Une étoile mystérieuse 2. « Nous étions plein de charme ». Le charisme en pratique

3275757225_6ed4710f43Le charisme, c’est une notion qui m’intéresse depuis longtemps mais je n’ai jamais vraiment su comment la prendre, du côté du discours en tout cas. Elle engage tellement la réception subjective, les perceptions, les sens, le corps finalement, qu’il me semble bien périlleux d’en faire un objet d’étude. Et puis c’est quelque chose d’un peu dangereux, le charisme, qui frôle le pouvoir de manipulation, de domination, voire de soumission. Charisme, charismatique, leader charismatique, ces mots m’évoquent l’Europe de l’entre-deux-guerres, la danse des bras de Hitler, les foules au pas de l’oie et Notre avant-guerre de Brasillach. C’est mon imaginaire personnel qui parle ici, bien sûr, avec sa haine phobique des maîtres et son allergie un peu primaire à l’autorité. Il y a peu de travaux sur la notion de charisme, mais on pense bien sûr à ce qu’en dit Max Weber dans Économie et société, qui en distingue deux types. Le charisme prophétique est « la qualité extraordinaire […] d’un personnage pour ainsi dire doué de forces ou de caractères surnaturels ou surhumains en dehors de la vie quotidienne, inaccessibles au commun des mortels » (1971 : 249). Le charisme de fonction, explique Jean Séguy, c’est « une qualité exceptionnelle reconnue par une institution qui la porte à plénitude par confirmation rituelle ; celle-ci fonde la légitimité du pouvoir auquel elle prétend faire accéder ceux qui l’ont reçue » (1982 : 40, cité dans Dericquebourg 2007).

Dans les deux cas, il faut que ces qualités soient reconnues par les autres ; le charisme est de l’ordre de la croyance, et c’est donc bien du côté de la réception, des effets produits, que ça se passe. Mais il existe aussi une version plus douce et plus acceptable du charisme, du côté de la séduction et du charme, malheureusement issue de la tradition catholique (les charismes, ce sont les dons du Saint-Esprit, énumérés par saint Paul notamment dans la Première épître aux Corinthiens) qui repose, non plus sur les effets subjectifs, mais sur une sorte de sélection naturelle que je trouve déplaisante : il y a ceux qui en ont (touchés par la grâce) et ceux qui n’en ont pas (les « sans grâce »), pour aller vite. Donc, une notion bien lestée de possibles négatifs tant du côté de la sociologie que de la théologie.

Sauf quand elle est vécue et formulée avec une distance réflexive qui en annule les côtés négatifs pour en faire quelque chose qui agrémente la vie. Dans le livre de Frank Eskenazi, je trouve qu’il y a un exemple de charisme bienfaisant (j’ajoute une nouvelle catégorie à la typologie weberienne…), dans le chapitre qui décrit les années de lycée et les premiers apprentissages politiques :

Nos combats au sein de Révolution ! étaient une sorte de brouet un peu triste, dogmatique et étouffant. Je n’y restai guère. En revanche, ceux menés dans le cadre du lycée étaient toujours joyeux, magnifiquement adolescents, faits d’expériences politiques, sexuelles, amoureuses. Nous étions plein de charme, nous le savions, c’était dégueulasse. Aucun proviseur n’a pu nous résister, aucun prof. Nous aimions manier l’humour et la provocation. Nous mettions le lycée en grève avec une facilité déconcertante, car notre mot d’ordre, dans une sorte de démocratie réelle et enfumée, était absolument sincère : la grève vaut mieux que les cours, on s’y épanouit davantage, on y expérimente autre chose. Ceux qui, entre seize et vingt-cinq ans, n’ont jamais fait activement grève sont incroyablement à plaindre. C’était la fin du gauchisme, mais c’était une jolie fin.

Meneurs du mouvement, nous étions reçus par le proviseur dans son bureau. Il faisait mine de nous prendre pour des « interlocuteurs » tandis que nous ne cachions pas que nous n’étions que des bouffons, gloussant devant la laideur de son costume et de ses manières autoritaires ou mielleuses qu’aucun de nos pères n’aurait osé adopter. Nous pouvions, pour une fois, nous rendre la tête haute dans ce bureau qui d’ordinaire nous terrorisait, avec sa tapisserie immonde, un gros cendrier de verre, un sous-main recouvert d’un buvard, la photo de ses enfants. Nous étions à la fois responsables et hilares. « Non, monsieur, rien à faire, seule l’assemblée générale est souveraine et le lycée restera bloqué tant qu’elle le décidera. » Les grilles restaient fermée plusieurs jours durant. Les cars de CRS stationnaient dehors. Nous étions assiégés. La gloire était d’arracher une « brève » dans Libé ou une photo légendée. Nous étions Zapata… En tout cas nous étions Brando. Certains profs nous saquaient pour avoir vidé les classes, mais la plupart au contraire nous soutenaient. Il restait à Paris deux lycées rouges, Balzac et nous. Nous savions que cela nous formerait pour la vie entière. Lorsque je revois certains de mes anciens amis de Paul-Valéry, je suis bien heureux de constater que, pour la plupart, quel qu’ait été notre chemin, nous n’avons absolument pas varié à-dessus.

Frank Eskenazi, 2013, Une étoile mystérieuse, Paris, Seuil, p. 65-67 (ital. de l’auteur).

J’ai beaucoup souri en lisant ce très, très plaisant passage. Plaisant parce qu’il est réaliste et que la joie conquérante de ces adolescents maîtres d’un quartier du monde est palpable à la lecture. Mais aussi à cause de cette phrase : « Nous étions plein de charme, nous le savions, c’était dégueulasse », qui désamorce ce que cet ascendant magique et quasi autoritaire sur les autres pourrait avoir d’inégalitaire et d’injuste. Frank Eskenazi sait écrire, et il maîtrise parfaitement les niveaux de langue : dégueulasse n’est pas là par hasard, et cette petite irruption d’un argot courant et oral produit un effet immédiat de connivence avec le lecteur. Le charisme, ce serait donc ça : séduire-charmer-plaire, jusqu’aux frontières de la manipulation, le savoir, en reconnaître les limites morales, mais en user sans vergogne, et joyeusement.

Et je comprends maintenant, après avoir relu et recopié cet extrait pour rédiger ce billet, qu’il y a une autre raison pour laquelle il m’a tant plu : sans doute parce que, comme certains professeurs du lycée subjugués il y a quarante ans par le charisme de l’adolescent, je me trouve prise moi aussi, aujourd’hui, par (dans ?) le charisme inscrit dans le discours de l’adulte. Charisme un jour, charisme toujours, et l’écrivain d’aujourd’hui, dans la voix que j’ai entendue dans ce livre, semble avoir gardé celui de son adolescence.

Un charisme au carré, en quelque sorte, auquel on ne peut guère échapper. Et c’est tant mieux.

***

Références

Dericquebourg Régis, 2007, « Max Weber et les charismes spécifiques », Archives de sciences sociales des religions, 137, 21-41.
Séguy Jean, 1982, « Le clergé dans une perspective sociologique ou que faisons-nous de nos classiques ? » in Prêtres, pasteurs et rabbins dans la société contemporaine, Paris, Cerf.
Weber Max, 1971, Économie et société, trad. sous la dir. de J. Chavez & G. de Dampierre, Paris, Plon.

Crédit : « Action d’occupation de la gare de Perrache 1/5, Lyon France », 2009 (date indiquée : « 25 décembre 2030 »), mafate69, galerie de l’auteur sur Flickr

Pour citer ce billet. Paveau M.-A.,  2013, “Une étoile mystérieuse 2. « Nous étions plein de charme ». Le charisme en pratique“, La pensée du discours [Carnet de recherche], http://penseedudiscours.hypotheses.org/?p=2278, consulté le…


Marie-Anne Paveau

Enseignante-chercheuse en analyse du discours à l'université Paris 13

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Pensez BiBi dit :

    Charisme 1.
    Lorsque j’ai lu votre billet avec ce mot et cet extrait de Frank Eskenazi, je n’ai pas du tout partagé votre enthousiasme. Car ce « charisme » bâti sur la bouffonerie, la rebellion j’men foutiste, les (petits) profits de notoriété m’évoque moins Hitler et l’Entre-deux-Guerres que l’omniprésence aujourd’hui des Capitaines d’Industrie férus du Discours managérial des Années 2000, la puissance des Mediocrates contemporains, du Up-Journalisme de la Pensée Unique via les Experts de tous poils (Auras des Think Tanks, des grandes Ecoles etc).

    C’est dans ce « charisme lycéen » (le lycée de FE = vivier de l’ENA, de Sciences-Po) évoqué par F.E. qu’on doit chercher la genèse de tous les habitus de cette frange d’intellectuels arrivés aux commandes, adeptes de la Nouvelle Economie qui ne voulaient ni hierarchisation (le Proviseur = Patron d’Ancien Régime capitaliste) ni manipulation ( ah comme il la déteste !) mais qui avaient des visions « mystérieuses » (séductrices) et des élans quasi-mystiques (aidés en cela dans ces Entreprises nouvelles par les Techniques de la Communication) Etc.

    Charisme 2.
    Hier, j’écoutais Michel Drucker parler en « révolutionnaire » de son Mai 68 dans la rue. Et tant d’autres, arrivés aux commandes via leur « côté artiste-rebelle-provocateur ».
    « Nous savions que cela nous formerait pour la vie entière » écrit F.Eskenazi.
    Qui sont ces ados que décrit F.E. sinon des gens reconvertis dans les Medias dominants, des gens installés dans les hauts postes à responsabilité des grandes entreprises, cols blancs, cumulards dans les Conseil d’Administration, sinon ces intellectuels médiatiques à profits variables qui envahissent journaux de presse écrite et Télés/ TNT ?

    Charisme 3.
    Ceux-là se sont tous rendus « attachants, ouverts ». Ils ont su épouser les stratégies patronales de violence douce, s’engager (ô combien ! Ils y ont mis tout leur coeur, ont utilisé leurs ruses de puissants potentiels pour grimper). Dans leurs entreprises, ils ont su s’adapter au Monde Connexionniste libéral, ils ont été capables d’engager les autres, de leur donner de l’implication, ils ont inspiré confiance, ils ont été (sont) des intégrateurs, des « donneurs de souffle », des « impulseurs de vie ».

    Charisme 4.
    « Impulseurs de vie, de sens, d’autonomie » à l’instar de Michel-Edouard Leclerc (écouté à la radio hier aussi) et autres Capitaines d’Industrie pour qui le Charisme (incluons là-dedans les managers, les chefs de projets subjugués, les équipes qui acquiescent) est vertu de l’Artiste (admiré – ils aiment la fougue rimbaldienne et la beauté sauvage des tableaux vangoghiens etc) et du Savant (à moindre degré).
    C’est que, pour se montrer charismatique, il ne faut plus se cacher (comme le Patron dans l’ancienne Economie capitaliste), il faut se montrer (à ses employés, à ses ouailles, au Monde entier, à la TV, à la radio). Pinault, Arnault assoient leur charisme en déambulant à Venise, dans les Musées, dans les rues de New-York.

    « Nous étions plein de charme, nous le savions, c’était dégueulasse».

    Bah, toute cette Puissance accumulée, ostentatoire, ne va pas sans lucidité, sans honte refoulée et/ou cynisme. Ils ont fait du Monde (Monde de la Nouvelle Economie si justement analysée par Luc Boltanski dans « Le Nouvel Esprit du Capitalisme ») un monde, oui, pour ça oui, plein de dégueulasseries.

    Vous écrivez : « Le charisme, ce serait donc ça : séduire-charmer-plaire, jusqu’aux frontières de la manipulation, le savoir, en reconnaître les limites morales, mais en user sans vergogne, et joyeusement ». Hélas, oui, de ce charisme, on en « use sans vergogne ». Donc, personnellement, ce charisme doit être mis à nu (analysé, combattu). Sa mise en oeuvre soit-disant « joyeuse » ne rend pas forcément joyeux. Aujourd’hui par exemple, on se bat pour maintenir des emplois chez Pinault, industriel cultivé, on manifeste sous ses fenêtres.
    Voilà en vrac quelques pensées-bibi.
    Bien à vous 🙂

    • Marie-Anne Paveau dit :

      c’est une autre lecture, avec beaucoup trop de majuscules à mon goût… je reste sur la mienne, et sous le charme