Signes, sexe and linguistique 6. Anthropornonymie : de « Justine » à « Clara Morgane », les noms des pornstars

Avec un retard qu’explique largement le tourbillon pénible dans lequel l’universitex française s’est engagée pour obtenir les bons points et les images de la part de ses maîtres, je publie le sixième et dernier billet de ma série estivale sur le langage et le discours pornographiques. Nous sommes le 25 octobre, l’été calendaire n’est plus là depuis longtemps, mais comme la planète ne tourne plus rond non plus, vous admettrez avec moi que nous puissions être, symboliquement, à la fin de la saison du soleil. Voici donc quelques considérations onomastiques et sémantiques sur les noms et prénoms des pornstars, qui closent la série « Signes, sexe and linguistique ».

Avertissement : ce billet contient des images, textes et liens qui peuvent être considérés comme pornographiques.

The original porn walk of fame : John Holmes

Mon collègue américain Arnold Zwicky, qui, comme beaucoup de linguistes outre-Atlantique, tient un blog de recherche depuis de nombreuses années (je reviendrai dans ma série d’automne sur le blogging scientifique en linguistique), tient aussi un blog X (et gay) intitulé Arnold Zwicky’s Blog X. Il y réfère de temps en temps sur son blog « sage » et j’avais noté en avril dernier une note fort intéressante sur ce qu’il appelle les porn names, c’est-à-dire les pseudos de stars du porno. Je parlerai pour ma part de pornonymes ou anthropornonymes, pour rester dans le paradigme bien connu des composés savants en –onymes : toponyme, patronyme, odonyme, anonyme, etc., et pour continuer mes petites néologies linguistiques, puisque j’avais proposé polémonyme pour désigner les noms de bataille. Il en dresse la liste suivante : Roman Heart, Landon Conrad, Adam Killian, Tony Buff, Brandon Bangs, Shane Frost, Angelo Marconi, Gavin Waters et commente en particulier Tony Buff et Brandon Bangs, avec un esprit facétieux et métricien que je vous laisse découvrir.

On sait que les noms et prénoms ne sont pas seulement des formes identificatoires vides de sens (ce que la perspective logique qui a été longtemps dominante en linguistique appelle des « désignateurs rigides », et pardon pour le jeu de mots), mais qu’il existe une sémantique du nom propre, c’est-à-dire une approche linguistique qui attribue un sens au nom propre. Je renvoie par exemple aux bibliographies de deux articles en ligne sur  les noms de bataille, « De Gravelotte à Bir Hakeim » et « Le toponyme, désignateur souple et organisateur mémoriel« , mais je rappelle ici qu’en gros, deux perspectives sur le sens du nom propre se sont ouvertes récemment :

– Le nom propre modifié : plutôt dominant, en tout cas institutionnellement et éditorialement, ce courant se penche sur les sens dérivés (métonymie, antonomase) en proposant un traitement syntactico-sémantique, courant bien représenté par Leroy (dir.) (2005) ; « modifié » veut dire modifié par figure, et l’on y examine des expressions en [article + Np] dans des énoncés du type « Sartre, ce Hugo de notre siècle » (cité par G. Kleiber) ou « Les Goscinny, ça ne court pas les rues » (S. Leroy) ou encore « la Venise verte », « la Venise du Nord », « la venise du Gâtinais », « la Venise provençale », « la Venise espagnole » etc. Dans tous ces exemples, ce sont bien des sens,  portés par certains noms propres, qui sont affectés à d’autres.

– La signifiance du nom propre : plus éparpillé et plus artisanal, ce courant se concentre sur la « signifiance » ou « omnisignifiance » du nom propre non modifié (G. Cislaru), sa « polysignifiance » ou « polyvalence discursive » (M. Lecolle), son « hybridation », son « épaisseur sémantique », son « feuilleté mémoriel », etc., tous termes aussi variés qu’instables pour nommer ce phénomène encore très peu intégré dans la boîte à outils ordinaire du linguiste, le sens du nom propre. L’idée est de justifier linguistiquement qu’un nom propre produise des effets de sens, des halos, des ambiances, des connotations, ce que dit depuis longtemps la littérature : Proust a produit par exemple une remarquable théorie profane du sens du nom propre dans la section « Noms de pays : le nom » dans Du côté de chez Swann et le passage sur « ce nom de Gilberte » reste un classique de la puissance connotative du prénom :

Ce nom de Gilberte passa près de moi, évoquant d’autant plus l’existence de celle qu’il désignait qu’il ne la nommait pas seulement comme un absent dont on parle, mais l’interpellait; il passa ainsi près de moi, en action pour ainsi dire, avec une puissance qu’accroissait la courbe de son jet et l’approche de son but;— transportant à son bord, je le sentais, la connaissance, les notions qu’avait de celle à qui il était adressé, non pas moi, mais l’amie qui l’appelait, tout ce que, tandis qu’elle le prononçait, elle revoyait ou du moins, possédait en sa mémoire, de leur intimité quotidienne, des visites qu’elles se faisaient l’une chez l’autre, de tout cet inconnu encore plus inaccessible et plus douloureux pour moi d’être au contraire si familier et si maniable pour cette fille heureuse qui m’en frôlait sans que j’y puisse pénétrer et le jetait en plein air dans un cri […] – (Proust, Du côté de chez Swann, « Noms de pays  : le nom »)

Les traitements de la question sont toujours ­mixtes : sémantico-discursif, discursivo-communicationnel, ou cognitivo-discursif dans mon travail. J’ai essayé de montrer par exemple à quel point Diên-Biên-Phu ou Gravelotte étaient chargés d’une mémoire sémantique profondément ancrée dans les environnements culturels, historiques, sociaux et géographiques.

The original porn walk of fame : Linda Lovelace

C’est à partir de cette deuxième approche que l’on peut faire me semble-t-il quelques remarques sur les anthropornonymes, qui ont une certaine profondeur historique : l’article que Wikipédia consacre aux acteurs porno est assez bien fait et donne en particulier des informations sur la fameuse Linda Lovelace, star du non moins fameux opus Gorge profonde, qui a signé la naissance de la figure « acteur.trice pornographique » ou « star du X ». Il est remarquable qu’il est majoritairement question des femmes, dont la visibilité est beaucoup plus importante que celles des hommes dans ce domaine : les actrices X sont en effet beaucoup plus médiatisées que leur homologues masculins, les figures masculines étant plutôt des réalisateurs comme, en France, Fred Coppula ou John B. Root (oui, vous avez bien lu et entendu). Autre fait remarquable : presque toutes les actrices X françaises citées ci-dessous ont une page Wikipédia, en général assez documentée (d’où je tire mes informations onomastiques) ; il y a donc une communication volontariste et active sur le cinéma pornographique sur l’internet.

Dans les années 1970, les États-Unis ont vu apparaître les Marilyn Chambers, Gloria Leonard, Tina Russel ou Bambi Woods, tandis que la France découvrait Sylvia Bourdon, Brigitte Lahaie, Barbara Moose. Dans les années 1980 : Kay Parker, Seka, Veronica Hart, Traci Lords aux États-Unis, Marilyn Jess, Olinka Hardiman ou Dominique Saint-Claire en France. Dans les années 1990 : Jenna Jameson, Belladonna, Heather Hunter, Ashlyn Gere aux États-Unis, Tabatha Cash, Julia Channel, Rebecca Lord et Laure Sainclair en France.

Pour la période actuelle, je propose deux petits corpus, l’un américain et l’autre français, issus de la consultation de sites pornographiques généralistes qui proposent des listes des pornstars les plus en vue actuellement, dans le mainstream hétérosexuel. Je n’ai retenu que les noms de femmes, pour les raisons vues plus haut, mais aussi pour des raisons de place dans ce court billet (classement par le prénom).

Corpus américain

Adrianna Faust, Alexa Lynn, Alexia Sky, Alexis Texas, Alyssa Hall, Angelina Hart, Anita Blond, Anita Dark, Brea Bennett, Brianna Banks, Brianna Beach, Carmelia Crush, Charley Chase, Crissy Moon, Dakoda Brooks, Destiny StClaire, Eva Ellington, Faye Runaway, Gracie Glam, Halia Hill, Hailey Young, Jenna Jameson, Jenna Presley, Krystal Steal, Lela Star.

Corpus français

Ally Mac Tyana, Ana Martin, Angie Kiss, Axelle Mugler, Bamboo, Carla Nova, Cecilia Vega, Christiana Bella, Cynthia Lavigne, Delfynn Delage, Estelle Desanges, Katsuni, Krystal Wallas, Mélanie Coste, Mélissa Lauren, Oksana, Ovidie, Tiffanie Hopkins, Yasmine.

Que peut-on dire du sens de ces noms et prénoms ?

The original porn walk of fame : Marilyn Chambers

Tout d’abord ces anthropornonymes sont le plus souvent des pseudonymes : on ne tourne pas des films X sous son nom d’état civil, pour des raisons multiples : la tradition générale du pseudonyme d’acteur au cinéma et au théâtre (qui tend à disparaître), la protection de l’entourage ou de la famille par rapport à une activité marginale et stigmatisée, la culture langagière et discursive X, qui impose des consonances, certaines formes connotées et une pratique du jeu de mot égrillard. D’une manière générale, la pornstar doit être une sorte d’icône, comme le souligne L. de Sutter qui va jusqu’en à en faire une métaphysique. Plusieurs cas sont intéressants : Ally Mac Tyana est le pseudo de Dany Malalatiana Terence Petit ; Mélanie Coste dont on pourrait penser qu’il s’agit d’un nom authentique est en fait le pseudo de Delphine Dequin ; Axelle Mugler s’appelle Cynthia Lapauze, et a débuté sa carrière comme gogo danseuse sous le pseudo d’Erika (remplacer Cynthia, qui est un bon candidat au pseudo X d’après ma liste, par Axelle, est surprenant) ; et la célèbre Ovidie est née Eloïse Becht. Phénomène que l’on retrouve chez plusieurs actrices X, le pseudo multiple : Ally Mac Tyana travaille également sous le nom d’Ally Verissimo ; Cynthia Lavigne sous les noms de Cynthia, Chintya Lavigne, Cinthia Lavigne, Cinthia La Vigne, et Mélissa Lauren, née Barbara Masvaleix, sous ceux de Melisa Lauren, Malisa Moran, Melissa Laven, Melissa Louren. On a donc une instabilité du pseudonymat qui semble être une caractéristique de la nomination dans les milieux X. 

Ensuite on remarque des emprunts évidents à des lexiques constitués, en particulier en anglais : mythologie et littérature avec Faust et Morgane ; monde naturel avec Moon, Sky, Hill et Beach ; jeu réflexif avec Kiss, Glam et Star ; adjectifs descriptifs avec Blond, Dark, Young, Cash ; jeu de mots avec Faye Runaway.

Troisième trait, la consonance anglo-américaine semble une norme propre au milieu puisque de nombreuses actrices françaises adoptent des pseudos de ce type, en particulier Angie Kiss, Krystal Wallace ou Tiphanie Hopkins.

Quatrième trait, le trait phonétique de l’allitération, notée par A. Zwicky à propos de Brandon Bangs. On remarque en effet que les attaques des prénoms et noms de Brea Bennett, Brianna Banks, Brianna Beach, Carmelia Crush, Charley Chase, Halia Hill ou encore Jenna Jameson sont allitératives, cette répétition marquant le nom pour l’oreille. C’est moins vrai pour les Françaises. Dans la donation des prénoms, on évite en principe les répétitions considérées comme cacophoniques.

Enfin la dominance des prénoms féminins avec finale « a » est remarquable, depuis les débuts de la « première » Linda Lovelace, et nous avons tous par ailleurs plus ou moins en mémoire les services de rencontres du minitel qui affichaient en quatre par trois leurs « 3615 Ulla » (Maïa Mazaurette exlique sur Sexactu comment pour elle ce prénom est associé à la préférence nationale…), devenu depuis un site en .com. Il ne s’agit pas là d’un sens, mais d’une connotation, le « halo » pornographique ou érotique, ou coquin, étant comme associé à la voyelle finale « a ».

On constate que le nom de la pornstar est une construction du milieu, qui semble répondre à certaines normes, comme le montre bien M. Trachman dans un passionnant article à paraître sur « le métier de pornographe », ce qui me fait parler d’anthropornonymie, c’est-à-dire d’une spécificité de nomination. La différence avec la littérature pornographique est patente, qui se contente d’anthroponymes non spécifiques : aux Juliette et Justine sadiennes, ont succédé dans le champ français les Adèle, Aurélia, Angélique, Emmanuelle, Fanny, Irène ou Lucienne, qui ne construisent pas leur pornographie au sein même de la catégorie du nom propre.

J’ajoute une information de dernière minute : le dernier billet de Maïa Mazaurette sur le très intéressant blog Sexactu, intitulé « Elle s’appelle Chloé », révèle les cinq noms les plus fréquents des prostituées anglaises d’après une enquête menées sur 500 rencontres client-prostituée : dans l’ordre Chloé, Paris, Amber, Mandy, Laura. Un profil lexical un peu différent des actrices X, et surtout la réduction de l’identité professionnelle au seul prénom. 

Références

De Sutter L., 2007, Pornostars : Fragments d’une métaphysique du X, Paris, La Musardine.
Trachman M., 2011 (à par. en octobre), « Le métier de pornographe : rhétorique, contrôle et savoirs d’un groupe professionnel discrédité », Sociologie du Travail, In press, corrected proof.
Paveau M.-A., 2008, « Le toponyme, désignateur souple et organisateur mémoriel. L’exemple du nom de bataille », dans Boyer H., Paveau M.-A. (dir.), Mots. Les langages du politique 86, 23-35, lire sur Revues.org.
Paveau M.-A., 2009 : « De Gravelotte à Bir Hakeim. Le feuilleté mémoriel des noms de bataille », Les carnets du cediscor 11, Paris, PSN, 137-150, lire sur Revues.org.

Crédits : « The original porn walk of fame », waltarrrrr, 2008, galerie de l’auteur sur Flickr, CC.


Marie-Anne Paveau

Enseignante-chercheuse en analyse du discours à l'université Paris 13

Vous aimerez aussi...

12 réponses

  1. Baptiste dit :

    Sur le « “halo” pornographique ou érotique, ou coquin, étant comme associé à la voyelle finale “a” » :
    Il y a de nombreuses réflexions sur un célèbre prénom-érotique-en-a, Lolita, par exemple dans « Nabokov et la France » de Maurice Couturier : http://www.libraries.psu.edu/nabokov/coutlol3.htm qui cite Valéry Larbaud : Valéry Larbaud l’a célébré avec gourmandise dans Des prénoms féminins, texte paru en 1927 : « ‘Je retourne au pays chrétien, à la terre apostolique’ ; c’est décidément l’Espagne qui est le mieux outillé des pays d’Occident, en fait de prénoms. Elle a ces prénoms-gigognes, pourvus d’un jeu de diminutifs capables d’exprimer toute espèce de nuances : l’âge, le degré de familiarité dans lequel on est avec les personnes… Lolita est une petite fille ; Lola est en âge de se marier ; Dolores a trente ans ; doña Dolores a soixante ans (…). Un jour, inspiré par l’amour, je murmurerai : Lola. Et le soir des noces, j’aurai Lolita dans mes bras.  » (Œuvres complètes, Pléiade, 1957, p. 889) Ce passage préfigure étrangement le célèbre paragraphe d’ouverture de Lolita.
    Deux ans avant la parution de ce roman paraissait un roman de Chriss Frager intitulé Cette saloperie de Lolita (1953).

    • Marie-Anne Paveau dit :

      merci de la référence – ce que j’appelle les théories sémantiques profanes sur les sens connotatifs du np sont fréquentes en littérature et l’une des plus célèbres est bien sûr celle de proust sur les noms de villes mais aussi sur « ce nom de gilberte… » que je cite souvent – je ne suis pas sûre que pour lolita ce soit le « a » qui soit sélectionné, mais l’effet « a » est cependant produit – judy minx précisait dans son commentaire qu’on pouvait faire la même remarque avec « i » et je suis assez d’accord avec elle : il y a à un moment donné une fixation sur des sonorités qui sot associées à des univers socio-sémantiques et à des pratiques sémio-sociales et/ou culturelles – c’est un peu le fonctionnement du nom de marque, et cela rejoint l’analyse de trachman sur la professionnalité du milieu du x – en tout cas preuves, contre la théorie du nom propre vide de sens, que les prénoms ont un sens, et que ce sens fait l’objet de circulations et de négociations sociales et culturelles

  2. Judy Minx dit :

    Merci pour cet article très intéressant.

    Voici quelques ajouts:

    quelque chose qui saute aux yeux dans votre corpus, c’est que Katsumi/Katsuni, Bamboo et Yasmine ont choisi des noms « exotiques » car c’est la place qu’on donne aux actrices pornos non-blanches, le fantasme de l’asiatique ou de la beurette, des stéréotypes post-colonialistes qui répondent à l’imaginaire sexuel des blancs. beaucoup d’actrices porno non-blanches choisissent donc de se marketer comme ça.
    Yasmine en particulier, renvoie au nom donné par Walt Disney à Badroulboudour (ça sonne sacrément moins sexy aux oreilles occidentales), la princesse d’Aladdin et la Lampe Merveilleuse.
    d’autres exemples sont Jasmine Arabia, qui a commencé il y a peu dans le porno, ou Salomé qui s’est renommée récemment Leila Sheitan (Sheitan c’est Satan en arabe, et Leila c’est la nuit).

    comme je suis d’origine maghrébine, un producteur qui se spécialise dans la « beurette » m’avait un jour abordé en me disant que je devrais changer de nom, choisir quelque chose comme Fatima ou Aïcha, mais j’ai pas envie de me marketer comme beurette.

    j’avais choisi mon pornonyme Judy Minx pour plein de raisons – Judy pour Judith Butler et Judy Garland, aussi parce que c’est mon troisième prénom d’état civil, et aussi pour Judith la reine biblique. et puis aussi pour une petite fille qui s’appelle Judith que j’aime beaucoup.
    Minx est un mot anglais qui veut dire « friponne, chipie » mais ça peut aussi aller jusqu’à « catin ». Je l’avais trouvé dans le Faust de Christopher Marlowe, dans le passage où chaque péché capital est décrit de manière anthropomorphe, et évidemment c’était la luxure qui était désignée comme « this little minx ».
    je voulais que ça sonne américain, et que ça sonne très porno – le final en « -i » est très présent dans les noms de porno aux Etats-Unis, autant que le « -a » je pense. Traci, Brittany, Lexi, Christy… et évidemment le « x » de Minx.
    bref plein de choses sont rentrées en compte.
    J’avais hésité avec plusieurs noms, notamment Ruby Baby et Sexy Lexie (comme vous le dites dans l’article, pas mal d’allitérations et assonances), des combinaisons avec Trixie, Suzie, Roxie, etc. et d’autres que j’ai oubliés.

    Quand vous dites qu’Adèle, Aurélia, Angélique, Emmanuelle, Fanny, Irène ou Lucienne, ne construisent pas leur pornographie au sein même de la catégorie du nom propre, je trouve ça discutable.
    Fanny ça veut dire vagin en anglais, quand on pense Fanny on pense à Fanny Ardant, icône sexuelle s’il en est, on pense à Marcel Pagnol et ses amourettes champêtres… en plus Fanny Hill c’est le titre du premier livre érotique jamais publié, 1749 en Angleterre.
    Lucienne, Irène, Fanny, c’est le nom de la voisine, le nom de la bonne petite française bien de chez nous – sage et qu’on aimerait bien dévergonder, mal dégrossie, la peau laiteuse, pas très maline mais cochonne – une truie, une vache, un pur produit du terroir. c’est comme Manon Lescaut, la Suzette de la chanson de Dany Brillant, toutes les Hélène, Fernande et Margot de Brassens…
    Angélique ça marche aussi de manière très pornographique sur la dichotomie vierge/putain, la jeune fille prude et angélique qu’on voudrait corrompre…

    Et enfin une anecdote – je sais pas si c’est vrai mais j’ai entendu dire que « Brigitte Lahaie » c’est en fait « Brigitte la hait » – et que c’était sa mère qui faisait l’objet de cette haine.

    • Marie-Anne Paveau dit :

      merci de toutes ces informations précieuses et inédites que je ne pouvais pas obtenir de « l’extérieur » bien sur – vous me donnez plein d’exemples très éclairants et assez passionnants – je note bien également les remarques sur la dimension « ethnique » dans le porno, c’est très intéressant, et à mon avis ça mérite d’etre creusé davantage – sur la dernière liste de prénoms, je pensais en fait toutes les heroines porno de la littérature et il me semblait que ce type de « marketing » en était absent, d’abord parce qu’il s’agit du choix de l’auteur, et que leur identité pornographique se construit a priori après lecture, c’est ce qu’il me semblait pour fanny hill par exemple – mais je suis d’accord quand vous parlez de construction – bref tout ça me donne bien envie de continuer à mettre la linguistique sur le chemin du porno, elle y gagnera un peu de vie, beaucoup de chair et eut-tre des lecteurs – merci encore

  3. Mathieu Trachman dit :

    Merci pour ce billet très intéressant, qui croise en effet mes recherches. Je me permets de faire deux remarques.
    Je crois que si le nom des actrices est important, c’est qu’il est, comme leur corps, un capital. Le cas de Katsumi, devenue Katsuni suite à la plainte d’une femme portant le même nom qu’elle, le montre : si ce changement de pseudonyme lui a posé problème, c’est que son nom faisait vendre. Le nom des actrices est sur un marché pornographique assez opaque, avec peu de prescripteurs, une marque de fabrique qui différencient les films.
    Cela ne vaut cependant que pour un segment de la production pornographique, celle qui emploie les actrices ayant une forte notoriété. L’instabilité du pseudonymat que vous notez à juste titre vaut aussi pour certains réalisateurs (Alain Payet par exemple), pour les films, et est liée à une mise en forme faible du monde de la pornographie, qui manque d’instances pour différencier, attribuer, définir ses produits. Cette instabilité est encore plus grande dans la pornographie dite amateure, où les actrices ne sont parfois désignées que par un prénom.
    Bien à vous
    Mathieu

    • Marie-Anne Paveau dit :

      merci mathieu de votre commentaire qui enrichit mon billet et ma réflexion sur cette question – mon regard n’est pas assez sociologique pour avoir pu noter cette mise en forme faible que vous notez, mais cela m’ouvre des pistes sur la mise en forme des discours, évidemment – tout cela est bien stimulant (ah comme tous les mots sont piégés quand on parle de pornographie) et j’envisage une suite à ce petit travail, collective éventuellement – donc à bientôt peut-être

  4. Jean-claude Breitling dit :

    Interessant de noter aussi les emprunts aux mondes du luxe voire des arts : Karen « Lancaume », Axelle « Mugler », Julia « Chanel », Chloé « Delaure », etc.. On peut sans doute l’expliquer par l’image de standing que les noms empruntés au champ lexical du luxe et des parfums en particulier, produits qui eux-mêmes communiquent en s’appuyant sur l’image de la femme vénéneuse, objet de désir. Il est ainsi intéressant de constater que plusieurs industries se rejoignent dans la réification des femmes en archétypes consuméristes au travers de choix sémantiques croisés…

    • Marie-Anne Paveau dit :

      oui, merci pour la notation, cela semble bien être aussi un trait de la constitution de ces noms – à lier avec l’esthétique du « porno soft », qui constitue un espace de circulation entre les mondes du luxe et la pornographie – c’est amusant, breitling…

  5. Leo dit :

    Intéressant, mais pourquoi publier les vrais noms des actrices ? Cela n’apporte rien à la démonstration et c’est un manque de respect vis à vis d’elles. D’autant plus qu’il y a des erreurs : par exemple sur le nom de famille d’Ovidie.

    • Marie-Anne Paveau dit :

      ce n’est pas le premier commentaire de ce type que suscite mon billet, puisque marc dorcel lui-même m’en a fait la remarque sur twitter : comme je le signale dans le billet même, toutes les informations proviennent de pages internet, et en particulier des articles wikipédia des actrices, qui sont particulièrement nombreux (on aimerait bien en avoir autant chez les chercheurs en sciences humaines !), et qui donnent presque tous les noms d’état-civil des acteurs et actrices : donc la publication des « vrais noms » n’est pas du tout de mon fait, puisque ces informations sont déjà publiques et disponibles – je ne vois donc pas en quoi c’est un « manque de respect » – leur mention me permet de montrer que le pseudonyme est une construction bien éloignée, ou pas (comme mélanie coste) du « vrai » nom de famille, souvent ressenti comme plus banal – donc il y a une utilité d’ordre linguistique – mon carnet de recherche n’est pas un journal à sensation, rassurez-vous, et le scoop n’y a aucune place, comme vous pourrez aisément le constater en lisant les textes qui s’y trouvent publiés

  6. Stéphanie Messal dit :

    Alors, alors !
    Encore une fois un excellent billet : je me suis régalée tout au long de cette serial porn !

    J’ai deux anecdotes concernant les noms :

    1.Tabatha Cash.
    On peut dire qu’elle m’a marquée. Pas tellement par son jeu d’actrice mais plus par ses interventions radiophoniques sur « Skyrock ». Un moment d’hilarité totale ! La plupart du temps, les auditeurs étaient des hommes et dès qu’ils l’avaient en ligne, ils lui proposaient plein de cochoncetés avec des propos les plus vulgaires qui soient ou bien ils l’insultaient littéralement. Je me souviens encore de la voix de Tabatha Cash et de ses coups de colère, à répéter agacée qu’elle s’en battait les co*****s et qu’elle l’attendait pour lui défoncer la g****e ! C’était vraiment drôle ! Enfin si je puis dire.
    Tabatha n’est pas qu’un prénom de pornstar. Il a aussi été le prénom de petite fille (plus ou moins) sage dans « Ma sorcière bien-aimé ». C’est ainsi que Samantha avait prénommé sa fille. La rumeur court que Tabatha Cash aurait choisi ce prénom en hommage à cette petite fille dont elle était fan quand elle était enfant. Quant à Cash, nulle doute que l’on parle ici d’argent ! Pour en revenir à Tabatha, c’est une adaptation (mauvaise ?) de Tabitha car tel est le vrai prénom de la fille de Samantha en VO. D’ailleurs une série assez courte sera consacrée à Tabitha. Dans un certain sens, et pour donner dans le jeu de mot peu subtil, il me semble que Tabitha prononcé à la française était tout trouvé pour une actrice porno (ouh que je suis caustique).
    Ce qui est amusant, c’est que l’origine de ce prénom est biblique (Actes des Apôtres 9, 36-42). Tabhita la femme morte puis ramenée à la vie par Pierre… Une actrice porno qui porte le prénom d’une Sainte ? Quelle ironie du sort ! Etrange, étrange que le choix d’un prénom de pornstar…
    Depuis peu, le prénom de Tabatha est en vogue en France. En 2010, il a connu un succès fulgurent auprès des petites filles nouvellement nées. La pornstar serait passée aux oubliettes en quelques années ? Ou a contrario la génération des jeunes ayant connu les actes de cette pornstar française s’en serait inspiré ? A moins que les petites filles de ma génération qui regardaient « Ma sorcière bien aimée » aient comme notre pornstar choisi ce prénom parce qu’elles adoraient Tabatha. Comme quoi la pornstar est une petite fille comme les autres !

    2. Appelez-moi Krystal !
    J’ai une amie qui travaille dans une grande enseigne de prêt-à-porter. On leur demande de porter un badge avec leur prénom pendant leur service. Mon amie ne souhaite pas dévoiler son prénom. « C’est personnel ! Ça ne regarde en rien les clients, c’est ma vie privée ! » Elle dit aussi cela car courtisée par des jeunes gens peu futés. Il faut dire que la rousse a encore de beaux jours en matière de fantasme masculin. Rousse, jolie, avec un style affirmé, tatouée, etc. Au final, plus que lourds, ils en deviennent vulgaires ces jeunes gens. Alors, elle a écrit sur son badge « KRYSTAL ». Je lui ai demandé pourquoi et la réponse fut saisissante : « Quitte à ce qu’on me prenne pour une p*** ou une star du porno et bien autant choisir un prénom qui va avec ! »
    Dans cette boutique, elle n’est donc plus vraiment elle-même mais ce que les gens/clients veulent voir d’elle. Elle s’en amuse ou s’en accommode, mais j’imagine qu’on ne change pas aussi facilement d’identité que de vêtement…

    PS : 1000 excuses pour les fautes… ^^ »

  1. 04/11/2011

    […] Les pseudonymes des vedettes de la porno ne sont pas choisis au hasard. La linguiste Marie-Anne Paveau étudie la motivation de quelques-uns ici. […]