« [Rires] Enquêteur-enquêté : une relation pleine d’éclats », Mélodie Faury pour L’infusoir. Vases communicants de janvier 2012

La pensée du discours reçoit avec plaisir et émotion pour les vases communicants de janvier 2012 Mélodie Faury du carnet L’infusoir. Selon le principe des Vases, dont on trouvera la liste ici, j’ai écrit un billet sur L’Infusoir : échange de bons procédés, d’infusions pensées et de pensées infuses… Bonne lecture

Pour mon travail de thèse, j’ai eu l’occasion, et la chance, de rencontrer des chercheurs et jeunes chercheurs qui m’ont accordé leur temps et leur confiance le temps d’un entretien. La lecture des ouvrages méthodologiques m’avait finalement assez mal préparée à ce que l’expérience de l’entretien me réservait… une relation humaine, une situation vivante (Raoul, 2009) qu’il serait vain de chercher à maîtriser par une « chasse au biais »1.

Source : sneakers.fr

J’ai alors décidé, bien au contraire, de me rendre le plus perméable possible, pendant l’entretien, à ce qui s’y passe. De lâcher prise pendant, l’attention en éveil, pour mieux ré-explorer la densité de l’entretien ensuite, au moment de l’analyse et de la prise de distance. Pour être entièrement dans la situation, j’ai même finalement pris le parti risqué de me passer de prise de notes, afin d’être totalement disponible, y compris corporellement, à ce que me disant mon interlocuteur. Tout reposait donc sur l’enregistrement, en espérant que la technique ne me fasse pas faux bond2, et sur le vécu de la situation.

La relation enquêteur-enquêté, une relation vivante

Il me semble qu’un entretien, avant d’être le lieu du recueil « de données », même si cela reste sa raison d’être pour le chercheur, est avant tout une mise en relation, une communication entre deux individus, dans un contexte bien défini, celui d’une recherche, dont l’enquêteur sait beaucoup et l’enquêté finalement assez peu.

« Si la relation d’enquête se distingue de la plupart des échanges de l’existence ordinaire en ce qu’elle se donne des fins de pure connaissance, elle reste, quoi qu’on fasse, une relation sociale qui exerce des effets (variables selon les différents paramètres qui peuvent l’affecter) sur les résultats obtenus. » (Bourdieu, 1993)

« Le rêve positiviste d’une parfaite innocence épistémologique masque en effet que la différence n’est pas entre la science qui opère une construction et celle qui ne le fait pas, mais entre celle qui le fait sans le savoir et celle qui, le sachant, s’efforce de connaître et de maîtriser aussi complètement que possible ses actes, inévitables, de construction et les effets qu’ils produisent tout aussi inévitablement. » (Bourdieu, 1993)

Le choix que je fais en entretien n’est pas de m’efforcer « à connaître et maîtriser aussi complètement que possible [mes] actes », mais bien plus à les expliciter, à les rendre intelligibles et partageables au moment de la restitution de l’expérience d’entretien3 (lorsqu’il s’agit de transcrire, de rendre compte à l’écrit) et des connaissances que l’on en retire par notre interprétation située. L’enquêteur dans l’entretien n’est pas considéré comme « un intrus » perturbant le recueil d’informations nécessairement « biaisées » par cette « intrusion arbitraire qui est au principe de l’échange » (terme utilisé par Bourdieu en 1993), mais comme un interlocuteur pour l’enquêté, qui accepte la situation de communication constituée par l’entretien, en cela qu’elle fait sens pour lui (Le Marec, 2002).

Le rire, n’est pas vraiment une donnée que l’enquêteur vient chercher, a priori.

Mais si l’on écoute l’enregistrement audio d’un entretien, non pas pour en « récolter les informations » au sens traditionnel du terme, mais bien pour écouter ce qui se passe, pour être attentif à la dynamique de cette situation vivante qu’est l’entretien, on constate que le rire est bien présent. Sous différentes formes, à différents moments.

Écoutons, soyons attentifs…

Enquêté

Enquêteur

Les rires structurent non seulement les phrases, le discours, en cela qu’il l’interrompt ou qu’il le ponctue, mais structure bien plus la relation-même entre enquêteur et enquêté4

Le rire, anecdote ou bruit de fond ?

La transcription, telle quelle est finalement effectuée, reflète une multitude de choix de la part de l’enquêteur : les phrases sont-elles reformulées ? Fait-on apparaître les silences ? Les regards ? Les hésitations, les répétitions ? Quelle place donne-t-on à la communication non verbale, sonore ou non, dans les entretiens non pas filmés mais enregistrés sur dictaphone ? Comment cela se traduit-il dans la transcription ?

A quel tamisage5 procède-t-on au moment de la transcription ? Que constitue-t-on en données ?

Que l’on garde une forme transcrite au plus proche du style oral ou au contraire que l’on réécrive (ce que l’on fait toujours quoiqu’il en soit) les discours enregistrés sous une forme « véritablement » écrite, des interprétations interviennent au moment de l’écriture.

Comment peut-on interpréter les rires ?

Extrait d’un entretien avec un doctorant en biologie expérimentale

Enquêté : « Là… les outils dont on dispose nous… ça a un intérêt on va dire plus restreint. Et donc… mis à part… sauf une fois qu’on aura démontré que finalement cette protéine est très importante [rires], où là les gens vont être intéressés, hum, peut-être [rires]… là pour l’instant on est pas… on est pas très intéressants on va dire pour les autres… les autres labos. C’est très motivant ce que je suis en train de dire [rires]. »

Le rire ne contient pas d’informations « mises en mot », c’est-à-dire des informations que l’on percevrait lors de la transcription, ni même vraiment lors de l’écoute, si l’on n’a pas vécu la situation d’entretien. On pourrait considérer le rire comme un « bruit de fond ». Mais le rire ne me semble pas être non plus l’absence d’information signifiante.

Ce que le rire peut avoir à nous dire

Photographie extraite du film Le Corniaud

Je crois que les rires nous donne une information sur l’état émotionnel de l’enquêté mais aussi de l’enquêteur qui peut, bien sûr, être amené à rire aussi. Et surtout sur la relation entre enquêteur et enquêté.

Le rire va informer, au sens où il donne des précisions, parfois difficile à expliciter, soit sur le statut de ce que viens de dire l’enquêté (confidences, à préciser), soit l’état de l’enquêté, soit sur le fait que l’enquêté teste la réaction de l’enquêteur ou attend inconsciemment une réaction de la part de l’enquêteur : un rire partagé, une relance, une réaction.

L’absence de réaction de la part de l’enquêteur ou une réaction inattendue pour l’enquêté va parfois influencer notablement la relation entre enquêteur et enquêté et infléchir la dynamique de celle-ci. Enquêteur et enquêté, par leur rire, peuvent en arriver à jauger ce qu’il partage ou non, l’effectivité d’une inter-compréhension supposée : ce qui est sous-entendu, par exemple est-il bien entendu ?

Extraits d’un entretien mené avec un doctorant en biologie expérimentale

Enquêté : « Donc ça, tout ça j’ai pas noté parce que, ou alors c’est impossible parce que [rires] j’arrête pas, voilà quoi tu, c’est pas possible. »

Enquêté : « En plus elle est hyper sceptique sur tout ce qu’elle fait donc c’est bien [rires] parce que quand Untelle te dit « ça, ça a l’air solide », c’est vraiment que [rires]. »

Enquêté : « Ensuite AB, le mari de [rires], de CD. » (AB et CD sont connus de l’enquêteur)

Enquêté : « Ouais, c’est avec l’Ecole doctorale. Alors, d’ailleurs, je pense que j’en ai raté à peu près un sur deux, je sais pas s’ils vont me valider [rires], la grosse blague. »

Enquêté : « Donc tu fais chier tout le monde [rires], moi je faisait chier quoi [rires]. »

Extrait d’un entretien mené avec un autre doctorant en biologie expérimentale

Enquêté : « Bah en fait, elle a essayé de venir manger avec nous une fois. […] Donc on y était allé mais donc du coup, on mangeait comme ça [mime tête baissée], il y avait des gros blancs pendant des minutes et des minutes. Donc elle a compris qu’il fallait pas revenir, et elle est pas revenue [rires]. Donc voilà [rires]. Parce qu’en fait on l’aime pas trop. »

Enquêté : « En fait je suis obligé de passer par elle, sinon voilà j’ai des problèmes [rires], c’est-à-dire en fait c’est un goulot d’étranglement, c’est une voie hiérarchique obligatoire quoi. »

Enquêté : « Donc [en chuchotant] les relations étaient particulières. […] Ouais ça m’a assez refroidi quoi [rires]. »

Enquêté : « Voilà, donc entre les deux, je pouvais pas vraiment choisir parce que sinon [rires] j’avais un souci. »

Au sujet des attendus de l’entretien :

Enquêté : « Après je sais pas si tu veux que je développe certains trucs, si c’est plutôt l’aspect scientifique… ou l’aspect [inaudible].

Enquêteur : « Tout ce que tu veux en fait, qui me permet de bien me rendre compte de ce qui se passe pour toi. Les situations dans lesquelles tu te trouves. Mais tu verras c’est pas [rires]. »

Le rire met les émotions au cœur de l’entretien et de la relation avec l’enquêté : rires de connivence, suivant l’allusion ou la « private joke », rires cherchant à relativiser ce qui vient d’être dit, la portée d’un propos critique ou intime, rires dédramatisant une situation dépeinte de façon négative, rires dissimulant la gêne ou le malaise, rires de satisfaction ou de soulagement,…

Notre approche n’est pas éthologique6 : il s’agit bien de considérer le rire dans le contexte de la relation d’entretien.

Que faire du rire ? Replacer l’émotion et la relation au centre de l’entretien

Le rire dans l’entretien, n’est pas nécessairement quelque chose que l’on remarque.

On peut ne pas y prêter attention, dans la mesure où ce sont d’abord les réponses aux questions que l’on pose qui vont nous attirer.

Mais le rire peut nous arrêter : il est l’expression d’une émotion chez l’enquêté ou chez l’enquêteur. L’émotion ressentie par l’enquêté, mais surtout celle ressentie par soi-même en tant qu’enquêteur, dont le rire me semble être l’une des expressions, pourrait être un indicateur important dans l’idée de développer une certaine réflexivité dans le rapport au terrain (Le Marec, 2002).

Considérer les rires, c’est-à-dire les écouter et les lire, c’est envisager l’entretien avant tout comme une situation où deux individus communiquent, où deux univers de connaissances (Moirand, 2010), partagés en partie, mais aussi dissemblables, se rencontrent.

Si, comme l’indiquait Bourdieu (1993), il paraît intéressant d’« essayer de porter au jour la représentation que l’enquêté se fait de la situation, de l’enquête en général, de la relation particulière dans laquelle elle s’instaure, des fins qu’elle poursuit, et d’expliciter les raisons qui le poussent à accepter d’entrer dans l’échange » (Bourdieu, 1993), ce serait à mon sens plus pour expliciter la dynamique de l’échange et de la relation mouvante entre enquêteur-enquêteur, c’est à dire de la situation de communication vivante qu’est l’entretien, et pour ainsi situer et contextualiser au plus près les connaissances qui seront produites à partir de ces entretiens, que pour « savoir ce que l’on fait, lorsqu’on instaure une relation d’entretien ». En effet, cette relation n’est pas unilatéralement instaurée (Le Marec, 2002), ni instaurée une fois pour toute, dans la mesure où elle s’ajuste de manière dynamique en amont (acceptation ou refus), tout au long de l’entretien (constructions, déconstructions, ajustements : voir analyse en partie…) et même suite à celui-ci parfois (retour aux enquêtés par exemple).

Le rire peut finalement faire figure d’« excuse » pour travailler l’idée de la relation entre enquêteur et enquêté ainsi que celle de considérer l’entretien comme une situation de communication (Le Marec, 2002).

Mais peut-être s’agit-il aussi d’une proposition : nous pourrions prendre l’émotion comme un voyant, une alerte, un indicateur personnel, pour le chercheur. Le rire, par exemple, comme le déclencheur d’un travail réflexif, pour essayer de comprendre ce qui se joue dans la relation d’entretien. Et si la conscience réflexive (Le Marec, 2002) se nourrissait d’une attention à des éléments absents des « manuels de méthodologie de l’entretien » ? C’est-à-dire à ce que l’on ressent dans l’entretien, aux moments d’étonnement, de gêne, d’énervement,…

Références

Bourdieu, P. (1993). La misère du monde. Paris : Seuil.

Le Marec, J. (2002). Ce que le « terrain » fait aux concepts : Vers une théorie des composites. Cinéma, communication et information. Paris, Université Paris 7. Habilitation à diriger des recherches: 165.

Moirand, S. (1990). Une grammaire des textes et des dialogues. Paris : Hachette.

Raoul, B. (2002). « Un travail d’enquête à l’épreuve du terrain ou « l’expérience de terrain » comme relation en tension. » Études de communication 25.

  • Journées d’étude Trajectoire et Témoignage

Première journée d’étude (28 juin 2011)

Deuxième journée d’étude (16 novembre 2011)

Troisième journée d’étude (24 janvier 2012)

 

  1. Ce qui ne fait pas pour autant renoncer aux critères de scientificité de la connaissance produite à partir du terrain ! Voir à ce sujet l’Habilitation à diriger des recherches de Joëlle Le Marec, 2002 []
  2. Les regards jetés sur le dictaphone en cours d’entretien, comme la prise de note ou l’arrêt de la prise de note, ont souvent une influence directe sur le discours de l’enquêté, qui interprète les gestes de l’enquêteur comme des signes d’intérêt ou de désintérêt vis à vis de ce dont il est en train de parler []
  3. C’est le partage de cette expérience d’entretien et sa légitimation en tant que pratique de communication au centre de nos pratiques scientifiques qui me paraît être au centre des journées d’études du cycle Trajectoire et Témoignage (2011-2012) co-organisé par Sarah Cordonnier, Joëlle Le Marec, Bernard Bensoussan et moi-même. []
  4. Ce billet et l’attention portée ici aux rires s’inscrivent dans le cadre d’une réflexion sur la façon dont la relation entre enquêteur et enquêté.. se structure, évolue et se redéfinit en permanence dans la situation d’entretien. []
  5. Ce terme provient des discussions menées avec Sarah Cordonnier, Joëlle Le Marec et Bernard Bensoussan lors de nos séances de travail, d’analyse collective d’entretiens, pour préparer les journées d’étude Trajectoire et Témoignage lien []
  6. Le documentaire du 30 décembre 2011 d’Arte, « Une histoire naturelle du rire » proposait par exemple de considérer le rire en tant que comportement animal ou que mécanismes neuronaux. []

Mélodie Faury

Docteure en Sciences de l’information et de la communication / STS
Agrégée en Sciences de la Vie, de la Terre et de l’Univers

Vous aimerez aussi...

15 réponses

  1. Marie-Anne Paveau dit :

    quel jolie analyse du rire, un des thèmes les plus difficiles qui soient – je pense que tu as parfaitement raison d’en faire un indice d’inter-compréhension, et en ce sens il est extrêmement signifiant, bien que non verbal, peut-être plus que certains mots d’ailleurs – à lyon, donc chez toi, il y a une équipe qui travaille depuis longtemps sur la communication multimodale, à la suite de cosnier, et le mimo-posturo-gestuel est un de ses objets-phares (une des équipes d’ICAR) – la division intellect/affect, l’opposition mind/body sont robustes et bien implantées dans nos mentalités, mais un travail comme le tien, aussi stimulant que rigoureux contribuera à leur dilution – la science sera humaine ou ne sera pas…

    • Mélodie Faury dit :

      Merci Marie-Anne, pour ton commentaire et pour ces indications, et aussi pour le très beau billet sur le désir épistémologique et l’émotion scientifique que j’ai eu le grand plaisir d’héberger sur mon carnet de recherche.
      Quelle belle expérience que ces vases communicants sur l’émotion scientifique ! Je ne me doutais pas que nos billets trouveraient autant d’échos !
      La science sera réflexive ou ne sera pas :-)…

  2. Jonathan dit :

    Je m’autocongratule de ne pas avoir encore retranscris mes entretiens : voilà une piste intéressante à ne pas négliger en effet. Je remarque simplement que le rire peut-être à double tranchant. Dans mon cas, il ne peut que difficilement constituer ce qui brise la glace du caractère inévitablement dominé/dominant de la relation d’entretien, puisque travaillant avec un public de député, je suis celui qui est en position de faiblesse (culturelle, relationnelle, politique). Que vaudra alors mon rire ? À première vue, je n’ai pas souvenir d’avoir ri en entretien. Que vaut alors le rire de mes interlocuteurs ? Je ne pense en avoir beaucoup d’exemplaires enregistrés. Non pas que l’on ne rit pas quand on est député mais… on rit avec ses pairs. Surtout pas avec le journaliste que j’ai l’air d’être sans l’avouer. Le rire est je trouve une forme d’expression franche, qui invite à jouer carte sur table. L’humour du politicien, même en entretien, sera beaucoup plus formé de nuances, d’allusions, de non-dit. Étudier le non-rire alors ? Pourquoi pas ?

    • Mélodie Faury dit :

      Merci beaucoup pour ton commentaire. J’ai ressenti cette relation « inversée » (vis à vis par exemple de la « violence symbolique » évoquée dans un précédent commentaire) lorsque je rencontrais des chercheurs de mon champ, beaucoup plus expérimentés sur la démarche-même que je développais en leur demandant un entretien. Malgré cela, nous nous rendions compte parfois au cours de l’entretien de ce que nous partagions (certains caractéristiques de nos parcours), ce qui nous amenait à une certaine connivence. Les rires provenaient aussi, je crois, simplement du plaisir de parler de leur expérience et de se sentir écouter, dans la mesure où une certaine confiance était établie sur ce qui allait être fait des enregistrements.
      J’ai rencontré aussi, et je pense que c’est fréquent, c’est assimilation à l’interview journalistique. Elle a donné lieu à des précautions oratoires très intéressantes, que je n’ai pas encore eu l’occasion d’étudier en détail, mais qui structurent elles aussi la relation enquêteur-enquêté. Peut-être une autre piste pour tes entretiens ?

      • Jonathan dit :

        Exact, à explorer aussi. Je m’y mets bientôt, je te ferais un retour si ça donne quelque chose.

        Je suis aussi d’accord avec cette idée que le rire ne sert pas qu’à briser la glace observateur/observé mais est étroitement lié avec le récit d’une expérience personnelle. Ce rire permet souvent de (mal) dissimuler un embarras sur une situation peu avantageuse, des choix discutables… En fait, le rire pourrait ainsi être considéré comme la preuve d’un regard réflexif que l’interlocuteur porte sur lui-même durant son récit. Et le sens que l’interlocuteur donne à son récit, n’est-il pas encore plus intéressant que les données factuelles du témoignage ?

        • Mélodie Faury dit :

          On touche à la réflexivité par l’oralisation (Jurdant, 2006), qui sera à n’en pas douter au centre des espaces réflexifs de février 😉 !

  3. TUFFERY dit :

    Bonjour et merci pour ce billet très intéressant sur ce qui se passe pendant les entretiens, dans les couches « non-formelles » de la relation et des inter-actions entre enquêteurs et enquêtés.
    On voit très bien ici une nouvelle fois que les principes méthodologiques des enquêtes ne sont que des cadres de référence qu’il faut savoir respecter non pas de façon rigide mais avec un mélange d' »intelligence », d’intuition, de sympathie, d’adaptation.
    C’est aussi ce qui doit aider à limiter l’impact de la « violence symbolique » (Bourdieu) que certains enquêtés peuvent parfois ressentir vis-à-vis de l’enquêteur lorsque les positions sociales, les statuts professionnels, la maîtrise de la langue, etc. respectifs témoignent d’un écart important des capitaux culturels et sociaux de chacun.
    Il convient aussi de ne pas oublier que la « durée de vie » des enquêtes ne se limite pas au seul entretien mais se poursuit dans les « esprits » (réflexions et émotions), tant pour l’enquêteur que pour l’enquêté. Pour accéder au non-dit lors de l’entretien, les rires (comme les silences) doivent encore pouvoir se faire entendre lorsque les portes sont refermées, que les micros et les caméras sont coupés, et que les carnets de notes sont rangés.

    • Mélodie Faury dit :

      Merci à vous pour vos commentaires qui me donnent toujours matière à réflexion ! Je n’ai jamais eu l’occasion encore de relever cette « violence symbolique » sur le terrain. Cela doit venir des entretiens particuliers que j’ai menés, qui s’instauraient avec des enquêtés proches de moi d’un point de vue culturel et social. Nos relations précédaient souvent l’entretien et lui succèdent. Et en effet, même s’il est bien identifié pour eux, comme pour moi, que les discussions que nous avons ensuite ne relèvent plus de l’enquête, de ma recherche, ce qu’ils sont amenés à me dire peut m’aider à comprendre beaucoup de choses a posteriori. Très difficile pourtant de savoir quelle « durée de vie » l’enquête prend pour eux et qu’elles réflexions/émotions elle a provoquée, sauf à être en mesure de leur demander, peu après l’entretien. Ce qui m’est arrivé dans un cas ou deux.

      • Christophe Tufféry dit :

        Merci pour votre commentaire. La violence symbolique de Bourdieu est bien évidemment fonction de la position sociale et de la distance originelle existant entre l’enquêteur et l’enquêté.
        S’il existe une relation préalable entre les deux acteurs de l’enquête, celle-ci doit probablement avoir un effet sur le ou les entretiens de l’enquête. On peut imaginer sans peine qu’elle peut avoir comme effet « positif » de limiter le sentiment de violence symbolique. Mais elle peut aussi constituer un « biais affectif » ou « émotionnel » qui vient s’ajouter aux autres types de biais cognitifs, qu’on sait difficile à éviter et à corriger totalement lors de tout entretien et de toute enquête, même en en parlant avec l’enquêté après l’entretien.

  4. Stéphanie Messal dit :

    Etrangement à lire et écouter ton discours autour du rire, j’entends dans les tréfonds de ma mémoire le fameux rire de Fantômas ! (je suis sûre que c’est dû à la photo de Louis de Funès)
    Un billet sincère dans lequel je retrouve mes balbutiements aux premiers entretiens.
    Plus que d’enregistrer avec un dictaphone, il faudrait filmer si l’on pouvait. La gestuelle aussi est incroyablement révélatrice, la posture du corps, les mouvements, etc. Difficile de garder tout cela en mémoire, n’est-ce pas ! :^)

    • Mélodie Faury dit :

      La caméra induit elle aussi une relation enquêteur-enquêté bien particulière. Le dictaphone, déjà, donnant parfois l’impression à l’enquêté d’une interview journalistique, m’a valu des basculements intrigants dans certains de mes entretiens. Un enquêté-doctorant, que je connaissais avant l’entretien et que je continue de croiser depuis, qui me tutoie toujours, en est soudain venu au « vous » : il ne parlait plus à moi seule, il s’adressait au-delà de moi, au dictaphone et à ceux que sa parole aurait ensuite l’occasion de toucher. Le lieu où nous étions (en plus de l’enregistrement), où passaient certains collègues à lui, a donné une autre dimension à notre « conversation ». Nous n’étions plus seuls, lui et moi, il y avait eux, il s’adressait à « nous ».

      • Marie-Anne Paveau dit :

        est-ce qu’on ne pourrait pas analyser ce « vous » autrement ? le maintenir en deuxième personne, c’est-à-dire que ce serait bien à ta personne qu’il s’adresse, et le voir comme un véritable vous de politesse, de mise en scène de la relation qui prend soudain une dimension sociale parce que publique et retranscriptible ? l’entretien est finalement un genre de discours qui a ses règles et et pour ton enquêté le vouvoiement en faisait partie (mainguenenau sur la notion de « scénographie » et genre de discours) – les glissements de pronoms à la télé m’intéressent toujours : un animateur et ses invités-amis, qui se tutoient dans la vie, et qui se vouvoient dans les studios parce que c’est la norme de la parole – très amusante transgression de doc gyneco invité par alexandra sublet dans « c à vous » il y a quelques mois, qui refuse le vouvoiement : toute l’émission se fait donc sur les deux énonciations – pour ces « nous » et « vous » qui correspondent à des individus uniques, benveniste parle de « personne étoffée »

        • Mélodie dit :

          C’est très juste oui. A vrai dire, j’oscille entre les deux interprétations (il y a peut-être un peu des deux), même si je ne me l’étais pas aussi bien formulé. La mise en scène de la relation et de l’enquêté par lui-même, dans certains lieux publics où se déroule la rencontre (parfois sur le choix même de l’enquêté), est effectivement présente dans quelques-uns de mes entretiens.

  1. 06/01/2012

    […] de cet échange de carnet. Réciproquement, La pensée du discours héberge aujourd’hui mes réflexions. Nous nous croisons donc plus que nous nous rencontrons, mais il me plaît à penser que nos […]

  2. 09/01/2012

    […] avec Mélodie Faury d’Infusoir, dans le cadre des Vases communicants d’hier, nos deux billets étant issus d’interrogations réflexives sur nos activités de recherche respectives, qui a […]