Scriptocorpus 3. Identités dermographiées

De nombreux tatouages disent l’identité, au sens très large du mot : j’encre qui je suis, qui je veux être, qui je suis pour l’autre, pour qui je veux être pris, ou l’inverse, et j’indique par là sur mon corps que cette identité désirée ou haïe est une question perpétuellement posée. L’énorme quantité de tatouages à fonction identitaire, que j’étends ici à des systèmes sémiotiques non verbaux comme les cartes géographiques ou les symboles chimiques, ne permet pas une exploration raisonnée ni un classement. Mais, en prenant pour « corpus » ceux que j’ai regardés, je vois deux grands types de discours d’identités dermographiées : la déclaration d’identité, géographique, familiale, professionnelle, etc., incluant la captation ironique de l’identité assignée par l’autre (Butler parlerait de « resignification »), et la projection, sérieuse ou humoristique, d’une image fantasmée de soi ou la revendication de valeurs désirables.

La déclaration d’identité

Je parle ici d’identités plutôt personnelles dans un cadre individualiste et non d’appartenance de groupe, d’affiliation voire de soumission, qui feront l’objet du billet suivant.

Une pratique courante est le tatouage du portrait et/ou du prénom des enfants, constituant alors une déclaration d’identité familiale ; « je suis un père », « je suis une mère », disent ces inscriptions. Les interprétations peuvent être originales. Cette mère a par exemple choisi l’empreinte de la main de son fils, à la manière d’un dessin d’atelier de peinture scolaire :

1. "Je suis une mère"

Les identités professionnelles ne sont pas en reste, y compris celles des chercheurs. Carl Zimmer est un journaliste américain qui écrit régulièrement des articles sur les sciences pour le New York Times and des magazines comme Discover. Il a publié récemment un livre passionnant sur les tatouages des chercheurs en sciences, Science Ink: Tattoos of the Science Obsessed, qui rassemble des tatouages liées aux savoirs de la biologie, de la physique, des mathématiques, de l’herpétologie, des neurosciences ou de la génétique. Le site du magazine Discover accueille une collection impressionnante de ces tatouages, où les formules mathématiques voisinent avec les hélices d’ADN et les squelettes de rongeurs (les deux photos suivantes en sont extraites). Les deux équations qui ornent les bras du chercheurs ci-dessous peuvent être lues comme une déclaration d’identité professionnelle, ou intellectuelle, de même que les trois éléments de la table de Mendeleïev qui ornent l’épaule d’un chimiste.

2. Einstein vs Newton

3. Think Periodically

La légende « Think Periodically« , qui fait allusion à l’emploi de périodique dans l’expression « Tableau périodique des éléments », vient de Carl Zimmer et le tatoué, Jen, donne le témoignage suivant : « Out of my interest for Chemistry and my heritage I chose to get his tattoo done almost a year ago. It is on the back of my upper right shoulder and it is a reminder of my philosophy for life « question all objectively ». » Le tatouage possède toujours, parce qu’il est un acte de monstration, cet aspect déclaratif de la profession de foi ou de la formulation d’une philosophie.

On pourrait dire la même chose de cette déclaration de « féminité », qui semble confirmer que cela ne suffit pas de naître femme, mais qu’il faut le déclarer pour le devenir :

4. "On ne naît pas femme, on l'encre…"

« On ne naît pas chinois, on le devient », pourrait aussi déclarer ce tatoué qui arbore une pièce appartenant au genre bien balisé du « map tattoo ». Il s’agit d’un projet à la fois historique et artistique puisque le tatoué est un marcheur qui a reconstitué la « Longue Marche » de 1934-36, pendant qu’un tatoueur inscrivait progressivement le trajet sur son dos. Les cartes de géographie sont par ailleurs un des grands motifs des tatouages contemporains, et ils contiennent une déclaration d’identité nationale et/ou géographique qui est plus de l’ordre de l’icone que du texte (mais certaines cartes contiennent des informations verbales). Ici, la dimension géographique est considérablement augmentée par l’histoire et la mémoire :

5. "On ne naît pas chinois, on le devient". Qin Ga, 'Site 22: Mao Zedong Temple,' 2005

En mai 2010, le Tattoo Project a été organisé à Vancouver : une douzaine de photographes ont pris des clichés d’une centaine de tatoués, pendant un week end. la question à laquelle la photographie était censée apporter une forme de réponse était justement celle de l’identité : « Who I am ? ». Le résultat, visible en détail sur le site, photographe par photographe, est remarquable, à la fois à cause de la beauté des tatouages et de ce que disent véritablement ces photos.

Images de soi, passions, valeurs

Sur le blog Vagabondages, dans un billet de 2009, « Les livres dans la peau » dont je parlais dans le billet précédent, on trouve la référence à un incroyable tatouage de blibliophile. La légende est : « tattoo, inside of right arm, a clearer shot of the infamous Bibliophile tattoo. It’s the Oxford English Dictionary definition ». Cette passion déclarée fait partie de la construction ou de l’exhibition d’une identité, de même que ces concepts philosophiques qui deviennent mots d’ordre une fois qu’ils sont encrés sur la peau de leur porteur :

6. "Truth"

Ce type de tatouage est extrêmement fréquent, et il ne s’agit pas de simples mots isolés à fonction décorative, mais bien d’énoncés exhortatifs, ou prescriptifs, qui dessinent un comportement social, voire moral. Le tatouage confère une dimension énonciative particulière aux éléments langagiers, qui semble être pragmatqiue : il y a un « effet » du tatouage, de l’ordre du perlocutoire. C’est sans doute la raison pour laquelle cette forme sémiotique et/ou langagière est empruntée par le discours militant : en août dernier, un autre « tattoo project » a été lancé à New York, impliquant le réseau Twitter. Le « Social Tattoo Project » consiste en effet à se faire tatouer le hashtag d’un « Trending Topic » humanitaire sur e bras, en un geste militant. Les cinq premiers tatouages ont été : #poverty, #japan, #humantrafficking, #haiti et #norway.

Plus léger, mais pas moins fort sur le plan de la projection, le « tatouage de geek ». Sur celui-ci, le porteur se fantasme, peut-être pour rire, peut-être pas, en Batman puissant et invincible :

7. "Je serais Batman"

Quelle que soit la forme d’identité avancée, le tatouage semble la rendre déclarative. Cette inscription qui ne distingue pas le support et les énoncés produit un effet dans l’environnement où elle est fondamentalement distribuée.

Crédits

1. « Je suis une mère », Blog De l’encre et des trous, p. 2.
2. et 3. Site du Discover MagazineScience Tattoo Emporium.
4. « On ne naît pas femme, on l’encre… », salon « fais-moi un signe » de Tattoo Paradise, sur Facebook.
5. « Experimental Cartography. The map as art », Maria Popova, 2009, Brainpickings.org. « In 2002, China’s Long March Project embarked upon a ‘Walking Visual Display’ along the route of the 1934-1936 historic 6000-mile Long March, and Beijing-based artist Qin kept tracked the group’s route in a tattooed map on his back. Three years later, Qin continued the trek where the original marchers had left off, accompanied by a camera crew and a tattoo artist, who continually updated the map on Qin’s back. »
6. « Truth », Blog De l’encre et des trous, p. 7.
7. « Je serais Batman », sur le site Desperate Bloglife , « Tattoos Geek 2.0 »

Prochain billet : Scriptocorpus 4. Maladie, soin, guérison


Marie-Anne Paveau

Enseignante-chercheuse en analyse du discours à l'université Paris 13

Vous aimerez aussi...

4 réponses

  1. Claire Placial dit :

    Je me rappelle, en prépa, avoir fait une mauvaise dissert de philo sur « l’artifice », dans laquelle j’avais dit je ne sais quel lieu commun sur le tatouage. Et la remarque du professeur (un anar de droite qui appelait le Monde « la Pravda », rien d’un beatnik), à voix haute, en cours, non destinée à moi spécifiquement du reste mais à ceux qui avaient opposé le tatouage au naturel ou que sais-je: en gros, il avait dit que c’était du propre de l’humain que de modifier son apparence, et un signe de souveraineté sur soi, et que l’opposition avec le naturel n’avait pas lieu d’être, du moins pas en des termes de café du commerce. Je me suis trouvée déniaisée. Dans quel billet ou commentaire parliez vous des cicatrices? Je ne suis pas tatouée, mais chéris mes quelques cicatrices comme traces physiques, dans la chair, d’un passé et d’un vécu. (Il y en a notamment une sur le genou qui me vient du jour où je suis tombée sur le parvis de la BnF en allant faire ma première inscription à la bibliothèque de recherche)
    Votre remarque sur la pureté originelle de la langue, qui émerge ici en lien avec la question du corps, m’intéresse beaucoup. C’est une question qui me préoccupe en ce moment mais sur laquelle je ne suis pas encore assez documentée pour en dire des choses qui se tiennent; en tout cas, l’usage du lexique de la pureté me semble relever du mot d’ordre plus que la réalité (dans tout les sens du mot « ordre »)

    • Marie-Anne Paveau dit :

      claire je suis désolée de publier votre commentaire si tard mais il était coincé dans les « indésirables » et je ne l’avais pas vu – les cicatrices c’était dans le premier billet de la série, où je formulais ma conception de mes tatouages – votre anecdote est amusante comme tout, surtout évidemment « l’origine énonciative » de cette conception effectivement assez ouverte et peu conservatrice de la modification corporelle (le bonhomme était peut-être tatoué, voire piercé, voire « pire » ;=))) – et je comprends bien votre « chérissement » des cicatrices, j’ai l’impression que c’est qqc encore plus « à soi » que le corps ou la peau simples – une sorte de « soi encore plus soi », je l’exprime mal, il faudrait que j’y réfléchisse
      sur le purisme il y a une synthèse là : http://penseedudiscours.hypotheses.org/ouvrages/la-langue-francaise – on n’aborde pas la question dans la traduction, mais sujet sans aucun doute passionnant il faudrait y penser et je serais contente de vous lire sur la question
      en tout cas ravie de discuter avec une des rares carnetières qui s’occupe de choses du langage ! merci !

  2. Bombay Magic dit :

    Décidément, j’adore cette série!!! :-)Et les tatouages de chercheurs en science!!!! Quelle découverte 🙂 Il va falloir que je revoie tous mes préjugés et présupposés sur qui sont les tatoués. Quelqu’un se souvient-il, il y a de nombreuses années, qu’on nous disait que le tatouage était la marque des déséquilibres psychiques, et notamment des schizophrènes ? Je me souviens d’un oncle psychiatre expliquant ça au dîner, mais je parle d’un temps que les moins de 40 ans ne peuvent pas connaître …

    • Marie-Anne Paveau dit :

      en fait non, ce n’est pas un temps que les moins de vingt ans… dans les milieux médicaux, psychiatriques et même (en fait : surtout !) psychanalytiques, le tatouage est toujours vu comme une pathologie, une marque de marginalité, une mutilation – il y a ce fantasme du corps intact, vu comme « naturel » sans doute, qu’on n’est pas censé modifier – en psychanalyse, la notion « d’image du corps » implique, pour des raisons qui m’échappent, ce côté intact – mais quand on lit les textes des fondateurs, on ne trouve rien de tel – c’est donc une sorte d’opinion commune qui est mon avis liée à cet imaginaire de la pureté originelle qui fonctionne dans bien d’autres domaines que le corps (la langue en particulier) – ravie que la série te plaise – il y a encore quelques billets à venir…