Activités langagières et technologie discursive. L’exemple de Twitter

27 février 2012
Par

Dans le cadre du colloque 2012 de l’ASLA (Association suisse de linguistique appliquée) qui se tenait à Lausanne du 1 au 3 février dernier (on trouve le programme détaillé et le résumé de toutes les communications sur le site du colloque), j’ai présenté un travail sur le fonctionnement technolangagier/technodiscursif du réseau Twitter. Je répondais au 7e axe de l’appel, intitulé “Les pratiques langagières dans le domaine des nouvelles technologies”. Il s’agissait pour moi de présenter les productions discursives sur Twitter dans le cadre de la notion d’augmentation, telle qu’on la trouve dans « réalité augmentée » i.e. une réalité, et en particulier deux compétences qui la constituent, l’intelligence et la mise en discours, “encapacitée” (enabled) par les technologies. Mon point de vue était donc différent de celui qui domine encore en sciences du langage (et qui était un peu signifié par ce terme de “nouvelles” présent dans le titre de l’axe 7) : la “médiation” ou “médiatisation” du discours par ordinateur, impliquant la conservation de la distinction entre le langagier et le technique, distinction que je souhaite effacer, pour penser un continuum et même un “assemblage” (Latour) entre les deux.

J’en propose ici un résumé et le diaporama que j’ai projeté. Les linguistes étant peu présents sur les réseaux et les “habitus” numériques n’étant pas encore totalement entrés dans notre discipline, je me suis livrée à un LT solitaire d’une partie de l’événement, que l’on trouvera ici, sous le hashtag #VALS12. Merci à quelques-uns des twamis qui m’ont suivie d’avoir commenté et parfois réagi avec le hashtag. Comme je n’ai pas documenté mon LT assez vite, une partie des tweets se sont perdus (j’ai encore du travail pour devenir une bonne live twitteuse !).

J’avais prévu d’aborder cinq points mais faute de temps j’en ai traité quatre ; je présente cependant les slides du point 5 (la twittérature) et je reviendrai sans doute en détail dans un travail ultérieur sur cette notion et surtout sa pratique et son rapport contradictoire à la technique.

Avertissement : certains tweets d’abonnés ou autres figurent dans le diaporama. Comme leurs comptes sont publics, je n’ai pas demandé leur autorisation à tou.te.s les twitteur.se.s de les faire figurer ici. Mais si cela pose un problème, je les enlèverai sur simple demande évidemment.

1. La notion de technologie discursive et langagière. Situation du travail

Je présente le cadre de la théorie du discours retravaillée par la cognition sociale dans sa version distribuée : l’intelligence est distribuée dans les environnements, humains comme non humains, et l’objet d’analyse est le système, et non seulement les énoncés ou les locuteurs, qui n’en constituent qu’une partie. Il s’agit donc d’une conception du discours comme intégré dans l’ensemble de l’environnement humain et non humain, et non distingué de cet environnement : je souhaite éviter l’approche « égocéphalocentrée » (expression de C. Brassac qu’il emprunte à J.-P. Kaufmann, et qui désigne une approche internaliste centré sur le sujet-locuteur) et logocentrée. Mon “terrain” est ce que j’appelle les univers discursifs numériques : des univers de discours en ligne pleinement intégrés à nos modalités de parole et d’échange, qui se trouve augmentées par la technologie/réalité augmentée. À partir de la notion de technologie discursive, que je travaille depuis Les prédiscours parus en 2006, je propose de travailler les productions technolangagières et technodiscursives et par conséquent d’observer des configurations technolangagières ou -discursives c’est-à-dire des productions discursives dans leur environnement et leur nature technologique (je défends volontiers une perspective écologique).

2. Le dispositif discursivo-langagier de Twitter

Après un petit test à main levée dans la salle qui confirme que peu de linguistes ont un compte twitter (mais ils ont presque tous un compte Facebook), je présente le réseau de micro-blogging Twitter, le terme de Timeline (TL) et son fonctionnement, des “gros” comptes et mon tout petit “corpus” (mon compte) : mes 325 followés, i.e. ceux auxquels je suis abonnée, corpus étendu, par le jeu de la circulation de la parole, aux abonnés de mes abonnements, et à mes followers qui parfois me répondent ou m’écrivent. J’explique quelles sont les productions discursives à notre disposition sur Twitter : tweeter, répondre, retweeter (RT), live tweeter (LT), envoyer un “direct message” (DM) et se livrer à ce que j’appelle des pratiques discursives culturelles (i.e. correspondant la culture du réseau Twitter) : par exemple le #FF, le #jeudiconfession, et leur variantes ou détournements.

3. Le tweet comme forme/genre de discours en cours de stabilisation ?

Il existe de très nombreux tutoriels par Twitter ou sur de nombreux blogs et également des listes de comptes pour s’abonner : il y a donc un métadiscours procédural abondant (comment tweeter, qu’est-ce qu’un tweet ? etc.) donc des routines explicitées et recommandées. C’est un environnement favorable pour l’établissement d’un genre de discours :

  • C’est une originalité des réseaux sociaux sur la toile qui s’accompagnent de leur guide d’usage ou de « savoir vivre », contrairement aux réseaux sociaux HL (hors ligne), pour lesquels la maîtrise de l’usage est plutôt du ressort du capital culturel et social (ce constat est valable actuellement ; il y a eu à des époques antérieures des guides de savoir-vivre et de savoir-parler).
  • C’est aussi un indice d’une généricité nouvelle : je connais plusieurs personnes, qui ont un compte twitter mais qui ne tweetent pas par manque de savoir faire scripturo-discursif.
  • De fait sur Twitter il y a des usages, peut-être même des normes, une sorte de “twittétiquette” analogue à la netiquette, il y a par exemple un certain nombre de comportements discursifs déconseillés comme le flooding ou la conversation interpersonnelle longue qui peut occuper inopportunément la timeline des abonnés aux deux protagonistes.
  • Cela explique qu’il y ait beaucoup de tweets “méta” : on s’interroge beaucoup sur Twitter sur les formes langagières et discursives, on commente les formes, on ironise sur les fameux 140 signes : on ne dit pas seulement ce que l’on fait (la question initiale à la création en 2006 était : “What are you doing ?), mais on dit ce que l’on… dit et comment on le dit.

Dans cet environnement il y a selon moi des traits technodicursifs du genre ou de l’écriture (twittécriture) :

  • La fameuse contrainte des 140 signes : l’usage sur Twitter est de ne pas abréger, de ne pas adopter le langage sms (ceux qui le pratiquent sont repris assez couramment), contrainte cependant contournable par le raccourcissement des liens, les tweets en plusieurs tweets (1/3, 2/3, etc.).
  • Les contraintes/transgressions grammaticales.
  • Des aménagements typographiques : espaces, ponctuation.
  • Mais surtout la délinéarisation de l’énoncé : par insertion de liens, de hashtags, d’énonciateurs/interlocuteurs multiples, les trois étant cliquables ; il s’agit donc d’une double délinéarisation, syntagmatique et hypertextuelle, visible sur l’écran puisque tout ce qui est cliquable apparaît en couleur.

4. Le cas particulier du hashtag. Essai de typologie

Dans l’état actuel de ma réflexion sur le hashtag, je propose la typologie suivante, qui n’ a pour le moment qu’une valeur heuristique :

  • Balise d’identification pour LT et redocumentation
  • Balise d’identification et de catégorisation (domaines thématiques extra- ou intra-tweet)
  • Balise générique
  • Balise de modalisation : commentaire métadiscursif, instruction interprétative, marque expressive
  • Balise-phrase « sur-discursive »
  • Le hashtag ludique, méta-hashtag

5. Une résistance au technodiscours : la twittérature 

La twittérature est particulièrement intéressante dans la mesure où elle s’inscrit pleinement dans un environnement technodiscursif tout en mettant à distance les traits technodiscursifs eux-mêmes. On le voir à l’œil nu sur les comptes des twittérateurs : pas de couleur, donc pas de mot cliquable, pas d’hypertexte : la technologie est réduite au maximum. Il faudra creuser cette caractéristique et analyser la circulation des consignes pour les jeux littéraires (par exemple : #sansjabage, à partir du blog Eclectico de la twitteuse @Aurise.


Bibliographie

  • Bachimont B., 2010, Le sens de la technique. Le numérique et le calcul, Paris, Les Belles Lettres, « Encre marine ».
  • Casilli A., 2010, Les liaisons numériques. Vers une nouvelle sociabilité ?, Paris, Seuil.
  • Crystal D., 2001, Language and the Internet, Cambridge, Cambridge University Press.
  • Dejean, C., Mangenot F., Soubrié, T., 2011 (coord.) Actes du colloque Epal 2011 (Echanger pour apprendre en ligne), université Stendhal – Grenoble 24, 25, 26 juin 2011.
  • Desmet P., Rivens Mompean A., 2000, « Présentation », Revue française de linguistique appliquée 2/2010 (Vol. XV), p. 5-8. (dossier sur ELAO et production écrite)
  • Doueihi M., 2011, Pour un humanisme numérique, Paris, Seuil.
  • Gefen A., 2010, « Ce que les réseaux font à la littérature. Réseaux sociaux, microblogging et création », dans Couleau C., Hellégouarc’h P. (dir.), 2010, « Les blogs. Ecritures d’un nouveau genre ? », Itinéraires Littérature, textes, cultures 2.
  • Gerbault, J. (éd.) (2007). La langue du cyberespace : de la diversité aux normes. Paris, L’Harmattan.
  • Hugoline, 2012, “Les hashtags”, Blog La souris de bibliothèquehttp://lasourisdebibliotheque.hautetfort.com/about.html, consulté le 17.01.2012.
  • Krzwywkowski I., 2010, Machines à écrire. Littérature et technologies du XIXe au XXIe siècle, Grenoble : ELLUG, coll. « Savoirs littéraires et imaginaires scientifiques ».
  • Latour B., 1991, Nous n’avons jamais été modernes. Essai d’anthropologie symétrique, Paris, La découverte.
  • Liénard F., 2007, “Analyse linguistique et sociopragmatique de l’écriture électronique. Le cas du SMS tchaté”, In J. Gerbault (éd.), La langue du cyberespace : de la diversité aux normes, Paris, L’Harmattan, p. 265-278.
  • Liénard F.,  Zlitni S. (dir.), 2011, La communication électronique : enjeux de langues, actes du Colloque international du Havre, Grenoble, Lambert-Lucas.
  • Martin, Marcienne (2007), Le langage sur internet, un savoir-faire ancien numérisé, Paris, éd. L’Harmattan, coll. “Langue & parole”.
  • Panckurst R., 2011, “Réseaux sociaux et pédagogie dans un contexte d’enseignement supérieur français”, 2e journée TICE à l’UAPV, Avignon, vidéo en ligne : http://vod.univ-avignon.fr/videos/?video=MEDIA110330140231143
  • Paveau M.-A., 2007 : « Discours et cognition. Les prédiscours entre cadres internes et environnement extérieur », numéro spécial de la revue électronique Corela (Cognition, Représentation, langage) : « Contextes, discours, cognitions », codirigé avec G. Achard-Baylelire ici.
  • Paveau M.-A., 2009 : « Mais où est donc le sens ? Pour une linguistique symétrique », conférence invitée au deuxième colloque international Res per nomen, Reims, 30-31 mai, in Actes prépubliés, p. 21-31 (lire sur HAL).
  • Paveau M.-A., 2011, “Genre de discours et technologie discursive. Tweet, twittécriture et twittérature”, communication à la journée d’étude Conscila “Modèles et théories du genre en confrontation”, à par. dans la revue Pratiques, 2013.
  • Toussaint Y., 1992. « La parole électrique. Du minitel aux nouvelles “machines à communiquer” », Esprit, 186, 127-139.
  • Zimmer B., 2011, “Twitterology: A New Science?”, The New York Times, Sunday Review, The Opinion Pages.

Crédits : “Humanising Engagement >> Twitter Conversation”, sur le blog Mediameasurement, 28.11.2011.

Pour citer ce billet : Paveau M.-A., 2012, “Activités langagières et technologie discursive. L’exemple de Twitter”, La pensée du discours, 27.02.2012, http://penseedudiscours.hypotheses.org/8338, consulté le…


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Mots clefs : , , , , , , , , , ,

Posté dans : Théorie du discours, Analyse du discours numérique, Théorie du discours, Linguistique symétrique, Théorie du discours

10 commentaires pour “ Activités langagières et technologie discursive. L’exemple de Twitter ”

  1. [...] background-position: 50% 0px; background-color:#222222; background-repeat : no-repeat; } penseedudiscours.hypotheses.org – Today, 8:48 [...]

  2. Zineddine Aboubekeur le 03/03/2012 à 12:25

    Quel joie de lire un beau billet accompagné d’une PPT…Vraiment merci pour cette initiative technologique, encore un avantage des billets et des carnets de recherche.

    Merci aussi pour cette réflexion sur twitter, un site de microblogging qu’on est de plus en plus nombreux à utiliser. D’ailleurs, dans cette augmentation d’usage, il y a forcément multiplication des techniques et des langues utilisées…Ce qui peut parfois entraver la communication ou l’opération de suivre un abonné qui twitte dans une langue qu’on ne maîtrise pas! A ce sujet, j’ai écris un twitt récemment:

    https://twitter.com/#!/abou2twitt/status/174959340342624256

    J’ai eu quelques réponses, me disant que Twitter travaille sur un service de traduction automatique…

    Mais pour l’instant, et grâce aux hashtags, On peut pallier à cette difficulté existentielle des langues. Voir le cas des chaines d’informations arabes et twittant en arabe mais avec des hashtags en anglais.

  3. [...] de genres naissants. Le “tweet” est un genre passionnant, par exemple: voir à ce sujet la communication de Marie-Anne Paveau au colloque 2012 de l’ASLA. On vient aussi d’assister à la naissance de la “bit [...]

  4. [...] background-color:#222222; background-repeat : no-repeat; } penseedudiscours.hypotheses.org – Today, 8:18 [...]

  5. Léna (jeanyveslena) | Pearltrees le 28/02/2012 à 14:37

    [...] Balise d’identification et de catégorisation (domaines thématiques extra- ou intra-tweet) Balise générique Balise d’identification pour LT et redocumentation Activités langagières et technologie discursive. L’exemple de Twitter | La pensée du discours [...]

  6. Delphine Regnard le 27/02/2012 à 22:35

    #javoue #jaiadorécebilletEtlesSlides #depuisLeTempsQueJeTeVoisSliderSurTwitter #mouaaaahhhh #merci #bisous

    • Marie-Anne Paveau le 28/02/2012 à 09:00

      #Spectaculaire #MiseEnAbyme #IciFigurent #LesSlides #AnalysantTwitter #QueTuMasVueElaborer #SurTwitterMême #ToiInterlocutricePrivilégiéeEtCorpusDechoix #Merci #TwitBises

  7. [...] à aucune analyse théorique ou scientifique.Il existe des recherches en cours, vraisemblablement, en linguistique dans tous ses aspects, en littérature, en économie, en philosphie, en communication, en [...]

  8. ALiCe__M le 27/02/2012 à 20:03

    “Cela explique qu’il y ait beaucoup de tweets “méta” : on s’interroge beaucoup sur Twitter sur les formes langagières et discursives, on commente les formes, on ironise sur les fameux 140 signes : on ne dit pas seulement ce que l’on fait (la question initiale à la création en 2006 était : “What are you doing ?), mais on dit ce que l’on… dit et comment on le dit.”

    OUI ! merci pour ce billet. Le méta, c’est ce qui me plaît particulièrement sur Twitter, propice au méta, plus que dans la conversation orale, grâce à l’écrit,précisément. L’écrit rapide, vif, spontané, mais celui qui fait la plus grande place au “méta” : la distance est plus facile quand on peut observer l’objet du discours, fixé en 140 caractères.

    • Marie-Anne Paveau le 28/02/2012 à 09:04

      merci alice pour ce commentaire – en fait il semble que l’activité méta soit également très intense à l’oral dans les conversations dites ordinaires – le travail de jacqueline authier-revuz, dont je vais d’ailleurs parler dans la “villa réflexive” dans quelques jours, porte là-dessus et elle a recueilli un nombre important d’énoncés oraux – c’est peut-être même parce que twitter a des traits de l’oral (ceux que tu énumères) que le méta y est si fréquent – à creuser – en tout cas un beau terrain de recherche à arpenter #chouette

Façons de penser, partager

Contrat Creative Commons


S’abonner à ce carnet

S'abonner à ce carnet

Vous allez être redirigé vers le service d’abonnement du Cléo à OpenEdition. Cochez Hypotheses.org puis sélectionnez ce carnet dans la liste.


Carnets de recherche