Scriptocorpus 1. Tatouage et langage

1. Vanity fair « The Tattoed Man »

L’inscription cutanée est assez fréquente dans l’univers du tatouage, comme le montre cette couverture de Vanity Fair (1), qui stéréotype l’homme tatoué.

Parler d’inscription et d’écriture implique non seulement la production d’énoncés, mais aussi leur réception et leur lecture, donc un circuit complet de production langagière doté de tous les paramètres habituels de l’énonciation, même s’ils ne sont pas « classiques » : l’inscription cutanée fait en effet du corps un support de discours dont on peut penser qu’il possède, comme tout discours, un producteur, un récepteur, une forme et une interprétation. Mais la nature du support et des contenus tatoués brouille considérablement le circuit habituel de la production discursive, ce qui rend l’énonciation tatouée extrêmement spécifique, pour deux raisons.

J’ai proposé une analyse assez détaillée des écritures cutanées dans un article de la revue Itinéraires sur les « corpographèses » en 2008. On en trouvera la version complète sur HAL et une version quasi-complète sur Google books). Ce travail contient en particulier une « petite grammaire de l’écriture corporelle », c’est-à-dire une typologie des formes scripto-langagières que l’on trouve sur le corps humain. Je vais en reprendre quelques éléments (formes possibles des inscriptions corporelles et dispositif énonciatif particulier dans lequel elles sont prises) mais je voudrais proposer aussi une réflexion nouvelle issue de ma propre expériences des tatouages scripturaux, qui concerne la fonction de ce type d’inscription. Je parle surtout du tatouage dans le monde dit « occidental » (en étant consciente de la généralité caricaturale de la dénomination), mes exemples étant surtout français, européens et étatsuniens, et ma perspective n’étant ni historique ni ethnologique/graphique.

Formes langagières de l’écriture corporelle

On trouve à peu près toutes les formes disponibles en langue, et plus, pourrait-on dire, puisque l’art du tatouage permet, comme d’autres arts graphiques, d’inventer des formes scripturales non normées et des formes sémiotiquement mixtes. L’incription cutanée va de la lettre ou signe unique (initiale ou signe de ponctuation – 2) au texte complet (parfois long, on le verra dans le deuxième billet consacré à la littérature tatouée), en passant par le mot (3), le groupe de mots, la phrase (canonique ou non, toutes les formes syntaxiques étant possibles, et les effets de brouillon étant parfois reproduits, comme ce tatouage dorsal que je présente dans le précédent billet). La graphie est linéaire ou en forme de calligramme. Les formes sont sémiotiquement hybrides : le verbo-iconique (image + langage) est classique dans le tatouage-mémorial par exemple, ou la devise ; le texte peut être serti dans l’image (4). On trouve également des chiffres et signes divers : des dates, des numéros (on ne peut qu’évoquer les tatouages des déportés), des codes-barre, des formules scientifiques (le site Science Tattoo Emporium, qui figure dans le dossier Scoop.it que j’entretiens sur les écritures corporelles, propose une merveilleuse collection de tatouages de chercheurs en sciences, où voisinent des spirales d’ADN, des formules mathématiques ou des codes informatiques).

2. Ampersand

3. Light

4. Texte et image


Des configurations énonciatives hétérodoxes

Poser la question de l’énonciation, c’est essayer d’identifier les marques des différents éléments du dispositif énonciatif, dans ce que j’appelle la « théorie standard » en tout cas (issue de Benveniste) : locuteur, interlocuteur, contexte spatial, contexte temporel. Un premier problème survient avec le tatouage : le porteur du tatouage n’en est pas le scripteur, matériellement parlant en tout cas ; en est-il le locuteur ? pas forcément puisque, outre l’exemple de la citation d’un discours autre, qui n’est pas spécifique au tatouage mais partagé par d’autres activités d’impression et de gravure, ce sont parfois les tatoueurs qui proposent les motifs, verbaux ou non verbaux, aux tatoués. Dans le cas des énoncés cachés au porteur que je vais examiner plus loin, l’énoncé n’est lisible que par « l’émetteur-scripteur », c’est-à-dire le tatoueur, et certains récepteurs-lecteurs autres que le porteur. Il y a donc rupture de la belle chaîne de l’énonciation et de l’interaction que l’on apprend dans les manuels, et l’on peut alors parler d’énonciation hétérodoxe qui réclamerait une théorie non standard (pour un exposé de cette théorie, je renvoie à l’article de la revue Itinéraires cité plut haut, où j’envisage l’énonciation comme une distribution des informations élaborées dans l’environnement cognitif et non pas « contenues » dans un message.).

Le cas des énoncés cachés

La visibilité des tatouages, sripturaux ou non, est loin d’être une évidence, y compris chez les tatoueurs. Bruno, tatoueur à Pigalle (auteur de Tatoués, qui êtes-vous ?), refuse de tatouer le visage et les mains (Le Cornec 1984 : 94). Le visage tatoué est considéré comme, au mieux une originalité que seule une star comme Mike Tyson peut se permettre (tatouage tribal de style maori autour de l’œil), au pire un « suicide  social », comme le précise le guide Tout savoir sur le tatouage rédigé par l’équipe de Tatouage magazine (2005, p. 75), propos confirmé par les tatoueurs du plus ancien tattoo shop d’Allemagne : « Nous ne voulons pas que les gens rencontrent des difficultés dans leur vie professionnelle » (Vandekerchove 2005 : 69). Les tatouages de visage, s’ils ne sont pas majoritaires, existent cependant et l’on en trouvera ici et ici des illustrations. Une des attitudes normatives par rapport au tatouage semble être une visibilité contrôlée : il faut pouvoir le montrer quand on le souhaite.

Dans les tatouages scripturaux que j’ai étudiés, la dissimulation correspond à l’un des trois dispositifs suivants :

– Les tatouages sont dissimulés par les vêtements en situation sociale et ne se découvrent que dans la nudité de la ou des zone(s) concernées ; c’est une configuration très fréquente et elle correspond au discours de nombreux tatoués. On en trouve un bel exemple dans l’ouvrage d’Anna Mazas, Life under my skin (2011), qui propose des « portraits de tatoués »? L’un d’eux est policier (c’est l’homme qui est sur la photo de couple), et explique qu’il a évité les tatouages sur les bras et au cou pour cette raison. Il porte par ailleurs de nombreuses grandes pièces.

– Ils sont appliqués à l’intérieur du corps. Cette deuxième configuration est la plus rare, et celle qui me fascine le plus est le tatouage à l’intérieur de la bouche. Ina Saltz, professeure de design et de multimedia au City College de New York, auteure des deux tomes de Body type (le troisième est en cours de parution) présente une jeune femme qui porte le mot pony sur la face interne de la lèvre inférieure, donc dans le sens de la lecture pour un regard extérieur. Elle est chanteuse d’opéra : « I’m an opera singer so I couldn’t have a tattoo in a compromising place. My nickname is Pony ; it is the name of my former band ; also my dad is a horse trainer, and inside the lip is where you tattoo horses to ID them » (Saltz 2006 : 101). Une autre femme porte le mot alien au même endroit et explique : « It’s an unseen place, and represents a feeling of separateness, of not belonging » (Saltz 2006 : 80). Un cuisinier dans un restaurant d’entreprise explique son tattoo buccal pork ! par un lien avec son métier, retrouvant la vieille tradition du tatouage professionnel (Saltz 2006 : 81). Ces trois cas (il y en d’autres) sont très difficiles à interpréter sur le plan énonciatif, même avec l’intéressante explication zoomorphique de Pony, mais semblent bien confirmer la nature non communicationnelle de l’écrit tatoué.

– Ils sont dissimulés au regard du tatoué mais visibles aux regards extérieurs. Ce sont essentiellement les marques inscrites dans le dos, sur la nuque, sur les fesses ou sur l’arrière des cuisses. Les exemples abondent, chez les stars en particulier : Angelina Jolie, Nicolas Duvauchelle, et chez les anonymes, où la maxime, parfois en latin, est fréquente. Je renouvelle mon interrogation : comment interpréter le fait que le porteur d’une inscription ne puisse pas la lire (sauf dans un miroir et donc à l’envers – 5) ?

5. Inscription sur le dos

Mais que font ces phrases sur ma peau ?

J’ai commencé à modifier mon interprétation quand j’ai choisi les phrases que j’allais faire piquer, et surtout quand quelqu’un, avec un intérêt dénué de cette réserve un peu effrayée que l’on rencontre très souvent, m’a demandé : « Mais comment tu les fais lire ? ». J’ai réfléchi : je ne les fais pas lire, et je ne les lis pas forcément moi-même, ce sont des écrits « pour moi », bien qu’ils aient été écrits par d’autres, et ils ont une autre fonction qu’une fonction communicationnelle ou même expressive. Les nombreux témoignages de tatoués que l’on trouve chez Ina Saltz, Anna Mazas et chez Gary Lee Heard (2003) rejoignent ma description : les inscriptions cutanées sont des écrits pour vivre (voire survivre). Des écrits pour être. Toute production langagière n’est pas forcément prise dans un processus communicationnel et dans le dialogue ou le dialogisme. Dans sa préface à Tahiti tattoos, un ouvrage sur l’histoire des tatouages polynésiens, Michel Tournier explique que pour les Tahitiens, les tatouages sont des marques de l’existence, des signes de la vie qui s’est déroulée, assimilables à des rides ou à des cicatrices. Des cicatrices, volontaires en quelque sorte, qui disent notre histoire. C’est exactement cela.

6. Scars and stories

7. My scars, my stories

Bibliographie

  • Barbieri, G. P., 1998, Tahiti tattoos. L’histoire du tatouage polynésien, préface de Michel Tournier, Köln, Taschen.
  • Heard G.L. (with D. Cultara), 2003, Body Art. The Human Canvas – Ink and Steel, Collectors Press, Inc., Portland.
  • Le Cornec F., 1984, Tatouages et détatouages. Étude historique, technique et psychosociale, Thèse pour le doctorat en médecine, Paris, Université Pierre et Marie Curie.
  • Mazas A., 2011, Life under my skin. 40 portraits de tatoués (ouvrage bilingue français et anglais), MkF éditions.
  • Paveau M.-A., 2009, « Une énonciation sans communication : les tatouages scripturaux », Itinéraires ltc, Cenel-L’Harmattan, mars 2009, p. 81-105.
  • Saltz I., 2006 et 2010, Body types. Intimate messages etched in flesh tomes 1 et 2, New York, HNA.
  • Tatouage magazine, 2005, Tout savoir sur le tatouage, Paris, Éditions Larivière.
  • Vandekerchove L., 2005 [2002], Le tatouage. Sociogenèse des normes esthétiques, trad. du néerd. J. Poulin, Louvain-La-Neuve, Academia Bruylant.

Crédits et références des photos

  1. Couverture de Vanity fair, album de Mark Dylan Sieber sur Facebook.
  2. « A better picture of the ampersand », Angie Warhol, 2008, galerie de l’auteur sur Flickr.
  3. « Light », photo extraite du blog « De l’encre et des trous » :  http://de-lencre-et-des-tr0us.skyrock.com/
  4. Tatouage de l’artiste Brando du studio « Stay True Tattoo » à Phoenix : http://www.staytruephx.com/tattoo-artists/brando/
  5. Photo extraite du blog « De l’encre et des trous » :  http://de-lencre-et-des-tr0us.skyrock.com/
  6. Photo extraite du blog « De l’encre et des trous » :  http://de-lencre-et-des-tr0us.skyrock.com/
  7. Inscription personnelle, photo M.-A. Paveau

Prochain billet : Scriptocorpus 2. Littérature cutanée


Marie-Anne Paveau

Enseignante-chercheuse en analyse du discours à l'université Paris 13

Vous aimerez aussi...

14 réponses

  1. Claire Placial dit :

    Merci pour ce beau billet. En vous lisant, je me suis rappelé cette question d’un futur tatoué, et la réponse du bibliothécaire, trouvée un jour de recherches sérendipitesques sur le site du service SINDBAD de la BnF. J’avais été a vrai dire assez touchée par le scrupule du tatoué, et par le sérieux de la réponse qui lui a été apportée, et qui, il me semble, mettait le doigt sur les présupposés religieux de la phrase latine à tatouer.

    http://www.questionpoint.org/crs/servlet/org.oclc.ask.AskPatronFetchQA;jsessionid=F68A84701CE8D8B0C5A3C3F56AB85A21?qid=182313&listpos=0&qphost=qpap04pxdu.prod.oclc.org&

    • Marie-Anne Paveau dit :

      claire un immense merci pour avoir signalé ce petit échange tout bonnement extraordinaire : comme vous je trouve le scrupule, et même le soin, le sérieux du futur tatoué émouvant et il me confirme dans l’idée que la tatouage est affaire sérieuse – et la réponse du bibliothécaire est d’une rectitude professionnelle et d’une générosité exceptionnelles – que vous ayez gardé en mémoire et retrouvé cet échange est aussi extraordinaire ! merci, vraiment

  2. zineddine aboubekeur dit :

    Ce billet très intéressant ainsi que les commentaires qui l’ont suivi, m’ont rappelé une conversation que j’ai eu avec mes parents concenrnant les tatouages chez mes grands-mères (toutes les deux tatouées).
    En parlant de dissimulation, regard social et mémoire extérieure, je me rappelle que j’ai été frappé par la divergence des avis de mes parents quant aux tatouages des jeunes femmes en Algérie au début du siècle passé. En effet, mon père pense que c’était un moyen de distinction mais ma mère croit que c’était une façon pour une femme (à l’époque) de s’embellir.
    Ces tatouages en question, non scripturaux et non dissimulés (souvent sur le visage et sur les mains) avaient bien une raison et un impact sur le regard social.
    Reste à savoir qui de mes parents avait raison (ou tort)?

    • Marie-Anne Paveau dit :

      je suppose que vos grand-mères sont kabyles et ces tatouages de visage autour de la bouche sont effectivement intrigants et passionnants – ils m’intéressent depuis longtemps, du coup j’ai cherché et trouvé une documentation intéressante qui va rejoindre mon dossier scoop.t sur les écritures corporelles, merci ! c’est là : http://www.tattoo-tatouages.com/societe/tatouage-kabyle-berbere-amazigh.html – il y a quelques semaines en tunisie j’attendais un taxi dans le hall d’un hôtel avenue bourguiba et une femme en tenue traditionnelle est entrée : elle avait un certain âge, une majesté renversante et d’impressionnants tatouages autour de la bouche, encore très vifs, peu passés au temps – nous nous sommes regardées un instant, je lui ai souri, j’aurais voulu lui dire à quel point je la trouvais magnifiquement tatouée, mais je ne l’ai pas fait, évidemment… merci de me rappeler ce joli moment

  3. ALiCe__M dit :

    Merci pour ce beau billet.

    La photo n°7 m’a immédiatement fait penser au petit livre de Stig Dagerman: « Notre besoin de consolation est impossible à rassasier ».

    • Marie-Anne Paveau dit :

      eh bien c’est exactement ça : le titre de dagerman est la première des quatre phrases tatouées, c’est une lecture qui m’a profondément touchée – les trois autres phrases sont de beauvoir (la force des choses), apollinaire (poèmes à lou) et martha hillers (une femme à berlin)

      • ALiCe__M dit :

        Oui, ça me fait penser que cette « mémoire extérieure » dont parle Stéphanie, peut aussi activer celle des autres : lire ce fragment de phrase m’a replongée dans le bouleversement que ce livre avait provoqué en moi, il y a quelques années.
        Le couvert/découvert, aperçu/caché, ou entraperçu : autant de variantes, autant d’angles, autant d’aspects de cette « mémoire extérieure ».

        • Marie-Anne Paveau dit :

          oui, oui, la mémoire externe de l’un active celle de l’autre, c’est exactement le principe de la cognition distribuée – de plus les travaux récents sur la mémoire ont bien montré qu’elle est liée à l’émotion : on garde en mémoire les événements qui ont été accompagnés d’états émotionnelles – et ce que tu dis relève bien aussi de cette émotion circulante et partagée que suscitent spécifiquement les textes, que j’ai essayé de saisir dans le billet des vases communicants de janvier chez Infusoir

  4. Delphine Regnard dit :

    J’ai pensé à toi alors que je regardais un collègue écrire au Tableau Numérique Interactif : le vidéo-projecteur était placé de telle façon que le-dit collègue avait une partie du texte dans le cou, j’aurais voulu l’interrompre pour le prendre en photo. Je vais peut-être recréer la scène, tiens.

    • Marie-Anne Paveau dit :

      oui, j’ai déjà remarqué ça plusieurs fois mais dans ce que tu racontes, visiblement le hasard a très justement placé l’impression – je n’ai aucun document, donc si tu en produis un, je suis preneuse…

  5. Stéphanie Messal dit :

    Merci pour ce beau billet des écritures dans la peau.
    Je rebondirai sur deux points.
    Tout d’abord le choix de la place, du positionnement du tatouage : à montrer ou pas ? à cacher ou pas ? A qui s’adresse le tatouage ? On pourrait dire, avant tout à nous. Dans la majorité des cas, on se tatoue de façon volontaire et on choisit la « forme » et le « lieu ». L’idée de masquer le tatouage pour ne pas être « ennuyer » dans sa vie professionnelle dépend de beaucoup de paramètres. J’ai une ami qui a choisi de se faire tatouer un symbole alchimique sur le doigt. Un triangle qui veut de son côté signifie le feu mais vu par les autres signifie l’eau. Elle m’a dit l’avoir fait volontairement de façon à tromper les gens. Qu’il pensent qu’elle est quelqu’un de tranquille mais que sous la glace (l’eau), il y a le feu et qu’il vaut mieux éviter de réveiller le dragon en elle. C’est donc un signe d’avertissement volontairement apparent (pour peu que l’on connaisse les symboles d’alchimie).
    Quand je me suis fait tatouer, j’ai hésité. Très longtemps, j’ai voulu utiliser mon dos. Zone pour le moins assez facile à camoufler. Mais je n’étais pas convaincue… Alors j’ai changé de place. Une place qui peut se rendre très visible comme elle peut être très facilement cachée. Je ne suis pas dupe sur le positionnement de la société sur les tatouages. Mieux vaut dans certains cas éviter de parader avec. J’ai choisi cet endroit pour des raisons « esthétiques ». Cette zone est féminine (proche des chaussures) avec une dimension érotique pour certains.
    Quant aux écrits pour vivre… Oui ! Que ce soit des mots ou des dessins, le tatouage est un « rappel » de soi. Une trace visible de nos expériences, de notre vécu. Comme les rides ou les cicatrices bien sûr mais il y a certaines expériences qui n’apparaissent pas sur le corps mais sont toujours vivaces en mémoire. Le tatouage, c’est peut-être ça : extérioriser de sa mémoire dans sa peau. J’ai personnellement mis beaucoup de temps à me décider sur le choix du « motif » : je voulais qu’il représente ma « philosophie », mon vécu, une part de mon expérience. Pas question de faire un dessin au hasard ! Non ! Comme les cicatrices ou les rides, ce tatouage m’appartient.
    Merci encore pour ce billet. De bon matin, c’est vraiment une bien agréable lecture !

    • Marie-Anne Paveau dit :

      merci de ton commentaire, de tatouée à tatouée… oui c’est vrai que l’endroit fait l’objet d’une réflexion, et que le regard social joue aussi – le tatouage s’est beaucoup développé mais reste une marque de marginalité et de singularité – ça tombe bien, les tatoués le sont souvent, marginaux et singuliers… le tatouage comme une marque d’expérience, une mémoire extérieure : je suis très sensible à cette idée de mémoire extérieure que tu mentionnes, je trouve ça très juste, une mémoire, un grimoire, des mémoires… merci !

  1. 14/01/2012

    […] jQuery("#errors*").hide(); window.location= data.themeInternalUrl; } }); } penseedudiscours.hypotheses.org – Today, 6:18 […]

  2. 28/01/2012

    […] au projet Marche à l’amour avec le vers 11). Scriptocorpus 1. Tatouage et langage : http://penseedudiscours.hypotheses.org/7782 Scriptocorpus 2. Littérature cutanée : http://penseedudiscours.hypotheses.org/7942 Share […]