Analyse du discours / Analise de discurso. Épistémologies, objets, méthodes (Pouso Alegre 2011)

En septembre dernier j’étais invitée à ouvrir un colloque sur l’analyse du discours au Brésil, à Pouso Alegre : ENELIN III, Encontro internacional de Estudos da LinguagemL’analyse du discours est extrêmement vivace au Brésil, et le public était nombreux et intéressé. J’en donne ici l’introduction, le texte en français est en ligne sur le site du colloque.

Introduction

La question à laquelle je me propose de répondre dans cet article est très large et ma réponse sera donc limitée :

– elle sera évidemment partiale et partielle : l’analyse du discours est devenue, dans le monde mais aussi à l’intérieur même des frontières françaises, un continent extrêmement étendu, impossible à connaître entièrement, et l’étiquette « analyse du/de discours » est utilisée par de nombreux chercheurs dans de nombreux domaines et pas seulement en sciences du langage (en sociologie et science politique tout particulièrement).

– elle sera critique, au sens scientifique et donc constructif du terme : je prends peut-être le risque de fâcher certains lecteurs en affirmant que toutes les propositions théoriques et méthodologiques n’ont pas la même valeur, qu’elles ne sont pas toutes acceptables au même titre, que certaines sont mêmes inexactes ou qu’elles ne correspondent pas aux critères exigibles d’une science de qualité.

– elle sera enfin directement liée à la définition que je choisis du discours, qui fonde mes propres travaux, définition qui trouve ses origines dans la « théorie du discours » (je préfère cette expression d’époque à « analyse du discours ») qui s’est développée en France dans les années 1960-1980, dans un moment marxo-freudien où des concepts forts ont émergé. Cette définition serait la suivante : un ensemble de productions verbales élaborées dans un environnement dont les paramètres sont à la fois humains et non humains, explicites, implicites et tacites (les prédiscours) et qui ne peuvent en être isolés : dans la perspective discursive, l’environnement de production des énoncés est constitutif de leur description, de leur fonctionnement et de leur sens. Cet environnement est mixte, ce qui veut dire que toutes ses données entrent en ligne de compte dans l’élaboration des discours, le social, le culturel, le politique, l’esthétique, l’éthique, le biologique, etc. Les travaux en sciences cognitives et en philosophie de la connaissance ont montré à quel point les catégories devaient être pensées comme ouvertes les unes sur les autres, et non closes dans leurs frontières. Il n’y aurait pas grand sens, par exemple, à penser le politique en dehors de ce qui le traverse en matière d’éthique, de culturel, de biologique, etc. (proposition développée dans Paveau 2006 et 2007 par exemple).

Après un bref rappel historique, théorique et épistémologique sur «les» analyses du discours et ce qu’elle recouvrent comme travaux, je proposerai un panorama des lieux et des gens qui travaillent sur le discours en France (et dans d’autres pays très liés à des équipes françaises) actuellement et j’essaierai de décrire le mainstream en analyse du discours, à partir de quelques propositions définitoires et assertives qui le fondent. Je présenterai pour finir des recherches nouvelles et parfois hétérodoxes qui émergent actuellement.

Lire la suite : « Que veut dire travailler en analyse du discours en France en 2011 ? Épistémologies, objets, méthodes« .

Référence

Paveau M.-A., 2012 : « Que veut dire travailler en analyse du discours en France en 2011 ? Épistémologies, objets, méthodes », actes du colloque III Encontro Internacional de Estudos da Linguagem, septembre 2011 ; Pouso Alegre, en ligne sur http://www.cienciasdalinguagem.net


Marie-Anne Paveau

Enseignante-chercheuse en analyse du discours à l'université Paris 13

Vous aimerez aussi...