La courtoisie du désaccord. Lettre de Freud à Ludwig Binswanger

Cher ami,

Quelle agréable surprise que votre conférence !1 Ceux qui l’avaient entendue et m’en avaient rendu compte ne semblaient pas en avoir été frappés ; sans doute aussi était-ce trop difficile pour eux. En la lisant, j’ai été charmé par votre belle langue, par votre érudition et l’étendue de votre horizon, votre tact dans la contestation. Quant aux louanges, chacun sait qu’on peut en supporter des quantités illimitées. Cependant, je ne vous crois naturellement pas. Je me suis toujours tenu au rez-de-chaussée ou dans le sous-sol du bâtiment – Vous prétendez que lorsqu’on change de point de vue, on voit aussi un étage supérieur où logent des hôtes aussi distingués que la religion, l’art, etc. Sous ce rapport, vous n’êtes pas le seul, la plupart des spécimens cultivés de l’homo natura pensent de même. A cet égard, vous êtes conservateur et moi révolutionnaire. Si j’avais encore devant moi une existence de travail, j’oserais offrir aussi à ces hôtes bien nés une demeure dans ma petite maison basse. J’en ai déjà trouvé une pour la religion depuis que j’ai rencontré la catégorie des névroses de l’humanité. Mais probablement nous ne pouvons pas établir entre nous de dialogue et il se passera des siècles avant que notre querelle soit close. Avec mes amitiés et mes bons souvenirs à votre chère femme.

Votre Freud

1. « La conception freudienne de l’homme à la lumière de l’anthropologie », conférence faite à Vienne le 1er mai 1936, en l’honneur du quatre-vingtième anniversaire de Freud, à l’Académie viennoise de Psychologie médicale. La lettre figure dans : Freud S., Correspondance 1973-1939, Lettres choisies et présentées par Ernst Freud, trad. Anne Berman, Paris, NRF, Gallimard.


Marie-Anne Paveau

Enseignante-chercheuse en analyse du discours à l’université Paris 13

Vous aimerez aussi...