« L’entretien quotidien des différences », Jérôme Denis pour Scriptopolis. Vases communicants d’octobre 2011

La pensée du discours entre aujourd’hui dans la ronde des Vases Communicants grâce à la proposition de Jérôme Denis pour Scriptopolis. J’accueille donc avec un grand plaisir une des articulations verbo-iconiques désormais classiques du blog des traqueurs d’écritures urbaines, que le hasard fête par ailleurs à sa manière : c’est le 100e billet de mon carnet.

Selon le principe des Vases, je me suis livrée à un exercice analogue chez les amis Scriptopoliens. La liste de l’ensemble des échanges d’octobre 2011 de ce très joli dispositif se trouve ici.

La mise en scène d’une différence intrinsèque entre les sexes, d’une différence autre que sexuelle, est quasi permanente. Nombreux sont ceux qui en documentent la portée symbolique, qui démontrent à quel point telle image ou tel slogan suppose et impose une séparation des goûts, des pratiques ou des compétences des hommes et des femmes. La tâche pourrait combler une armée d’observateurs qui listerait à l’infini ces connotations déplacées. Mais il existe des formes de discrimination beaucoup moins spectaculaires qu’une campagne publicitaire ou que les propos d’une personnalité médiatique. L’attribution de rôles ou de préférences spécifiques à un genre est inscrite dans de tous petits objets, dans des expressions du langage courant, une phrase anodine attrapée au hasard d’une conversation sans lendemain. Autant de petites explosions aux oreilles de la personne qui est passée de l’autre côté du féminisme, du côté où, dans la plupart des cas, cette différence-là ne compte pas. Ne fait pas matière comme on dit en anglais. Il suffit par exemple de croiser cette signalétique dans un aéroport européen pour que remontent un ou deux souvenirs désagréables tant pour les jeunes mères que pour les jeunes pères. Il y a beaucoup de choses dans ces icônes ordinaires. Il y a l’évidence d’une association, sans beaucoup de marges de manœuvre, entre la pratique du soin des nourrissons et la qualité de femme. Il y a aussi, non pas un symbole, mais la transcription d’une organisation très concrète des lieux qui institue cette association jusqu’à créer un malaise pour les hommes qui voudraient s’aventurer malgré tout dans la pièce « nurserie » réservée. Il y a finalement une vague géante qui remonte du passé. La vague des situations durant lesquelles tout ce qui concernait les enfants a été attribué à la mère plutôt qu’au père. Les discussions familiales, les étonnements de voir ce dernier prendre la petite dans ses bras quand elle pleure, se lever la nuit. La « chance » qu’avait tantôt madame de partager ces tâches, mais qu’il avait lui aussi, finalement, qu’elle lui laisse le droit de s’occuper de leur enfant. Une violence évidente qu’elle faisait à sa nature. Et l’apogée sans doute lorsque, dans le cabinet du pédiatre, il avait absolument tout fait (transport du fauteuil à la table, change, consolation : ils avaient préparé leur coup à l’avance) et le médecin ne lui avait pas une seule fois adressé la parole, imputant même à la seule maman le « bisou du soir ».

Il y a tout cela dans ce panneau. Et l’espoir qu’en ne faisant pas compter cette différence au jour le jour, les bébés que nous avons changés ensemble, dans les aéroports et partout ailleurs, finiront aussi par ne plus la faire, par même s’étonner qu’elle ait pu exister.


Marie-Anne Paveau

Enseignante-chercheuse en analyse du discours à l’université Paris 13

Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. Alain L. dit :

    bizarres, ces symboles. L’homme est debout, bras ballants, seul et inactif, inutile. Seule la femme s’active. Et encore, deux significations asymétriques: le premier signe n’indique que le lieu des toilettes, alors que le second indique toute autre chose, un endroit pour changer les couches du bébé, mis à égalité.

  2. Jonathan dit :

    Joli texte… qui respire le vécu (l’anecdote du pédiatre ne s’invente pas). C’est bien simple, pour ma part je ne vais plus chez le pédiatre que sans la maman, et réellement ça simplifie certaines choses… 🙂

    À la lecture de ce billet, mille anecdotes comme celles-ci remontent à ma mémoire, et qui mériteraient d’être narrées ici … [souvenirs souvenirs] … joli texte, merci.