Nom d'un prénom ! 2. Petit guide du savoir-prénommer

16 novembre 2011
Par

L'idée qui parcourt cette série Nom d'un prénom ! est que les noms propres, et par conséquent les prénoms, ont un sens, et même plusieurs. Contrairement à l'idée longtemps dominante en linguistique, qui fait des noms propres des désignateurs uniquement référentiels (des formes qui nomment directement le référent mais n'ont pas vraiment de signifié), on peut au contraire penser que les noms propres sont de puissants réservoirs sémantiques. Leur signification ne se déploie pas de la même manière que les noms communs, et passe par des connotations, des évocations, des éléments mémoriels (ce que montre très bien la série de commentaires du premier billet).

Dans son Essai de sémantique, publié en 1897, Michel Bréal formule parfaitement cette position :

La différence avec les noms communs est une différence tout intellectuelle. Si l'on classait les noms d’après la quantité d’idées qu’ils éveillent, les noms propres devraient être en tête, car ils sont les plus significatifs de tous, étant les plus individuels. Un adjectif comme augustus, en devenant le nom d’Octave, s’est chargé d’une quantité d’idées qui lui étaient d’abord étrangères. D’autre part, il suffit de rapprocher le mot César, entendu de l’adversaire de Pompée, et le mot allemand Kaiser, qui signifie « empereur », pour voir ce qu’un nom propre perd en compréhension à devenir nom commun. D’où l’on peut conclure qu’au point de vue sémantique les noms propres sont les substantifs par excellence (chapitre 18 : "Comment les noms sont donnés aux choses").

C'est sur cette idée également que reposent implicitement les petites théories profanes du prénom qui abondent dans les guides de savoir-vivre. Conseils, prescriptions et proscriptions se télescopent, justement parce donner un prénom, c'est déclencher un ample processus de sens. Je présente ici un petit florilège d'extraits de guides sérieux mais aussi de pastiches et de textes humoristiques, qui laissent deviner une évolution intéressante : en 1925, Liselotte ne propose que des prescriptions extrêmement rigides puisqu'au prénom suggéré est systématiquement associé "le" surnom qui ira avec. Double contrainte, donc, le prénominé étant également et comme automatiquement surnommé. En 2004, Olivier Cechman ne donne plus que de conseils, et aucun prénom : on est passé de la prescription à la suggestion, et l'auteur insiste lourdement sur le bien de l'enfant plus que sur l'image sociale des parents (pour un approfondissement sur les prénoms comme "noms de classe", voir l'ouvrage La langue française, passions et polémiques, qui consacre un chapitre aux dialectes sociaux).

♦ Liselotte, 1925, Le guide des convenances. Savoir-vivre, obligations sociales, usages mondains, Paris, Bibliothèque de la société anonyme du « Petit écho de la mode ».

C'est un guide adressé aux femmes (l'avertissement est intitulé "À nos lectrices"). Au chapitre 2 "La naissance" (qui suit le premier, "Le mariage"), on trouve deux listes distinctes (garçons et filles), qui n'admet donc pas de prénom épicène (Dominique étant par exemple classé chez les garçons), quantitativement déséquilibrées (41 prénoms pour les garçons, 71 pour les filles), à double entrée prénom + surnom, ne comportant de composés que pour les filles et précédée d'un très court commentaire qui ne dit rien sur les prénoms en eux-mêmes.

Le choix d'un prénom. 

"Avant la naissance de l'enfant, il est d'usage de choisir les prénoms qui les désigneront. Le prénom du parrain et celui de la marraine règlent généralement cette décision. On consulte encore ses goûts, ses sympathies personnelles, les prénoms traditionnels de la famille ; on consulte aussi la liste des prénoms à la mode."

Cette pratique des surnoms, qui pourraient revêtir des allures un peu populaires aux yeux des "lectrices" et qui peut sembler étonnante par rapport au code d’élégance exhibé dans l'aristocratie et la grande bourgeoisie, est relevée par différents auteurs : É. Mension-Rigau, dans Aristocrates et grands bourgeois, note : « Les diminutifs ou les surnoms les plus triviaux et les plus ridicules sont fréquents : certains enquêtés se font appeler sans broncher Caco, Chiche, Framboise, Fred, Mimi, Pépète, Riri (pour Henriette), Tintin, Toto, Zozo » (1994, p. 228). Proust relevait déjà « la manie de surnoms propre à ce milieu » et citait « le prince Von, Élisabeth Lili ou Bebeth, […] Quiou pour Montesquiou, Dinand pour Ferdinand, Grigro prince d’Agrigente » (Le côté de Guermantes 2, p. 162-163). Et le stylisticien Éric Bordas fait le même type de remarques sur Balzac et relève dans Illusions perdues « Lili pour Elisa de Saintot, Lolotte pour Charlotte de Brebian, Zizine pour Zéphirine de Sénonches, Naïs pour Anaïs de Bargeton » (1997, p. 36).

♦ Chazot J., 1956, Les carnets de Marie-Chantal, Paris, Hachette.

Marie-Chantal est cette aristocrate imaginaire créée par Jaques Chazot, devenue un personnage tellement constitutif de la culture de "l'esprit français" dans les années 1950, que ce prénom (absent du guide de Liselotte...) constitue une entrée dans les dictionnaires plaisants (voir celui de Philippe Jullian ci-dessous). Dans les Carnets, J. Chazot présente un questionnaire imaginé par l'actrice Maria Taglioni et présente les réponses successives des deux femmes. Une question porte sur les "prénoms favoris" :

Maria Taglioni : les plus simples, Marie, Georges

Marie-Chantal : les plus simples, Galbert, Geoffroy, Nazaire, Maud-Sophie (p. 70).

♦ Jullian P., 1992 [1958], Dictionnaire du snobisme, Paris, Bartillat.

Entrée "Marie-Chantal"

Suivant un article paru il y a deux ans dans Horizons de France – « est le prototype de la femme du monde snob qui habite un appartement de douze pièces avenue Foch, passe ses week-ends à Dove et ses vacances à Saint-Trop, roule dans une jag (la sienne) ou dans une cad (celle de Peere), est mariée avec Gérard et a pour meilleure amie l’ineffable Gladys ».

Marie-Chantal est morte tuée par Le Journal du dimanche et les chansonniers. Son accent est entré dans le répertoire des cabarets en tournées de province, comme le « j’avions » des comiques normands. Elle était née entre la Comédie française et le Ritz quand l’esprit Rive Droite l’a emporté il y a bientôt dix ans sur Saint-Germain-des-Prés. Jacques Chazot lui a donné la parole, et François Mauriac a encouragé ses premiers pas, très brefs, sur la scène.

Succédant aux histoires de fous les histoires de Marie-Chantal sont des histoires de folles. Elle est issue d’un capitalisme inconscient, le gaspillage est, bien plus que le snobisme, le défaut de Marie-Chantal. Comme Monsieur Prudhomme représentait une pompeuse bourgeoisie, c’est à elle que le mot snob doit d’être devenu pour le grand public, synonyme d’élégant. Van Moppès fut le peintre des Marie-Chantal, Ghislaine et Gérard, du seizième à la Côte (Jullian 1992, entrée « Marie-Chantal »).

♦ San Antonio, 1965, Le standinge selon Bérurier, Paris, Fleuve noir.

La parodie de Frédéric Dard, outre sa drôlerie, est souvent juste et constitue une véritable sociolinguistique populaire (aux deux sens du terme dans ce cas). Au chapitre 6, Béru donne sa première leçon de savoir vivre : "Annonce de la naissance, choix d'un prénom, les faire-part, choix des parrains et marraines, le baptême". Cela donne ce truculent discours : 

Je voudrais vous causer maintenant du choix des prénoms. Ça paraît simple, mais à mon avis, faut de la délicatesse, là comme ailleurs. Trop de parents profitent de leur nom de famille pour calembourer. Ils s'en tamponnent vu que par la suite c'est le môme qui aura l'air d'une crêpe et se farcira les déboires.

Tenez, si vous vous appelleriez Filmaseur, prénommez jamais votre chiare Jean, surtout, non plus que si votre nom est Pétarde, Culasec, Barasse, ou Névudautre. […] Un autre conseil, mes gars : quand votre nom est court, choisissez un prénom long. Ça corrige la brièveté, comprenez-vous ? Et lycée de Versailles : avec un nom long, un prénom court. Le gars dont le blaze est Troududecoiteplintu, Paul, Louis, Luc, ça lui suffit z'amplement. Il gagne rien à se farcir du pré-blaze composé, style Lucien-Maurice ou Maximilien-Shell. Re-autre chose : si vous portez un nom propre plutôt commun, voir Durand, Dupont, Martin, faut lui donner de l'audace avec un prénom vibrant : Gaétan, Horace, Gontran, Ghislaine, Magdelaine, Léonce, Aldebert, Rigobert, Romuald, Léandre, Fructueux, Pulchérie, Sabine ou Godefroy. Par contre, si vous trimballez de l'appellation prétentiarde, mettons que vous vous appelez de La Broutille-En-Branche ou Palsambleu-Halahune, contentez-vous d'un modeste René, d'un gentil Georges ou d'un petit Émile. C't'un conseil que je vous cloque. Evidemment, ceux qui ont eu droit à la facétie paternelle, comme ce polisson de Jean Kikine, ils ont plus qu'à encaisser avec bonne humeur (p. 103).

On comprend donc pourquoi, quelques pages auparavant, Béru se rend chez une comtesse, se présente ainsi : "Alexandre-Benoît Bérurier, madame", et se dit : "C’est dans ces cas-là, mon pote, que tu félicites papa de t’avoir cloqué un prénom composé. Ça compense un brin la sècheresse de ton blason. Un tiret c’est peu de chose, mais c’est déjà comme qui dirait un cousin issu de germain de la particule, t’admets ?" (p. 33). 

Sous ses airs un peu frustes, Dard-Béru envisage une situation absolument tue par les "vrais" guides :

Donc le môme arrive au monde. De deux choses l'une : c'est un garçon ou c'est une fille. Il peut arriver que ce point soit pas éclaircissable et que le pauvret ait de l'indécision dans le rez-de-chaussée. Faut lui donner sa chance d'opter à sa majorité. Pas qu'un jour on ait besoin d'écrire sur une enveloppe : Monsieur Jules Durand et son mari. En conséquence, mouillez-vous et appelez-le Claude ou Dominique pour éviter de l'influencer et lui laisser carte blanche ! (p. 104).

Ce passage est intéressant dans la mesure où il prend en compte une caractéristique linguistique du prénom comme nom propre : sa référentialité, c'est-à-dire sa nomination directe d'un référent, sans négociation du signifié.

♦ Hanotel V., Léotard M.-L. (de), 1991, Nous, les bourgeoises, Paris, Le Pré aux Clercs.

Dans cet ouvrage, les deux journalistes proposent une stratification sociale de stéréotypes prénominaux, en partant de catégories sociales :

- Très Grande Bourgeoise : Sixtine-Adelaide-Marie-Sophie Féraud de Malevine

- Bon chic : Marie-Héloïse Beaupré de Kervallon (XVIe Passy La Tour)

- Nouvelle bourgeoise : Chloé Dulac

- Carrière-Woman : Victoire Chandarnac

- La révoltée : Violaine Dupuis-Martin

- La Toc : Mylène Vincent (p. 134)

♦ Vandel P., 1993, Le dico français-français. Le livre-décodeur, Paris, Le livre de poche.

Philippe Vandel, dans le chapitre "Comment parler à Neuilly, Auteuil, Passy", donne la liste des abréviations qu’il faut connaître et savoir prononcer pour s’intégrer dans les quartiers de l’ouest parisien. On y retrouve les surnoms de Liselotte repérés par É. Mension-Rigau : « Effixe, Péheu, Péache, Jibé, Mariélo, Ludo, Béné, Mariclô » (p. 158). Il ajoute que Antonia, Juanita, Ascension, Maria, Teresa, etc. ne peuvent référer qu’à des domestiques...

♦ Cechman O., 2004, Guide du savoir vivre, Paris, Hachette.

Actuellement, l'heure est plutôt aux conseils. Dans le guide d'O. Cechman, on en trouve une page, au tout début de l'ouvrage, intitulée "Un prénom pour la vie". Un encadré décrit "le bon usage" : équilibre de longueur entre nom et prénom, harmonie des deux mots, évitements des prénoms composés quand le nom l'est aussi, et une mise en garde sur "les prénoms trop originaux". Deux paragraphes décrivent le "prénom usuel" (dominé par le souci apporté au bien être du fuur porteur) et "les autres prénoms (dominé par le même souci : on y trouve le conseil de placer un prénom "très original" en seconde ou troisième position). Cette importance de la mise en garde et de la "protection" des porteurs, qui n'apparaît pas du tout dans les décennies précédentes, est liée à la variété, l'inventivité, parfois déraisonnable, il est vrai, et le désir de liberté de certains choix, comme le montre par exemple l'affaire Titeuf décrite par Baptiste Coulmont.

Le discours sur le prénom dans les ouvrages sur la sociabilité, le bon usage et le savoir vivre est donc un opérateur de contraintes sur les choix et le lieu où le prénom, comme signifiant, est inscrit dans un dispositif sociolinguistique. Comme tout mot de la langue, il est intégré dans un contexte énonciatif, des disponibilités lexicales et des normes dénominatives.


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Mots clefs : , , , ,

Posté dans : Séries de saison, 05. Automne 2011. Nom d'un prénom !, Pensées lexicologiques

11 commentaires pour “ Nom d'un prénom ! 2. Petit guide du savoir-prénommer ”

  1. [...] pesant ou même paralysant. L’histoire de Georges, père de Stéphanie dans les commentaires  du billet 2 de la série, est emblématique de cette [...]

  2. Marie-Anne Paveau le 17/11/2011 à 11:10

    je réponds à tous vos passionnants commentaires qui constituent aussi une conversation interne entre vous, ce qui me ravit - vous confirmez tou.te.s que le prénom est un signifiant situé, profondément ancré dans les contextes de sa donation, profération et circulation - je pense en effet, et c'est bien sûr une position de linguiste du discours, que comme tous les mots, le prénom doit être analysé dans les chaînes langagières dans lesquelles il s'inscrit, dans tous les contextes culturels (y compris les cultures individuelles, sur lesquelles il y a une discussion : baptiste suggère que les noms des poupées pourraient être des prévisions en quelque sorte, mais la remarque de claire infirme cette hypothèse), historiques (victoire, joffrette), mais aussi nationales (la remarque de jastrow) et également dans les mémoires discursives, notion chère à mon travail sur les prédiscours (la généalogie que dessine stéphanie constitue bien un phénomène de mémoire discursive, dans laquelle le prénom joue un rôle de réservoir et repère sémantico-lexical, ce que j'appelle un "nom de mémoire") - cette question de la généalogie ouvre la prochaine question que je vais aborder : celle de la dimension psychanalytique du prénom (et aussi du nom) - c'est un classique dans les cures que les patients abordent leurs noms et prénoms, les récits de cas abondent, et le signifiant est toujours lié à l'inscription, ou non, des patients dans leurs lignées, qu'il s'agisse de la grande ou de la petite histoire - merci d'"augmenter" (au sens cyborgologique du terme !) mes billets par tous vos riches commentaires ! et merci à baptiste coulmont, qui a beaucoup travaillé sur le prénom en sociologie, de contribuer au tissage des liens entre nos blogs et du coup, notre réflexion et nos travaux

  3. Bombay magic le 17/11/2011 à 02:57

    @baptiste, j avais effectivement enfant un clown enorme que j avais baptise Oscar. :-)

  4. Stéphanie Messal le 16/11/2011 à 23:21

    "Le choix d’un prénom.

    “Avant la naissance de l’enfant, il est d’usage de choisir les prénoms qui les désigneront. Le prénom du parrain et celui de la marraine règlent généralement cette décision. On consulte encore ses goûts, ses sympathies personnelles, les prénoms traditionnels de la famille ; on consulte aussi la liste des prénoms à la mode.” "

    Ceci me rappelle fortement les cours de licence en anthropologie sur la parenté avec Valérie Feschet. En effet, en France, il y a encore quelques générations peu éloignées (la mienne incluse), le choix du prénom de l'enfant était effectivement déterminé par les liens familiaux. Et pour reprendre l'exercice qu'elle nous avait donné en cours, je vous parlerai de ma famille…

    1. Mon père.
    Il est l'aîné et il s'appelle "Georges". Son deuxième prénom est "Jean" suivi d' "Antoine".
    Alors qu'il avait été baptisé Antoine au jour de sa naissance par sa grand-mère maternelle qui vouait un véritable culte au Saint qui retrouve tout, il se retrouva malgré tout "Georges" sur les registres de l'état civil. Pourquoi ? Comment ? Tout cela est un peu flou.
    Il semblerait que le fils aîné mort-né du frère de la grand-mère paternelle devait s'appeler "Georges". A la naissance de son second enfant, on lui donna donc le prénom de "Georges" (de la difficulté de porter le nom de son aîné absent : le poids du souvenir). Concernant mon père, ses parents se sont mariés le jour de la St Georges. Y-a-t-on vu un signe quelconque ? Le fait est qu'entre ce jour de noces et de Saint, et avec le poids du deuil de l'enfant perdu (poids toujours aussi lourd), mon père fut inscrit comme "Georges" à l'état civil selon la volonté de la grand-mère paternelle. On ne se débarrasse pas comme cela de l'héritage familial qu'il soit agréable ou non. Il est à noter que la grand-mère paternelle trônait au milieu de tous et gouvernait toute la bonne famille (pouvoir matriarcale).
    Le deuxième prénom qu'est "Jean" l'est tout autant pour mon père que pour son frère. On ne pouvait passer à côté de "Jean" : il fallait absolument qu'il soit présent car le frère de la fameuse grand-mère paternelle s'appelait "Jean". "Antoine" fut relégué en troisième place, souvenir d'un baptême précipité d'un enfant prématuré plutôt destiné à mourir qu'à vivre (surtout en plein période de guerre) ; "Antoine" avec l'espoir faussement dévot que le Saint saurait faire en sorte de pouvoir retrouver son âme peut-être.

    2. Ma mère
    Du côté de ma mère, et pour avoir voulu tisser un arbre généalogique, je n'ai retrouvé aucun ascendant du nom de "Josiane". Cependant ma mère porte la marque de sa naissance. Son deuxième prénom est "Noëlle" : étant née le 25 décembre, elle n'a pu y échapper. Quant à son troisième prénom "Micheline", c'est le seul qui est à voir avec la parenté. La marraine de sa mère avait une fille qui s'appelait "Micheline". Elle devait être la marraine de ma mère. Hélas, elle ne put être là (pour une raison inconnue) le jour du baptême. En hommage à cette dame, on donna son nom comme troisième prénom à ma mère.

    3. Leur enfant (alias moi)
    En ce qui me concerne, et pour reprendre le discours de la parenté, je porte en deuxième et troisième prénom les prénoms de mes grand-mères : "Denise" et "Andrée". "Denise", celui de ma grand-mère maternelle, "Andrée" celui de ma grand-mère paternelle. Le déterminant de cet ordre ? Une question d'élégance et de politesse : honneur à la femme qui a porté l'enfant (et par extension à sa famille). Je n'ai certes pas hérité des prénoms de mes parrains mais ils s'avèrent qu'il s'agit du frère de mon père (parrain) et de la soeur de ma mère (marraine). Le poids de l'héritage familial en matière de prénom reste présent jusqu'à ma génération. Même s'il est à noter que mon prénom "Stéphanie" a été choisi parce qu'il était à la mode.

    On pouvait sentir dans les années 70 un changement de mentalité, un moment de transition entre la tradition et la nouveauté. Bien que dernièrement pour avoir discuter avec un ami, j'ai découvert que le choix du prénom de ses enfants avaient certes eu avoir avec la mode ou le goût mais que parfois aussi les prénoms faisaient aussi référence à certains membres de la famille aimés et disparus en général.

    Nom d'un prénom est un titre qui tombe à point nommé !

  5. Jastrow le 16/11/2011 à 21:50

    En comparaison, en Angleterre, l'aristocratie et la bourgeoisie du XIXe siècle recourent davantage aux surnoms et diminutifs tirés du nom de famille. Un auteur dont j'ai oublié le nom (peut-être Mension-Rigau) les explique par la règle en vigueur dans les public schools de s'appeler par son nom de famille. Pour être moins formels, les élèves auraient pris l'habitude de se donner des surnoms. On en trouve beaucoup d'exemples dans les œuvres de P.G. Wodehouse. Il est aussi intéressant que l'équivalent du français « Pierre, Paul ou Jacques » soit « Tom, Dick and Harry », c'est-à-dire des surnoms au lieu des prénoms.

  6. [...] bourgeoisie par les prénoms Billet publié le 16/11/2011Pour accompagner la série Nom d’un prénom du blog de Marie-Anne Paveau, voici le “top 20″ des prénoms les plus donnés en 2010 [...]

  7. Baptiste le 16/11/2011 à 15:39

    Sur les Joffrette : http://coulmont.com/blog/2008/11/10/des-baby-barack/
    et sur le caractère pointilleux de l'état civil, il faudrait que je scanne et mette en ligne le "Manuel des prénoms" de Edouard Lévy, une mine de renseignement pour ce qui est du contrôle (pas très cohérent) des officiers d'état civil. En fait, dans la grande majorité des cas, ça fonctionne tout seul, sans que l'État n'ait à intervenir.

  8. Bombay Magic le 16/11/2011 à 12:19

    Très sympa cette série .... Jusque mes 18 ans, j'avais vécu dans la douce ignorance du fait que le prénom est un marqueur social (ce qui montre à quel point j'évoluais dans un milieu homogène!!!). Un prof de sociologie m'a dessillée....
    En Inde, en revanche, je n'ai aucun repère. Impossible pour moi d'identifier ce qui est chic, ridicule ... Nous avons voulu donner à notre petit dernier né en Inde un deuxième prénom Indien, Chandan, (qui se prononce "tchandanne"), et qui signifie "bois de santal". Lorsque nous indiquons le prénom indien de notre fils à des gens du cru, le sourire poli qu'il suscite généralement me pousse à me demander si nous n'avons pas fait "une erreur de casting". Essayant de pousser la question avec une amie plus proche: "non, non c'est vraiment un très joli prénom. Un peu ancien peut-être ..." En fait, j'ai probablement nommé mon fils Jean Marie qui est un prénom certes fort honorable mais le plus jeune que je connais a 67 ans ....

    Autre question, Marie-Anne, comment marchent "les vagues de prénom" ? Pourquoi en 96, ai-je nommé mon ainé Oscar, alors que j'habitais à Singapour depuis 5 ans, prénom que j'avais choisi pour son caractère inhabituel, pour découvrir en petite section qu'il y en avait d'autres ? Même phénomène pour Félix. Il n'y a guère que Nestor pour lequel nous avons fait vraiment original (ce qui était notre objectif, sûrement révélateur en soi)

    Pour finir, notre démarche lorsque nous avons choisi ces prénoms: rares, mais pas ridicules. Prénoms en vogue, mais pas trop, deuxième moitié XIXème, début XXème (j'avais soigneusement potassé la côte des prénoms que j'avais découvert à 18 ans, à l'époque c'était juste une étude sociologique d'un chercheur au CNRS, si j'ai bon mémoire, pote de mon prof. Ensuite il a compris qu'il tenait un best seller). "Vrais" prénoms, ancrés dans une longue tradition historique (et finalement, une confluence d'influence européenne, nordique pour Oscar, romaine pour Felix et grecque pour Nestor). Présents dans d'autres pays et facilement prononçables par des anglophones (notre mode de vie).
    Enfin, est venu le sens. Je connaissais la signification épée de dieu pour Oscar, (je suis plutôt agnostique), et j'ai trouvé assez rapidement qu'il était un peu trop batailleur, j'ai donc choisi Felix pour avoir un enfant plein de félicité. Nestor, je n'ai jamais trouvé la signification de ce prénom.

    Enfin, pour terminer ce très long commentaire (décidément, ce sont des sujets qui donnent envie de parler), les indiens me demandent souvent: que veut dire ton prénom ? Rien je crois, en fait, je n'en sais rien. Ca les étonne toujours, car ici, tous les prénoms ont un sens!

    • Baptiste le 16/11/2011 à 15:34

      « Pourquoi en 96, ai-je nommé mon ainé Oscar, alors que j’habitais à Singapour depuis 5 ans, prénom que j’avais choisi pour son caractère inhabituel, pour découvrir en petite section qu’il y en avait d’autres »
      A mon avis, c'est parce que les goûts (la structure des goûts) se fixent en partie avant l'âge adulte : si l'on étudiait les prénoms donnés aux poupées, on aurait peut-être, 15 ans avant la naissance des enfants de leurs propriétaires, une idée de ce que les prénoms donnés aux humains seront.

      • Claire le 17/11/2011 à 00:01

        J'ai le sentiment qu'il y a des phénomènes générationnels inconscients, sans doute. J'aime beaucoup Simone, par exemple; j'étais persuadée que c'était vraiment un prénom de vieux et que jamais personne de ma génération ne donnerait ce nom à une gamine, et puis plus ça va, plus je vois des petites Simone au parc, des petits Georges (autre nom que j'aime bien)... Mais par contre, gamine, j'ai donné à mon chat en peluche (qui faisait office de poupée et portait une robe) un nom bien de ma génération, Emilie.

  9. elizabeth l.c. le 16/11/2011 à 10:07

    Stupéfiant le nombre d'occurrences, dans les prénoms composés cités par Liselotte, du prénom Victoire, évidente séquelle de la 1e guerre mondiale. On se souvient qu'alors de pauvres gamins ont été appelés du prénom de Joffre, voir Joffrette (et l'état-civil pourtant pointilleux sur les néologismes n'a pas sourcillé...)

Façons de penser, partager

Contrat Creative Commons


S'abonner à ce carnet

S'abonner à ce carnet

Vous allez être redirigé vers le service d’abonnement du Cléo à OpenEdition. Cochez Hypotheses.org puis sélectionnez ce carnet dans la liste.