Je m’appelle Marie-Anne. Heurs et malheurs d’un prénom

Wordle: maLes noms, prénoms et surnoms, c’est une des grandes affaires de la vie. J’y suis plongée en ce moment par intérêt pour le sémantisme des noms propres, qui a inspiré mon dernier billet sur le nom des pornstars, mais aussi à l’insu de mon nom propre, pourrait-on dire, car mon prénom est souvent inversé en Anne-Marie, ce qui me pose des problèmes administratifs idiots mais pénibles et fastidieux. Je viens par exemple de passer une semaine à obtenir qu’un billet d’avion émis par erreur par une agence au nom d’Anne-Marie Paveau soit modifié, ce qui n’est pas une mince affaire, l’agence ayant tout fait pour que je conserve ce billet, jusqu’à « mettre un mot dans le dossier en cas de problème mais il n’y en aura pas » (comme si une agence à Paris pouvait prévoir avec une certitude magique les réactions d’un agent à Tunis, comme si les dispositions légales des compagnies aériennes sur les identités dans le transport aérien, essentiellement basées sur la sécurité, ne valaient rien et comme si 570 euros pour un AR Paris-Tunis ne méritaient pas que j’aie sur mon billet le même nom que sur mon passeport. Bref). Je me suis efforcée de répondre gentiment à l’étudiante tunisienne qui, exactement au même moment, a écrit à la « chère professeure Anne-Marie Paveau » pour une thèse, ayant bien envie de faire de l’ironie sur les compétences prénominales des futurs doctorants en linguistique. Il y a quelques années, j’avais également reçu un billet au nom d’Anne-Marie Paveau, pour une mission en Haïti, ce qui m’avait obligée à la même démarche, compliquée par les circuits administratifs de l’AUF ; ma banque m’a également un jour fait une carte bleue à ce nom ; je ne compte plus les mails, les lettres et les documents où je suis Anne-Marie.Marie-Anne devient aussi parfois Marianne, ce qui me gêne moins car quelque chose comme l’ordre des mots et l’intégrité phonétique sont conservés (de plus, il y a quelques Marianne par-ci et par là et évidemment par là, et tant qu’à faire un peu par là aussi, qui me plaisent bien). Mais l’existence de cet autre morphème est l’occasion de dialogues explicatifs fastidieux : si je n’anticipe pas très rapidement sur le geste scriptural de la personne qui doit écrire mon prénom (et c’est encore fréquent, d’écrire à la main, sur des documents administratifs), en dégainant la formule « en deux mots, avec un trait d’union », je peux être sûre d’avoir droit à l’épisode « ah oui zut-rature-correction ». Il y aussi des déformations plus rares, presque des hapax, comme ce « Mireille » dont m’avait baptisée en commission de spécialistes il y a longtemps le linguiste Bernard Laks, qui est pourtant l’un des phonologues les plus en vue de sa génération (comme quoi, les cordonniers…). Je me souviens que cette confusion avait déclenché des rires, qui ne me semblent d’ailleurs explicables qu’en prenant en compte les connotations socio-culturelles des deux prénoms. Mais c’est un autre problème. Sur le plan phonétique, on me demande souvent comment il faut le prononcer, en trois syllabes ([marian]), ou en deux ([marjan]).

Outre l’agacement que déclenche la nécessité d’être souvent mise en situation de rectifier les autres, même avec une diplomatie blanchie sous les années (mais qui n’est cependant pas toujours appréciée), cette déformation suscite bien sûr mon intérêt de linguiste. Concrètement le mécanisme est le suivant : un scripteur qui a sous les yeux le prénom Marie-Anne en toutes lettres et dans le bon ordre, sur un passeport ou un formulaire que j’ai rempli par exemple, et qui effectue la tâche cognitivement peu coûteuse de le recopier, inverse quand même les deux morphèmes et écrit Anne-Marie. Cette déformation courante m’inspire quelques remarques, dont le point de départ est le principe que tout linguiste digne de ce nom, à mon avis, devrait avoir en tête : toute erreur de langue quelle qu’elle soit correspond à un phénomène explicable ou à une résolution de problèmes. Hors de ce type d’analyse, l’erreur est stigmatisée en « faute », et l’on quitte le domaine de la linguistique comme science de la langue pour entrer dans celui de la normativité comme conservation des pouvoirs.

Tout d’abord, il me semble évident, intuitivement, qu’il s’agit d’un problème de fréquence. La tâche de recopiage étant effectivement « basse », cognitivement parlant, et mes interlocuteurs n’étant pas illettrés, c’est donc autre chose qu’un mécanisme scriptura : le rare Marie-Anne apparaît comme contre-intuitif par rapport au fréquent Anne-Marie. Ce que vérifient bien les statistiques disponibles, en particulier le Fichier des prénoms de l’INSEE, source de nombreuses publications et de nombreux sites qui fournissent des statistiques : Anne-Marie (environ 80.000 personnes actuellement en France) est environ dix fois plus fréquent que Marie-Anne (environ 8.000 ; pour des détails sur les statistiques des prénoms, voir l’ouvrage de B. Coulmont, Sociologie des prénoms, 2011, qui fera prochainement l’objet d’un compte rendu de ma part sur nonfiction.fr). Si les composés en [Marie + X] sont fréquents en France et chez les francophones (Marie-Claude, Marie-France, Marie-Pierre, etc.), le composé [Marie + Anne] est rare ; cette indication n’est peut-être pas significative mais il n’apparaît curieusement pas dans la liste des 34 composés en [Marie + X] que donne Wikipedia

Ensuite, dans le cas où la forme de départ Marie-Anne est formulée à l’oral, la forme d’arrivée Anne-Marie permet peut-être d’éviter de résoudre un problème graphique double : un mot ou deux ? et s’il s’agit d’un mot unique, un « n » ou deux ? C’est typiquement une résolution de problème graphique.

Enfin, il me semble que le critère de la fréquence ne suffit pas, et il faut sans doute faire intervenir celui de l’exposition, qui est un peu différent. La fréquence est d’ordre lexical ; je veux dire qu’elle est un des éléments constituants du lexique mental : le mot est acquis avec sa fréquence, et l’on sait qu’un mot fréquent est beaucoup mieux retenu qu’un mot rare et qu’il est, par ailleurs, beaucoup plus polysémique, ce qui multiplie encore son usage (voir à ce propos les travaux classiques de Jacqueline Picoche encore parfaitement d’actualité). L’exposition est d’ordre discursif : être exposé à un mot, c’est l’entendre dans des contextes situationnels, et dans certains de ces contextes, on peut être très exposé à des mots pourtant rares sur le plan de la fréquence. Dans ma famille et parmi mes amis, Marie-Anne continue d’être un mot rare par rapport à l’ensemble des prénoms, mais il est coutumier puisque, par définition, les membres de ce groupe y sont particulièrement exposés. Cette articulation entre fréquence et exposition explique peut-être une amusante anecdote : dans le champ des sciences du langage en France, il y a une « Marianne », dont la notoriété était installée quand j’y suis entrée. Mes collègues ayant été « exposés », si je puis dire, à Marianne plus qu’à Marie-Anne, je me suis habituée à ce que l’erreur orthographique porte sur mon prénom et non le sien. J’ai même entendu une très gentille collègue me déclarer : « Ah tu sais, pour moi, Marianne, il n’y en a qu’une » (l’autre, donc), ce qui en dit long tant sur l' »engrammation » cognitive et psychique des prénoms que sur la construction des notoriétés et légitimités. Mais tout récemment, dans la bibliographie d’un article à paraître envoyé en pré-lecture par une collègue, j’ai trouvé l’erreur inverse, qui m’a amusée, Marianne étant affublée de mon double morphème et de mon trait d’union : l’auteure signalerait-t-elle inconsciemment qu’elle est désormais plus exposée à Marie-Anne qu’à Marianne ? 

Ce prénom qui, sans me peser car je l’aime bien, me fait cependant perdre du temps et de la patience, c’est le nom d’un polder, oui d’un polder, en Guyane. La Guyane française a connu une période de poldérisation dans les années 1960-1970, sous l’influence des Hollandais de la Guyane d’à côté. En fait de polder, ce furent plutôt des tentatives, vouées à l’échec (le polder Marie-Anne est cité en 4.). Isidore (un sacré prénom également…) fournit plusieurs études de l’ex-ORSTOM concernant des mesures de salinité sur Marie-Anne par exemple. Les cartes mentionnent encore ces polders (on lit « ancien polder Marianne » sur l’illustration ci-contre, tout en bas à droite), et il est amusant de constater que l’orthographe de Marie-Anne y est instable : sur certains documents, il est question du polder Marie-Anne, sur d’autres, du polder Marianne. Pour des raisons inconnues, mais sans doute liées à cette manière qu’ont les militaires de nommer leurs lieux de travail ou de combat des prénoms de leurs femmes (les points d’appui de Diên-Biên-Phu, Huguette, Brigitte, Gabrielle, Anne-Marie, justement, portent les noms de femmes et de fiancées des combattants), ce polder a été nommé Marie-Anne. Au milieu des années 1960, l’armée française a eu pour mission d’y construire un village destinés à des Hmongs, et ce village s’appelait aussi Marie-Anne (47 maisons, des bananeraies, de l’herbe à éléphant…). Il y avait également un degrad (un débarcadère), baptisé du même nom : un « Bref rapport sur les terres bases de l’est de la Guyane » de 1951, archivé sur le site de l’IRD mentionne un « dégrad Marianne ». Ce prénom a dû plaire au jeune homme qui dirigeait ce chantier. Marie-Anne, c’est donc un polder, un village, un degrad et moi.

Cette histoire n’empêchera sans doute pas les agences de voyage, les banques, les collègues et scripteurs du monde entier, de m’appeler d’un prénom qui n’est pas le mien, mais je la raconte pour dire qu’un prénom engage pour l’individu qui le porte un rapport au prénom, qui peut être lourdement marqué par des usages sociaux très concrets, très matériels, comme ces négociations scripturales incessantes qu’il me faut assumer. Mon prénom déclenche tout un tas de métadiscours, qui construisent autant de relations sociales, micros et éphémères, ou macros et permanentes, tendues ou sereines. Il est donc un véritable lieu d’interaction entre les humains, mais aussi entre les humains et les outils, les artefacts, les juridictions et les cartes de géographie.

Ajout le 31.10 : depuis sa publication hier, les commentaires ont augmenté et modifié ce billet, d’une manière que seule permet la co-écriture conversationnelle en ligne. Hélène nous parle de son prénom composé Hélène-Sophie et des usages prénominaux en Corée, Stéphanie nous raconte des histoires d’orthographe et d’homonymie, et Karine a reformulé un ancien billet sur son prénom, écrit autrefois en espéranto : ça s’appelle « Karine avec un K« , et c’est beau à lire et à comprendre dans les lignes comme entre les lignes. Voici donc ce billet devenu texte collectif, puisque les commentaires ne sont pas seulement des commentaires « sur », mais de véritables apports au texte. Belle réalisation.


Marie-Anne Paveau

Enseignante-chercheuse en analyse du discours à l’université Paris 13

Vous aimerez aussi...

29 réponses

  1. Marie-Aude dit :

    Bonjour Marie-Anne

    mon prénom n’apparait pas dans la liste Wikipedia, et je le crois encore plus rare que le vôtre ! La probabilité qu’un inconnu, le découvrant pour la première fois le prononce ou l’écrive correctement est assez voisine du zéro… et j’en suis même arrivée à dire « Marie-Aude pas Marie-Laure »

    La situation pour moi se complique parce que je vis à l’étranger, et que j’ai très longtemps travaillé avec des anglophones et des germanophone. Si Marie-Aude « passe » à peu près en allemand, la seule interrogation étant sur la prononciation du « au », en anglais c’est une catastrophe. J’ai même été dénommée « Mario », avec le changement de sexe qui va avec.

    Sans compter ceux qui sautent allègrement la difficulté en oubliant le « Aude ».

    Alors que je n’aimais pas vraiment mon prénom quand j’étais enfant et ado, j’en suis venue à m’y accrocher farouchement, parce qu’il est une part importante de mon identité. Je veux bien changer de pays, de langue, de culture, mais pas de prénom…

  2. Nicole M. dit :

    merci, Marie-Anne, d’aborder cette question du prénom par le côté de la confusion ou de l’inversion phonétique. Votre billet découvert ce soir fait écho en moi, qui m’interroge aussi (mais je ne suis pas, hélas, linguiste) sur une confusion particulière, récurrente, très fréquente, et peut-être pas si étonnante, au fond. Mon prénom, à moi, c’est Nicole. J’ai été ainsi prénommée, m’a dit ma mère institutrice, d’après une petite fille de 10 ans, élève bien aimée… J’ai donc dix ans de moins que mon prénom… Il y avait en ce temps-là un autre prénom fort en vogue depuis plusieurs années, mais auquel j’ai (apparemment) échappé : Monique. Or, depuis longtemps, depuis environ l’âge de la maturité (y a t-il un âge pour avoir l’air de s’appeler… Monique ?), on m’appelle, de temps en temps et spontanément, Monique. Au lieu de Nicole. Bien sûr, on entend aisément que ces deux prénoms sont liés phonétiquement par leurs consonnes N et K, et aussi par leurs voyelles O et I, mais en ordre inversé (dyslexie passagère de ceux qui m’affublent de Monique ?), à quoi s’ajoute la syllabe finale de l’un qui est la syllabe initiale de l’autre. Monique serait ainsi une sorte de préfiguration, un état antérieur, de Nicole ? Ou Nicole serait-il/elle un perfectionnement de Monique ? Ou un prolongement peu exploré, comme d’une cavité souterraine ? J’ajoute que mon nom de famille commençant par M et même par MO… la tentation de Monique doit effectivement être forte ! Mais, bon, je déteste qu’on m’appelle Monique ! J’ai l’impression de prendre 10 ans de rides supplémentaires. Et ceux qui se trompent ainsi peuvent être aussi bien de parfaits étrangers que des presque familiers (la belle-mère de l’un de ces derniers se nomme d’ailleurs Monique; et là c’est du lourd…).
    J’aimerais en fait beaucoup savoir si d’autres Nicole de mon âge ou pas (années 50) se font appeler Monique ? Et aussi s’il arrive à des Monique de se faire appeler Nicole ??
    J’ai lu avec intérêt le commentaire de Claire, qu’on appelle Hélène. Y aurait-il des têtes, des voix, des allures associées à certains prénoms, à certaines sonorités ? Pour ma part, l’idée même d’avoir une tête de Monique m’agace extrêmement. A vrai dire, j’aimerais mieux Hélène !

    • Marie-Anne Paveau dit :

      merci de ce témoignage, qui me touche d’autant plus que mon deuxième prénom est « nicole »… la ressemblance des sonorités me semble évidente dans les deux prénoms nicole et monique, la seconde syllabe de « monique » semblant commencer « nicole » comme vous le notez, mais je reste perplexe devant la substitution – à part l’analogie de datation (prénoms des années 1950 effectivement), qu’est-ce qui peut faire que « nicole » devienne « monique, à part des phénomènes liés aux personnes, ce qui ne peut être le cas pour les « étrangers » dont vous parlez : le mystère reste entier !

      • Nicole M. dit :

        Et on pourrait encore gloser longuement sur les calembours nombreux et peu flatteurs que ces deux prénoms génèrent…
        Il arrive qu’on m’appelle Monique même au téléphone, alors qu’on ne me connaît pas, qu’on ne m’a jamais vue, que je me suis contentée d’énoncer mon prénom-nom…
        J’envisage d’entamer une thèse sur la question… ou un carnet dans hypotheses.org… Naaan je rigole !
        Dans tous les cas je continuerai à vous lire.

        PS. Il y a aussi en Guyane un Degrad Nicole, au fin fond de la forêt, quelque part entre Maroni et Oyapock…

  3. TUFFERY dit :

    Bonjour Marie-Anne,
    Je m’immisce dans votre billet sur les prénoms, leur origine, leur sens, leur son, leur couleur, leur souvenir. Les commentaires-témoignages, parfois très personnels, que votre billet de celles a suscités, sont drôles, émouvants, intéressants.
    Je me permets d’ajouter, à la liste de ceux déjà évoqués, le mien : Christophe.
    Christophe vient du grec Χριστοφόρος (Christophóros), littéralement « celui qui porte le Christ ». Le nom est donné en référence à un personnage légendaire nommé « Réprouvé » qui aurait porté le Christ sur ses épaules, lors de la traversée d’une rivière. Après cette épreuve, Réprouvé se serait exclamé au Christ sans connaître la véritable identité de cet enfant qu’il venait de porter de l’autre côté de la rive :
    ‘Enfant, tu m’as exposé à un grand danger, et tu m’as tant pesé que si j’avais eu le monde entier sur moi, je ne sais si j’aurais eu plus lourd à porter. » L’enfant lui répondit :
    ‘Ne t’en étonne pas, Christophe, tu n’as pas eu seulement tout le monde sur toi, mais tu as porté sur les épaules celui qui a créé le monde : car je suis le Christ ton roi, auquel tu as en cela rendu service ; et pour te prouver que je dis la vérité, quand tu seras repassé, enfonce ton bâton en terre vis-à-vis ta petite maison, et le matin tu verras qu’il a fleuri et porté des fruits. »

    Plus de 45 ans après, je reste très étonné du choix qu’ont fait mes parents, d’avoir retenu ce prénom pour moi (sans y ajouter d’autres prénoms, au cas où je veuille choisir le moment venu…). Mes parents étaient profondément laïcs, athées, voire même parfois un peu intolérants vis-vis du fait religieux en général et de ses communautés de croyants, de pratiquants et de gens d’église en particulier. Peut-être ignoraient-ils l’histoire et la légende du Réprouvé.
    J’ai beaucoup hérité de cet athéisme, mais que je pense faire preuve pour autant de moins d’intolérance qu’eux sur les croyances et leurs lots de légendes et d’histoires allégoriques.
    Mais ce qui m’a plu et me fait souvent soucrire dans le fait de porter ce prénom c’est que Saint-Christophe est le patron des voyageurs. J’ignore si mon goût presque immodéré pour le voyage, doit une partie de son origine à ce prénom et à l’histoire légendaire qu’il colporte.
    Mais la vie m’a aussi fait devoir porter sur mes épaules le poids de nombreuses épreuves difficiles. Il me plait de penser parfois que peut-être que mon prénom m’aurait un peu aidé à supporter celles-ci… ?
    Enfin, pour la petite histoire, j’ai récemment découvert qu’en Guadeloupe, il existe un îlet à Christophe, bout de terre isolée au large de Baie-Mahault et au bout du Grand Cul-de-Sac Marin…
    Enfin, mon prénom m’aurait-il aussi, inconsciemment, conduit vers mes études de géographie et mon goût et mon activité professionnelle actuelle d’archéologue ?
    Il est ainsi des prénoms qui font voyager dans l’histoire et la géographie, dans le temps et l’espace…

  4. Claire dit :

    Je m’appelle Claire, et pour des raisons que j’ignore, et qui m’échappent, il arrive, pas extrêmement souvent, mais avec une constance certaine (surtout venant de personnes très différentes et ne se connaissant pas entre elles. Les profs souvent quand j’étais petite, ma voisine, un anglais une fois, qui avait prononcé Elaine et non Helen), qu’on m’appelle Hélène. Guère de proximité phonologique, même distribution sociologique sans doute, mais pourquoi Hélène plutôt que Anne ou Sophie ou Cécile, allez savoir. J’aime bien Hélène aussi, notez bien. Je préfère Claire, pour la sémantique. Ce qui me fournit un argument lorsque, parfois, en Angleterre, on me dit que j’ai un nom anglais: « Mais pas du tout, c’est même un adjectif féminin en français! »

    • Marie-Anne Paveau dit :

      extrêmement intéressante cette confusion ! la voyelle ouverte est commune, mais à part ça, la transformation est bien mystérieuse – merci de ce commentaire, claire

  5. Mélodie Faury dit :

    Bonjour Marie-Anne et merci pour ce billet qui fait écho à tant d’histoires passionnantes autour des noms et prénoms, l’un et l’autre n’étant pas dissociés, je m’explique…

    Mes parents m’ont fait un beau cadeau : ils m’ont donné un prénom chantant, peu courant et que j’ai toujours aimé. Je n’ai jamais connu l’épisode du doublon ou de la numérotation en classe. C’est assez agréable, je l’avoue, de se sentir unique. Et chose étonnante, j’ai rencontré ma première « Mélodie » cette année seulement, parmi mes étudiantes.
    Un nom si peu habituel qu’il est à l’envie transformé par « Elodie », le plus souvent à l’oral (et ce qui donne des rituels amusants par téléphone avec une amie : « Allô Elodie, c’est Mélodie »/ « Oui bonjour Mélodie, c’est Elodie »)ou Mélanie, le plus souvent par l’administration, sur mes documents officiels : « Non ce n’est pas Elodie/Mélanie, mais Mélodie avec un M ». Là encore la correction n’est pas si désagréable : « je ne vous en veux pas de vous être trompé, mais je tiens à mon ‘M' ». Il fait, comme Karine avec un K, toute la différence, voire ma personnalité et mon originalité ?
    Au moment où je précise mon prénom, ou simplement quand je le donne, la conversation s’engage, il m’ouvre directement l’imaginaire, l’univers de mes interlocuteurs : du « comme c’est joli ! » à « Mélodie, Tempo, Harmonie », en passant par « Mélody Nelson », la conversation s’envole régulièrement en chanson. Et je me trouvais rapidement des affinités avec une copine de passage prénommée « Harmonie ».
    Au collège, l’un de mes surnoms donné par les correspondants allemands fut, sur une courte période, « lala ». Je prenais alors conscience de l’effet international de mon prénom !
    Ce qui ne signifie pas pour autant qu’il m’ait évité tous les surnoms mal intentionnés de ces années, toujours beaucoup moins mélodieux.
    International, mais bien « à la française » cependant. Mélodie avec « ie » et non « y », réflexe étonnamment le plus courant des inscripteurs. Mélody sonne plus nom de scène, Gainsbourg et peut-être même voyage, que sais-je ?
    Et ayant changé de nom il y a peu de temps, je ne me doutais pas que j’aurais tout à coup devant moi un panel de propositions nouvelles inventées au grès de lectures rapides et des inspirations du moment: « Mélodie Faurie », Mélody Faury,  » Mélody Faurie ». La rime nouvelle devient malencontreuse. Moi qui me plaignais des erreurs faites sur mon nom de jeune fille :-).
    Je ne finirai pas, quoique, sur le choc ressenti lorsque l’on m’a appelé dans la rue : « Mélodie, Mélodie ! » (le ton employé me paraissait étrange). Je me retourne… pour voir une dame courir après son chien. Un bien beau cadeau là aussi :-)!

    • Mélodie dit :

      Quand les conversations dépassent les carnets de recherche et investissent les familles 🙂 !
      Une réponse de ma mère que je ne résiste pas à vous faire partager, pour croiser les regards :

      « Oublie vite ce chien : les chiens, chats et chevaux ont épuisé à peu près tous les prénoms ou patronymes imaginables. Le tout est de ne pas les croiser.

      J’espère que ton prénom te plaît tout simplement.

      Il est le fruit de notre choix. J’y ai vu l’expression d’une évocation agréable d’harmonie (en effet), de légéreté, de douceur, mais aussi de vivacité. Il coule de source…
      Une façon de te présenter à la vie et au monde avec un grand sourire et de te vouloir un bonheur permanent, serein qui peut être communicatif.
      J’aime aussi la sonorité du mot en lui-même.

      Le souci aussi de parents de ce qu’ils croient « être original mais pas trop » pour ne pas peser sur l’enfant et l’adulte en devenir.

      L’originalité n’étant pas si forte que cela, puisque ce prénom n’est finalement plus si rare.
      J’en ai croisé quelques-unes même si elles ne sont pas légion.

      Le « ie » est totalement réfléchi. Mon côté militant sur de mon appartenance à un pays francophone et à ses codes en termes de tradition en matière de prénom.
      Le prénom étant aussi le reflet d’une identité, qui passe aussi par le pays d’origine et fait donc écho à une histoire collective.

      Aucune raison, pour moi, de privilégier les codes anglo-saxons pour ton prénom,(même si Faury a un « y » et que de nombreux « bleds » de France se terminent par un « y », ce qui est une autre histoire…)
      Le « y » pour les prénoms féminins en France est pour moi artificiel à part pour Rémy, Samy et peut-être d’autres auxquels je ne pense pas mais qui sont masculins.
      Ou alors, il aurait fallu qu’il s’appuie sur un contexte familial, ce qui n’était pas le cas.

      Pas question, non plus pour moi de prendre un prénom de série télévisée!!!
      Dans le temps, les consignes étaient d’ailleurs très strictes en matière de prénoms autorisés et leur orthographe.
      Ce n’est que depuis une trentaine d’années que la législation moins restrictive, a permis presque tout (et parfois aussi n’importe quoi !)
      C’est ouverture est sans doute liée aussi à l’émigration et aux regroupements des familles.

      Un cousin de ta grand-mère t’appelait Harmonie, ce que je ne trouvais pas spécialement drôle et j’ai eu aussi des gens qui t’appelaient Mélanie… problèmes de mémoire et d’association d’idées!
      Sache enfin que nombre de prénoms ont leur part de raillerie… je suis bien placé pour le savoir…
      Le nombre de gens qui me regardent, l’air amusé quand on dit:  » c’est clair » ou qui m’ont appelé « clair obscur »! Bref !

      Le prénom est le premier cadeau des parents à leur enfant!! »

  6. Delphine Regnard dit :

    Bonjour Marie-Anne !
    Pour moi, pas de problème du côté du prénom, mais du nom ! Dans sa graphie (très souvent écrit : rognard, reiniard, reyniard, régnard etc) et sa prononciation (« on dit reu -comme areu- ou ré ? » – le pire est que je ne sais pas, les membres de ma famille se divisant en deux clans, les pro-reu et les pro-ré !). Je vais recommander ton article à une Marie-Anne, une Marianne et une Anne-Marie de mes connaissances 😉

  7. Je viens de découvrir votre billet avec ravissement, puisque je me prénomme Marie-Anne et que j’ai expérimenté « Marianne » et « Anne-Marie » avec les mêmes réactions que vous, et aussi, soyons honnête, parce que je me trouve fort bien placée dans la googlescopie indiquée ci-dessus, ce qui est forcément agréable.
    Deux informations connexes.
    La première: je crois que rappeler que le choix de mon prénom fait référence à une fille de Louis XIV née comme moi en octobre, ce qui m’a toujours amusée, mes origines étant modestement paysannes comme la majorité des gens.
    La seconde: je me trouve présentement à Montréal et j’ai traversé hier la rue « Marie-Anne » mais je n’ai pas encore pris le temps de chercher de qui il s’agit.

    • Marie-Anne Paveau dit :

      très contente de vous lire ici, marie-anne, j’ai découvert votre blog il y a quelques semaines et j’en suis une fidèle lectrice (et twitteuse) – j’avais remarqué que le prénom marie-anne était fréquent (enfin à mon sentiment), au québec, il y a sans doute un explication historique – quant à une fille de louis XIV ? et je ne le saurais pas ? je me lance dans des recherches derechef !

  8. Baptiste dit :

    J’ai aussi un prénom contaminé par un autre : « Jean-Baptiste » fut longtemps plus fréquent que « Baptiste » (même si ce n’est plus le cas depuis une vingtaine d’années). Une base bibliographique du genre « Electre » croit même savoir que l’un de mes livres a été publié sous ce nom-là.

    • Marie-Anne Paveau dit :

      « contaminé », je ne voyais pas les choses comme ça… c’est vrai qu’en y réfléchissant, baptiste n’est pas si fréquent, quant à électre, comment faire confiance à la complice d’un matricide ?

  9. Tout à fait passionnant. Chacun a un rapport particulier à son prénom (pour ne pas aborder la question du nom de famille, qui nous ferait déborder trop largement…)

    Pour ma part, après avoir beaucoup joué avec les pseudos, je suis revenue à mon vrai nom, mais en ce qui concerne le prénom, je m’accorde une coquetterie qui est d’écrire Elisabeth à l’anglaise, avec un Z. Au temps de l’école, ce prénom ne me plaisait pas, et je le partageais avec plusieurs autres élèves (mais pas de risque de confusion, car à l’époque, les professeurs disaient vous aux élèves et les appelaient Mademoiselle X.) Introduire un Z, la lettre du biZarre, au milieu de mon prénom a été une manière de me l’approprier. Mais évidemment, les papiers officiels ne connaissent qu’Elisabeth et je dois donc, comme Stéphanie, être attentive en remplissant les formulaires.

    Reste que cet artifice me permet de vivre en bonne harmonie avec mon prénom, ce qui n’est pas rien.

    • Marie-Anne Paveau dit :

      merci élis/zabeth de ce commentaire, oui « ce n’est pas rien » de vivre, en harmonie ou pas, avec son prénom, pas rien du tout, c’est un vrai déterminant de notre vie

  10. Bombay Magic dit :

    J’ajouterais que mon « vrai » prénom à moi, c’est Hélène-Sophie. Une lubie de mon père qui a fini par céder à la pression de l’entourage (tout le monde prenait ça pour un deuxième prénom).
    Il a fallu que je me batte pendant des années pour maintenir le trait d’union face à la virgule que tout le monde plaçait entre les 2 prénoms (ou les 2 parties de mon prénom, en l’occurence)
    Puis, j’ai moi même oublié.
    Amusant, il a fallu que j’emménage en Corée, pour que les employés d’administration, peu habitués de toutes les façons à tous les prénoms occidentaux, ressortent consciencieusement ce « Hélène-Sophie » sur tous mes documents officiels! J’avais l’impression d’être une nouvelle personne!

    • Marie-Anne Paveau dit :

      merci hélène de ces deux commentaires qui apportent de la belle et bonne eau à mon moulin sémantique : le nom et le prénom sont bien chargés de cette chair existentielle, que montre bien je trouve votre inquiétude à propos des « enfants sans nom » – en fait, j’imagine qu’ils n’avaient de « sans-nom » que pour vous, et que, dans la culture coréenne, tout était parfaitement normal – le « nom-du-père », c’est un concept européen, et l’équilibre psychique de ces gamins doit reposer sur d’autres bases que chez nous ! et cette contribution de l’administration coréenne à votre rapport à votre prénom : magnifique exemple de « technologie administrativo-discursive », merci !

      • Bombay Magic dit :

        A vrai dire, en Corée, je ne m’appelais même pas Hélène, ou Hélène-Sophie, ou Mme Lecuyer.
        Tout le monde m’appelait: « Oscar Omah »
        qui veut dire « mère d’Oscar ».
        Car il est d’usage d’appeler une femme comme « mère de (prénom du fils ainé) ».
        Je trouve ça lourd:
        – dans le rapport que ça instaure à l’ainé (quid des puinés ? qui sont eux aussi pourtant « fils de »)
        – et je n’ai jamais pensé à enquêter (quel dommage restrospectivement) sur les femmes mariées mères de filles…. ou sans enfants…. Comment les appelait-on ?Mais là encore, la « privation » de cette merveilleuse appelation (qui démontre à la société que j’ai rempli mon devoir, eu un fils) doit être lourde à porter.
        Au passage, la Corée fait partie des sociétés où il y a avortement sélectif.

  11. Bombay Magic dit :

    Et Marie-Anne je dois l’avouer, récemment, impossible de vous faire surgir de la liste de mes « FB friends » (pourtant pas démentiellement longue comme celle de mon ado de fils, par exemple). Ca commençait à m’énerver, jusqu’à ce que j’essaie, au lieu d’Anne-Marie, de chercher Marie-Anne!!!!! Il a fallu que je fasse l’erreur 2 ou 3 fois avant, enfin, d’ancrer votre prénom !!!

    En parlant de prénom, ici en Inde, et en Corée, où j’habitais avant, le prénom n’est pas choisi à la naissance, (ou avant, comme souvent), mais à réception des cartes astrologiques ou autres cieux de naissance qui permettront de déterminer le prénom le plus favorable. J’avais ainsi connu un couple qui avait mis 14 jours à nommer leur nouveau-né. Moi, cet enfant sans nom, à chaque fois que je croisais le père (la mère était bien entendu d’abord à la maternité puis à la maison), ça me stressait. Je me demandais quelles pouvaient être les conséquences sur le psyché d’être nommé tardivement.

  12. Luc Bentz dit :

    À cet exposé instructif, il manquait sans doute la googloscopie sur Marie-Anne :
    http://www.google.fr/search?gcx=c&sourceid=chrome&ie=UTF-8&q=Marie-Anne

    En descendant la page jusqu’au bout, je laisse la surprise de consulter sur quoi ont porté les recherches récentes les plus fréquentes. 😉

    • Marie-Anne Paveau dit :

      j’ai évidemment googlisé marie-anne, et sur la page photo, il y aussi des choses intéressantes… en tout cas, ce qui est remarquable, c’est que sur la page 1 de google, apparaît assez vite la fameuse anne-marie, qui me poursuit de son inversion…

  13. Stéphanie Messal dit :

    Mais tout à fait ! Et chacun de nous devrait bien prendre conscience des avantages et désavantages d’un prénom.

    Marie-Anne ne se prononce pas de la même façon que Marianne. Pour ma part, le trait d’union marque clairement le saut verbal à franchir entre Marie et plus loin Anne. Marianne se lit sur deux temps et Marie-Anne aussi mais le tempo n’est pas là même. Je m’explique : notions de solfège ! Prenons un rythme en claquant dans les doigts. Chaque claquement de doigts représente une noire. Marianne se lit : croche-croche-noire. Alors que Marie-Anne se lit : double croche-demi soupir-noire. Entre les deux, on respire, il y a un laps de temps alors que Marianne est tout en liaison, plus rond, plus « mou » alors que Marie-Anne est plus en levée, plus dynamique !

    Mais au moins chère Marie-Anne, vous n’aurez pas eu à souffrir du prénom à répétition car trop commun. Peu importe les classes où j’ai pu être, nous étions au moins 3 Stéphanie. Alors pour nous différencier quand le professeur nous appelait, chacun nous affublait selon son imagination d’un chiffre 1, 2 et 3 – d’une lettre A, B ou C – ou avec l’initiale de notre nom de famille – ou avec un signe distinctif (lunettes, rousse, grande). Longtemps, j’ai détesté ce prénom qui me rendait si commune. Et je vous épargne les bonnes blagues en rapport avec la Princesse de Monaco. Le pire fut l’époque où je vivais sur la Côte d’Azur… Stéphanie, Stéphanie, Stéphanie partout !!! Et dire que je devais m’appeler Sébastien ! L’évidence est là : mon prénom aurait de toutes façons débutait par un S. Et comme je l’écrivais dans un autre commentaire, j’ai subi aussi les blagues en tout genre concernant mes initiales S.M. Mais la question n’est pas aux initiales… Stéphanie aujourd’hui encore est un prénom que je continue de trouver commun. Pendant mes études, j’en ai changé parfois son écriture comme suit : Stefany. Plus rapide à écrire et avec plus de jambes ! Seulement voilà, un jour je me retrouve à un examen et au moment de vérifier ma carte d’identité, la surveillante a un doute. Sur le dossier d’examen, à force de voir écrit Stefany sur mes rendus de projet, l’administration de l’école d’architecture avait déduit qu’ainsi s’écrivait mon prénom. Et bien sûr, sur ma carte d’identité il est écrit Stéphanie. Heureusement que la surveillante a compris qu’il s’agissait là d’un simple problème de phonétique. Mais après cela, il a fallu que j’aille vite au secrétariat pour remettre mon prénom à l’heure. Et moi aussi du coup… Alors je l’écris désormais comme il se doit d’être écrit.

    Depuis un certain temps, je n’avais plus croisé d’autres Stéphanie que ce soit dans le travail ou mes amis et je ne m’en portais pas plus mal. Mais il y a quelques jours, j’ai été remise à ma place. Alors que j’envoyais par SMS mes coordonnées à mon partenaire de tango, j’ai signé Stéphanie. Il m’a répondu en me donnant rdv à jeudi. Hors je vais aux cours du lundi. J’en ai déduit qu’une autre Stéphanie venait aussi aux cours de tango, ceux du jeudi donc. Horrible sensation quand votre prénom vous fait passer pour une autre : a-t-on vraiment une identité sans son prénom ?

    • Marie-Anne Paveau dit :

      merci de ton commentaire qui est la preuve qu’il y a vraiment beaucoup de discours, de narrations, d’échanges de tus types autour des prénoms : ils font parler d’eux, au sens propre du terme !

      • Luc Bentz dit :

        En revanche, pour moi qui porte un prénom court (Luc tout court, précisément), il est extrêmement fréquent que je me voie affublé de son composé, beaucoup plus fréquent (Jean-Luc).

  1. 30/10/2011

    […] découvre ce soir le passionnant billet sur son prénom écrit par ma copine Marie-Anne […]

  2. 16/11/2011

    […] L’idée qui parcourt cette série Nom d’un prénom ! est que les noms propres, et par conséquent les prénoms, ont un sens, et même plusieurs. Contrairement à l’idée longtemps dominante en linguistique, qui fait des noms propres des désignateurs uniquement référentiels (des formes qui nomment directement le référent mais n’ont pas vraiment de signifié), on peut au contraire penser que les noms propres sont de puissants réservoirs sémantiques. Leur signification ne se déploie pas de la même manière que les noms communs, et passe par des connotations, des évocations, des éléments mémoriels (ce que montre très bien la série de commentaires du premier billet). […]

  3. 16/11/2011

    […] prénoms Billet publié le 16/11/2011Pour accompagner la série Nom d’un prénom du blog de Marie-Anne Paveau, voici le “top 20″ des prénoms les plus donnés en 2010 dans le « Carnet du […]

  4. 12/12/2011

    […] Freud), en fait travailler le sens et la forme dans nos vies. Les très riches histoires que les précédents billets m’ont permis de recueillir constituent des comptes rendus de subjectivité qui […]