Scriptocorpus 4. Maladie, soin, guérison

Fevereiro 23, 2012
By

Dans cette série j'espère montrer les multiples aspects et fonctions du tatouage, loin des réductions qui sont encore bien actives dans le sens commun, y compris celui des chercheurs. Le tatouage ne peut en effet être confiné à une sémiotique de la marginalité, de la rébellion, du stigmate ou de la mutilation. Il ne doit pas non plus être réduit à une fonction décorative ou artistique. Il est aussi le lieu d'un discours de soi sur soi, un "poste" ou une "position" à partir de laquelle un être décide de ou se résout à vivre ou à survivre. C'est un discours d'existence. Cette dimension est particulièrement à l'œuvre dans les tatouages qui tournent autour du soin, de la guérison et de la prévention. À l'ancienne tradition du tatouage préventif et curatif chez les Berbères, s'ajoute dans la seconde moitié celle du "recovery tattoo" liée à l'organisation des Alcooliques Anonymes. Des initiatives individuelles témoignent également de ce discours du soin du corps qui se dit et s'écrit à même le corps.

Tatouage préventif et curatif chez les Berbères

Le tatouage berbère a une double fonction : décorative ("lusam") et "médico-magique" ("ahajam"). Le célèbre article de T. Rivière et J. Faublée, qui date de 1942, propose une étude minutieuse du phénomène :

Voyons en quels cas les Uled Abderrahman se font tatouer ďahajam : mal à la tête, maux de ventre (même alors le tatouage est sur le front), maladie en général ou état de faiblesse, douleurs rhumatismales (les dessins sont aux articulations), maux dégorge (le dessin se fait sur le front), plaie, fièvre, maux d'yeux, stérilité, impuissance (en ce cas on se fait tatouer des croix sur le front, aux poignets, au-dessus du pubis, au sacrum), simplicité d'esprit. …

Le ahajam ne correspond pas toujours à une maladie du sujet tatoué. Des enfants, des femmes ont le front marqué d'une croix parce que leurs frères, leurs enfants mouraient en bas âge, ou étaient dangereusement malades. Les Chaouïa attribuent ces morts à la mère qui « mange ses enfants ». Parfois elle voit en rêve une femme venir chercher ses enfants. Quand une femme est stérile, un vieillard l'interroge sur ses rêves ; si elle a rêvé qu'une vache lui donnait des coups de tête, l'opérateur fera le dessin au front ; si elle a rêvé qu'une mule lui lançait des ruades c'est au mollet qu'on lui dessinera une palme (Rivière & Faublée, 1942, p. 76).

Le tatouage médico-magique assure une connexion entre l'intérieur et l'extérieur, entre la peau et les organes. Il est inscrit sur ce que D. Anzieu appellerait l'enveloppe du Moi-peau : les Imazighen n'ont pas attendu la psychanalyse pour symboliser cette relation très particulière et abstraite que l'enveloppe de notre corps joue, le plus souvent à notre insu, dans la gestion de nos relations avec les intérieurs et les extérieurs de nous-mêmes. Un intéressant documentaire nous emmène dans l'univers du tatouage amazigh, qui est parfois constitué de signes de la langue berbère : outre le corps, c'est la langue elle-même que la tatouage "soigne" en quelque sorte, puisque les inscriptions cutanées deviennent des conservatoires linguistiques (sur le tatouage féminin dans les sociétés traditionnelles, consulter également cet article de Luc Renaut).

La tradition des tatouages berbères s'est émoussée, en partie parce qu'ils sont souvent placés sur le visage, ce qui constitue une sorte de tabou dans les sociétés dites "modernes" ou "occidentales". Les tatoueurs hésitent d'ailleurs beaucoup et refusent même souvent d'aider à ce qu'ils appellent un "suicide social". Les tatouages de visage sont donc acceptés quand ils sont rituels (chez les Berbères, mais aussi chez les Maoris par exemple), mais plus difficilement admis quand ils ont d'autres significations (je parlerai dans un prochain billet des fameux tatouages du gang MS13).

Recovery tattoos

J'ai découvert les recovery tattoos dans le premier livre d'Ina Saltz, Body types, dont j'ai déjà beaucoup parlé, et j'avais été fascinée par celui-ci, à cause du sens des mots évidemment, mais aussi de l'emplacement : voilà une jeune femme qui déclare ou annonce sa libération de la drogue par un tatouage dorsal, qu'elle ne peut lire elle-même, et que ses interlocuteurs en face à face ne peuvent voir non plus. Depuis je me suis documentée sur cette intéressante et émouvante pratique désormais fréquente et bien installée du recovery tattoo, souvent réalisé par des gens qui ont suivi les fameux programmes en douze étapes ("eleven steps") des AA, et qui ont "réussi" leur sortie de la dépendance, quelle qu'elle soit (à côté des AA, existent de nombreux groupes comme les NA pour Narcotic Anonymous, ACA pour Adult Childs Anonyous, etc.). Je présente ici deux tatouages qui comportent le symbole des AA, le triangle dans le cercle, issu du blog The fix, qui a proposé en août dernier un magnifique diaporama intitulé "Serenity Skin : Sober Tattoos". Les AA possèdent aussi une prière, la "Prière de la sérénité", qui fait également l'objet d'inscriptions cutanées. Je publierai dans les prochains jours un "hors série" consacré à cette prière.

2. Finger of fate. "I decided to imprint the AA symbol on my index finger because it's my first finger and I wanted to always remind myself that sobriety was my first priority in life. I got the tat exactly when I had two years sober. When I first stopped using, I got a 'First Things First' bumper sticker for my car, so I guess you could say that was a test run for the tattoo."

 

3. Feelings Butterfly. A perfect expression of new-found freedom and change. Tatoo artist Tim Baxley


Les boulimiques et/anorexiques ont aussi une pratique du recovery tattoo, comme le montre cette video où un jeune homme explique la genèse du tattoo qu'il a fait réaliser sur sa nuque (à partir du symbole de la NEDA) :


On trouvera ici et ici des tatouages de recovery concernant l'alcoolisme, la toxicomanie, et ici d'autres images des tatouages du symbole de la NEDA (National Eating Disorders Association).

4. "Do not resuscitate"

"Do not resuscitate"

Les deux types de tatouages que je viens de mentionner sont des pratiques de groupe. Mais il existe également des pratiques individuelles qui portent sur la santé du corps, dans un sens très vaste. Une Anglaise de 81 ans, Joy Tomkins, vient de se faire tatouer sur la poitrine cet incroyable énoncé : "do not resuscitate", pour s'assurer de ne pas être réanimée en cas de coma. Son histoire est racontée dans cet article du Mirror. Et pour être sûre que sa volonté dermographiée soit bien respectée, et que cette demande soit bien lue, elle a également fait tatouer un énoncé sur son dos : "PTO" (Please Turn Over) assorti d'une flèche.

Le double corps des organes

Il existe plus étonnant encore : ce tatouage qui appartient à la collection de photos de la page "Tattoo Lovers" sur Facebook, représente à l'évidence l'ensemble de l'appareil génital de sa porteuse. La discussion sur Facebook est intéressante, car l'une des intervenantes décode et interprète même le tatouage : il s'agirait de marquer l'expérience d'un cancer du col de l'utérus ("cervix" en anglais), qui ne figure pas sur le dessin. L'intervenante parle de "tribute", et ce terme est souvent utilisé par les tatoués qui inscrivent sur leur corps une expérience de perte ou de mort (je parlerai bientôt des "tributes" au 11 septembre des pompiers américains).

Cervical cancer ?

5. Cervical cancer ?

6. Discussion sur Facebook à propos du tatouage précédent

Mais on peut aussi se tatouer la maladie de l'autre : ce ruban bleu symbolise le cancer de son compagnon pour cette femme qui commente directement son tatouage sur Facebook, sur la même page des albums photo de "Tattoo Lovers" :

7. "In Honor of my Boyfriend'

On voit qu'il est devenu bien difficile de tenir un discours univoque sur les tatouages : voilà un univers sémiotique extrêmement riche, où se croisent des pratiques collectives et individuelles, des écrits expressifs et prescriptifs, où s'inscrivent des implicites, des rapports interpersonnels, des souffrances, des pertes et également parfois les joies du retour à la vie. Un monde de signes, de dessins et de traces, sur nos fragiles enveloppes humaines.

Références

Renaut L, 2008, Der schöne Körper. Mode und Kosmetik in Kunst und Gesellschaft, Annette Geiger (Ed.) p. 91-112 (lire sur HAL en version française).

Rivière T., Faublée J., 1942, "Les tatouages des Chaouia de l'Aurès", Journal de la Société des Africanistes 12, 67-80.

Saltz I., 2006, Body types. Intimate messages etched in flesh tomes 1, New York, HNA.

Crédits

1. "Jeune femme berbère de Tunisie, avec des tatouages et des bijoux traditionnels, début XXe siècle", photo Rudolf Lehnert, Wikimedia Commons 

2. "Finger of fate", sur le blog "The fix. Addiction and Recovery, Straight up", Billet intitulé "Serenity Skin, Sober tattoos".

3. "Feelings Butterfly", sur le blog "The fix. Addiction and Recovery, Straight up", Billet intitulé "Serenity Skin, Sober tattoos".

4. "Joy Tomkins from Downham Market, Norfolk" (Pic : AlbanyPix), Mirror, 8 sept. 2011.

5., 6. et 7. Pages Facebook de "Tattoo Lovers, a community that celebrates Tattoos!", Phoenix, USA.

Prochain billet : Scriptocorpus 4. Appartenances, affiliations, soumissions



Print This Post Print This Post

Tags: , , , , , , , ,

Posted in: Séries de saison, 06. Hiver 2011. Scriptocorpus, Promenades sémiotiques

3 Responses to “ Scriptocorpus 4. Maladie, soin, guérison ”

  1. samir on 10/07/2013 at 16:00

    enfin j'ai comprit pour quoi ma mère et ma grand mère a fait tout ces tatouage sur leur visage et leur mains
    merci infiniment

  2. Swiss Life Mutuelle on 28/02/2012 at 06:44

    Bonjour, même si les tatou sont un peu bizarre, je trouve qu'ils ont tous une valeur sentimentale pour ces personnes. Et c'est ce qui est touchant.

  3. sophie on 24/02/2012 at 13:57

    Merci pour cet éclairage absolument nécessaire sur les tatouages et surtout sur les idées que je m'en faisais. Après la lecture de ton article, je me sens un peu moins "idiote" !!!!!

Façons de penser, partager

Contrat Creative Commons


S'abonner à ce carnet

S'abonner à ce carnet

Vous allez être redirigé vers le service d’abonnement du Cléo à OpenEdition. Cochez Hypotheses.org puis sélectionnez ce carnet dans la liste.


Carnets de recherche