Série d’hiver : Scriptocorpus. Inscriptions cutanées

Pour la série d’hiver 2011 de La pensée du discours, j’ai choisi d’explorer les discours sur un support un peu particulier : le corps humain. Le titre Scriptocorpus (inspiré par celui du blog Scriptopolis, consacré aux écritures dans la ville) indique qu’il sera question d’inscriptions cutanées, c’est-à-dire de tatouages constitués de mots, de phrases et de textes. Ce n’est pas un thème nouveau dans mes recherches, mais mon regard sur la question a récemment changé à l’occasion de mes propres tatouages : passer de la simple observation à l’observation pratiquante (ou piquante ?) a modifié mon approche, et, dans la perspective réflexive qui me semble devoir sous-tendre toute recherche, j’essaierai d’expliquer pourquoi et comment.

Du milieu militaire à la cognition sociale

J’ai toujours vu des tatouages où figuraient des mots, ou plus souvent des devises, sur les corps environnants qui ont peuplé mon enfance et une partie de mon adolescence, dans les villes de garnison de France et d’outre-mer. Le tatouage était sans doute moins répandu dans les années 1960 à 1980 qu’actuellement, mais l’inscription de l’arme, du régiment ou de la section appartient depuis longtemps aux pratiques corporelles des milieux militaires, qui figurent sur la liste des communautés closes et/ou marginales, en particulier masculines, dans lesquelles les tatouages se sont développés au 20e siècle, comme le montrent à peu près tous les ouvrages sur la question (voir par exemple la bibliographie fournie dans Paveau 2009). Le psychiatre J.-N. Lundy, dans son étude sur les tatouages à la Légion Étrangère, en livre une analyse intéressante en mettant les tatouages légionnaires sur le compte d’un « contrat narcissique », c’est-à-dire une manière de mettre son image de soi en conformité avec celle réclamée par l’idéal du groupe (1989). Je n’ai pas pris en compte les tatouages dans ma thèse sur le lexique de l’armée de terre, qui portait plutôt sur la terminologie officielle des armées, telle qu’elle figure dans les TTA par exemple (les TTA sont des règlements « toutes armes » qui régissent entre autres les emplois lexicaux spécialisés dans les armées françaises), ni dans mes travaux ultérieurs sur les discours militaires. C’est au moment où j’ai commencé à intégrer la cognition sociale à mon travail linguistique, vers 2004, au cours de mes réflexions sur la notion de prédiscours, que les tatouages sont devenus un objet, et ont constitué un corpus.

L’idée d’une analyse cognitive du discours inspirée de la cognition sociale (version distribuée) repose sur une conception externaliste du langage et de l’exprit : comme mes capacités cognitives, mes facultés de langage sont distribuées dans les environnements (« in the wild« ), dont le sujet parlant, privilégié par l’analyse du discours classique, surtout dans sa version énonciative, n’est qu’un élément. Dans cette perspective, les supports d’écriture ne sont pas que des supports, justement, mais jouent réellement un rôle dans l’élaboration discursive, à la manière d’agents psychiques qui, comme les instruments de vol dans la célèbre étude d’E. Hutchins, produisent une certain nombre d’informations. Il me semble donc que le corps, loin de n’être qu’une simple surface d’écriture comparable à une feuille ou un mur, produit des formes et des sens spécifiques qui contribuent à l’élaboration des discours (le premier billet de la série sera consacré à cette question). J’avais présenté un travail dans cette direction lors d’un colloque pluridisciplinaire organisé par le Centre hospitalier Valvert (Marseille) en 2007, suivi d’un numéro de la revue Itinéraires publié en 2009, intitulé « Corpographèses. Corps écrits, corps inscrits », co-dirigé avec P. Zoberman. J’y ai publié une étude défendant la nature non communicationnelle des tatouages : « Une énonciation sans communication : les tatouages scripturaux ». Je ne suis pas persuadée  en effet que le tout du processus de production des discours relève de la communication : il me semble que certains discours, et en particulier les tatouages, servent à autre chose qu’à communiquer, à vivre par exemple, selon la jolie expression de Benveniste : « bien avant de communiquer, le langage sert à vivre » (1972 : 217). Mais cette approche est difficile à soutenir en sciences du langage : invitée pour une conférence sur ce thème, dans un groupe de rechercheen sciences du langage à Lyon 2 en 2009, je me souviens que la majeure partie de la discussion a été consacrée à « ramener » le corpus des tatouages dans celui des énoncés « normaux », en en gommant les spécificités, avec des arguments du type : « finalement, c’est juste le support qui change » ou « c’est une énonciation comme les autres, elle est juste un peu particulière à cause du support », etc. Puissance du mainstream, quand tu nous tiens…

Comment appeler et catégoriser les mots tatoués ?

Dans le numéro de la revue Itinéraires mentionné plus haut, P. Zoberman et moi-même avions proposé le terme et la catégorie de corpographèse, issu des chemins un peu sinueux de notre dialogue. Pierre lisait Homographesis de L. Edelman et je travaillais de mon côté sur les notions d’homophonie, homographie, hétérophonie, hétérographie pour un travail sur la langue française. De conversations en jeux de mots, corpographèse s’est imposé pour le travail que nous engagions sur l’écriture du corps aux deux sens du terme : écrire sur les corps et écrire en quelque sorte avec son corps, par exemple écrire l’homosexualité, chez Proust, comme le montre L. Edelman. Je ne reprends pas ce terme qui désigne un ensemble plus vaste que les écritures dont je veux parler ici : j’avais adopté tatouages scripturaux dès la communication de 2007, terme que je conserve, mais j’emploierai aussi inscriptions ou écritures cutanées. Ina Saltz, dans les deux ouvrages qu’elle consacrés à ces inscriptions choisit, en anglais, « typographic tattoos« , mais tatouages typographiques ne conviendrait pas à ce que je veux désigner, qui relève véritablement de l’énoncé au sens linguistique du terme. Un mot, pour finir, sur les composés en dermo-, que j’écarte : dermographisme existe mais désigne en médecine une affection dermatologique qui rend la peau hypersensible à l’écriture, à tel point qu’elle fonctionne comme une sorte d’ardoise magique (exemples ici). La dermographie quant à elle désigne le processus général de réparation ou de remodelage de défauts cutanés, naturels ou après accident. Le dermographe en revanche fait partie de l’univers du tatouage : c’est l’instrument électrique qui est désormais le plus souvent utilisé dans les studios, l’outil d’écriture cutanée en quelque sorte.

Matérialité du tatouage : la musique du dermographe et la douce torpeur de la piqûre

Car les outils, dermographe, aiguilles, encres, gants, papier absorbant, film plastique, etc., font partie intégrante du processus d’écriture cutanée. L’un des auteurs de Scriptopolis a consacré trois passionnants billets (« La peau » 1, 2 et 3) à son premier tatouage, dans lesquels il décrit soigneusement toutes les matérialités qui constituent l’inscription cutanée : le calque du dessin, la piqûre du dermographe, mais aussi l’emballage de la zone tatouée dans le film plastique et les lavages et massages réguliers au Bépanthène pendant la semaine qui suit. Il y a beaucoup de discours sur la douleur dans le tatouage, j’y reviendrai, nourris par les clichés du plaisir de la souffrance, de la souffrance nécessaire à la conscience du corps, ou de la dimension esthétique et érotique de la souffrance. Il est vrai que la répétition de la piqûre produit une sorte de torpeur agréable (mais qui a aussi, comme dans le sport, des origines biologiques). Que celui qui ne s’est jamais fait piquer regarde cette intéressante vidéo, dominée par le bruit régulier et un peu hypnotique du dermographe. Je crois que, parmi toutes les sensations, et elles sont nombreuses et intenses, que fournit l’expérience du tatouage, ce bruit est celle que je préfère et qui m’intéresse le plus : il matérialise la matérialité de l’écriture, qu’elle soit cutanée ou non, d’ailleurs, ce que la linguistique égocentrée (centrée sur le locuteur) ou logocentrée (centrée sur l’énoncé en tant que matériau langagier « pur ») a un peu oublié de prendre en compte. J’avais déjà décentré mes objets vers les environnements cognitifs depuis plusieurs années, mais j’ai l’impression que l’expérience du tatouage va désormais, entre autres effets, définitivement m’empêcher de « revenir » à l’objet de la linguistique dans sa définition courante (et encore légitime, il faut l’avouer) : la langue, « en elle-même et pour elle-même » (Saussure).

Après le premier billet qui sera consacré aux relations entre tatouage et langage (dans 15 jours, si je parviens à retrouver mon rythme bimensuel…), je parlerai de projets littéraires liés au tatouage, de marquages identitaires ou identificateurs, de tatouages de prévention et de guérison, d’inscriptions idéologiques et enfin de la pratique adolescente actuelle du Dedi Pix.

Références

  • Benveniste Émile., 1972, Problèmes de linguistique générale, Paris, Gallimard.
  • Lundy Jean-Éric, 1989, Rapports du tatouage au Contrat Narcissique dans la Légion Étrangère, Mémoire pour le CES de psychiatrie, U. René Descartes, Cochin-Port-Royal.
  • Paveau Marie-Anne, 2007, « Lettres du corps : les tatouages discursifs » communication au colloque Effets de peau. La peau pour le dire, Troisièmes rencontres de Valvert, Centre hospitalier Valvert, Marseille, juin.
  • Paveau Marie-Anne, 2009, « Une énonciation sans communication : les tatouages scripturaux », Itinéraires ltc, Cenel-L’Harmattan, mars 2009, p. 81-105.
  • Paveau Marie-Anne, Zoberman Pierre (co-dir.), 2009 : « Corpographèses », numéro de la revue Itinéraires ltc, Paris, Cenel-L’Harmattan. 
  • Paveau Marie-Anne,  2009 : « Unspeakable tattoos. La corpographèse est-elle interactionnelle ? », conférence à l’UMR ICAR (CNRS/Lyon2/ENS), Équipe ICAR3, groupes Rhêma et Séméia, 5 mars 2009.

Crédits

1. « Legio patria nostra » (tatouage de compagnie), devise de la Légion Etrangère, forum de discussion « a french foreign legion », http://www.cervens.net
2. « Awesome text », Speck Osterhout, 2010, Galerie de l’auteur sur Flickr.
3. « Berlin Tattoo Convention, décembre 2010, Philippe Leroyer, galerie de l’auteur sur Flickr, CC.

Jeudi 12  janvier. Scriptocorpus 1. Tatouage et langage


Marie-Anne Paveau

Enseignante-chercheuse en analyse du discours à l'université Paris 13

Vous aimerez aussi...

7 réponses

  1. François Perea dit :

    Parfois les lectures se téléscopent. En te lisant, j’ai repensé à ces lignes de Xavier Emmanuelli « Parfois c’est sur le corps, à sa surface offerte aux regards, que l’être exprime son malheur intime. Les hommes anciens étaient probablement tous tatoués mais les tatouages de nos jours ont pris une autre dimension. Certains sont décoratifs, esthétiques, ésotériques comme les voit dans les bandes dessinées, beaucoup restent d’appartenance ; mais on en repère d’autres, nouveaux, ressemblant aux figures que l’on peut renconter sur les murs de nos villes et des endroits de déshérence. […] Ce ne sont plus là des rituels d’appartenance mais, au contraire, des ornements de désaffiliation et de souffrance de groupe, et le corps, à l’instar des murailles, se fait le témoin d’une expression anomique, d’une espèce de gribouillis qui ne peut plus être langage mais abandon » (cité par Guillebaud, la vie vivante).Peut-être, aussi, une autre manière de considérer que les tatouages sont à « à vivre » plus qu’ « à communiquer ».
    Enfin : vivement la série… et le fascinant DediPix !

    • Marie-Anne Paveau dit :

      merci beaucoup françois, ce texte est à la fois beau et intéressant sur le sens des tatouages – je ne suis pas d’accord sur « deshérence » et « gribouillis », c’est une dévalorisation de quelqu’un qui, à mon avis, ne comprend pas bien ce que peut être une inscription corporelle – ça m’énerve toujours un peu quand je vois des verdicts crépusculaires du type « ça n’est plus du langage », je vois toujours pointer la vieille attitude pamphlétaire du « tout se dégrade », « c’était mieux avant », etc. – il y a des éthologues qui travaillent sur les griffures des animaux sur les arbres comme traces langagières, alors… mais je suis entièrement d’accord avec l’idée de la désaffiliation, qui rejoint beaucoup de mes réflexions sur l’attachement/détachement et l’affiliation/désaffiliation, dans la psychanalyse des groupes restreints comme l’armée par exemple (bion puis kaes et cie) – mes propres tatouages sont de ce côté-là, on en reparle ailleurs…

  2. Mélodie Faury dit :

    « […] passer de la simple observation à l’observation pratiquante (ou piquante ?) a modifié mon approche, et, dans la perspective réflexive qui me semble devoir sous-tendre toute recherche, j’essaierai d’expliquer pourquoi et comment. »
    Cela me paraît difficile à mettre en pratique pour certains sujets de recherche… (pas la réflexivité, l’observation pratiquante) est-ce que, et en quoi, « l’expérience corporelle », en tant qu’expérience vécue, peut-elle (ou non) modifier les conditions de possibilité et de développement d’une certaine réflexivité ?

  3. ALiCe__M dit :

    J’attends avec impatience le « premier » billet sur les relations entre tatouages et langage alors !
    « Bien avant de communiquer, le langage sert à vivre » : je me demande ce qu’il en du tatouage, comment on peut relier cette citation au cas du langage tatoué. A première vue, il me semble que le tatouage est une immense promesse de et envers soi-même. La promesse que je serai tel(le) que je suis maintenant, pour toujours, tant que je suis vivant(e). C’est ce que je trouve infiniment touchant dans le tatouage, cette confrontation directe au Temps.
    Merci pour ce billet, à vivre et à communiquer.

  1. 22/12/2011

    […] jQuery("#errors*").hide(); window.location= data.themeInternalUrl; } }); } penseedudiscours.hypotheses.org – Today, 10:24 […]

  2. 22/12/2011

    […] sous-tendre toute recherche, j’essaierai d’expliquer pourquoi et comment.” (…)Via penseedudiscours.hypotheses.org J'aimeJ'aime  Publié dans : Uncategorized ← Saisie sur salaire : le […]

  3. 13/01/2012

    […] brouillon étant parfois reproduits, comme ce tatouage dorsal que je présente dans le précédent billet). La graphie est linéaire ou en forme de calligramme. Les formes sont sémiotiquement hybrides : […]