Scriptocorpus 6. Dedipix. Une pratique adolescente

8 avril 2012
Par

1. Quentin95

Avertissement : ce billet contient des images, textes et liens qui peuvent être considérés comme pornographiques.

J'achève ma série d'hiver Scriptocorpus par un billet consacré à la dedipix, une pratique récente d'inscription corporelle éphémère adolescente : une "dédicace en image", c'est-à-dire l'inscription sur son corps, au feutre, du pseudo du dédicataire (le plus souvent), inscription photographiée et diffusée sur un blog, et qui recevra autant de commentaires que la zone du corps en "vaut", selon le "cours" de cette étrange monnaie en territoire adolescent. Le phénomène est apparemment trop récent pour qu'il existe des travaux sur la question : je n'ai trouvé aucune analyse scientifique en SHS ou ailleurs, le phénomène est juste évoqué par les spécialistes des thèmes "adolescence et internet" ou "sexualité des adolescents" ; la grande majorité des discours sur la question sont des textes d'opinion, souvent polémiques, et très orientés par les affects. Ce billet est donc une tentative "sans filet" dans la toile, sous l'angle de la linguistique du discours. Les contributions en commentaire sont donc les bienvenues (mais je ne les échange pas contre une dedipix…).

Une pratique langagière plurisémiotique

Formes du mot. Le terme le plus fréquent est dedipix : il s'agit d'un mot valise français formé à partir de dédicace et de picture (mot anglais) ou peut-être pixel. On a donc un néologisme bilingue. Comme le mot est né sur l'internet, il est difficile d'en pister les premières occurrences, ce qui est déjà très long et fastidieux pour les mots du lexique hors ligne. La revendication de p(m)aternité en matière lexicale constitue une sorte de lexicographie spontanée assez fréquente, comme le montre l'exemple récent de liseuse, mais pour l'instant rien de tel pour dedipix. Ma très modeste exploration et les rares documents que j'ai pu trouver me font "remonter" jusqu'en 2009 pour les premières occurrences. C'est également la date que donne Yann Leroux (Leroux 2010) ainsi que Carole Daffini dans son mémoire sur l'archivage des blogs adolescents (Daffini 2010). On trouve aussi les formes dedipict et dedipics ; les formes sont parfois accentuées : dédipix, dédipict, dédipics, signe de l'inscription des mots dans l'orthographe française. La forme est donc instable, ce qui est fréquent pour un néologisme, avant sa lexicalisation, c'est-à-dire son installation dans le lexique d'une langue. Le mot est alternativement employé au masculin ou au féminin, ce qui constitue un autre trait d'instabilité (je profite de ce cas rarissime où les locuteurs ont le choix du genre pour employer le mot au féminin, avant qu'un dictionnaire ou une commission de terminologie ne bride ma liberté grammaticale et militante…). On trouve l'abréviation dedi ou dédi, avec la même instabilité en termes de genre.

PIE"]

2. εm[!!

Contenus de l'inscription. Le plus souvent, il s'agit du pseudo de la personne (le plus souvent un garçon) à qui est adressé la dedipix. Quelques exemples à partir de la page google images (graphies respectées) : quentin95 (illustration 1), key20, zoey59, quentin-047 <3, khãlid 00x' ♥.  On trouve également des prénoms ou de surnoms  : dyian<3, manon <3, mehdi, lindsay, momo, Mlle Julie, ou des messages plus longs : été 2010 ♥, Vive $our!r m3t@lic . sky !!! (sur le blog de sOurires-metaliC), I love Mr Soosooo <3. On retrouve les formes du langage sms : abréviations, rébus typograpiques, éléments d'art ASCII, etc.

Dispositif sémiotique et communicationnel. Il est multicanal puisqu'il associe des éléments langagiers (lettres et chiffres), des éléments iconiques (cœurs), multisupport puisque sont en jeu le médium photographique (sur de nombreuses photos, on aperçoit l'appareil, conformément à un "genre" photographique spéculaire désormais bien installé sur la toile), le support corporel, et parfois un support matériel puisqu'il existe certaines dedipix sur papier (ilustration 2). Et il s'agit évidemment d'un dispositif technolangagier ou technosémiotique puisque nous sommes en ligne, qu'il y a donc un artefact (ordinateur, smartphone, tablette…) et que le dispositif repose sur la fonction de commentaire de blog qui est de nature technodiscursive (j'appelle technodiscursive ou technolangagière une forme dont l'élaboration nécessite la contribution conjointe et sans distinction d'éléments langagiers et de dispositifs techniques, comme le hashtag ou le discours de demande d'amitié par exemple). On est dans un dispositif communicationnel particulier qui est celui de l'adresse, plus exactement de la dédicace (j'y reviens plus bas), donc un dispositif interactionnel. La réponse à cette adresse est le commentaire, pratique qui reçoit également une dénomination chez les ados : lâcher du com.

3. lâche tes comm'

Les corps inscrits sont majoritairement des corps de filles, et les dédicataires sont des garçons : il semble que la dedipix, tel qu'elle apparaît en tout cas dans les blogs accessibles par les moteurs de recherche courants, soit une pratique le plus souvent hétérosexuelle. Des filles offrent des photos, plus ou moins suggestives, et plus ou moins "chères", à des garçons, qui leur "rendent" (le mot est souvent utilisé) leur cadeau par des commentaires. Je n'ai pas trouvé de dedipix entre ados de même sexe, qui seraient inscrites dans une certaine sensualité ou sexualité. La seule que j'aie trouvée figure sur un site gay interdit aux mineurs et de nature plutôt ludique. Il y a cependant des dedipix demandées par des filles et offertes par des filles comme sur le blog de Mlle Julie, ce qui n'implique évidemment pas forcément de sexualité homosexuelle, mais inscrit plutôt la pratique du dedipix dans la sociabilité amicale, et non plus sexuelle : cela permet de sortir la dedipix du discours exclusif de la sexualisation/hypersexualisation ou de la pornographisation de l'adolescence, et d'en avoir sans doute une vision un peu plus juste.

Un discours polémique et sécuritaire sur le phénomène

En l'absence de travaux scientifiques objectivisants, reposant sur un échantillonnage convaincant, et qui permettraient d'apercevoir le phénomène dans sa diversité et sans doute sa polysémie, de nombreux discours se tiennent sur la dedipix, qui ont globalement la même tonalité et sont centrés sur un thème dominant : la dangerosité de la pratique. Le discours journalistique fabrique en particulier une représentation sociale commune, comme on le voit dans cet article ou dans ce reportage, qui s'ouvre sur l'expression "prêts à tout", et auquel la voix off un peu dramatisante donne un caractère de gravité :

Tous les articles de presse ou de blogs que j'ai consultés sont critiques, très négatifs voire violemment polémiques. Tous associent dans le fil du discours la dedipix à l'exhibition, la pédophilie et la perversion. Celle-ci est doublement présente : la dedipix offrirait un terrain d'action aux "pervers" sur la toile, et le dispositif de la dedipix serait en lui-même "pervers". Sur ce blog, les termes exhibitionnisme et pervers sexuels sont présents (alors que l'article ne fait pas partie des plus critiques), ainsi que dans cette Revue du web proposée, sauf erreur de ma part, par des étudiants de Telecom Paris Tech (page liée au blog Éthique des TIC 2012. Travaux des étudiants de Telecom ParisTech pour le cours ETIC 2012) qui présentent les analyses comme un "aperçu critique". Je ne suis pas sûre qu'une phrase comme : "Cette page web représente la perversité de la pratique du dédipix" relève vraiment de la critique et il me semble qu'une occasion d'examen du phénomène a été un peu perdue ici. Mais cette réaction exprime bien un rejet et une méfiance fréquents envers ce phénomène, qui s'expriment bien ici par exemple. Cet article énumère un certain nombre d'assertions qui peuvent être contestées, que je détaille un peu car elles se retrouvent dans de nombreux textes :

– "Le dédipix est une dédicace à connotation sexuelle inscrite sur le corps dénudé" : triple erreur, car nombre de dedidepix sur les mains, la joue ou même les pieds n'ont pas forcément de connotation sexuelle (sauf à suppposer que la sexualité des adolescents est fétichiste, mais c'est un autre problème, et il faudrait d'ailleurs le prouver), parce que la dedipix se pratique aussi "sur feuille", on l'a vu et parce que les corps ne sont pas exactement "dénudés". Même quand les jeunes filles proposent un décolleté plongeant, leur corps reste habillé, et la pose en soutien-gorge est désormais extrêmement banalisée dans notre société, puisque nous sommes habitués aux publicités géantes des marques de lingerie. Connotation sensuelle, peut-être, sexuelle, cela reste un peu rapide.

– "Ce qui attire les jeunes est ici évident : le côté sexuel est ici le moteur". J'envie l'auteur de ce post de savoir d'une manière "évidente" ce qui attire les jeunes ; pour ma part j'aurais plutôt tendance à le leur demander, et à écouter leurs réponses. En fait, si l'on écoute les trois jeunes filles de la vidéo précédente, ce qui les attire, c'est plutôt le nombre de commentaires, et quelque chose de l'ordre de la notoriété et de la reconnaissnace, j'y reviens plus bas. Je ne suis pas sûre que la jouissance sexuelle soit réellement en jeu. En tout je n'en ai pas lu d'expression dans les discours.

– "Il ne s'agit certes pas de dramatiser, mais il existe déjà des faits divers de suicides liés très clairement à des révélations non maîtrisées sur internet". Le suicide des adolescents est une réalité et il existe beaucoup de travaux bien informés par des chiffres et des enquêtes, qui peuvent donc en dire des choses précises. Ici, le suicide adolescent est utilisé de manière argumentative et vague, et surtout de manière très générale.

–  "Aux lecteurs adolescents: si vous découvrez la pratique du dedipix à travers cet article, retenez l'essentiel: le dedipix est un danger pour vous. Ne le pratiquez pas, et  invitez vos camarades à ne pas le faire. Vous trouverez sûrement d'autres façons de vous amuser!". L'auteur explqieu qu'il n'a mis aucune photo dans son post pour ne pas faire la promotion de la pratqiue. Je pense qu'il n'est pas besoin de commenter cet avertissement, qui accomplit sans doute exactement le contraire d'un travail de prévention qui pourrait être efficace.

Parmi les discours dominés par des affects négatifs et, disons-le, une certaine forme de rage, je citerai également ce post, qui constitue une sorte de concentré des discours évaluatifs négatifs sur la pratique de la dedipix.

L'image de la dedipix dans le rapport Jouanno (2012), sans revêtir cet aspect catastrophiste, est aussi celle d'un danger. La littérature psychanalytique fournit aussi des arguments pour nourrir cette inquiétude (Bonnet 2003 par exemple). On trouve cependant des discours de prévention plus modérés du côté des associations. Sur le site Action innocence par exemple, on peut télécharger une plaquette, le "netcode", qui consacre une page à la dedipix :

Quelques éléments d'analyse discursive

J'esquisse ici quelques analyses du phénomène qu'il me semble plus utile de décrire et de comprendre que de condamner. Comme toute pratique, la dedipix produit du sens et possède une ou plusieurs fonctions.

Les contextes. Il me semble qu'il y a trois contextes discursifs différents pour la dedipix :

+ les blogs d'adolescents, accueillis en particulier par la plateforme skyblog, qui dessinent un espace adolescent sur la toile, un espace de classe d'âge, qui n'est certes pas fermé ni étanche aux adultes et éventuellement aux prédateurs, mais qui constituent bien, selon l'expression de Yann Leroux, les nouveaux "terrains vagues" des adolescents, les lieux où l'on traîne et où l'on parle et échange quand on a 14-15 ans.

+ des blogs différents, plutôt tenus par des adultes (pour autant que l'on puisse en être certain bien sûr), où les dedipix adolescents sont mis en regard de contenus clairement pornographiques. C'est le cas de pixdedi.com, où les pages associent explicitement, àa gache les coelctions de dedipix et à droute des vidéos pornographiques. Il me semble que c'est dans ce cas que l'on peut parler de pornographisation de la dedipix, comme dans les cas où la dedipix est utilisée à des fins explicitement sexuelles, ce qui peut être le cas sur les blogs d'adolescents également : Yann Leroux estime que le dispositif devient "pervers", au sens psychanalytique du terme et non au snens commun, quand la gratification narcissique, c'est-à-dire cette reconaissance que les adolescents vent dans le nombre de commentaires, s'obtient en échange de quelque chose d'ordre claireent sexuel. J'ai dit plus haut que, dans les blogs que j'ai visités en tout, le sexuel était loin d'être la norme.

+ le troisième cas qui nous sort de la question adolescente, mais que je veux citer pour montrer la variété de cette pratique, est celui des blogs adultes de dedipix pornographiques.

La rémunération ou le bénéfice. J'ai expliqué le mécanisme de rémunération, et les "prix" fixés pour les zones du corps. Que la monnaie soit le commentaire, donc quelque chose de l'ordre du discours, n'est évidemment pas négligeable, et permet de proposer une autre analyse que la perversion ou la satisfaction sexuelle. La dedipix me semble relever d'un genre de discours natif de l'internet, c'est-à-dire, comme la demande d'amitié sur Facebook, un discours élaboré dans un dispositif technique, un technodiscours. C'est le dispositif technique qui permet l'échange rémunérateur, le comptage automatique des commentaires, et la notoriété par le nombre. C'est donc la "technodiscursivité" qui permet cette rémunération symbolique, au sens lacanien du terme, c'est-à-dire dans le discours, dans la "roue du moulin à paroles", selon une expression du premier séminaire.

Dans l'un des rares articles qui existent sur la dedipix, Yann Leroux dégage l'expression de deux désirs dominants dans cette pratique : le désir d'authenticité (être avec de vraies personnes qui ont un vrai corps) et le désir d'interactivité (une interactivité "riche" car engageant aussi l'image, part de soi). J'inssisterais pour ma part sur le symbolique et sur la fonction que peut avoir l'engagement dans le langage dans la formation de l'image du corps à l'adolescence. Il faudrait aller plus loin et convoquer des travaux sur l'image du corps et la sexualité (Anzieu, Dolto, McDougall entre autres) pour éclairer cette question. Dans le champ analytique, Serge Tisseron est un auteur qui assume  une exploration du web des adolescents à l'écoute de leur discours et de leurs pratiques (2008, 2009).

Je ne suis pas sûre que la dangerosité de la pratique soit plus importante que sa fonction d'élaboration, et même de perlaboration dans cette période de changement et de construction de soi qu'est l'adolescence. La peur de la dedipix est une peur d'adulte. Les chiffres sont connus et fréquemment énoncés mais souvent oubliés : les trois quarts des abuseurs sexuels appartiennent à la famille ou l'entourage proche, et l'abus par un "inconnu sur le net" est rare, même si sa médiatisation le rend présent dans notre espace d'information. Il est peut-être plus acceptable pour les adultes d'attribuer les abus et la destruction des enfants et des adolescents à des inconnus masqués derrière leurs ordinateurs qu'à leur frère, leur père, leur grand-père, voire leur professeur ou leur prêtre. Mais ce n'est qu'une opinion.

En conclusion : la parole est aux adolescents

La dedipix constitue une pratique discursive et plurisémiotique adolescente. William Labov avait défini la communauté linguistique comme un ensemble de locuteurs qui partagent un même rapport au langage (et non qui utilisent les mêmes éléments langagiers). La dedipix dessine donc une communauté linguistique, qui est aussi une communauté d'âge, évoluant dans un espace balisé sur la toile. C'est peut-être aux adolescents de dire ce qu'ils pensent de cette pratique et Twitter est un bon observatoire de ces discours-là. Actuellement le discours des ados sur la dedipix est double : pratique ringarde passée de mode ou pratique encore vivante et valorisée. La dedipix, objet de désir ou objet de mépris, laissons-les le dire :

Références

  • Action Innocence, s.d., Être adolescent, vivre, aimer, séduire à l'ère du numérique, Adoptons le netcode, plaquette téléchargeable sur le site de l'association Action innocence.
  • Bonnet G., 2003, Défi à la pudeur.Quand la pornographie devient l'initiation sexuelle des jeunes, Paris, Albin Michel.
  • Daffini C., 2010, Dépôt légal numérique : l’archivage des blogs adolescents, mémoire d'étude, Diplôme de conservateur des bibliothèques, ENSSIB, en ligne.
  • Jouanno C., 2012, Contre l'hypersexualisation. Un nouveau combat pour l'égalité, Rapport parlementaire de Madame Chantal JOUANNO, Sénatrice de Paris, 5 mars 2012, en ligne sur le site du Ministère des Solidarités et de la Cohésion sociale.
  • Leroux Y., 2010, "Les blogues, nouveaux terrains vagues des adolescents", Cahiers de psychologie clinique, "Réel et virtuel", p. 115-121.
  • Leroux Y., 2011, Internet : quel rôle dans l'apprentissage de la sexualité chez les adolescents, Texte présenté aux  81ièmes Rencontres du CRIPS Ile-de-France Amour et sexualités sur Internet. 26 Septembre 2011, en ligne sur Psy et Geek.
  • Leroux Y., 2010, "Dedipixs et texting" [sic : lire plutôt dedipix et sexting], en ligne sur Psy et Geek.
  • Tisseron S., 2008, Virtuel, mon amour. Penser, aimer, souffrir, à l’ère des nouvelles technologies, Paris : Albin Michel.
  • Tisseron S. 2009, Faut-il interdire les écrans aux enfants ? Paris : Mordicus (avec Bernard Stiegler)

Crédits

  1. "Quentin95", Dedipix sur le blog dedipix-95
  2. "εm[!!] PIE", Dedipix sur le blog Pointblog.fr
  3. "Lâche tes comm'", sur le blog dedipix-officiel-dedipix
  4. "tu veux pleiin pleiin de comms", sur le blog dedipix-officiel-dedipix

Pour citer ce billet : Paveau M.-A., 2012, “Scriptocorpus 6. Dedipix. Une pratique adolescente”, La pensée du discours, http://penseedudiscours.hypotheses.org/?p=8437, consulté le…


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Mots clefs : , , , , , , , ,

Posté dans : Séries de saison, 06. Hiver 2011. Scriptocorpus, Théorie du discours, Analyse du discours numérique, Promenades sémiotiques

Un commentaire pour “ Scriptocorpus 6. Dedipix. Une pratique adolescente ”

  1. Équipe hypotheses.org le 15/05/2012 à 18:27

    Cher carnetier,
    Nous avons particulièrement apprécié votre billet. Pour que la communauté en prenne plus rapidement connaissance, nous avons décidé de le mettre en Une d'Hypotheses.org.
    En espérant que ce billet suscite une dynamique de commentaires, nous vous remercions pour votre contribution.
    Bien cordialement,
    L'équipe d'Hypotheses.org

Façons de penser, partager

Contrat Creative Commons


S'abonner à ce carnet

S'abonner à ce carnet

Vous allez être redirigé vers le service d’abonnement du Cléo à OpenEdition. Cochez Hypotheses.org puis sélectionnez ce carnet dans la liste.