Les amitiés numériques. Formes technolangagières et polysémie relationnelle

3 avril 2012
Par

Séminaire PHITECO 2012 « Amitié et technologies relationnelles »

Université de Technologie de Compiègne, du 23 au 27 janvier 2012

*****
Je présente ici un résumé et le diaporama de ma conférence au séminaire PHITECO en janvier dernier, consacré à l’amitié et aux technologies relationnelles. Je remercie tous les amis proches ou lointains qui ont bien voulu me fournir des textes de demande d’amitié sur leurs réseaux ; ils m’ont permis d’établir un premier petit corpus de travail. (n.b. : Je publie quelques tweets dans le diaporama : que les twittos qui ne voudraient pas y figurer me le signalent). Vos remarques et suggestions sont les bienvenues.

Présentation
– Les deux anecdotes présentées au début du diaporama (les conséquences d’un blacklistage dans la vie d’un couple américain et ma propre perplexité devant une demande d’amitié, perplexité qui a reçu sur Twitter de passionnantes analyses et réponses sociologiques, psychologiques et psychanalytiques) sont intéressantes car elles permettent de poser au moins trois questions à propos de ce phénomène de l’amitié numérique :
a. celle incontournable de la définition de l’amitié ;
b. celle des manifestations, en particulier discursives, de l’amitié numérique comme forme relationnelle située i.e. installée dans nos environnements numériques et  dans nos modes de vie ;
c. celle du discours de l’amitié numérique i.e. des formes technolangagières et technodiscursives qui élaborent et formulent cette amitié.

– ma perspective : celle de l’analyse du discours à partir des sciences du langage, ouverte aux disciplines contibutives : philosophie, en particulier philosophie morale et philosophie de la connaissance, cognition sociale version distribuée. Une “analyse du discours numérique“.

– mes observables : des énoncés, des interactions, des formes textuelles, discursives, interactionnelles – dans le cas présent : des formes écrites – ou plutôt des échanges scripturaux sur les réseaux sociaux même si échange et partage en contexte plurisémiotique (musique, vidéos, illustrations, photos).

– Points traités :
1. Les lectures existantes
2. L’hypothèse de la polysémie relationnelle
3. L’observation des productions technodiscursives

1. Les lectures existantes

1.1. Le friending

Résumé et description de la notion de friending selon A. Casilli.

1.2. La « conversion » des modèles classiques

Présentation de la conception de M. Doueihi.

1.3. Discours sociaux sur l’amitié numérique : un savoir profane

– dans le sens commun : un discours dévalorisant sur l’amitié numérique qui ne serait pas une « véritable » amitié, celle dont on trouve des expressions dans une longue tradition littéraire et philosophique (par exemple la fable “les deux amis” chez La Fontaine slide 7) et dans une culture doxique sentimentale (voir le diaporama avec la page 1 “images” du mot clé “amitié” sur google, slide 14)

– la constitution d’un discours social
+ j’appelle discours social essentiellement le discours médiatique très circulant et portant souvent sur ces questions. On trouve de nombreux articles de la presse d’information et de la presse magazine du type : “l’amitié en ligne est-elle véritable ?” ou ” l’inscripition aux réseaux sociaux n’est-elle pas désocialisante ?”
+ une anecdote personnelle, au cours d’un dîner : « tout ça tes réseaux, Twitter, Facebook, les blogs, c’est de la pseudo-communication », de la part d’une chercheur (la trentaine) défendant l’usage du seul courrier électronique (« moi j’ai ma boîte mail et ça me suffit »). On voit donc qu’il y a une articulation de la paire vrai-faux avec la paire un-multiple : l’un est perçu comme supérieur au multiple.

–  circule aussi un discours humoristique plutôt iconique, dessins de presse par exemple, ou dessins de blogs sur la toile, ou encore cartoons (voir les slides)

2. Une polysémie relationnelle

2.1. Polysémie, augmentation, ubiquité

– j’emploie polysémie aux deux sens du terme :

+ “polysémie” au sens de “augmentation”, i.e. les liens amicaux en ligne s’ajoutent aux liens hors ligne, se tissent avec eux ou se confondent, créant des sociabilités cumulatives (“Les médias numérique se sont faits ubiquitaires” Casilli 2010a : 117).

+ “polysémie” au sens de “capacité : l’amitié trouve dans les réseaux, dans la technologie relationnelle une puissance supplémentaire, des possibilités multipliées d’entrer en relation, des « technologies capacitantes » (enabling technologies).

2.2. L’amitié en ligne comme relation mondaine

– cela a déjà été souligné en particulier par Cardon : l’amitié numérique comme carnet d’adresse (en prenant en compte sa matérialité comme objet et comme discours), comme réseau mondain, parfaitement installé chez les classes dominantes depuis toujours (vois slide avec extrait d’un guide de savoir vivre)

2.3. L’amitié comme soutien

– “amitié” a également le sens de “soutien” et l’on trouve de nombreux exemples en ligne de cette version de l’amitié, qui ne me semble pas si “faible” qu’on peut le penser (“liens faibles”) – voir les slides qui illustrent les exemples suivants

  1. Gilles Klein et de son témoignage sur la maladie de sa fille sur son blog
  2. Les pages FB de soutien aux soldats en Afghanistan
  3. SOS amitié
  4. Addiction alcool et toxicomanie

3. Formes technolangagières des univers discursifs numériques

3.1. Définition « formes technolangagières » et exemples

– je ne veux pas signifier par là des phénomènes de morphographie qui sont conditionnés ou impliqués, par les supports technologiques, mais qui pourraient être produits hors ligne (abréviations, sigles comme LOL, OMG, WTF, etc. toutes ces formes étant déjà étudiées par les courants de la CMO [Communication médiée par ordinateur par exemple]), mais je veux dire des formes véritablement technolangagières qui sont produites dans des environnements numériques et dans lesquelles le langage est technique et la technique EST langagière.
– c’est ce type de phénomène qui reste insuffisamment saisi par les linguistes, restant sur une conception logocentrée de l’objet de la linguistique
– ce sont des gestes technolangagiers, technoscripturaux en l’occurrence, par exemple :

  • les boutons en particulier le bouton “like”, mais aussi tous les boutons de partage (FB, Diigo, Mail, etc.), de demande d’amitié (“ajouter”) – boutons avec ou sans texte
  • l’insertion de lien, automatique sur les réseaux comme FB (mais avec réducteurs sur Twitter), à “fabriquer” entièrement dans le blogging puisque le lien n’apparaît pas sous la forme d’une URL mais d’un mot ou expression de la langue
  • le partage de lien comme forme de discours rapporté
  • le commentaire comme forme spécifique d’interaction verbale, conversationnelle
  • le hashtag : le mot cliquable (voir l’analyse de cette forme dans mon étude du technolangage sur Twitter)

3.2. Un genre de discours spécifique : la « demande d’amitié »

– comme genre de discours, elle n’existe pas chez les adultes et elle est plutôt facteur de méfiance, comme le montre cette vidéo qui a beaucoup tourné, et qui est clairement catastrophiste
– sur les guide de correspondance, on trouve par exemple le modèle : « lettre à une amie avec laquelle on désire renouer des relations », ou de nombreuses “lettres d’amitié”, mais non le modèle “demande d’amitié”
– par contre, la demande d’amitié existe chez les enfants qui la pratiquent couramment (voir les illustrations dans le diaporama et cette exceptionnelle vidéo).

PETIT CORPUS EXPÉRIMENTAL ET NON REPRÉSENTATIF DE DEMANDES D’AMITIÉ SUR LES RÉSEAUX

Sous-corpus 1. Le discours accompagne sémantiquement la requête technodiscursive

1.1. La forme de la lettre
1.2. Demande avec formules de politesse simplifiées

Corpus 2. Le discours n’accompagne pas sémantiquement la requête technodiscursive (toutes les demandes sont formalisées)

3.3. Machines affectives/désirantes et « friendship machines »
 
– en vertu du continuum homme-technique, je (sup)pose que les affects circulent dans l’ensemble de l’environnement humain et non humain, les deux étant en continuum et non en opposition
– la notion de “machine désirante” date de 1972 (Deleuze & Guattari, Anti-Œdipe)

– je propose de parler de machine affective, pour les réseaux sociaux par exemple : machine affective car le réseau, tissage de technologies, de discours, d’affects, de corporéités, etc. fait circuler les affects, mais les produit également – comment et pourquoi ?

3.3.1. Nos maisons sur le net

– il y a des phénomènes d’habitat, d’appropriation de l’espace, d’hospitalité sur le réseau/les réseaux, phénomènes que Casilli a mis en exergue, et dont on rencontre de multiples manifestations.

3.3.2. Twitter : transport et transfert

– il existe selon moi, sur Twitter en particulier, des phénomènes que j’appelle “trasport et transfert” : transport au sens affectif : rencontres, partage d’émotions, liens sentimentaux, etc. ; et transfert au sens psychanalytique : par le jeu des projections et des identifications, des choses “passent” à la manière analytique (je dis bien “à la manière”), des paroles sont adressées et des modifications ont lieu. Twitter la nuit, par exemple, me semble être un lieu pseudo-analytique (je dis bien : “pseudo”)

– ces phénomènes rendent coextensifs les univers numériques et les univers hors ligne, et non distincts voire opposés comme le veulent des représentations courantes (voir les slides où cette idée est exprimée dans des tweets)

3.3.3. The friendship machine. L’amitié au Coca-Cola

– je termine cette présentation par une sorte de clon d’œil qui n’est pas si ludique que cela à la réflexion : une campagne publicitaire pour Coca-Cola fondée sur la machine amie, bienveillante, qui ofre des gâteux, des fleurs, de l’eau, du coca en double, bref, des douceurs. Les humains sont amenés à aimer cette machine comme le montre la dernière diapo. Ces vidéos sont visibles ici ou ici.

Bibliographie

  • Alles-Jardel, Monique 2001 (et al.), « Amitié et attitudes envers l’école chez les enfants d’origine comorienne et algérienne a Marseille », Association pour la recherche interculturelle 67, 68-84.
  • Bachimont B., 2010, Le sens de la technique. Le numérique et le calcul, Paris, Les Belles Lettres, « Encre marine »,
  • Boyd D. 2006, « Friends, Friendsters, and MySpace Top 8: Writing Community Into Being on Social Network Sites », First Monday 11/12, lire en ligne
  • Cardon D., 2011, « Éloge des amitiés numériques », Le Monde 10.11.2011.
  • Casilli A., 2004, « Posthumani nihil a me alienum puto » Le discours de l’hospitalité dans la cyberculture, Sociétés 83, p. 97-116.
  • Casilli A., 2010a, Les liaisons numériques. Vers une nouvelle sociabilité ? (chapitre « La force des liens numériques »), Paris, Seuil.
  • Casilli A., 2010b, « “Petites boîtes” et individualisme en réseau. Les usages socialisants du web en débat », Réalités industrielles, 54-59.
  • Piet Desmet et Annick Rivens Mompean « Présentation », Revue française de linguistique appliquée 2/2010 (Vol. XV), p. 5-8.
  • Doueihi M., 2008, La grande conversion numérique, Paris, Seuil.
  • Doueihi M., 2011, Pour un humanisme numérique (chapitre « Les liens de l’amitié »), Paris Seuil.
  • Gerbault, J. (éd.) (2007). La langue du cyberespace : de la diversité aux normes. Paris, L’Harmattan.
  • Grannoveter M., 1973, « The Strength of Weak Ties », American Journal of Sociology 78.
  • Mercier P.-A. 2008, « Liens faibles sur courants faibles », Réseaux sociaux et technologies de communication, Informations sociales 147, 20-31.
  • Moser G., 1994, Les relations interpersonnelles, Paris, Presses Universitaires de France.
  • Paveau M.-A., 2007 : « Discours et cognition. Les prédiscours entre cadres internes et environnement extérieur », numéro spécial de la revue électronique Corela (Cognition, Représentation, langage) : « Contextes, discours, cognitions », codirigé avec G. Achard-Bayle, lire en ligne
  • Paveau M.-A., 2009,  « Mais où est donc le sens ? Pour une linguistique symétrique », in Actes du deuxième colloque international Res per nomen. Reims : CIRLEP, p. 21-31. 
  • Paveau M.-A., 2011, “Genre de discours et technologie discursive. Tweet, twittécriture et twittérature”, communication à la journée d’étude Conscila “Modèles et théories du genre en confrontation”, à par. dans la revue Pratiques, 2013.

Webographie 

Blogs
Blog de Danah Boyd Apophenia : http://www.zephoria.org/thoughts/
Blog d’Antonio Casilli BodyspaceSociety : http://www.bodyspacesociety.eu/
Blog d’Hubert Guillaud Internet Actu : http://www.internetactu.net/
Blog de Gilles Klein : http://blog.gillesklein.com/

Pour citer ce billet : Paveau M.-A., 2012, “Les amitiés numériques. Formes technolangagières et polysémie relationnelle”, La pensée du discours, http://penseedudiscours.hypotheses.org/?p=8334, consulté le…


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Mots clefs : , , , , , , , ,

Posté dans : Théorie du discours, Analyse du discours numérique, Théorie du discours

2 commentaires pour “ Les amitiés numériques. Formes technolangagières et polysémie relationnelle ”

  1. […] et les technologies relationnelles (auxquelles appartiennent les réseaux sociaux), propose une approche philosophante des échanges et relations qui se nouent sur les médias […]

  2. [...] et les technologies relationnelles (auxquelles appartiennent les réseaux sociaux), propose une approche philosophante des échanges et relations qui se nouent sur les médias [...]

Façons de penser, partager

Contrat Creative Commons


S’abonner à ce carnet

S'abonner à ce carnet

Vous allez être redirigé vers le service d’abonnement du Cléo à OpenEdition. Cochez Hypotheses.org puis sélectionnez ce carnet dans la liste.


Carnets de recherche