Nom d'un prénom ! 3. De quel inconscient le prénom est-il le lieu ?

12 décembre 2011
Par

Names...

Dans les billets précédents, j'ai surtout décrit les aspects lexicaux, phoniques, sémantiques et socio-sémantiques des prénoms. On peut aussi envisager une dimension symbolique, au sens large du terme, de ce mot qui nous nomme sans nous demander notre avis, et nous étiquette durablement, et parfois durement, jusqu'à la fin de notre vie, et même au delà. Il existe sans aucun doute un rapport entre le prénom et l'inconscient, mais il est bien difficile à saisir et à formuler, si l'on veut éviter les trois écueils de la réduction à la subjectivité consciente, de la surinterprétation et de la théorisation abstraite. Et surtout, de quel inconscient s'agit-il ? Celui du donateur, du porteur, de l'utilisateur, du récepteur ? Quelles sont les formations imaginaires qui travaillent dans ce mot précieux de notre identité, et parfois de notre être ?

Tout prénom est pris dans une histoire subjective, et en recueillir le récit ne permet pas forcément d'atteindre ce qui, d'inconscient, c'est-à-dire d'insu (unbewusst, le mot employé par Freud), en fait travailler le sens et la forme dans nos vies. Les très riches histoires que les précédents billets m'ont permis de recueillir constituent des comptes rendus de subjectivité qui impliquent une dimension inconsciente mais ne la formulent évidemment pas. Elles nourriront cependant les hypothèses sur l'inconscient des prénoms développées ici.

La prise en compte du prénom comme signifiant au travail dans notre vie psychique et ou notre expérience analytique me semble trop occupée, dans les travaux psychanalytiques actuels, par la fameuse déclaration de Lacan dans le séminaire IX (L'identification) : "Le prénom, c'est le signifiant à l'état pur" (formule analysée dans un article de R. Grigg en 1998).

Cette position est celle de la logique (Kripke) qui a fondé l'analyse du nom propre en linguistique comme désignateur rigide vide de sens : le nom propre est vu comme un signifiant sans signifié qui désignerait directement son référent, c'est-à-dire, en ce qui concerne les prénoms, les individus qui en sont porteurs. Pas de place pour le sens donc, ni les évocations ou "halos sémantiques" qui flottent pourtant, nous le savons tous empiriquement, autour de nos noms et prénoms. J'ai signalé précédemment qu'une autre approche était possible, qui faisait au contraire du prénom une forme riche de sens, d'un feuilleté de sens même, comme l'exemplifie la fameuse analyse du "nom de Gilberte" chez Proust. Le nom propre, et a fortiori le prénom, est un nom de mémoire, un réservoir de sens charriés par ses contextes d'usage. C'est sans doute la prise en compte de cette mémoire qui est la plus pertinente pour tenter de saisir ce qui, dans le prénom, nous construit ou nous assujettit à notre insu.

Prénom, narcissisme et idéal du moi

Il existe peu de travaux sur le prénom en psychanalyse. Vincent Le Corre a publié une série de quatre billets sur son blog, en grande partie consacrés aux notions de narcissisme et d'idéal du moi, dont l'auteur estime qu'elles fondent largement le choix des prénoms par les parents. Je suis entièrement d'accord avec cette analyse, mais je regrette un peu qu'elle ne soit pas illustrée d'exemples, ou mieux, fondée sur des études de cas.

Vincent Le Corre explique que le choix du prénom n'est pas simplement conscient mais s'inscrit dans le travail de l'inconscient des parents : "L’enfant peut être mis en lieu et place des rêves et des désirs irréalisés de ses parents. Et c’est avec cela qu’il va devoir se constituer psychiquement. Cette inscription, que l’on peut dire qualifiée de générationnelle, lui impose en quelque sorte un travail psychique  d’appropriation qui va le constituer comme sujet (Introduction)". Il rappelle que Freud lui-même, dans L'interprétation des rêves, a expliqué comment il avait prénommé ses enfants, tous porteurs de noms de personnes chères et disparues, ce qui fait écrire au célèbre Viennois cette phrase qui nous semblerait actuellement improbable, surtout sur le plan psychanalytique : "Je tenais à ce que leurs noms ne fussent pas choisis d’après la mode du jour, mais déterminés par le souvenir des personnes chères. Leurs noms font des enfants des ‘revenants’".

What's your name ?

C'est la notion de narcissisme intellectuel que V. Le Corre choisit pour formuler le travail inconscient des parents. Le narcissisme intellectuel correspond à cette croyance un peu magique en la toute-puissance des idées, que Freud a explorée dans la cure de l'Homme aux rats, et formulée grâce à ses lectures des anthropologues Tylor et Frazer : donner un prénom, ce serait alors manifester cette puissance des idées sur la réalité, et croire, finalement, qu'il y a quelque chose de contrôlable dans le destin humain. V. Le Corre donne un exemple romanesque (Racines, de d'Alex Haley) où l'on voit un père, terrifié à l'idée de perdre sa fille, l'appeler kizzy, qui en mandingue signifie "tu ne bouges pas d'ici".

Il explore ensuite la notion de narcissisme et rappelle le concept d'"enfant imaginaire" développée par B. Golse à propos des parents adoptants, pour décrire la manière dont ils se représentent l'enfant à naître. L'enfant imaginaire est vu sous quatre aspects : "enfant fanstasmatique", produit du fantasme d'enfantement des parents (l'enfant du père, par exemple, pour la fille) ; "enfant imaginé", produit des rêveries anticipatrices du couple ; "enfant narcissique", dépositaire des images idéales de soi des parents ("Tu seras champion de tennis, mon fils !") ; "enfant culturel" tel qu'il est dessiné dans les représentations ambiantes d'une culture. V. Le Corre ne prolonge pas cette réflexion vers la donation du prénom, mais l'on comprend que le prénom est pour le parent un lieu possible pour accueillir les quatre aspects de cet enfant imaginaire. Il résume dans la dernière partie de son travail sa conception du prénom comme travail de l'inconscient des parents : il s'agit d'une "trace [qui peut] condenser des éléments d’histoire familiale et des désirs parentaux, en tant que ce prénom [peut] contenir une sorte de dépôt, de legs, antérieur au sujet, constitué par de l’imaginaire parental, et notamment ses idéaux".

Ce que disent les porteurs

Mon approche est beaucoup plus empirique et passe plutôt par la clinique, l'observation et les récits de vie : je considère le prénom comme un lieu lexico-sémantique où se tissent les entrelacs sémantiques de l'imaginaire, tant celui des parents que celui du porteur ou de tout utilisateur du prénom, c'est-à-dire en émission comme en réception ou en simple écoute. Mon champ d'obsevation sera donc, comme toujours dans l'approche environnementale que je défends, l'ensemble du système prénominal, c'est-à-dire le dispositif dans lequel le prénom circule, quelle que soit sa forme (graphique, orale, mentale…) et ses usages (officiels, intimes, sociaux…). J'y privilégie cependant la figure du porteur.

Un médiateur. Dans un passionnant numéro de la revue Spirale consacré en 2001 au choix du prénom (Son nom de bébé… Nomination et choix du rénom) Martine Paccoud met au jour le rôle médiateur de la sage-femme dans la première profération du prénom, donc la donation proprement dite :

Le prénom est donc le plus souvent choisi dans le temps de la grossesse. Comment est-il donné à l’enfant nouveau-né ?

La sage-femme, ou le médecin, qui aide une femme ou un couple à mettre son enfant au monde annonce généralement le sexe dès que le bébé est né, puis demande aussitôt aux parents : « Comment s’appelle cet enfant ? ». À cette question, les parents répondent le plus souvent sans hésiter.

Bien que cela ne fût pas facile, j’ai voulu savoir ce qui se passe si personne n’intervient. Le nouveau-né est placé sur le ventre de sa mère. C’est un moment d’intense émotion pour tous ceux qui sont là. Les parents regardent le bébé, leurs visages sont très proches. Ils le touchent, le caressent, lui parlent : « Mon bébé. » Ils s’assurent avant tout qu’il va bien et qu’il est normal. J’emploie volontairement ce terme, car c’est surtout celui que les mères emploient à ce moment-là. Ensuite, après plusieurs secondes, voire une à deux minutes, les parents s’inquiètent de connaître le sexe de l’enfant : ils nous le demandent ou le décou- vrent eux-mêmes. Quelquefois le prénom lui est adressé et nous est dit à cet instant.

« Kim Stella Adriana », dit une maman en prenant son enfant et constatant que c’est une fille. Savoir que c’est une fille ou un garçon n’amène pas spontanément les parents à pronon- cer le prénom, le temps peut être assez long, jusqu’à ce que nous, sages-femmes, médecins ou auxiliaires de puériculture présents, posions la question : « Comment s’appelle le bébé ? Quel est son prénom ? »

Alors les parents nous disent le prénom qu’ils avaient choisi.

Si le choix du prénom est en partie motivé par l'inconscient des parents, il n'en reste pas moins que la formulation du nom nécessite une médiation, ici celle de la sage-femme : de quelle nature est cette médiation ? Quelle est cette parole de la sage-femme par laquelle l'inconscient des parents trouve à se formuler ? ce médiateur me semble important dans le dispositif psychique de la prénomination.

Être nommé : parler en son nom. Le prénom n'est pas seulement le lieu de l'inconscient des parents, il a une authentique fonction structurante chez l'individu : il permet de parler, au sens où il autorise une origine énonciative pour la parole, et donc une entrée dans le symbolique, au sens lacanien du terme (le discursif). Dans "Son nom de fils dans la cité des pères", qu'il rédige pour le numéro de Spirale, J. Clerget décrit ce processus :

Un bébé reçoit un prénom pour être appelé, pour se mettre lui-même à parler, lui-même à appeler. Car être appelé permet de ne pas rester sans nom, c’est-à-dire sans corps et déshérité. Sans le nom, un bébé serait voué dans ses chairs à une activité physiologique et pulsionnelle tournant à vide et répétitivement sur elle-même. Le nom touche notre corps par la portée vocale de l’appel qu’il implique et comporte. Permettant d’être interpellé, le nom fait être le destinataire des paroles adressées. Le prénom et le nom signifient la capacité d’entendre « tu » et de dire « je ». Il conduit ainsi sur la voie du dire Je, celle aussi de parler en son propre nom.

Cette fonction est à mes yeux la plus importante et se trouve déficiente ou détruite dans certains traumatismes dus à des maltraitances. Une des méthodes employées dans les contextes de grande violence psychique (lieu concentrationnaire, régime totalitaire, maltraitance familiale, harcèlement pervers) est la privation du prénom et du nom, au profit d'un numéro, ou, pire, de rien : l'individu n'est pas appelé, il perd son "nom propre" et donc son "propre nom". B., une femme d'une cinquantaine d'années, raconte en séance que sa mère ne l'a jamais appelée par son prénom ; "elle me donnait des noms d'animaux", confie-t-elle. Dans son article, J. Clerget rapporte la réplique bien placée de sa filleule, qu'il morigène pour ses emplois de caca-boudin, en la nommant Bichounette : "J'veux pas être ta Bichounette", rétorque-t-elle. "Tu as bien raison, parce que tu n’es pas une Bichounette, tu es Ève-Marine", répond le parrain, bon psy bon œil... La gamine cesse aussitôt ses scatologies. Les mères qui surnomment leurs enfants jusqu'à des âges avancés ou qui persistent à les appeler de leurs "noms de bébé" alors qu'ils ont, à l'école et dans la vie, l'usage de leur prénom, les empêchent, d'une certaine façon, de prendre la parole en leur nom.

L'inscription dans la lignée. Il existe une littérature assez abondante (et pas toujours très rigoureuse) dans le champ de la psychogénéalogie (Del Castillo, Guegen, Somer), ouvert par Anne Ancelin Schützenberger, psychothérapeute, spécialiste de psychologie sociale. Elle insiste sur les liens transgénérationnels, et invente le concept de génosociogramme qui permet, dans la cure, de prendre en compte des paramètres sociaux, historiques, familiaux, etc. pour repérer des répétitions éventuelles. La donation du prénom s'inscrit dans cette perspective, et la psychogénéalogie use volonters de métaphores comme la "malédiction" ou "l'ensorcellement" pour signifier qu'un individu est enfermé dans le destin d'un autre par son prénom. C'est dans ce contexte que le port du prénom d'un mort, qui fut traditionnel dans les familles européennes jusqu'aux années 1960-1970 (époque où, en France, la psychanalyse des enfants se développe sous l'impulsion de Françoise Dolto), peut être interprété comme un lien transgénérationnel pesant ou même paralysant. L'histoire de Georges, père de Stéphanie dans les commentaires  du billet 2 de la série, est emblématique de cette pratique.

Le prénom et la langue. Le prénom est avant tout un mot de la langue. Les deux histoires que racontent Karine-avec-un-K et Hélène-Sophie sont emblématiques d'une dimension psychique profondément liée à la langue. Dans un commentaire du premier billet de la série, "Je m'appelle Marie-Anne", Hélène déclare que son prénom plongé dans une nouvelle culture l'a presque renouvelé ; elle se sent une "nouvelle personne" : 

J’ajouterais que mon “vrai” prénom à moi, c’est Hélène-Sophie. Une lubie de mon père qui a fini par céder à la pression de l’entourage (tout le monde prenait ça pour un deuxième prénom).
 Il a fallu que je me batte pendant des années pour maintenir le trait d’union face à la virgule que tout le monde plaçait entre les 2 prénoms (ou les 2 parties de mon prénom, en l’occurence). 
Puis, j’ai moi même oublié.
 Amusant, il a fallu que j’emménage en Corée, pour que les employés d’administration, peu habitués de toutes les façons à tous les prénoms occidentaux, ressortent consciencieusement ce “Hélène-Sophie” sur tous mes documents officiels ! J’avais l’impression d’être une nouvelle personne !

Ecriture

"Une nouvelle personne" : c'est bien ce que fait le prénom, de nous nommer en tant que personne, douée du pouvoir de la parole et de la faculté d'être soi. Une expérience analogue est racontée par Karine qui m'explique que mon billet sur mon prénom l'a remuée et lui a rappelé un post qu'elle a également écrit sur son prénom il y a longtemps, en espéranto. Elle le reprend, le récrit en français, sous le joli titre : Karine avec un K. Il y a dans ce billet des choses fondamentales en ce qui concerne la dimension inconsciente du prénom. "Mais toute ma vie, précise Karine, à chaque fois que j’ai dû me présenter, je n’ai pas dit “je m’appelle Karine”, mais “Je m’appelle Karine-avec-un-K”, comme si ça formait un tout, indivisible". Cette manière de se nommer par un signifiant dont on explicite la graphie témoigne bien de l'importance définitoire du prénom : ce K de Karine la fabrique et la détermine presque autant que la couleur de ses yeux ou de sa chevelure. Et ce qu'elle y investit de projection inconsciente et d'idéal du moi, est signalé par cette précision graphique à l'oral. Elle en donne d'ailleurs elle-même une interprétation quasi-psychanalytique, qui lui appartient pleinement : "[…] à force de dire que j’étais “Karine-avec-un-K”, dans le fond, quelque part, je disais “je suis Karine-je-suis-un-cas”. Un cas". Être un cas, c'est bien plus qu'un ca...price, c'est mettre en jeu son existence même, et appeler à une reconnaissance, dans le cas (K ?) de Karine, littéralement inscrite dans la lettre de son nom. Comme Hélène, un autre bain linguistique a fait du bien au prénom, et donc à l'être de Karine, à qui l'espéranto a réservé deux surprises : "Première surprise naïve, en espéranto, le “K” de mon prénom allait de soi, puisque c’est la seule et unique façon d’écrire le son [k]. Jamais, en Espérantie, je n’ai donc eu besoin de préciser que j’étais “-avec-un-k”". Seconde surprise, le fait que son prénom ait un sens en espéranto, car il s'agit d'un  "mot composé des deux racines “kar-a” (cher, chère – en parlant de quelqu’un qu’on aime – le “a” final désigne la nature du mot : c’est un adjectif) et “in-o” (la racine qui désigne une personne de sexe féminin – le “o” final désigne un substantif). En Espérantie, quand quelqu’un prononce mon prénom, il me dit donc à la fois que je suis une personne qui lui est chère, et il affirme ma féminité". Cette analyse par Karine de son prénom est peut-être le récit qui s'approche le plus de la fameuse phrase de Lacan citée plus haut, qui fait du prénom ce qui permet le "fantasme fondamental".

Ces deux jolis témoignages de l'effet de la langue sur le prénom, ou plutôt du prénom dans la langue, montrent à quel point le prénom est un signifiant, à tous les sens du terme : un ensemble de sonorités, un réseau de sens, et surtout un lieu de l'inscription de l'être de son porteur.

Maladies du nom propre. C'est sans doute ce qui explique qu'il puisse exister des "maladies du nom propre", selon le titre d'un numéro de la revue de la Cause freudienne, "maladies" que l'on voudrait guérir en modifiant son prénom par exemple. Un très intéressant article du Monde, dans le cadre des chroniques judiciaires de P. Robert-Diard, narrait en 2007 des histoires de changement de prénom, toutes liées à l'origine. En voici un extrait :

Mais depuis quelque temps, une nouvelle catégorie de solliciteurs apparaît avec régularité dans les dossiers de Mme Lemarinier. Nadine est de ceux-là. Regard inquiet, visage triste, cette universitaire en droit fiscal veut retrouver son prénom originel de Zoubida. Il y a vingt-sept ans, elle a claqué la porte de son pays natal, l'Algérie, et celle de sa famille "très traditionnelle", dit-elle.

Elle a poursuivi des études en France, travaillé et a poussé son désir d'intégration jusqu'à demander à s'appeler Nadine lors de sa naturalisation.

Sa famille n'en a jamais rien su. "Aujourd'hui, je ressens le besoin de retrouver mes racines. Je vis ce changement de prénom comme une culpabilité par rapport à elle", explique-t-elle, émue. La voix de la magistrate tombe, abrupte : "Madame, je peux concevoir votre démarche identitaire mais le droit ne peut pas s'adapter en permanence à des états d'âme."

Elle lui demande si elle serait prête à accepter le compromis de l'adjonction de Zoubida, plutôt que la suppression de Nadine. Un "non" farouche lui répond. La présidente insiste : "C'est vous qui avez demandé la naturalisation, il faut l'assumer.

- Je vous supplie de me rendre mon prénom !", lui lance Nadine.

Son avocat prend le relais de la magistrate pour tenter de convaincre sa cliente. A contrecoeur, elle accepte.

Le prénom est donc aussi le lieu de la culpabilité, l'ancrage de la lignée : tes origines t'habitent, semble-t-il proférer, et gare à toi si tu les effaces ou si tu les oublies, elles feront leur travail inconscient, transgénérationnel. Dans son introduction au numéro de Spirale, Joël Clerget résume les trois axes interprétatifs de ses auteurs : le prénom est l'être, le prénom est le destin, le prénom est le sujet. Il semble qu'il soit les trois, en même temps et de manière indissociable, puissant signifiant de nos vies, de nos relations et de nos devenirs.

Références

Ancelin Schützenberger, A. 2004 [1998], Aïe, mes aïeux ! Liens transgénérationnels, secrets de famille, syndrome d’anniversaire, transmission des traumatismes et pratique du génosociogramme, Paris, Desclée de Brouwer.

Clerget J., 2001, « Présentation », Son nom de bébé, Spirale, n°19, p. 11-12.

Clerget J., 2001, « Son nom de fils dans la cité des pères », Spirale, n° 19, p. 27-39.

Collectif, 1998, dossier "Les maladies du nom propre", La cause freudienne, revue de psychanalyse n° 39, Paris, École de La Cause Freudienne. 

Del Castillo P., 2003, La symbolique des prénoms en psychogénéalogie, Paris, Éditons Quintessence.

Grigg, R., 1998, "Le nom propre, c'est le signifiant à l'état pur ", La Cause freudienne n° 39, "Les maladies du nom propre".

Guegen N., 2008, Psychologie des prénoms : pour mieux comprendre comment ils influencent notre vie, Paris, Dunod.

Lacan J., 1961-1963, Le Séminaire IX, L’identification (inédit).

Le Corre V., (s.d.), "Le choix du prénom ou la logique narcissique de l'idéal du moi", blog de l'auteur.

Jean-Gabriel Offroy, Prénom et identité sociale, du projet social et familial au projet parental, in Spirale, n°19, 2001

Robert-Diard P., 2007, "Ce prénom, ce n'est pas moi...", Le monde du 14.04.2007.

Paccoud M., 2001, « L'enfant est né, il s'agit de le nommer », Spirale 3/2001 (no 19), p. 101-109.

Somer A. (de), 2008, Psychogénéalogie. Rompre le sortilège des prénoms qui prédestinent, Paris, Chiron.

Crédits

1. "Names...", Mariano Luchini, mai 2008, galerie de l'auteur sur Flickr, CC.

2. "What's your name ?", Guillaume Gautereau, novembre 2009, galerie de l'auteur sur Flickr, CC.

3. "Ecriture", Raïssa B., 2008, galerie de l'auteur sur Flickr, CC.

Le quatrième et dernier billet de cette série est le compte rendu de Sociologie des prénoms de Baptiste Coulmont à paraître sur nonfiction.fr (mais quand ?...)


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Mots clefs : , , , , , , ,

Posté dans : Séries de saison, 05. Automne 2011. Nom d'un prénom !, Pensées lexicologiques, Théorie du discours, Psychanalyse du discours

13 commentaires pour “ Nom d'un prénom ! 3. De quel inconscient le prénom est-il le lieu ? ”

  1. Mélodie le 28/02/2012 à 15:16

    Chère Marie-Anne, je me pose une question aujourd'hui en te relisant, dont j'image que la réponse n'est pas simple : quelle différence ferais-tu explicitement entre notre "identité" et notre "être" ? (je travaille actuellement sur la question de l'identité pour le laboratoire Junior "Enquête sur l'homme vivant")

  2. [...] Il explore ensuite la notion de narcissisme et rappelle le concept d’”enfant imaginaire” développée par B. Golse à propos des parents adoptants, pour décrire la manière dont ils se représentent l’enfant à naître. L’enfant imaginaire est vu sous quatre aspects : “enfant fanstasmatique”, produit du fantasme d’enfantement des parents (l’enfant du père, par exemple, pour la fille) ; “enfant imaginé”, produit des rêveries anticipatrices du couple ; “enfant narcissique”, dépositaire des images idéales de soi des parents (“Tu seras champion de tennis, mon fils !”) ; “enfant culturel” tel qu’il est dessiné dans les représentations ambiantes d’une culture. V. Le Corre ne prolonge pas cette réflexion vers la donation du prénom, mais l’on comprend que le prénom est pour le parent un lieu possible pour accueillir les quatre aspects de cet enfant imaginaire. Nom d’un prénom ! 3. De quel inconscient le prénom est-il le lieu ? | La pensée du discours [...]

  3. [...] Nom d’un prénom ! 3. De quel inconscient le prénom est-il le lieu ? | La pens&e... [...]

  4. [...] Nom d’un prénom ! 3. De quel inconscient le prénom est-il le lieu ? | La pens&e... [...]

  5. [...] Nom d’un prénom ! 3. De quel inconscient le prénom est-il le lieu ? | La pens&e... Dans les billets précédents, j'ai surtout décrit les aspects lexicaux, phoniques, sémantiques et socio-sémantiques... Source: penseedudiscours.hypotheses.org [...]

  6. [...] travaillent dans ce mot précieux de notre identité, et parfois de notre être ?” (…)Via penseedudiscours.hypotheses.org J'aimeJ'aime  Publié dans : Uncategorized ← Invitation au décryptage [...]

  7. [...] Nom d’un prénom ! 3. De quel inconscient le prénom est-il le lieu ? | La pens&e... [...]

  8. Le Corre Vincent le 14/12/2011 à 10:53

    Bonjour,

    Alors je retente de lancer un commentaire, le premier a du se perdre...
    Tout d'abord bravo pour cette série passionnante sur un sujet non moins passionnant !
    En ce qui concerne mes billets consacrés effectivement aux notions de narcissisme et d’idéal du moi en lien avec le choix du prénom, je suis tout à fait d'accord qu'il y manque la partie clinique...
    En fait, elle existe, mais je n'ai pas souhaité la publier sur mon blog.
    Mon questionnement était d'ailleurs clinique au départ. Je m'étais interrogé sur les premiers entretiens cliniques parents-enfants, et l'effet d'aborder ce type de questions, autour du choix du prénom, ce que cela pouvait ouvrir chez les enfants notamment, qui pouvaient n'avoir jamais entendu leurs parents parler d'eux de cette manière... tiens, mais oui, pourquoi m'a-t-on attribué ce prénom ? A quoi cela renvoie-t-il dans mon histoire, ma préhistoire ? Quelle mouche a piqué mes parents ?...

    Du coup, dans le cadre d'un mémoire de psycho, j'étais allé interviewé des parents sur cette question. Ce fut passionnant. J'avais conservé et tenté d'analyser quatre situations, toutes très singulières, comme toujours. Mais sur mon blog, je n'ai publié que la partie théorique (par confidentialité), ce qui rend la chose un peu "sèche" je suis d'accord, alors que la question de départ était tout à fait clinique et pratique...

    Amicalement,

    VLC.

  9. Mélodie Faury le 13/12/2011 à 09:54

    Merci beaucoup pour ce passionnant billet, qui se termine, comme toujours, un peu trop vite, embarqués que nous sommes dans une réflexion que nous aimerions poursuivre au-delà de la saison ;-).
    En le lisant, j'ai repensé à cet ouvrage "La dette de vie - Itinéraire psychanalytique de la maternité" : http://www.amazon.fr/dette-vie-Itin%C3%A9raire-psychanalytique-maternit%C3%A9/dp/213054861X
    Où il est question aussi des nombres comme "inscription dans la lignée".

  10. Abdoulaye le 12/12/2011 à 14:52

    L'analyse est fine, Professeure! Bonne continuation.

  11. Jonathan Chibois le 12/12/2011 à 12:32

    Ce billet est très stimulant encore une fois, on vient à regretter que cette série se termine déjà ! Merci pour tout ça, et notamment pour mettre en en mots ces réflexions qui, me concernant, me traversent de temps en temps l'esprit, et sur lesquelles j'aimerai bien aussi m'attarder dans mes recherches.

    Les remarques sur le rôle de médiateur de la sage-femme ont particulièrement retenu mon attention, faisant écho à mon expérience de jeune parent. J'ai été à deux reprises dans une situation (volontaire) où nous n'avions à la naissance pas de prénom choisi. Chose rare, si j'en crois la réaction du personnel soignant. L'idée était la suivante : nous souhaitions confronter au nouveau-né une sélection réduite de trois prénoms, nous nous sommes pour cela donné les 72h légales.

    Parenthèse sociologique : la question du prénom est intervenue dès l'admission à la maternité, à l'entrée de la salle d'accouchement plus précisément. Pour dissiper la surprise, et donc implicitement une certaine méfiance sur notre santé mentale, il fallu immédiatement apporter quelques explications. Notre stratégie ayant été finalement perçue comme touchante, ce sujet est devenu le lieu de plaisanteries bienveillantes pendant la durée de l'accouchement entre la sage-femme et nous, et ensuite sur la durée du séjour avec tout le personnel de la maternité.

    Parenthèse sémantique : pour l'ainé le nom temporaire attribué fût « Bébé NomDeJeuneFille » et pour le second « Bébé NomDeLaFratrie ». La logique est toute juridique : autant dans le premier cas l'enfant initiait une fratrie de parents non-mariés (il faut alors choisir le prénom ET le nom), autant le second prenait place dans une fratrie existante. Est-ce à dire que « Bébé » était ici considéré comme le prénom ? J'en doute, vu l'usage oral qui en a été par les personnel soignant : à ce stade, il ne semblait n'y avoir encore ni prénom, ni nom, mais un ensemble indissociable.

    Voilà qui me fait douter de la nécessité du rôle médiateur d'une parole imputé à la sage-femme, qui obligerait aux parents à formuler leur choix. Selon mon ressenti, l'acte de prénomination s'est plutôt effectué quand il a fallu répondre aux demandes incessantes de la famille, beaucoup moins disposé que la sage-femme a comprendre notre état d'esprit. Concernant le père, l'acte de se déplacer en mairie pour déclarer la naissance, y participe aussi beaucoup. C'est dans ces actes performatifs, où a lieu une annonce sociale du prénom, que le parent prends la mesure de son choix. Ce qui n'est à mon sens pas le cas lorsque l'on confie le prénom à la curiosité médicale de la sage-femme. Je ne doute pas que son rôle de médiation puisse avoir une réelle importance, mais la maternité étant un espace de transition, pour le bébé comme pour les parents, les faits et gestes qui s'y situent n'ont aucune prise sur la vie, ne sont donc pas à proprement parlé des actes.

  12. ALiCe__M le 12/12/2011 à 11:35

    Merci pour cet excellent article, très riche.
    Le dernier exemple de Nadine/Zoubida me fait penser à tous ceux qui veulent changer de prénom, pour s'en choisir un autre. Un jeune homme qui se prénommait Noël, dans une émission de France Culture, pensait que son prénom était la cause de sa difficulté relationnelle avec les femmes.
    Il me semble que les nouvelles technologies permettant de se choisir des pseudonymes, vont aussi dans ce sens : on peut aussi choisir son prénom, soit pour se défaire de celui qui nous a été donné, soit pour être au monde différemment.
    http://www.psychologies.com/Moi/Se-connaitre/Personnalite/Articles-et-Dossiers/Pourquoi-j-ai-change-de-prenom

  13. elizabeth l.c. le 12/12/2011 à 10:49

    Toujours passionnant ! Le paragraphe "Être nommé" m'a fait penser à une pratique que j'ai pu observer en Grèce dans les années 70. (Je ne peux pas dire ce qu'il en est maintenant). Les enfants étaient baptisés à l'âge de quelques mois, et avant cet événement, ils n'étaient pas désignés autrement que par "le bébé", terme dont il existe des variantes masculin/féminin (o bebis, i beba), y compris en s'adressant à lui. Il est vrai aussi que le prénom n'était pas vraiment choisi, à moins que vous ayiez plus de 4 enfants, car il était d'usage (et là, ça dure encore...) de donner les prénoms des grands-parents, d'abord paternels, puis maternels. C'est ainsi d'ailleurs que l'on avait de nombreux cousins (fils de frères) qui portaient exactement le même prénom + nom.

Façons de penser, partager

Contrat Creative Commons


S'abonner à ce carnet

S'abonner à ce carnet

Vous allez être redirigé vers le service d’abonnement du Cléo à OpenEdition. Cochez Hypotheses.org puis sélectionnez ce carnet dans la liste.