Scriptocorpus 2. Littérature cutanée

Januar 27, 2012
By

La littérature occupe une place de choix dans le corpus des tatouages scripturaux. Le plus souvent, il s'agit d'extraits brefs, mais l'on peut trouver des textes longs, sur la surface du dos par exemple, des hanches, ou des cuisses, là où le tatoueur trouve assez de place pour piquer un texte entier. J'étends ici la notion de littérature aux écritures personnelles dont les auteurs ne sont pas forcément des écrivains reconnus par l'institution littéraire, et aux textes de chansons, qui représentent une source d'inspiration importante pour les tatoués.

Textes brefs

Le texte bref constitue un genre de tatouage, à l'instar d'un genre de discours : citation (1), phrases-maximes (2 et 3), parfois en latin (4). Sur ce dernier point, il existe même un compte Twitter dédié aux tatouages en latin (merci à Danielle Carles aka @fonsbandusiae de me l'avoir signalé), Latin Tattoo Monk, qui affiche la bio suivante : " Chronicler of all things Latin-tattoo | omnium rerum gestarum de notis Latine compunctis annalium scriptor. London" : @LatTat. On parle de genre de discours pour un énoncé quand on peut prouver sa stabilité formelle, sa reproductibilité et sa reconnaissance (l'idée que le récepteur reconnaît un schéma). On a les trois avec ce type de tatouage, puisque l'on retrouve les mêmes formes tatouées, parfois d'ailleurs les mêmes énoncés relevant d'un stock culturel collectif, rassemblés dans des collections figurant dans des ouvrages (les chapitre 1 et 3 des deux tomes de Body Type, par Ina Saltz) ou sur l'internet (regarder par exemple l'album Words on skin sur Flickr ou le Salon Lettrage Paradise for You sur le compte Facebook Tattoo Paradise ou encore cette page sur le site Yuppie.punk, signalée par Vagabondages, le blog sur les bibliothèques de Thomas Chaimbault).

1. Alice in Wonderland

2. simplify your life

3. L'imagination entoure le monde

4. Sed semel insanivimus omnes (On a tous eu notre moment de folie)

La question est toujours celle de la fonction de ces énoncés : une maxime visible à la fois par le porteur et les lecteurs potentiels, sur un bras ou une jambe par exemple, autorise une lecture dans l'ensemble de l'environnement du tatoué ; un énoncé tatoué sur un dos, une nuque, un cou ou d'autres parties du corps non visibles du porteur sauf par le biais d'un miroir (certains tatouages scripturaux sont piqués à l'envers, pour être lus par reflet), semble "émettre" un message en direction de l'environnement, à l'exclusion du porteur ; dans tous les cas, mon hypothèse reste celle de l'énoncé pour vivre, pour être, et non celle d'une obligatoire fonction communicationnelle. Contrairement à la maxime communicationnelle bien représentée par la célèbre remarque de P. Watzlawick ("On ne peut pas ne pas communiquer"), dont la double négation me semble d'ailleurs renforcer le caractère réificateur, je soutiendrais, au contraire, que "l'on peut, éventuellement, ne pas communiquer".

Pratiques cutanées de la littérature

Il existe plusieurs pratiques du tatouage proprement littéraire, c'est-à-dire constitué par des extraits d'un texte publié. Certains tatoués portent des extraits, parfois longs, d'œuvres qui ont compté dans leur vie pour des raisons diverses. Dans le premier tome de Body Type d'Ina Saltz, on peut lire Dante ou Shakespeare sur les peaux des porteurs. Le tatouage est souvent linéaire, mais on trouve aussi des dispositions en calligramme, comme cet extraordinaire tatouage de Jen (5), visible sur son site, entièrement consacré au tatouage littéraire, contrarywise litterary tattoo :

5. "I Go Back to May 1937"

Mais certains tatoués élaborent leur tatouage littéraire et rédigent parfois le processus de cette élaboration : c'est le cas de cette jeune fille, qui assemble deux phrases du chapitre 21 du roman Howl’s Moving Castle (de Diane Wynne Jones, publié en 1986, un roman de fantasy destiné aux adolescents), en donnant l'explication suivante sur son compte Flickr : "I mashed the two sentences together because: 1) They fit well together. 2) Both sentences indicate turning-points in which both heroines finally found the strength, courage and determination to step-up and take charge of their lives and their... happiness" (6) :

6. Howl’s Moving Castle

Le tatouage peut également entrer directement dans un projet littéraire. Le plus connu est le "Mortal Skin Project" de l'artiste Shelley Jackson (7). Il est présenté en détail sur le site du Los Angeles Times en 2011, avec sa prolongation vidéo : Shelley Jackson a écrit en 2003 un récit de 2095 mots, tous tatoués sur 2095 corps. Le principe a été le suivant : elle a lancé un appel à participation qui précisait que les porteurs ne pouvaient choisir leurs mots attribués selon le fil de l'histoire, parfois avec des signes de ponctuation, que si le porteur n'était pas satisfait, il pouvait le refuser et tenter un autre tirage, et qu'il devait le faire tatouer dans une police classique (Caslon, Garamond, Bodoni, etc.). Les volontaires ont signé un engagement écrit.

 

7. Mortal Skin Project

L'œuvre n'a pas été publiée, ni sur papier ni sur l'internet, elle n'a donc aucune existence hors des corps qui en portent les mots. Elle n'a également aucune intégrité puisque certains porteurs sont morts désormais, et que les mots du texte ne pourront jamais être réunis. Shelley Jackson appelle les tatoués ses "mots", et a décidé récemment de prolonger le projet en leur demandant des enregistrement vidéos qui composent à leur tour d'autres phrases pour une autre histoire. L'article du Los Angeles Times construit une phrase brève à l'aide de plusieurs de ces vidéos : "The vivacious words are on skin not dead paper".

Moins connu et plus classique, car il s'agit de tatouer un texte existant, mais inspiré du précédent, le projet actuellement en cours de Chantal Bergeron, "Marche à l'amour", au Québec : elle propose que chacun des 189 vers du poème "Marche à l'amour" de Gaston Miron (poète québécois) soit choisi comme tatouage. Pour l'instant (au 27.01.2012), une vingtaine de vers ont été choisis, et deux tatouages ont été réalisés (visibles ici et ici). À la différence du Skin Project de Shelley Jackson, qui comptait plus de 2000 participants, il y a peut-être une petite chance pour que le poème soit un jour incarné complètement, si les 189 personnes sont un jour réunies. Je ne sais si Chantal y a pensé, mais ce serait une manière originale et "augmentée" de figurer l'inséparabilité du corps et de la langue.

Crédits

1. "Alice in Wonderland", Lewis Carroll, la citation est située sur le merveilleux site de Jen : contrarywise litterary tattoo
2. "Simplify your life", Steven McVay, 2010, galerie de l'auteur sur Flickr
3. " L'imagination entoure le monde", Salon Lettrage Paradise for You sur le compte Facebook Tattoo Paradise
4. "Sed semel insanivimus omnes", Salon Lettrage Paradise for You sur le compte Facebook Tattoo Paradise
5. "I Go Back to May 1937", tatouage de Jen, sur contrarywise litterary tattoo
6. "Howl’s Moving Castle", 2010, galerie de Akirea-Rae (Rachel Lau) sur Flickr
7. "Mortal Skin Project", 2003, sur le site de Shelley Jackson

Prochain billet : Scriptocorpus 3. Identités dermographiées


Diesen Beitrag drucken Diesen Beitrag drucken

Tags: , , , , , , , , , ,

Posted in: Séries de saison, 06. Hiver 2011. Scriptocorpus, Promenades sémiotiques, Théorie du discours

6 Responses to “ Scriptocorpus 2. Littérature cutanée ”

  1. [...] dans un billet de 2009, “Les livres dans la peau” dont je parlais dans le billet précédent, on trouve la référence à un incroyable tatouage de blibliophile. La légende est : [...]

  2. Bombay Magic on 08/02/2012 at 10:43

    Marie-Anne, je viens de lire un article très intéressant de la revue indienne Motherland (Jan Feb 2011)sur les membres de la secte Ramnami. (Ramdas Lamb, chercheur américain, les a étudiés si vous voulez chercher plus loin dans son ouvrage: "Rapt in the name"). Leur mort au monde matériel et leur renaissance au monde spirituel est symbolisée par une cérémonie au cours de laquelle le gourou tatoue les mots RamRam sur la surface entière su corps, sauf la plante des pieds. Ca prend 18 jours. Ils ne seraient plus qu'une poignée aujourd'hui à être taoutés des pieds à la tête.
    La légende (tradition orale uniquement) qu'un intouchable du nom de Parasuram était atteint de la lèpre, et il rêva que si il tatouait RamRam sur son corps, il guérirait. Il tatoua ces mots sur son front, et guérit.
    Ce fut le démarrage d'une secte qui rejetait l'idée d'une religion dominée par les Bhramans. La communauté qui se forma était composée d'intouchables, avec idéal égalitaire, sans caste. Comme il leur était nterdit de pénétrer dans les temples tenus par les Bhramins, ils établirent leur culte dans leurs maisons et villages.
    Leur festival annuel rassemble quelques milliers de fidèles.
    L'auteur parle de "devotional tatooing", que je ne sais pas bien traduire en français, auquel s'ajoute le fait que le tatouage est une façon de se délivrer du système des castes.
    L'appartenance à la communauté se fait de "père en fils" mais certains aujourd'hui choisissent de ne pas être tatoués pour ne pas être identifiés comme appartenant à une "scheduled cast" aux yeux de la société (les scheduled casts et other backward casts sont les groupes, communautés, castes, officiellement identifiées par le gouvernement pour bénéficier d'une discrimination positive). Ce mouvement (ne pas vouloir être tatoué pour ne pas être identifié comme appartenant à une caste inférieure a été accentué par les mouvements migratoires.
    Il semble que tatouer le nom de Ram sur son corps lui permet d'accéder à l'immortalité
    Hélas je ne peux pas joindre les photos mais elles sont géniales

    • Marie-Anne Paveau on 08/02/2012 at 19:25

      mille fois merci hélène, j'ai prévu un billet sur les tatouages d'appartenance et je mentionnerai cet exemple passionnant - c'est vraiment du marquage au carré : tatouages de visages + marquage de secte/caste

  3. Bombay Magic on 04/02/2012 at 10:35

    Merci Marie-Anne de nous faire découvrir ces pratiques complètement fascinantes. J'ai toujours été repoussée par la permanence du tatouage, sans avoir jamais finalement été interpellée par son côté éphémère (puisque les écrits se désagrégeront lors de la décomposition des corps)
    Inscrire les mots dans le corps ... je m'interroge vraiment sur les ressorts psychologiques qui sous-tendent la démarche!

    Ici en tout cas, j'ai déjà vu des "Om" tatoués ...

  4. [...] background-position: 50% 0px; background-color:#222222; background-repeat : no-repeat; } penseedudiscours.hypotheses.org - Today, 8:22 [...]

  5. Christophe TUFFERY on 28/01/2012 at 08:36

    Merci pour ce texte et ses illustrations. Je me permets d'ajouter à votre analyse sur le tatouage comme forme d'écriture, le courant artistique de l'art corporal ("Body art") auquel le tatouage est parfois rattaché. C'est ce qu'affirme notamment le Musée australien (http://australianmuseum.net.au/Body-Art) pour lequel le tatouage est l'une des formes les plus anciennes de l'art corporel (http://australianmuseum.net.au/Tattooing-Earliest-examples).
    Pour Jacques Lacan, les signifiants dont est marqué un sujet, sont comme un tatouage. Les lettres et phrases gravées sur les corps comme ceux que vous présentez seraient donc l'expression d'un sens mélangé aux signes, mais aussi à la place choisi pour les y graver sur la peau, voire parfois ailleurs que sur la peau (langue, etc.). Les tatouages textuels sont donc bien des actes et des traces situées dans l'espace corporel, mais aussi dans le temps corporel, puisque selon les moments d'une journée, d'une année, d'une vie, telle partie du corps sera toujours exposée au regard des autres (et éventuellement à la lecture par les autres), alors que d'autres ne le seront que dans l'intimité avec un autre, ou enfin que d'autres ne seront jamais partagés et resteront des textes secrets, conservés au plus profond de l'intimité de l'individu, connus que de lui seul.
    Par ailleurs, je ne pense pas que la fameuse formule de Watzlawick (“On ne peut pas ne pas communiquer”) soit à lire dans le sens que vous lui attribuez si je peux me permettre. Watzlawick, dans le cadre du courant de pensée et de pratique de l'"école de Palo Alto" auquel il se rattache, affirmait que quoiqu'il fasse ou ne fasse pas, quoiqu'il dise ou ne dise pas, et quoiqu'il écrive ou n'écrive pas sur son corps, l'individu est dans un rapport permanent d'échanges avec autrui. Tout au long de sa vie, l'individu, dans sa relation à l'autre, émet et reçoit une foule de signes, signifiants et signifiés mélangés, par sa présence ou même par son absence, et où le corps est l'un des vecteurs privilégiés de cette inextinguible communication.
    Enfin je me plaît à imaginer quelqu'un qui choisirait de se faire tatouer la célèbre sentence latine "Nulla dies sine linea" (Pas un jour sans écrire une ligne)...

Façons de penser, partager

Contrat Creative Commons


S'abonner à ce carnet

S'abonner à ce carnet

Vous allez être redirigé vers le service d’abonnement du Cléo à OpenEdition. Cochez Hypotheses.org puis sélectionnez ce carnet dans la liste.


Carnets de recherche