l’apport de l’anthropologie et de la psychologie

À la fin des années 1970, Bruno Latour commence à travailler en sociologie des sciences, sur le travail de laboratoire en particulier, sur ce qui deviendra en 1997 l’« anthropologie symétrique », c’est-à-dire une anthropologie qui ne considère plus le rapport entre l’humain et le non-humain comme une frontière (en vs), mais comme un continuum : l’intersubjectivité fondant le social chez les sujets humains est aussi une « interobjectivité » (Latour 1994), puisque les objets, l’ensemble du monde non humain, contribuent à la définition du social. Latour propose donc une sociologie alternative, qui prend en compte les « matières » hétérogènes qui font assemblage dans le social, et conteste l’idée d’un social définissable de manière homogène. Pour Latour, on ne peut faire de la sociologie avec du social uniquement, mais il faut tenir compte de la nature « assemblée » des phénomènes sociaux. De même, je pense que l’analyse linguistique ne doit pas se contenter de porter sur des faits langagiers constitués uniquement de « langage » au sens traditionnel du terme, mais que la définition du langagier doit s’étendre à et s’enrichir de matérialités sociales, culturelles, environnementales, objectales, etc.

Il s’agit d’un point de vue nouveau sur le travail linguistique, mais qui n’est cependant pas révolutionnaire, puisque certains auteurs, dans des domaines différents des sciences du langage, ont proposé antérieurement des perspectives de ce type.

La prise en compte du contexte dans l’analyse linguistique des énoncés empiriques à partir de la fin des années 1960 va dans le sens d’une extension du langagier aux « conditions de production » ou aux « déterminations sociales », quel que soit le nom que l’on donne à l’époque aux extérieurs du discours. Les linguistes n’ont cependant pas franchi les barrières du logocentrisme, et le contexte est actuellement, dans les travaux mainstream, au pire le décor du langagier ou son entourage, au mieux un élément qui vient colorer de l’extérieur le sens des productions verbales. Rares sont les linguistes qui font du contexte un élément réellement constitutif du sens, craintifs sans doute à l’idée d’abandonner cet ordre de la langue qui leur semble faire leur identité scientifique et de passer pour des sociologues, des anthropologues, ou, pire encore, des artisans ou des voyageurs…

Les interactionnistes proposent également d’intégrer les éléments de l’environnement dans l’analyse linguistique. Dès ses Éléments de pragmatique linguistique de 1981, Alain Berrendonner propose par exemple de prendre en compte l’aspect signifiant de tous les éléments de la réalité : « Tout élément de la réalité, tout objet, tout état de choses, tout acte ou geste, peut être considéré comme symptôme de lui-même. Mon stylo est le signifiant que représente et qualifie […] mon stylo. Cas particulier, trivial, mais qui rend compte de toute la sémiologie fondamentale des realia, choses, états de fait, gestes et actes » (1981 : 219). Les chercheurs de l’école de Genève, autour de Jean-Pierre Bronckart (l’interactionnisme socio-discursif), pratiquent aussi cette linguistique « ouverte » sur ses extérieurs, à partir des propositions princeps de Vygotski en psychologie (je pense particulièrement aux travaux de Laurent Filliettaz : homepage).

Chez les psychologues sociaux qui s’intéressent à la cognition, cette conception symétrique du langage est défendue par le français Christian Brassac ou le britannique Chris Sinha. Brassac milite activement pour une analyse des phénomènes langagiers qui sorte de ce qu’il appelle la dimension « egocéphalocentrée » (en particulier dans Brassac 2004, 2006 et 2008 ; il dirige une équipe consacrée à la cognition distribuée dans les systèmes naturels et artificiels : homepage)

Dans le champ anglo-saxon, c’est Chris Sinha qui me semble un des meilleurs représentants de cette conception, développée par exemple dans Sinha 2000, 2008 et 2009 (homepage). Son travail sur l’intersubjectivité, et la manière dont il propose d’intégrer les matérialités environnementales dans la production du sens proposent à la linguistique symétrique des pistes extrêmement fécondes.

On voit donc que ce sont surtout des psychologues qui « ouvrent » la conception du langage, psychologues qui ont une conception également ouverte de la cognition puisqu’ils sont du côté de la cognition externaliste.

Langage et environnement

À partir de ces conceptions, auxquelles je souscris entièrement, je propose une linguistique alternative à la pratique « egocéphalocentrée » ou plus couramment logocentrée le plus souvent rencontrée. La linguistique symétrique substitue au rapport-frontière entre le langagier et le non-langagier (linguistique vs extralinguistique), un continuum entre les deux : le non-langagier est dans le langagier, qui est un « assemblage » entre des « matières » diverses, dont la matière langagière classiquement postulée par la définition saussurienne de la linguistique. En d’autres termes, le langagier n’est pas que langagier stricto sensu, puisque les réalités du monde, et en particulier les objets, contribuent à la production du discours et du sens. cette conception du langagier est elle-même le résultat d’une conception symétrique de la discipline linguistique, ne fonctionnant pas en autarcie mais se nourrissant de disciplines contributives comme les sciences sociales et les sciences cognitives. L’interactionnisme, je l’ai dit plus haut, mais aussi l’analyse conversationnelle, ont intégré depuis longtemps à la production verbale des dimensions non langagières comme les gestes et les postures, mais l’approche y reste humanocentrée et souvent egocentrée (ce sont souvent les mécanismes de production qui sont analysés). C’est surtout la cognition sociale dans sa version distribuée (Hutchins) et tout particulièrement la théorie des affordances (Norman, Gibson) qui, articulées aux propositions de Latour, sont mes principaux contributeurs pour penser une linguistique symétrique. C’est pour cette raison d’ailleurs que, plutôt que de parler de locuteurs et de contextes, je préfère parler d’agents dans leurs environnements.

Dans cette approche, la matérialité langagière et discursive est incarnée, non seulement dans les productions verbales, mais également dans les pratiques et les objets (naturels ou artefacts). Ma perspective n’est cependant pas celle de la sémiologie puisque je considère les objets comme des agents psychiques, cognitifs et langagiers, comme de véritables contributeurs à la production du sens, et pas seulement comme des signes ou symboles. Les objets ont les caractéristiques que Norman attribue aux artefacts dans la définition qu’il en donne en 1993 :

Les artefacts cognitifs acquièrent leur fonction en tant qu’outils représentationnels. en effet, je définis un artefact cognitif comme un instrument artificiel conçu pour conserver, rendre manifeste de l’information ou opérer sur elle, de façon à servir une fonction représentationnelle (Norman 1993 : 28).

La définition du langagier ainsi étendue à ses ancrages matériels et environnementaux oblige le linguistes à modifier ses corpus et ses objets. « Production cognitive conjointe, écrit Brassac, la  construction de significations qui trame l’interaction entre sujets humains est une dynamique de modelage de formes langagières, corporelles et artefactuelles » (2004 : 251-252). D’où la nécessité de quitter l’égocéphalocentrisme de la linguistique traditionnelle pour envisager des productions conjointes ou, dans le vocabulaire de Latour, des assemblages de données relevant de matérialités différentes.

À partir de cette approche, j’ai proposé la notion de « technologie discursive » pour désigner des pratiques, artefacts ou objets qui informent la production verbale, au sens où ils y participent structurellement (Paveau 2006a). Les outils de la technologie discursive montrent leur prolixe matérialité dans le dire lui-même.

Les observables de la linguistique symétrique

Mais comment considérer les objets dans une perspective langagière et discursive ? comment construire, dans le cadre de la linguistique symétrique, des observables pour l’analyse ?

Les travaux des psychologues sociaux et designers sur les objets permettent de répondre à ces questions. Le modèle des affordances proposé par Gibson dans les années 1970, et repris par Norman à partir des années 1980, permet de penser l’objet comme un ensemble intentionnel. Une affordance est une possibilité offerte par l’objet lui-même, sa forme, sa couleur, sa matière, sa taille, etc., une propriété d’un objet ou un trait de l’environnement immédiat, qui indique quelle relation l’agent humain doit instaurer avec l’objet (comment on doit s’en servir, ce qu’on doit faire avec). Des exemples simples : une chaise propose l’affordance de s’asseoir, un lit celle de se coucher, le pain et le vin celles de manger et boire ou de se livrer à une célébration religieuse, selon les contextes. Nous avons tous d’ailleurs des expériences d’opacité affordancielle, quand nous rencontrons des objets dont nous ne connaissons ni l’usage ni la fonction, par exemple un objet ancien ou d’une autre culture. Dans les magazines consacrés aux antiquités, par exemple, il y a souvent une rubrique permettant aux lecteurs d’envoyer des photos d’objets à des fins d’identification : qu’est-ce que c’est, à quoi ça sert ? autrement dit : quelle est l’affordance de l’objet, que me montre-t-il comme dire ? pour Gibson, les affordances, qu’il nomme « action possibilities », sont réelles (norman opposera affordances réelles vs perçues), car présentes dans l’environnement et indépendantes des capacités des agents à les détecter ; puis il évolue sur cette question et intègre les capacités perceptives des agents (par exemple un escalier de quatre marches hautes « n’afforde » pas la possibilité de la grimper à un enfant qui ne marche pas encore). Quand Norman reprend cette question, il propose de parler de « perceived affordances », affordances perçues et donc subjectives, ce qui est différent des « real affordances » de Gibson :

[…] the term affordance refers to the perceived and actual properties of the thing, primarily those fundamental properties that determine just how the thing could possibly be used. […] Affordances provide strong clues to the operations of things. Plates are for pushing. Knobs are for turning. slots are for inserting things into. Balls are for throwing or bouncing. When affordances are taken advantage of, the user knows what to do just by looking: no picture, label, or instruction needed (Norman 1988 : 9).

Un exemple de Norman : dans une pièce où se trouvent un sofa et une balle de softball (un peu plus grande qu’une balle de baseball), l’agent peut s’asseoir sur la balle et lancer le sofa parce que c’est objectivement possible. Cela veut dire que l’on doit penser l’intentionnalité des objets, en tout cas ce que Tomasello appelle leur « disponibilité intentionnelle » :

[…] des objets ou des artefacts possèdent, outre leur disponibilité sensori-motrice, ce que nous pourrions appeler une disponibilité intentionnelle : il comprend les relations intentionnelles que l’autre entretient avec l’objet ou l’artefact et du même coup les relations intentionnelles qu’il entretient avec le monde par le biais de l’artefact (Tomasello 2004 : 83).

Dans ma perspective, les objets proposent des affordances discursives, c’est-à-dire qu’ils instruisent, prescrivent ou contraignent certaines activités langagières ou discursives. Pour l’instant je propose une typologie exploratoire à quatre catégories (outils linguistiques et discursifs, objets discursifs graphiques et non graphiques) destinée à ouvrir la description de l’articulation entre discours et objets :

– Les outils linguistiques sont des objets fabriqués ou élaborés explicitement pour enregistrer les compétences langagières : dictionnaires, grammaires, listes lexicales, lexiques, jeux d’apprentissage, guides de correspondance, manuels de savoir-vivre. Conçus sur le modèle de la liste et de ses variantes, ils se présentent comme des encyclopédies consultables (feuilletables) de la langue et de ses usages, qui offrent des affordances linguistiques.

– Les outils discursifs sont des objets élaborés pour soutenir les compétences discursives et étayer les productions discursives : tableaux, listes, petits papiers, brouillons, check-lists, power point, plans de ville et de réseaux de transport. Ils proposent des affordances discursives (mais non linguistiques, puisque ces objets ne proposent pas d’élément concernant la langue).

– Les objets discursifs graphiques ne sont plus des outils de type langagier, mais des objets qui sont dotés de traits graphiques orientant les productions discursives. Ils supportent en effet des éléments inscrits de diverse nature : je pense aux monuments aux morts, aux listes de morts, aux emballages alimentaires, bouteilles, porte-clefs, linge brodé, marquoirs, objets gravés de toute sorte (timbales, bagues, alliances), tatouages, etc.

– Enfin les objets discursifs non graphiques sont des objets sans inscription, mais dont les propriétés spécifiquement « objectales » d’ordre non verbal proposent des usages et agirs discursifs : les objets de table d’une une salle à manger (verres, assiettes, couverts, bouquets) sont des objets de sociabilité, ceux-là même qui vont « pourvoir » une conversation mondaine, mais également un briquet, un foulard, un stylo ou un caillou, ou l’un des mille objets qui trament nos contextes quotidiens.

Reste à montrer comment les objets représentationnels se propagent dans le système. Ma réponse est la notion de contribution, entre attraction et distribution. Les objets sont en effet des contributeurs cognitifs à la production du discours, qui donnent des instructions, de la même manière que les prédiscours (Paveau 2006a), pour la construction des formes et contenus des discours. Je propose donc une esquisse des rapports entre objets et discours, étant entendu que ce rapport est collaboratif-contributif dans le système objets-agents humains-discours. Pour le moment je vois quatre modes de contribution témoignant de l’articulation entre les « data » des objets et les « lata » des locuteurs :

– Premièrement, certains objets vont afforder des genres de discours qui leur sont spécifiques ou tout du moins attachés. Dans le système sémiotique complexe de la décoration militaire (Paveau 2006b), constitué de l’objet croix de guerre (objet discursif non graphique), du texte de la citation à l’ordre et de la cérémonie de remise de décoration, se propage une série de représentations externes qui contraignent le genre épidictique.

– Deuxièmement, des formes morphographiques vont être partiellement explicables en termes d’affordances discursives : les listes en colonne adoptant la forme verticale du monument ou du mémorial, la disposition en étoile des noms propres sur un plan de réseau ou de ville, les monogrammes du linge de maison ou encore les formes graphiques étranges de la communication clandestine (formes stéganographiques).

– Troisièmement, l’objet afforde des formes particulières d’interaction verbale, de deux manières : les objets transactionnels motivent principalement l’interaction verbale car ils en sont la condition nécessaire (objets de contact comme le verre, la cigarette, le stylo, l’objet tombé, ou, de façon plus moderne, le téléphone portable, l’iphone, l’ipad) ; les objets instructionnels quant à eux contraignent ou instruisent l’interaction verbale (Lahlou 2000 donne l’exemple de la machine à café au bureau, attracteur cognitif puissant qui déclenche des interactions verbales ritualisées). Enfin, certains objets affordent directement l’appel aux prédiscours des lignées discursives : par exemple la photo (de guerre, de famille, d’objet de mémoire) et d’une manière générale tous les objets-traces, qui appartiennent au domaine de la muséographie officielle ou familiale.

Références

Berrendonner A., 1981, Éléments de pragmatique linguistique, Paris, Minuit.

Brassac C.

2004, « Action située et distribuée et analyse du discours : quelques interrogations », Cahiers de linguistique française 26 : 251-268, lire ici

2006,  « Avant-propos : enaction, externalisme et internalisme, les modalités d’un débat », Intellectica 2006/1, 43, 7-9, lire ici

Brassac C., Fixmer P., Mondada L., Vinck D., 2008, « Interweaving objects, gestures, and talk » in Contextmind, culture, and activity 15, 3 : 208-233, lire ici

Lahlou S., 2000, « Attracteurs cognitifs et travail de bureau », Intellectica, 2000/1, 30 : 75-113, lire ici

Latour B.

– 1994, « Une sociologie sans objet ? remarque sur l’interobjectivité », Sociologie du travail 4, n° spécial sur la cognition située : 587-606, lire ici

– 1997, Nous n’avons jamais été modernes. Essais d’anthropologie symétrique, Paris, La découverte.

Norman D. A.

– 1988, The design of everyday things. New York, Doubleday.

– 1993, « Les artefacts cognitifs » dans Conein B., Dodier N., Thévenot L., 1993, Les objets dans l’action. De la maison au laboratoire, série « Raisons pratiques » 4, Paris, Éd. de l’EHESS : 15-34.

Paveau M.-A.

– 2006a : Les prédiscours. Sens, mémoire, cognition, Paris, Presses Sorbonne nouvelle.

– 2006b : « La citation militaire : système sémiotique, pratique honorifique », dans Lopez-Muñoz, J-M, Marnette, S. & L. Rosier (éds), Dans la jungle du discours rapporté : genres de discours et discours rapporté, Presses de l’université de Cadix : 277-286.

– 2007 : « Discours et cognition. Les prédiscours entre cadres internes et environnement extérieur », numéro spécial de la revue électronique corela (cognition, représentation, langage) : « contextes, discours, cognitions », codirigé avec G. Achard-Bayle, lire ici.

– 2008 : « Les rituels de l’interpellation : norme, idéologie, imaginaire », Conférence invitée au colloque international L’interpellation. Perspectives linguistiques et didactiques, Université de paris 4, maison de la recherche, 16-17 mai.

– 2009 : « Mais où est donc le sens ? pour une linguistique symétrique », conférence invitée au deuxième colloque international Res per nomen, Reims, 30-31 mai, in Actes prépubliés, p. 21-31.

– 2010 : « La norme dialogique. Propositions critiques en philosophie du discours », Semen 29, p. 127-146.

– 2010 (à par.) : « L’éthique des paradigmes. Mémoire et démémoire scientifique », La rhétorique  de la critique dans le discours universitaire. Conflits, polémiques, controverses, Actes du colloque international de Varsovie, 22-25 avril 2009, Université de Varsovie.

Sinha C.

– 2000, « Culture, language and the emergence of subjectivity », Culture & psychology, vol. 6 (2), London, Thousand oaks, CA and New Delhi, Sage publications, 197–207.

– 2009, « Objects in a storied world: materiality, narrativity and normativity », Journal of consciousness studies vol. 16, No.6-8, June-august 2009, special issue on narrative and folk psychology, ed. Daniel D. Hutto, lire ici.

Tomasello M., 2004, Aux origines de la cognition humaine, trad. Y. Bonin, Paris, Retz.

Zlatev J., T. Racine, C. Sinha and E. Itkonen (eds.), 2008, The shared mind: perspectives on intersubjectivity. Amsterdam: John Benjamins.

Crédits : photos M.-A. Paveau

Pour citer ce billet : Paveau M.-A., 2010, « Une linguistique symétrique pour penser le discours », La pensée du discours [carnet de recherche], http://penseedudiscours.hypotheses.org/?p=95, consulté le…


Marie-Anne Paveau

Enseignante-chercheuse en analyse du discours à l'université Paris 13

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. 12/02/2011

    […] 2010, « Une linguistique symétrique pour penser le discours », La pensée du discours, http://penseedudiscours.hypotheses.org/95 Paveau M.-A., 2006, Les prédiscours. Sens, mémoire, cognition, Paris, Presses Sorbonne […]

  2. 14/08/2011

    […] M.-A. Paveau, Une linguistique symétrique pour penser le discours, 2010 […]